Comment le Royaume s’engage dans la recherche de pointe sur les environnements marins uniques de la mer Rouge

Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)
Short Url
Publié le Samedi 30 mars 2024

Comment le Royaume s’engage dans la recherche de pointe sur les environnements marins uniques de la mer Rouge

  • Les expéditions conjointes du Centre national saoudien de la faune et d’Oceans ont révélé l'existence de 20 trous bleus
  • Les explorations futures permettront de mieux cartographier ces formations sous-marines extrêmement profondes et d'identifier une plus grande diversité d’espèces

RIYAD : Alors que l'Arabie saoudite est depuis longtemps célèbre pour ses sites antiques, sa culture distinctive et ses vastes étendues désertiques, les avancées récentes dans la recherche marine et l'exploration pourraient bientôt attirer les scientifiques et les touristes vers les régions bleues du Royaume.

Au cours de la première année seulement d'une expédition décennale dirigée par le Centre national saoudien de la faune, 20 trous bleus, des gouffres sous-marins extrêmement profonds, ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge.

Les trous bleus, ainsi nommés en raison de leur couleur vibrante, sont depuis longtemps considérés comme des refuges pour une variété diversifiée de la vie marine, attirant les chercheurs désireux d'étudier leur remarquable biodiversité et les plongeurs amateurs séduits par leur profonde beauté naturelle.

 

LA FAUNE VIVANT DANS LES TROUS BLEUS

Les coraux

Les poissons

Les invertébrés

Les mammifères marins 

Les tortues de mer

 

Mohammad Qurban, PDG du CNF, a souligné que la découverte des trous bleus marquait une avancée majeure dans l'exploration des écosystèmes marins du Royaume.

« La découverte des trous bleus en Arabie saoudite est le résultat d'un effort d'exploration conjoint mené avec KAUST, l'Université du roi Abdallah pour les sciences et la technologie lors de l'expédition décennale en mer Rouge », a-t-il déclaré à Arab News.

« L'Exploration des Merveilles de la Mer Rouge : Une Expédition de Décennale » est une expédition de recherche scientifique sans précédent lancée l'année dernière par le CNF en partenariat avec OceanX et KAUST.

photo
Le navire OceanXplorer.  (Photo du CNF)

Les chercheurs utilisent des techniques de plongée avancées, des technologies de télédétection, des engins sous-marins téléguidés et des sous-marins autonomes pour examiner la géologie, l'hydrologie, la biologie et la chimie des trous bleus afin de percer les mystères de ces écosystèmes uniques.

« La plongée scientifique permet une observation directe et la collecte d'échantillons, tandis que la technologie permet la cartographie et l'étude des parties les plus profondes et les plus inaccessibles des trous bleus », a déclaré Carlos Duarte, scientifique en chef de l'expédition et professeur émérite en sciences marines à l'Université du roi Abdallah des Sciences et de la Technologie (KAUST), à Arab News.

Duarte est crédité d'avoir identifié une zone précédemment inexplorée de la côte sud de la mer Rouge du Royaume, s'étendant du nord de Jazan à Al-Lith, comme une zone d'intérêt potentiel pour la conservation marine.

photo
Les chercheurs utilisent des techniques de plongée avancées pour examiner la biologie et la chimie des trous bleus. (Photo du CNF)

« C'est un véritable labyrinthe de récifs coralliens que j'ai eu l’occasion d’explorer pendant quelques années à bord d'un navire de recherche de KAUST », a-t-il déclaré. « Naviguer à travers ce dédale est une tâche intimidante, car il comporte des zones très peu profondes adjacentes à des zones profondes. À un moment donné, la proue du navire se trouvait juste au-dessus d'un récif corallien émergent, tandis que le sondeur de profondeur, situé à 15 mètres vers l'arrière du navire, indiquait une profondeur de 750 mètres. »

Duarte a révélé qu'il aurait pu être à proximité d'un trou bleu sans même le savoir, « car à l'époque, nous ne disposions pas de l'équipement de cartographie sous-marine nécessaire ».

photo
Au cours d'une expédition décennale menée par le Centre national saoudien pour la faune, vingt trous bleus extrêmement profonds ont été découverts le long de la côte sud de la mer Rouge du Royaume. (Photo du CNF)

« C'est pourquoi j'ai choisi cette zone pour concevoir l'expédition décennale de la mer Rouge - l'exploration la plus ambitieuse de la mer Rouge saoudienne à ce jour, dirigée par le Centre national de la faune, où j'ai servi en tant que chef scientifique. Nous disposions de la plateforme idéale, le navire de recherche avancé d’OceanX, pour explorer cette région. »

À la suite de cette récente expédition, les chercheurs estiment avoir identifié l'existence de deux types de trous bleus - les anneaux bleus et les lagunes submergées.

Les anneaux bleus sont des cylindres de corail qui émergent à environ 400 mètres de profondeur et sont coiffés d'un anneau de corail s'étendant jusqu'à la surface. En revanche, les lagunes submergées sont formées par l'effondrement de plateformes de carbonate et peuvent atteindre une profondeur de 700 mètres – voire davantage.

photo
Une vue rapprochée d'un anneau bleu, composé de cylindres de corail émergeant d'une profondeur d'environ 400 mètres. (Photo du CNF)

« Nous avons exploré à l’aide d’un navire de pointe, de submersibles, de robots sous-marins, d’un navire de cartographie à faible profondeur et un hélicoptère, couplés à une technologie de séquençage avancée », a déclaré Duarte.

« Le Centre national de la faune prévoit une expédition ultérieure pour explorer et cartographier les nombreux trous bleus qui n'ont pas encore été visités. Il est essentiel que la conservation de ce trésor naturel repose sur des données précises et complètes », a souligné Duarte, en ajoutant que les trous bleus méritent une attention particulière de la part des écologistes en raison des nombreuses espèces marines en danger qui en dépendent.

« Ce sont des caractéristiques uniques, dont quelques-unes ont été décrites ailleurs dans les océans, mais jamais dans une telle diversité et en aussi grand nombre que dans la mer Rouge saoudienne », a-t-il expliqué. « Nous avons observé des mammifères marins cherchant refuge à l'intérieur de ces trous bleus, qu'ils semblent utiliser comme une nurserie, où leurs nouveau-nés sont protégés à l'intérieur.

« Les trous bleus jouent un rôle multifacette en dévoilant les processus géologiques qui façonnent la dynamique des plateformes de carbonate et en définissant les limites des environnements marins à travers les conditions extrêmes qu'ils présentent.

Ils fournissent également une preuve tangible de l'importance des abris physiques pour la vie marine vulnérable, ce qui enrichit nos connaissances et oriente nos efforts en matière de conservation ».

Ce qui rend les trous bleus si fascinants, c'est leur extrême profondeur, dont une grande partie est inaccessible, même aux méthodes d'exploration sous-marine les plus avancées. À ces profondeurs, prospèrent certains des organismes les plus résilients et les moins compris.

« En profondeur, ils sont privés d'oxygène, ce qui donne lieu à des communautés biologiques uniques qui méritent une attention particulière », a expliqué Duarte.

« Ils demeurent même mystérieux pour les pêcheurs locaux, qui n'osent pas s'aventurer à l'intérieur de ce labyrinthe de récifs, et leur véritable nature ne peut être appréhendée que depuis les airs à basse altitude, si bien que même les satellites ne peuvent vraiment pas les dépeindre avec précision. »

 

en bref

• L'expédition « L'Exploration des Merveilles de la Mer Rouge : Une Expédition de Décennale » a cartographié plus de 62 000 km² de fonds marins et a collecté plus de 800 échantillons.

• L'équipe d'expédition a signalé de nombreuses observations de mégafaune à travers la mer Rouge, notamment des requins, des raies manta et des tortues.

• Le CNF mène des recherches sur la biodiversité et les menaces pesant sur ces importants environnements marins dans les eaux saoudiennes de la mer Rouge.

En raison des caractéristiques rares de ces environnements et de l’importance des espèces qui en dépendent, Qurban a déclaré que le CNF met en place un effort de conservation dédié visant à protéger les trous bleus.

« Ces efforts comprennent l'établissement de zones marines protégées, la réglementation des activités de plongée et de pêche, ainsi que la réalisation de recherches scientifiques visant à mieux comprendre la signification écologique des trous bleus », a-t-il déclaré.

Les objectifs environnementaux de ces expéditions s'inscrivent dans le cadre de la Vision 2030 du Royaume, un plan ambitieux de réforme sociale et de diversification économique lancé par le prince héritier Mohammed ben Salmane en 2016, et de l'Initiative verte saoudienne, établie en 2021.

« Le Centre national de la faune s’engage à préserver de 30 % des eaux de la mer Rouge en tant que zones protégées d'ici 2030, en étroite collaboration avec les agences environnementales locales, les organisations de conservation marine, les institutions de recherche et les parties prenantes pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie de conservation intégrale visant à sauvegarder les trous bleus. » 

Quant à l'avenir de l'exploration marine saoudienne en mer Rouge, Duarte a déclaré que les dernières découvertes de trous bleus ne représentent que la partie visible de l'iceberg. 

« Ils étaient à 'portée de bras' pendant des millénaires, mais ce n'est que maintenant que nous avons pu les explorer, » a-t-il déclaré. 

« Ce que nous avons découvert n'est qu’un début. Beaucoup restent à explorer et ceux que nous avons déjà explorés pourraient ne pas être les plus remarquables. »


L’Association des journalistes saoudiens assiste aux réunions de la Fédération internationale des journalistes à Londres

Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse pour un développement accru. (Photo, SPA)
Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse pour un développement accru. (Photo, SPA)
Short Url
  • L’événement a abordé l’impact de l’intelligence artificielle sur le journalisme et la sécurité des professionnels des médias dans les zones de conflit
  • Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse et de l’échange de connaissances

LONDRES: L’Association des journalistes saoudiens a participé mercredi en tant qu’observateur aux réunions de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) à Londres.

L’événement, organisé par le Syndicat national des journalistes du Royaume-Uni, a abordé l’impact de l’intelligence artificielle (IA) sur le journalisme et la sécurité des professionnels des médias dans les zones de conflit.

La FIJ, la plus grande fédération de journalistes au monde, s’est engagée à contribuer au développement des compétences des journalistes pour s’adapter à l’évolution rapide des outils journalistiques, notamment à l’influence croissante de l’IA.

Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse et de l’échange de connaissances pour développer davantage l’association saoudienne.

«C’est la première fois que l’association participe en tant qu’observateur après avoir rejoint la FIJ à la fin de l’année dernière», souligne M. Al-Ahmari.

«Nous avons pour objectif de jouer un rôle plus important au sein de la fédération dans la période à venir.»

L’Association des journalistes saoudiens a été fondée en 2003 en tant qu’organe de la société civile qui regroupe les journalistes professionnels du pays. Elle leur permet de jouer un rôle plus important et leur inculque un sens des responsabilités à l’égard de leur pays et de leur peuple.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Liban ne doit pas devenir «un autre Gaza», plaide le chef de l'ONU

De jeunes libanais sautent dans une piscine surplombée par un avant-poste militaire israélien, dans le village de Rmaysh, au sud du Liban, près de la frontière nord avec Israël, le 21 juin 2024, alors que les affrontements transfrontaliers entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah se poursuivent. (Photo par AFP)
De jeunes libanais sautent dans une piscine surplombée par un avant-poste militaire israélien, dans le village de Rmaysh, au sud du Liban, près de la frontière nord avec Israël, le 21 juin 2024, alors que les affrontements transfrontaliers entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah se poursuivent. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Soyons clairs: la population de la région et la population du monde ne peuvent pas se permettre que le Liban devienne un autre Gaza», a lancé Antonio Guterres à la presse
  • «Le risque d'extension du conflit au Moyen-Orient est réel et doit être évité. Un geste irréfléchi, une erreur de calcul, pourraient provoquer une catastrophe largement au delà de la frontière, et franchement inimaginable», a-t-il mis en garde

NATIONS UNIES : Le Liban ne peut pas devenir «un autre Gaza», a insisté vendredi le secrétaire général de l'ONU, dénonçant la «rhétorique belliqueuse» d'Israël et du Hezbollah qui fait craindre une catastrophe «inimaginable».

«Soyons clairs: la population de la région et la population du monde ne peuvent pas se permettre que le Liban devienne un autre Gaza», a lancé Antonio Guterres à la presse.

«Je me sens obligé aujourd'hui d'exprimer ma profonde inquiétude concernant l'escalade entre Israël et le Hezbollah le long de la Ligne bleue», la ligne de démarcation fixée par l'ONU entre le Liban et Israël, a-t-il déclaré.

«Escalade dans l'échange continu de tirs. Escalade de la rhétorique belliqueuse des deux parties comme si une guerre totale était imminente.»

«Le risque d'extension du conflit au Moyen-Orient est réel et doit être évité. Un geste irréfléchi, une erreur de calcul, pourraient provoquer une catastrophe largement au delà de la frontière, et franchement inimaginable», a-t-il mis en garde.

Le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza a provoqué une flambée de violence à la frontière nord d'Israël avec le Liban, où les échanges de tirs entre l'armée et le Hezbollah, un allié du Hamas, se sont intensifiés ces dernières semaines.

Et une escalade de la rhétorique belliqueuse entre les deux protagonistes fait craindre une guerre à grande échelle.


Gaza : la «pause» israélienne n'a eu «aucun impact» sur l'aide humanitaire selon l’OMS

Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Short Url
  • «Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn
  • L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA)

GENÈVE  : La «pause» quotidienne annoncée par l'armée israélienne dans ses opérations dans le sud de la bande Gaza n'a eu «aucun impact» sur l'arrivée de l'aide humanitaire qui est restée «minime», a affirmé vendredi un responsable de l'OMS pour les territoires palestiniens occupés.

«Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève.

De son côté Médecins sans frontières prévient que «sans un réapprovisionnement significatif en fournitures médicales dans les prochains jours», l'ONG pourrait devoir «arrêter ou réduire considérablement» ses activités médicales à Gaza, selon un communiqué.

L'armée israélienne a annoncé dimanche une pause «de 08H00 à 19H00 (05H00 à 16H00 GMT) tous les jours et jusqu'à nouvel ordre», sur un tronçon routier d'une dizaine de kilomètres allant du point de passage israélien de Kerem Shalom, à l'extrémité sud de la bande de Gaza, jusqu'à l'Hôpital européen de Rafah, plus au nord.

L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA).

La situation humanitaire et sanitaire est catastrophique dans l'ensemble de l'étroit territoire palestinien.

«Les Nations unies tentent d'opérer dans un environnement où il est impossible de travailler», a déclaré le Dr Thanos Gargavanis, chirurgien traumatologue et responsable des urgences à l'OMS.

Récupérer l'aide humanitaire à Kerem Shalom est dangereux.

Toutefois du carburant a pu rentrer en quantité limitée, a expliqué M. Laerke. Il est indispensable pour produire de l'électricité.

- Evacuations médicales -

La guerre à Gaza a éclaté le 7 octobre, quand des commandos du Hamas ont mené une attaque dans le sud d'Israël qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, et ses bombardements incessants ainsi que les combats au sol ont fait jusqu'à présent 37.431 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Selon l'OMS, il ne restait plus en date du 17 mai que 750 personnes dans la ville de Rafah et entre 60.000 et 75.000 personnes dans la zone d'Al-Mawasi, zone dans le sud de la bande de Gaza, où nombre de Palestiniens s'étaient réfugiés depuis le début de l'offensive israélienne sur Rafah.

«Nous avons des patients souffrant de brûlures graves, de fractures ouvertes, et nous n’avons même pas assez d’analgésiques pour soulager leurs souffrances», explique Guillemette Thomas, coordinatrice médicale de MSF dans les territoires palestiniens.

«Dans les hôpitaux Nasser et Al Aqsa, nos équipes ont dû réduire la fréquence des changements de pansements pour les patients gravement brûlés en raison du manque de compresses stériles, ce qui pourrait entraîner davantage d'infections des plaies», a-t-elle ajouté, décrivant aussi la multiplication des cas de gale, faute d'hygiène.

MSF opère avec 400 employés palestiniens locaux et entre 20 et 30 employés internationaux dans la bande de Gaza.

L'ONG et l'ONU réclament la réouverture du point de passage de Rafah pour l'aide humanitaire.

«Nous avons six camions, remplis de 37 tonnes de fournitures» médicales qui attendent depuis le 14 juin du côté égyptien du point de passage de Kerem Shalom, s'indigne Mme Thomas.

L'OMS réclame aussi des évacuations médicales. Une autre «alternative» pour les évacuations médicales serait le point de passage de Kerem Shalom, vers l'international ou bien, et ce serait «le plus logique», vers Jérusalem ou la Cisjordanie occupée, a expliqué le Dr Peeperkorn.

Selon l'OMS, seulement 17 des 36 hôpitaux à Gaza sont opérationnels, mais partiellement.

Environ 4.900 patients ont été évacués de Gaza pour des raisons médicales, liées à la guerre ou pour des maladies chroniques, depuis le 7 octobre, et l'OMS estime actuellement qu'il faut en sortir au moins 10.000 autres.

Mais aucun patient n'a pu être évacué depuis la fermeture du point de passage de Rafah le 7 mai, indique l'OMS.