Comment le Royaume s’engage dans la recherche de pointe sur les environnements marins uniques de la mer Rouge

Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Short Url
Publié le Samedi 30 mars 2024

Comment le Royaume s’engage dans la recherche de pointe sur les environnements marins uniques de la mer Rouge

  • Les expéditions conjointes du Centre national saoudien de la faune et d’Oceans ont révélé l'existence de 20 trous bleus
  • Les explorations futures permettront de mieux cartographier ces formations sous-marines extrêmement profondes et d'identifier une plus grande diversité d’espèces

RIYAD : Alors que l'Arabie saoudite est depuis longtemps célèbre pour ses sites antiques, sa culture distinctive et ses vastes étendues désertiques, les avancées récentes dans la recherche marine et l'exploration pourraient bientôt attirer les scientifiques et les touristes vers les régions bleues du Royaume.

Au cours de la première année seulement d'une expédition décennale dirigée par le Centre national saoudien de la faune, 20 trous bleus, des gouffres sous-marins extrêmement profonds, ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge.

Les trous bleus, ainsi nommés en raison de leur couleur vibrante, sont depuis longtemps considérés comme des refuges pour une variété diversifiée de la vie marine, attirant les chercheurs désireux d'étudier leur remarquable biodiversité et les plongeurs amateurs séduits par leur profonde beauté naturelle.

 

LA FAUNE VIVANT DANS LES TROUS BLEUS

Les coraux

Les poissons

Les invertébrés

Les mammifères marins 

Les tortues de mer

 

Mohammad Qurban, PDG du CNF, a souligné que la découverte des trous bleus marquait une avancée majeure dans l'exploration des écosystèmes marins du Royaume.

« La découverte des trous bleus en Arabie saoudite est le résultat d'un effort d'exploration conjoint mené avec KAUST, l'Université du roi Abdallah pour les sciences et la technologie lors de l'expédition décennale en mer Rouge », a-t-il déclaré à Arab News.

« L'Exploration des Merveilles de la Mer Rouge : Une Expédition de Décennale » est une expédition de recherche scientifique sans précédent lancée l'année dernière par le CNF en partenariat avec OceanX et KAUST.

photo
Le navire OceanXplorer.  (Photo du CNF)

Les chercheurs utilisent des techniques de plongée avancées, des technologies de télédétection, des engins sous-marins téléguidés et des sous-marins autonomes pour examiner la géologie, l'hydrologie, la biologie et la chimie des trous bleus afin de percer les mystères de ces écosystèmes uniques.

« La plongée scientifique permet une observation directe et la collecte d'échantillons, tandis que la technologie permet la cartographie et l'étude des parties les plus profondes et les plus inaccessibles des trous bleus », a déclaré Carlos Duarte, scientifique en chef de l'expédition et professeur émérite en sciences marines à l'Université du roi Abdallah des Sciences et de la Technologie (KAUST), à Arab News.

Duarte est crédité d'avoir identifié une zone précédemment inexplorée de la côte sud de la mer Rouge du Royaume, s'étendant du nord de Jazan à Al-Lith, comme une zone d'intérêt potentiel pour la conservation marine.

photo
Les chercheurs utilisent des techniques de plongée avancées pour examiner la biologie et la chimie des trous bleus. (Photo du CNF)

« C'est un véritable labyrinthe de récifs coralliens que j'ai eu l’occasion d’explorer pendant quelques années à bord d'un navire de recherche de KAUST », a-t-il déclaré. « Naviguer à travers ce dédale est une tâche intimidante, car il comporte des zones très peu profondes adjacentes à des zones profondes. À un moment donné, la proue du navire se trouvait juste au-dessus d'un récif corallien émergent, tandis que le sondeur de profondeur, situé à 15 mètres vers l'arrière du navire, indiquait une profondeur de 750 mètres. »

Duarte a révélé qu'il aurait pu être à proximité d'un trou bleu sans même le savoir, « car à l'époque, nous ne disposions pas de l'équipement de cartographie sous-marine nécessaire ».

photo
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)

« C'est pourquoi j'ai choisi cette zone pour concevoir l'expédition décennale de la mer Rouge - l'exploration la plus ambitieuse de la mer Rouge saoudienne à ce jour, dirigée par le Centre national de la faune, où j'ai servi en tant que chef scientifique. Nous disposions de la plateforme idéale, le navire de recherche avancé d’OceanX, pour explorer cette région. »

À la suite de cette récente expédition, les chercheurs estiment avoir identifié l'existence de deux types de trous bleus - les anneaux bleus et les lagunes submergées.

Les anneaux bleus sont des cylindres de corail qui émergent à environ 400 mètres de profondeur et sont coiffés d'un anneau de corail s'étendant jusqu'à la surface. En revanche, les lagunes submergées sont formées par l'effondrement de plateformes de carbonate et peuvent atteindre une profondeur de 700 mètres – voire davantage.

photo
Une vue rapprochée d'un anneau bleu, composé de cylindres de corail émergeant d'une profondeur d'environ 400 mètres. (Photo du CNF)

« Nous avons exploré à l’aide d’un navire de pointe, de submersibles, de robots sous-marins, d’un navire de cartographie à faible profondeur et un hélicoptère, couplés à une technologie de séquençage avancée », a déclaré Duarte.

« Le Centre national de la faune prévoit une expédition ultérieure pour explorer et cartographier les nombreux trous bleus qui n'ont pas encore été visités. Il est essentiel que la conservation de ce trésor naturel repose sur des données précises et complètes », a souligné Duarte, en ajoutant que les trous bleus méritent une attention particulière de la part des écologistes en raison des nombreuses espèces marines en danger qui en dépendent.

« Ce sont des caractéristiques uniques, dont quelques-unes ont été décrites ailleurs dans les océans, mais jamais dans une telle diversité et en aussi grand nombre que dans la mer Rouge saoudienne », a-t-il expliqué. « Nous avons observé des mammifères marins cherchant refuge à l'intérieur de ces trous bleus, qu'ils semblent utiliser comme une nurserie, où leurs nouveau-nés sont protégés à l'intérieur.

« Les trous bleus jouent un rôle multifacette en dévoilant les processus géologiques qui façonnent la dynamique des plateformes de carbonate et en définissant les limites des environnements marins à travers les conditions extrêmes qu'ils présentent.

Ils fournissent également une preuve tangible de l'importance des abris physiques pour la vie marine vulnérable, ce qui enrichit nos connaissances et oriente nos efforts en matière de conservation ».

Ce qui rend les trous bleus si fascinants, c'est leur extrême profondeur, dont une grande partie est inaccessible, même aux méthodes d'exploration sous-marine les plus avancées. À ces profondeurs, prospèrent certains des organismes les plus résilients et les moins compris.

« En profondeur, ils sont privés d'oxygène, ce qui donne lieu à des communautés biologiques uniques qui méritent une attention particulière », a expliqué Duarte.

« Ils demeurent même mystérieux pour les pêcheurs locaux, qui n'osent pas s'aventurer à l'intérieur de ce labyrinthe de récifs, et leur véritable nature ne peut être appréhendée que depuis les airs à basse altitude, si bien que même les satellites ne peuvent vraiment pas les dépeindre avec précision. »

 

en bref

• L'expédition « L'Exploration des Merveilles de la Mer Rouge : Une Expédition de Décennale » a cartographié plus de 62 000 km² de fonds marins et a collecté plus de 800 échantillons.

• L'équipe d'expédition a signalé de nombreuses observations de mégafaune à travers la mer Rouge, notamment des requins, des raies manta et des tortues.

• Le CNF mène des recherches sur la biodiversité et les menaces pesant sur ces importants environnements marins dans les eaux saoudiennes de la mer Rouge.

En raison des caractéristiques rares de ces environnements et de l’importance des espèces qui en dépendent, Qurban a déclaré que le CNF met en place un effort de conservation dédié visant à protéger les trous bleus.

« Ces efforts comprennent l'établissement de zones marines protégées, la réglementation des activités de plongée et de pêche, ainsi que la réalisation de recherches scientifiques visant à mieux comprendre la signification écologique des trous bleus », a-t-il déclaré.

Les objectifs environnementaux de ces expéditions s'inscrivent dans le cadre de la Vision 2030 du Royaume, un plan ambitieux de réforme sociale et de diversification économique lancé par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, et de l'Initiative verte saoudienne, établie en 2021.

« Le Centre national de la faune s’engage à préserver de 30 % des eaux de la mer Rouge en tant que zones protégées d'ici 2030, en étroite collaboration avec les agences environnementales locales, les organisations de conservation marine, les institutions de recherche et les parties prenantes pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie de conservation intégrale visant à sauvegarder les trous bleus. » 

Quant à l'avenir de l'exploration marine saoudienne en mer Rouge, Duarte a déclaré que les dernières découvertes de trous bleus ne représentent que la partie visible de l'iceberg. 

« Ils étaient à 'portée de bras' pendant des millénaires, mais ce n'est que maintenant que nous avons pu les explorer, » a-t-il déclaré. 

« Ce que nous avons découvert n'est qu’un début. Beaucoup restent à explorer et ceux que nous avons déjà explorés pourraient ne pas être les plus remarquables. »


Frontière Gaza-Egypte: Israël annonce avoir pris le contrôle du couloir de Philadelphie

Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Un responsable militaire israélien a déclaré mercredi que les forces israéliennes avaient obtenu le contrôle tactique du couloir de Philadelphie qui longe la frontière entre la bande de Gaza et l'Égypte. (AFP)
Short Url
  • Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005
  • Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza

JÉRUSALEM: L'armée israélienne a pris le contrôle du couloir de Philadelphie, zone tampon à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, a affirmé mercredi soir le porte-parole de l'armée israélienne.

"Ces derniers jours", les forces armées israéliennes "ont pris le contrôle opérationnel du couloir de Philadelphie à la frontière entre l'Egypte et Rafah", a affirmé le contre-amiral Daniel Hagari, lors d'une déclaration télévisée.

Le couloir de Philadelphie est un chemin de patrouille frontalier que l'armée israélienne s'était taillé le long de la frontière avec l'Egypte à l'intérieur de la bande de Gaza avant le retrait israélien unilatéral de ce territoire palestinien en 2005, après 38 années d'occupation.

"Le couloir de Philadelphie servait de tuyau d'oxygène au Hamas, par lequel il faisait transiter régulièrement des armes vers la bande de Gaza", a poursuivi M. Hagari, ajoutant que l'armée israélienne avait découvert "une vingtaine de tunnels" dans cette zone.

"Ces dernières semaines, nos forces ont découvert une infrastructure terroriste souterraine sophistiquée à l'est de Rafah d'une longueur d'un kilomètre et demi à une centaine de mètres du passage" frontalier de Rafah, entre l'Egypte et la bande de Gaza, a en outre déclaré le porte-parole.

Ce poste-frontière, seul point de passage entre la bande de Gaza et l'Egypte, est fermé depuis que l'armée israélienne en a pris le contrôle au début du mois de mai.

Mercredi, des combats de rue et des bombardements ont secoué Rafah, ville frontalière de l'Egypte à la lisière sud de la bande de Gaza, au lendemain de l'entrée de chars israéliens dans le centre de la ville, devenue, ces dernières semaines, l'épicentre de la guerre entre l'armée israélienne et le Hamas.

 


Les détenteurs de visas ne pourront pas accéder à La Mecque pendant la saison du Hajj

Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Des pèlerins musulmans se recueillent autour de la Kaaba, à la Grande Mosquée, lors du pèlerinage annuel du Hajj à La Mecque, en Arabie saoudite, le 25 juin 2023. (AFP)
Short Url
  • Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction
  • Le ministère a exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée

RYAD: Le ministère saoudien de l'Intérieur a annoncé que les détenteurs de visas de visite ne seront pas autorisés à entrer ou à séjourner à La Mecque pendant la saison du Hajj.

Du 23 mai au 21 juin, seuls les pèlerins munis de permis de Hajj seront autorisés à entrer à La Mecque, sous peine de sanctions en cas d'infraction.

Le ministère a souligné que les visas de visite ne permettaient pas d'effectuer le Hajj. Il a également exhorté les visiteurs qui sont actuellement en Arabie saoudite à éviter de se rendre à La Mecque pendant la période spécifiée.

«Les contrevenants seront soumis à des sanctions, conformément aux lois en vigueur dans le Royaume», lit-on dans un communiqué du ministère.

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment annoncé qu'il infligerait des amendes d'un montant de 2 666 dollars (1 dollar = 0,92 euro) à toute personne, citoyens saoudiens compris, surprise en train d'entrer à La Mecque sans permis de Hajj entre le 2 et le 20 juin.


Gaza:Des militants palestiniens diffuse une vidéo d'un otage israélien en vie

Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Une image extraite d'une vidéo publiée par le groupe militant palestinien Jihad islamique le 28 mai 2024, montre un otage israélien détenu à Gaza, identifié par les médias israéliens comme étant l'otage russo-israélien de 28 ans Sasha Trupanov, s'adressant à la caméra ( Photo, AFP).
Short Url
  • Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe
  • Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre

GAZA: Le Jihad islamique palestinien a diffusé mardi la vidéo d'un otage israélien en vie s'exprimant en hébreu dans un court message.

Le jeune homme, identifié par les médias israéliens comme étant Sacha Trupanov, 28 ans, est un citoyen israélo-russe. Il avait été capturé le 7 octobre dans le kibboutz Nir Oz puis emmené dans la bande de Gaza.

Sa mère, sa grand-mère et sa petite amie qui avaient été enlevées le même jour ont été libérées lors de la trêve fin novembre entre le Hamas et Israël, qui a permis la libération de 105 otages.

Son père Vitaly Trupanov, 50 ans, avait été tué lors de l'attaque.

"Voir mon Sasha à la télévision aujourd'hui est très réconfortant, mais cela me brise aussi le cœur qu'il soit en captivité depuis si longtemps. J'en appelle à tout le monde, à tous les décisionnaires, s'il vous plaît, faites tout, absolument tout, pour ramener mon fils et tous les otages à la maison maintenant !", a déclaré sa mère Yelena Trupanov, dans un court message publié par le Forum des familles d'otages.

Preuve 

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien ont déjà, par le passé, diffusé des vidéos d'otages.

Cette vidéo "est une preuve supplémentaire que le gouvernement israélien doit donner un mandat clair à l'équipe de négociation, qui pourra aboutir à un accord pour le retour de tous les otages", affirme le Forum des familles d'otages, principale association israélienne de proches d'otages retenus dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre.

Ce jour-là, des commandos du Hamas ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.189 personnes, en majorité des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

Ils ont également enlevé 252 personnes. Parmi elles, selon Israël, 121 sont toujours détenues dans la bande de Gaza, dont 37 sont considérées mortes par l'armée israélienne.

La vaste opération militaire menée en représailles par Israël dans la bande de Gaza a fait plus de 36.000 morts, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.