Au Kirghizstan, des minis glaciers artificiels pour sauver les fermiers

Des cavaliers circulent dans une rue du village de Syn-Tash, à une soixantaine de kilomètres de Bichkek, le 13 février 2024. Dans les montagnes du Tian-Shan, au Kirghizstan, des villageois ont créé un glacier artificiel pour approvisionner en eau leurs fermes frappées par la sécheresse. (Photo de Vyacheslav Oseledko AFP)
Des cavaliers circulent dans une rue du village de Syn-Tash, à une soixantaine de kilomètres de Bichkek, le 13 février 2024. Dans les montagnes du Tian-Shan, au Kirghizstan, des villageois ont créé un glacier artificiel pour approvisionner en eau leurs fermes frappées par la sécheresse. (Photo de Vyacheslav Oseledko AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 03 mars 2024

Au Kirghizstan, des minis glaciers artificiels pour sauver les fermiers

  • Pour élever ce stupa de glace, toute la population environnante a œuvré deux semaines durant à l'automne afin de détourner d'une gorge l'eau d'un torrent montagneux provenant des sommets du Tian-Shan
  • Dans le nord du Kirghizstan, pays habitué aux révolutions et jacqueries, le manque d'eau a déjà provoqué des tensions sociales lors des précédents étés arides

SYN-TASH, Kirghizstan : Debout sur une colline artificielle de glace érigée dans le majestueux massif montagneux du Tian-Shan au Kirghizstan, l'éleveur Erkinbek Kaldanov se veut optimiste: «Désormais, nous n'aurons plus de problème avec l'eau», la sécheresse devenant un défi croissant en raison du changement climatique.

Sous ses pieds s'étend un monticule de glace d'une vingtaine de mètres de large et cinq de haut. Au cœur de l'hiver, il culminait à douze mètres.

Inquiet pour ses moutons l'an dernier après des pics de chaleur anormaux, M. Kaldanov veut croire que cette année sera moins difficile, car «quand le glacier artificiel fondra, il y aura de l'eau pour faire boire le bétail et irriguer les terres à Syn-Tash», son district.

Pour élever ce stupa de glace, toute la population environnante a œuvré deux semaines durant à l'automne afin de détourner d'une gorge l'eau d'un torrent montagneux provenant des sommets du Tian-Shan, le massif qui culmine à plus de 4.000 mètres d'altitude dans cette zone du nord du Kirghizstan, pays agricole.

Si Erkinbek Kaldanov doit compter sur cette solution, c'est que les glaciers naturels d'Asie centrale, principale ressource hydrique de la région, disparaissent peu à peu sous l'effet du réchauffement climatique.

Selon une étude de 2023 publiée dans la revue de référence «Science», l'accélération de la fonte des glaciers centrasiatiques, principalement situés au Kirghizstan et au Tadjikistan, atteindra un pic entre 2035 et 2055. A cela s'ajoute le manque de neige, dû lui aussi à la hausse des températures, qui ne leur permet plus de se régénérer.

- «Moins en moins d'eau» -

L'étendue du problème est visible sur les images satellites et régulièrement soulignée par les Nations unies. Tous les pays de la zone sont concernés, dont ceux, majoritairement désertiques, situés en aval: le Kazakhstan, l'Ouzbékistan et le Turkménistan.

De quoi alimenter les conflits latents entre les États, qui dépendent encore d'un complexe système de partage des eaux hérité de la période soviétique et aujourd'hui obsolète.

«Le réchauffement climatique touche aussi l'Asie centrale, il y a de moins en moins d'eau chaque année, les nappes phréatiques se vident, les sources s'assèchent et nous avons des problèmes avec les pâturages», résume pour l'AFP Aïdos Yzmanaliev, porte-parole des fermiers de Syn-Tash.

Trouver des solutions devient urgent, d'autant que l'agriculture représente officiellement environ 10% de la fragile économie kirghize et que deux-tiers des habitants vivent en zone rurale. Dans le nord du Kirghizstan, pays habitué aux révolutions et jacqueries, le manque d'eau a déjà provoqué des tensions sociales lors des précédents étés arides.

Avec les stupas de glace, «notre but principal est de fournir de l'eau au bétail, car la majorité des 8.400 habitants de la communauté de communes de Syn-Tash sont des agriculteurs et des éleveurs», explique à l'AFP son dirigeant, Maksat Djoldochev.

«Nous prévoyons de construire deux ou trois glaciers artificiels supplémentaires pour irriguer les terres arables» poursuit-il.

- Concept simple -

L'idée et la réalisation sont relativement simples. «L'eau est tirée à trois kilomètres depuis une source de montagne via des tuyaux souterrains, puis elle jaillit en fontaine et gèle, formant le glacier», synthétise M. Yzmanaliev. Le coût est relativement modeste, 550.000 soms (environ 5.700 euros).

«Outre le fait de fournir de l'eau liquide à sa fonte, le glacier fait également baisser la température ambiante et dégage de l'humidité qui se transmet à la végétation autour, broutée par le bétail du printemps à l'automne», poursuit M. Yzmalaniev.

Né dans l'Himalaya indien en 2014 et encore peu répandu au niveau mondial hormis au Chili et expérimenté en Suisse, le concept a été importé en 2020 au Kirghizstan par Abdilmalik Eguemberdiev, dirigeant de l'association kirghize des utilisateurs des pâturages.

«Nous avons maintenant 24 glaciers artificiels à travers le pays et d'autres doivent voir le jour», se félicite-t-il auprès de l'AFP.

De plus, «grâce aux glaciers artificiels, qui fondent entre début avril et mi-juin, les fermiers peuvent garder leur bétail jusqu'à deux mois et demi de plus dans les pâturages de printemps au lieu de les envoyer vers les pâturages estivaux». De quoi ralentir l'érosion des sols, un autre problème endémique en Asie centrale.


NEOM, Qiddiya et Diriyah figurent parmi les projets qui ont suscité l'intérêt des investisseurs britanniques lors du sommet de Londres

Somment sur l'infrastructure durable entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite à Londres. SPA
Somment sur l'infrastructure durable entre le Royaume-Uni et l'Arabie saoudite à Londres. SPA
Short Url
  • L'Arabie saoudite a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs britanniques pour son secteur des énergies renouvelables et ses infrastructures durables.
  • Les discussions ont porté sur l'importance de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Grande-Bretagne en matière de développement d'infrastructures durables, sur la progression vers des émissions nettes nulles.

RIYADH : L'Arabie saoudite a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs britanniques pour son secteur des énergies renouvelables et ses infrastructures durables, s'alignant ainsi sur sa Vision 2030 pour les initiatives vertes dans les projets environnementaux. 

C'est ce qui s'est passé lors du sommet anglo-saoudien sur les infrastructures durables qui s'est tenu à Londres le 24 juin, au cours duquel les opportunités offertes par les cinq principaux projets du Royaume - NEOM, Qiddiya, le projet de la mer Rouge, ROSHN et Diriyah - ont été mises en évidence, a rapporté l'agence de presse saoudienne (Saudi Press Agency).  

Ces initiatives s'inscrivent dans le cadre de l'engagement plus large du Royaume en faveur d'objectifs climatiques ambitieux, qui comprennent la réduction des émissions de carbone de 278 millions de tonnes par an d'ici 2030 et l'augmentation de la capacité de production d'énergie renouvelable de 50 %. 

Organisé par le Saudi British Business Council en collaboration avec les chambres de commerce saoudiennes et la City of London Corporation, le sommet a rassemblé plus de 250 dirigeants des secteurs industriel et financier des deux pays, ainsi que des représentants clés de ces giga-projets. 

L'événement a également mis l'accent sur le financement et les technologies vertes dans le but de parvenir à des émissions nettes nulles. 

Les discussions ont porté sur l'importance de la coopération entre l'Arabie saoudite et la Grande-Bretagne en matière de développement d'infrastructures durables, sur la progression vers des émissions nettes nulles, sur le comblement des déficits d'investissement et sur le rôle des partenariats public-privé.

Elles ont également porté sur les modèles de financement innovants, notamment les obligations vertes et les prêts liés à la durabilité, ainsi que sur la planification urbaine intelligente pour atteindre les objectifs de durabilité et mettre en œuvre des projets à grande échelle en utilisant des technologies innovantes à faible émission de carbone.

Le Saudi British Business Council, le Saudi British Sports Investment Forum et les secteurs de l'immobilier et de la finance ont organisé des réunions de groupes de travail sectoriels après le sommet afin de discuter de plans ambitieux pour développer le secteur du sport et le paysage de l'investissement au Royaume et au Royaume-Uni.

Une délégation de haut niveau du Royaume, conduite par la Fédération des chambres saoudiennes et le ministère de l'investissement, a participé à l'événement.

Lors de sa participation, le ministre de l'investissement, Khalid Al-Falih, a discuté, dans le cadre d'une table ronde, du partenariat stratégique entre les deux pays dans des secteurs d'intérêt mutuel et du développement de l'environnement d'investissement depuis le lancement de Saudi Vision 2030.

Le sommet s'est tenu à un moment où les relations économiques entre les deux pays se développent, et où le Royaume-Uni est le 25e partenaire commercial de l'Arabie saoudite.

Fin 2022, les deux pays ont signé un accord visant à renforcer leur collaboration dans le domaine de la finance verte, le Royaume cherchant de plus en plus à soutenir ses projets de transformation massive.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Airbus chute en Bourse après une baisse de ses prévisions financières et de livraisons

Airbus a abaissé ses prévisions de livraisons cette année, largement surveillées, à environ 770 avions contre environ 800 (Photo, Shutterstock).
Airbus a abaissé ses prévisions de livraisons cette année, largement surveillées, à environ 770 avions contre environ 800 (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • L'activité spatiale d'Airbus a représenté l'an passé environ 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 65,4 milliards réalisés par le groupe
  • Elle entraînait aussi à la baisse le motoriste Safran, qui perdait plus de 4%

L'avionneur européen Airbus chutait de près de 9% dans les premiers échanges mardi à la Bourse de Paris, après avoir fait état de difficultés pour ses livraisons d'avions et sa division spatiale qui l'ont contraint à abaisser ses perspectives financières pour 2024.

Airbus, sixième plus grosse entreprise du CAC 40 où elle valait lundi plus de 115 milliards d'euros, perdait vers 7H30 GMT 8,98% à 135,42 euros, dans un marché en baisse de 0,52%.

A l'ouverture, le titre a plongé de plus de 9%, sa pire chute depuis mars 2022, ce qui a effacé tous ses gains depuis le début de l'année.

Elle entraînait aussi à la baisse le motoriste Safran, qui perdait plus de 4%.

L'avionneur européen a indiqué lundi soir qu'il ne serait pas en mesure de respecter la feuille de route fixée en début d'année: il prévoit de ne livrer que 770 avions, contre 800 annoncés auparavant, en raison de difficultés persistantes de sa chaîne de fournisseurs.

Difficultés 

Il a également annoncé une nouvelle provision de 900 millions d'euros au premier semestre, liée à "certains programmes spatiaux de télécommunications, de navigation et d'observation".

Le tout amputera son bénéfice: Airbus, qui prévoyait un bénéfice opérationnel ajusté pour 2024 compris "entre 6,5 et 7,0 milliards d'euros", ne table plus que sur 5,5 milliards d'euros.

"Cet avertissement" est stupéfiant, soulignent les analystes de Deutsche Bank, qui ne recommandent plus d'acheter l'action. "La poussière doit retomber avant que nous puissions redevenir positifs."

Airbus "fait face à plus de défis qu'attendu", résume Chloe Lemarie, analyste de Jefferies.

L'annonce est un "vent contraire" à "la crédibilité de la direction sur le marché de l'espace", expliquent les analystes de RBC dans une note.

Dans le secteur spatial, l'industriel avait déjà dû passer une charge de 600 millions d'euros l'an passé en raison de l'estimation du coût de développement et des perspectives commerciales de certains programmes, notamment les nouveaux satellites géostationnaires de télécommunications Onesat.

L'activité spatiale d'Airbus a représenté l'an passé environ 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur les 65,4 milliards réalisés par le groupe.

Airbus présentera ses résultats semestriels le 30 juillet.


Le Premier ministre chinois appelle à «s'opposer au découplage» économique

Les drapeaux de l'Union européenne et de la Chine sont représentés lors du sommet Chine-UE au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 12 juillet 2016 (Photo, Reuters).
Les drapeaux de l'Union européenne et de la Chine sont représentés lors du sommet Chine-UE au Grand Palais du Peuple à Pékin, en Chine, le 12 juillet 2016 (Photo, Reuters).
Short Url
  • L'UE a annoncé mi-juin être prête à augmenter ses droits de douane - qui iraient ainsi jusqu'à 38% - sur les importations chinoises de voitures électriques à partir du 4 juillet
  • Ces surtaxes deviendraient définitives à partir de novembre

DALIAN, Chine: Le Premier ministre chinois Li Qiang a appelé mardi à "s'opposer au découplage" économique, au moment où l'Union européenne (UE), partenaire commercial clé de Pékin, s'apprête à imposer des surtaxes douanières sur les véhicules électriques chinois.

Les frictions entre l'Occident et la deuxième économie mondiale se sont intensifiées ces dernières années, sur fond de soutien chinois à l'économie russe, de tensions en mer de Chine méridionale et de rivalité Pékin-Washington dans les technologies de pointe.

"Nous devrions avoir un état d'esprit grand ouvert, travailler en étroite collaboration, abandonner cette idée de former des camps idéologiques et nous opposer au découplage", a indiqué le Premier ministre Li Qiang, qui en Chine est spécifiquement chargé des questions économiques.

Le "découplage" consiste pour un pays à couper tout lien économique avec un pays, ou du moins de limiter sa dépendance à son égard.

Le discours de Li Qiang, prononcé à l'ouverture du Forum économique mondial à Dalian (nord-est de la Chine), connu familièrement sous le nom de "Davos d'été", intervient à un moment de défiance en Occident vis-à-vis des dépendances économiques vis-à-vis du géant asiatique.

Le Premier ministre a également appelé à "maintenir la stabilité et le bon fonctionnement des chaînes industrielles et d'approvisionnement" ou encore à "déployer d'importants efforts en faveur de la croissance économique mondiale".

L'UE a annoncé mi-juin être prête à augmenter ses droits de douane - qui iraient ainsi jusqu'à 38% - sur les importations chinoises de voitures électriques à partir du 4 juillet, si les discussions avec les autorités chinoises n'aboutissent pas.

La Commission européenne reproche à Pékin d'avoir, selon elle, faussé la concurrence en subventionnant massivement ce secteur.

Surtaxe 

Ces surtaxes deviendraient définitives à partir de novembre.

La Chine qualifie régulièrement ces surtaxes de "purement protectionnistes". Elle argue que le succès de son secteur électrique est dû à l'innovation et aux chaînes d'approvisionnement performantes.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, plaide toutefois officiellement pour une "réduction des risques" de l'UE vis-à-vis de la Chine mais pas pour un "découplage".

De leur côté, les Etats-Unis ont annoncé le mois dernier une augmentation très sensible des droits de douane appliqués à l'équivalent de 18 milliards de dollars (16,8 milliards d'euros) de produits chinois, notamment les voitures électriques et batteries pour ces véhicules.

Cette décision va selon la Chine "porter gravement préjudice" aux relations bilatérales.