Les pesticides, le dossier empoisonné de l'agriculture française

Un agriculteur pulvérise des produits phytosanitaires (herbicides, fongicides, insecticides) dans un champ à Meteren le 7 août 2017. (Photo Philippe Huguen AFP)
Un agriculteur pulvérise des produits phytosanitaires (herbicides, fongicides, insecticides) dans un champ à Meteren le 7 août 2017. (Photo Philippe Huguen AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 25 février 2024

Les pesticides, le dossier empoisonné de l'agriculture française

  • Les pesticides restent considérés comme un «moyen de production» par une majorité d'agriculteurs qui refusent de s'en passer «sans solution alternative»
  • «Quand on utilise massivement des pesticides, on génère des résistances. Donc, de toute façon, les pesticides vont perdre leur efficacité», explique Christian Huyghe, directeur scientifique à l'Inrae

PARIS : La France, première puissance agricole européenne, a du mal à s'en passer: les pesticides restent considérés comme un «moyen de production» par une majorité d'agriculteurs qui refusent de s'en passer «sans solution alternative» alors que leurs usages sont censés considérablement diminuer d'ici 2030.Trois jours avant le Salon de l'agriculture et à la grande satisfaction du syndicat majoritaire FNSEA, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé l'abandon du Nodu, indicateur de référence pour mesurer la réduction d'usage de ces substances, au profit d'un indice européen, au grand dam des ONG environnementales.

Où se situe la France?

Dans le monde, l'usage de pesticides ne cesse d'augmenter depuis 1990. En Europe, il a augmenté de moins de 1% par rapport à 1990, quand il bondissait de 191% sur le continent américain. En France, il a augmenté de 7% en 2021, mais diminué de 29% par rapport à 1990, selon l'agence onusienne FAO.

«La France se classe depuis longtemps dans la moyenne des pays de l'UE en ce qui concerne les quantités de substances actives utilisées ramenées à l'hectare» avec 3,7 kilogrammes par hectare en 2021, derrière les Pays-Bas, premier consommateur européen (10,9 kg/ha), et l'Allemagne (4,1 kg/ha), selon un rapport parlementaire.

Du «progrès» au «poison»

Après la Seconde Guerre mondiale, les pesticides apparaissent comme un «progrès» qui a permis de tourner la page des grandes crises du XIXe siècle comme le mildiou de la pomme de terre en Irlande, responsable de la Grande Famine.

Les rendements, qui se sont envolés jusqu'à la fin des années 90, puis ont stagné, pourraient se réduire sous l'effet des crises climatiques.

«Quand on utilise massivement des pesticides, on génère des résistances. Donc, de toute façon, les pesticides vont perdre leur efficacité», explique Christian Huyghe, directeur scientifique à l'Inrae.

Après le Grenelle de l'Environnement, la France fixe en 2008 un objectif de réduction de 50% de l'usage des pesticides de synthèse en dix ans. Les deux plans successifs mis en œuvre, Ecophyto 1 et 2, se sont soldés par des échecs.

Mais une dynamique est lancée. En 2014, des produits phytopharmaceutiques sont interdits dans les jardins et espaces publics.

L'année suivante est confiée à l'agence sanitaire Anses, outre sa mission de contrôle, la charge de l'autorisation de mise sur le marché des pesticides. Depuis, la grande majorité des

molécules les plus toxiques (CMR1 et 2), qualifiées de «poison» par les ONG environnementales, ont été retirées.

Logiques contraires

Le plan français Ecophyto 2030 maintient l'objectif de réduction de moitié des usages (par rapport à la période 2015-17), mais veut aussi préserver la compétitivité en cherchant des solutions alternatives à 75 molécules — représentant près de 80% des volumes vendus en France, selon l'Inrae — qui sont les plus exposées à un risque de retrait du marché dans les 5-7 prochaines années.

Mais les céréaliers contestent ce plan, qui selon eux ne reflète pas les efforts de réduction déjà consentis, de «-46% en 20 ans». «A partir du moment où on remplace un produit efficace, mais considéré comme nocif, par un produit moins efficace, on est obligé de le passer plus souvent dans les champs», affirme Éric Thirouin, représentant des producteurs de blé.

Pour le chercheur de l'Inrae, il faut sortir de cette «logique par substitution».

«Par exemple, est-ce qu'on peut faire en sorte demain de ne désherber que la moitié d'une surface, d'avoir une combinaison entre baisse des phytos et désherbage mécanique», ce qui permettrait de «ralentir le processus d'émergence de résistance?», propose-t-il.

«Distorsions de concurrence»

Pour les syndicats majoritaires, ces changements, «pas du tout simples», se solderaient par une chute de la production et une destruction des filières.

Ils se réjouissent du renouvellement de l'herbicide controversé glyphosate, de l'échec du projet législatif européen sur les pesticides cet automne, et ont salué un vote du Parlement européen début février pour ouvrir la voie aux nouvelles techniques d'édition du génome (NGT), qualifiés de «nouveaux OGM» par leurs détracteurs.

Mais ils dénoncent toujours des «distorsions énormes de concurrence» au sein de l'UE, jugeant que la France est allée seule plus loin et trop vite.

Daniel Sauvaitre, de l'interprofession des fruits et légumes, a ainsi «une très grande crainte pour la production de pommes, avec la fin annoncée pour 2026 du Movento, qui permet de contrôler le puceron cendré»: «nos voisins peuvent utiliser d'autres molécules autorisées en Europe mais pas nous, car la France les a interdites».

Les betteraviers français, privés de l'insecticide néonicotinoïde acétamipride, qui reste utilisé en Allemagne, ont réclamé sa réautorisation. Pas question de «revenir en arrière», a toutefois tranché début février le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau.


Macron appelle Abbas à «réformer» l'Autorité palestinienne dans «la perspective de reconnaissance de l'Etat de Palestine»

Cette photo prise le 24 octobre 2023 montre le président français Emmanuel Macron (à gauche) rencontrant le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie. (Pool/AFP/File)
Cette photo prise le 24 octobre 2023 montre le président français Emmanuel Macron (à gauche) rencontrant le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie. (Pool/AFP/File)
Short Url
  • Le président français «a rappelé le soutien de la France à une Autorité palestinienne réformée et renforcée, en capacité d'exercer ses responsabilités sur l'ensemble des Territoires palestiniens»
  • Lors de cet entretien Mahmoud Abbas a fait état de «l'engagement» du gouvernement palestinien «en faveur de réforme» et appelé les «pays européens qui n'ont pas reconnu l'Etat de Palestine à le faire»

PARIS: Emmanuel Macron a appelé mercredi le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à "mettre en œuvre les réformes indispensables" dans "la perspective de reconnaissance de l'Etat de Palestine", a rapporté la présidence française dans un communiqué.

Au cours d'un appel téléphonique, le président français "a marqué l'engagement de la France à travailler à bâtir avec ses partenaires européens et arabes une vision commune de paix qui offre des garanties de sécurité pour les Palestiniens et les Israéliens" et à "inscrire la perspective de reconnaissance de l'Etat de Palestine dans une dynamique utile".

"Dans cette perspective", le président français "a rappelé le soutien de la France à une Autorité palestinienne réformée et renforcée, en capacité d'exercer ses responsabilités sur l'ensemble des Territoires palestiniens, y compris dans la bande de Gaza, au bénéfice des Palestiniens".

Le chef de l'Etat a aussi "souligné la détermination de la France à travailler avec l'Algérie et ses partenaires au Conseil de sécurité" de l'ONU "pour que celui-ci s'exprime fortement sur Rafah ainsi qu'à poursuivre les efforts autour du projet de résolution français".

Le bombardement israélien de Rafah est "une nouvelle tragédie", a-t-il estimé, adressant "ses sincères condoléances au peuple palestinien pour le bilan humain intolérable de l'opération à Gaza".

Alger a distribué mardi aux autres membres du Conseil de sécurité un projet de résolution disant "qu'Israël, puissance occupante, doit arrêter immédiatement son offensive militaire et toute autre action à Rafah", selon le texte vu par l'AFP.

Paris a pour sa part mis sur la table, fin mars, un autre texte visant notamment à préparer l'après-guerre à Gaza, mais qui fait toujours l'objet de négociations.

"Face aux propagateurs de haine et aux mouvements terroristes, il était d'autant plus urgent de relancer les efforts de paix et de mettre fin à l'ajournement systématique de la mise en œuvre de la solution des deux Etats et de l'établissement d'un Etat palestinien", affirme la présidence française.

Trois pays européens, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège, ont officiellement reconnu mardi un Etat de Palestine dans le but affiché de faire avancer la paix, une démarche qui a provoqué la colère d'Israël. Emmanuel Macron s'est lui dit "prêt à reconnaître" un tel Etat mais "à un moment utile", pas sous le coup de l'"émotion".

Lors de cet entretien Mahmoud Abbas a fait état de "l'engagement" du gouvernement palestinien "en faveur de réforme" et appelé les "pays européens qui n'ont pas reconnu l'Etat de Palestine à le faire", ont indiqué ses services dans un communiqué.


Avant les JO, la région parisienne fourbit ses armes face au moustique-tigre

Dans la région parisienne, la campagne de surveillance renforcée du moustique-tigre bat son plein, à quelques semaines de l'ouverture des Jeux olympiques. (AFP).
Dans la région parisienne, la campagne de surveillance renforcée du moustique-tigre bat son plein, à quelques semaines de l'ouverture des Jeux olympiques. (AFP).
Short Url
  • Aux abords du Stade de France, situé au nord de la capitale française et où se dérouleront différentes épreuves olympiques comme celles d'athlétisme, l'une des disciplines reines, Kevin Meignan vient faire le relevé d'un piège pondoir
  • Ce seau - potentiel site de ponte - contient de l'eau et un carré de polystyrène, qui sera le support de la ponte

PARIS: Dans la région parisienne, la campagne de surveillance renforcée du moustique-tigre bat son plein, à quelques semaines de l'ouverture des Jeux olympiques, un événement qui, en favorisant le brassage de populations, pourrait contribuer à une recrudescence de maladies comme la dengue.

Aux abords du Stade de France, situé au nord de la capitale française et où se dérouleront différentes épreuves olympiques comme celles d'athlétisme, l'une des disciplines reines, Kevin Meignan vient faire le relevé d'un piège pondoir installé il y a quelques semaines dans une allée bordée d'herbe.

Ce seau - potentiel site de ponte - contient de l'eau et un carré de polystyrène, qui sera le support de la ponte. Il est recouvert d'une grille métallique pour éviter que le polystyrène ne s'échappe hors du piège.

"L'objectif est de surveiller la présence du moustique-tigre", explique à l'AFP le responsable de lutte anti-vectorielle pour l'Agence régionale de démoustication (ARD), opérateur de l'Agence régionale de santé (ARS) en région parisienne.

Depuis le 1er mai et jusqu'au 30 novembre, principale période d'activité de ce moustique vecteur de maladies, les autorités sanitaires vont en effet scruter la présence de l'Aedes albopictus - son nom scientifique -, multiplier les messages de sensibilisation et déclencher d'éventuelles opérations de démoustication.

"Dans ce laps de temps, on viendra tous les mois relever le polystyrène contenu dans le piège pour l'étudier en laboratoire afin de savoir s'il y a des œufs de moustique-tigre et, s'il y en a, combien", poursuit Kevin Meignan.

Eviter les larves 

En relevant le piège, il déverse un produit biologique dans l'eau "pour éviter tout développement potentiel de larves".

Arrivé dans l'Hexagone français en 2004, le moustique-tigre s'est progressivement implanté sur une grande partie du territoire métropolitain. Au 1er janvier, il était présent dans 78 départements sur 96.

Potentiellement vecteur de virus tels que la dengue, le chikungunya et le Zika, il est notamment installé dans l'ensemble de la région parisienne.

Mi-avril, les autorités sanitaires ont alerté sur une situation inédite: un record de cas importés de dengue - près de 1.700 - recensés en France métropolitaine depuis début 2024. Depuis, le record atteint sur toute l'année 2023 (2.019) a été battu.

Ces cas importés concernent des personnes ayant voyagé dans les régions du monde où circule ce virus de manière endémique: les Antilles françaises et plus largement cette année l'Amérique latine et les Caraïbes.

Comme "le nombre significatif de cas importés pourrait entraîner la mise en place dans l'Hexagone de chaînes de transmission autochtones", le directeur général de la Santé Grégory Emery a appelé à la plus grande vigilance.

Un "cas autochtone" signifie que la personne n'a pas voyagé dans des zones où le virus circule largement mais a été piquée par un moustique s'étant infecté au contact d'un voyageur contaminé.

Plus de 500 pièges 

Les messages de prévention seront "d'autant plus importants que dans les toutes prochaines semaines la France accueillera" les Jeux olympiques et paralympiques, lors desquels "beaucoup de voyageurs vont venir sur le territoire métropolitain", a rappelé le directeur général de la Santé.

En prévision, le dispositif de surveillance est, cette année, "renforcé", assure l'Agence régionale de santé de la région parisienne.

Des informations de sensibilisation et de prévention à destination des voyageurs au départ ou à l'arrivée de zones d'endémie seront notamment diffusées dans les aéroports.

Plus de 500 pièges pondoirs seront positionnés dans toute la région. "Cette année, on a privilégié des lieux de grands rassemblements", souligne Cécile Somarriba, directrice de la veille et de la sécurité sanitaire à l'ARS.

Ces pièges seront déployés autour du Stade de France, du village olympique, ou encore de certaines "fan zones".

"Ces dernières années, la population de moustiques-tigres a complètement explosé, partout en Ile-de-France (la région parisienne, ndlr). Donc forcément, le risque sanitaire augmente", prévient Kevin Meignan.

L'ARS incite aussi les particuliers à supprimer les eaux stagnantes, gîtes potentiels de reproduction, à l'intérieur et autour de leurs habitations.

"Il y a des gestes simples qui permettent de réduire l'implantation du moustique-tigre", assure Cécile Somarriba, tout en reconnaissant qu'il s'agit d'un "enjeu majeur" pour la région Ile-de-France.


Européennes: Glucksmann c'est «  évidemment  » la Nupes, estime Attal

Short Url
  • Au Parlement européen, "la Nupes, c'est-à-dire la France insoumise, les Verts et Raphaël Glucksmann pour le Parti socialiste ont voté contre" la question de "l'intégration du nucléaire en Europe"
  • La Nupes, "y compris Raphaël Glucksmann", qui tient son plus gros meeting ce jeudi soir au Zénith à Paris et dont la liste PS/Place publique talonne celle du camp présidentiel

PARIS: Voter pour la tête de liste socialiste Raphaël Glucksmann aux européennes revient "évidemment" à voter pour la Nupes, l'alliance de gauche conclue avec la France insoumise en 2022 et qui a rompu à l'automne, a estimé Gabriel Attal jeudi sur RTL.

"Ce qui différencie les listes de la Nupes (...) c'est la couleur du bulletin de vote", a relevé le Premier ministre.

Au Parlement européen, "la Nupes, c'est-à-dire la France insoumise, les Verts et Raphaël Glucksmann pour le Parti socialiste ont voté contre" la question de "l'intégration du nucléaire en Europe" et "n'a pas voté" en faveur du plan de relance européen de la crise Covid, a-t-il justifié.

La Nupes, "y compris Raphaël Glucksmann", qui tient son plus gros meeting ce jeudi soir au Zénith à Paris et dont la liste PS/Place publique talonne celle du camp présidentiel, a également voté "contre" le Pacte européen sur la migration et l'asile "qui permet de mieux sécuriser la frontière extérieure de l'Europe pour éviter l'immigration illégale et d'organiser l'accueil au sein de l'Union européenne", a encore ajouté le chef du gouvernement.

Interrogé pour savoir si Raphaël Glucksmann c'est la Nupes, Gabriel Attal a répondu "évidemment".

Il a aussi déploré que les élus de la Nupes, "dont les députés socialistes, se soient levés comme un seul homme pour soutenir" le député LFI Sébastien Delogu quand il a agité mardi un drapeau palestinien dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Pour Gabriel Attal, "quand la France insoumise siffle, la Nupes accourt".

Interrogé pour savoir s'il restera à Matignon en cas d'échec à ce scrutin de la majorité, nettement distancée dans les sondages par le Rassemblement national, Gabriel Attal a répondu que "la question de ces élections européennes, c'est plutôt ce que sera l'Europe après le 9 juin".

"Est-ce que la France sera le pays qui envoie le plus gros bataillon de députés d'extrême droite au Parlement européen ?", a demandé le chef du gouvernement. Si l'extrême droite arrivait en force au Parlement européen, elle "pourrait avoir une capacité de blocage des institutions européennes, ce qui entraînerait des conséquences très dangereuses pour notre pays", a-t-il averti.

Interrogé sur les différents scénarios politiques pour l'après 9 juin, dont celui d'une coalition avec la droite, il a rappelé qu'Emmanuel Macron avait dit début mai que "c'était une élection européenne aux conséquences européennes". "C'est l'élection des députés européens. La conclusion sera donc d'abord européenne", avait dit M. Macron dans la Tribune du dimanche.