La musique millénaire des Joujouka résonne dans les montagnes marocaines

Le groupe des Maîtres Musiciens de Joujouka se produit lors du festival musical annuel Joujouka dans le village de Jajouka, au nord du Maroc, le 27 mai 2024 (Photo, AFP).
Le groupe des Maîtres Musiciens de Joujouka se produit lors du festival musical annuel Joujouka dans le village de Jajouka, au nord du Maroc, le 27 mai 2024 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 03 juin 2024

La musique millénaire des Joujouka résonne dans les montagnes marocaines

  • La notoriété du groupe à l'international revient au fondateur des Rolling Stones, Brian Jones, qui lui a consacré un album posthume
  • Avant son décès en 1969, la rockstar anglaise finalise l'album et choisit la pochette du disque, une peinture le représentant au milieu des musiciens, de l'artiste marocain Mohamed Hamri

JAJOUKA: "La musique ne doit jamais cesser de résonner dans le village". Si les musiciens marocains de Joujouka ont fait voyager leurs airs aux influences soufies jusqu'à Glastonbury, ils la perpétuent aussi chez eux, le temps d'un festival confidentiel qui attire des passionnés du monde entier.

Il est plus d'une heure du matin quand 15 musiciens, vêtus d'épaisses djellabas en laine typique de la région  entrent sur une scène aménagée sous une grande tente caïdale, dans une cour bordée d'oliviers.

Dans la petite bourgade montagneuse de Jajouka, dans le nord du Maroc, le son strident des ghaytas (sorte de hautbois) enveloppé par le rythme saccadé des tbels (percussions) emplissent l'espace, sans amplificateurs ni enceintes.

La performance instrumentale, hypnotique, dure près de trois heures sans que le rythme ne baisse.

Chaque printemps, les maîtres musiciens de Joujouka, dont la musique date de 4.000 ans selon la légende, accueillent une cinquantaine de personnes qui vivent au rythme de la musique et de la nature durant trois jours.

"C'est une expérience splendide", confie à l'AFP John Egan, musicien venu du Royaume-Uni, ancien membre du groupe de rock psychédélique Ozric Tentacles. "C'est une musique incroyablement puissante. C'est quasiment impossible d'avoir plusieurs musiciens jouant au diapason à ce rythme".

Brian Jones

La notoriété du groupe à l'international revient au fondateur des Rolling Stones, Brian Jones, qui lui a consacré un album posthume: "Brian Jones presents the pipes of pan at Joujouka" (1971).

A l'été 1968, l'artiste, miné par des tensions avec ses acolytes des Stones, se rend au Maroc pour enregistrer en une nuit les musiciens du village de Jajouka.

Avant son décès en 1969, la rockstar anglaise finalise l'album et choisit la pochette du disque, une peinture le représentant au milieu des musiciens, de l'artiste marocain Mohamed Hamri.

Ce dernier, originaire du village, jouera dès les années 1950 un rôle déterminant pour sortir cette musique de l'anonymat auprès d'intellectuels et artistes étrangers tels que Paul Bowles, Brion Gysin ou William Burroughs.

Cette notoriété a permis aux musiciens de parcourir le monde mais des désaccords ont mené à une scission au début des années 1990: il existe depuis, les maîtres musiciens de Joujouka, et ceux de Jajouka -- menés par le musicien marocain Bachir Attar -- qui ne vivent plus au village mais se produisent en spectacle.

"Cette musique a pris de l'ampleur dans le monde car elle maintient quelque chose de vivant auquel les gens peuvent s'identifier, comme un lien spirituel ancien", estime Frank Rynne, un Irlandais initiateur en 2008 du festival de Joujouka, prévu cette année sur deux dates en raison d'une forte demande.

Le groupe des Joujouka, qui a notamment joué au célèbre festival anglais de Glastonbury (2011, 2023) et au Centre Pompidou à Paris (2016), s'inscrit dans une tradition soufie que l'on dit apaisante pour l'âme.

«La baraka»

"C'est grâce à la baraka de Sidi Ahmed Cheikh que notre musique a réussi à devenir mondiale", assure Ahmed El Attar, 67 ans, le raïss (chef) du groupe des Joujouka, en référence au saint soufi arrivé dans le village au XVe siècle.

Pour que son esprit ne disparaisse pas, "la musique ne doit jamais cesser de résonner dans le village", ajoute-t-il.

Le saint soufi, enterré dans un sanctuaire du village, a conféré à la musique un pouvoir pour "guérir les âmes", raconte Abdessalam Rrtoubi, 64 ans, qui joue de la ghayta.

Cette vertu thérapeutique aurait eu de l'effet sur un habitué du festival, Haitaro Hanamura.

"L'année dernière, j'avais mal au dos, le raïss m'a fait un massage au sanctuaire et ça m'a vraiment soulagé", assure ce musicien japonais de 57 ans, fasciné par les performances des Joujouka et de retour pour la sixième fois depuis 2016.

Le clou du spectacle est l'entrée sur scène de trois garçons, vêtus d'habits de femmes de la région, présage, selon la tradition, de la venue de Boujloud, une figure mythologique mi-homme mi-chèvre.

Les lumières s'éteignent, un grand feu est allumé devant la scène, et le "monstre" débarque en dansant et agitant deux branches d'arbustes. La légende voudrait que les légers coups assénés par Boujloud sur les spectateurs apportent bénédiction et fertilité.


Le programme de reforestation côtière de l'Arabie saoudite en bonne voie

Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Les mangroves travaillent de concert avec les récifs coralliens et les herbiers marins pour maintenir les zones côtières en bonne santé, selon les scientifiques marins. (SPA)
Short Url
  • Quelque 13 millions de plants de palétuviers ont été plantés jusqu'à présent depuis le lancement, il y a un an, de l'ambitieux programme de couverture forestière du littoral
  • Le programme vise à planter 100 millions de palétuviers le long des côtes de la mer Rouge et du golfe Persique d'ici à 2030

RIYAD : L'Arabie saoudite est en bonne voie pour atteindre son objectif de planter 100 millions de palétuviers d'ici 2030, conformément à l'Initiative verte saoudienne et à la Vision 2030 du royaume.

Quelque 13 millions de plants de palétuviers ont été plantés jusqu'à présent depuis le lancement de l'ambitieux programme de couverture forestière côtière il y a un an, indique un rapport du Centre national pour le développement de la couverture végétale et la lutte contre la désertification (NCVC) publié par l'Agence de presse saoudienne.

La plupart des projets sont actuellement menés le long de la côte de la mer Rouge, la province de Jazan arrivant en tête avec 5,5 millions de plants. La province de La Mecque suit avec 2,4 millions de plants, celle de Médine avec 2 millions, celle de Tabouk avec 1,5 million et celle d'Asir avec 1 million.

Sur la côte du golfe Persique, la province orientale en a planté 500 000 jusqu'à présent, selon le rapport. Mais avant le lancement officiel du projet le long du golfe Persique, le centre a noté que 700 000 plants avaient déjà été plantés, dont 200 000 sur l'île de Ras Abu Ali, dans le gouvernorat de Jubail, et 500 000 dans le gouvernorat d'Al-Wajh.

"Le projet comprend la mise en place de clôtures et l'entretien des plants, afin de les protéger des algues, ainsi que la protection des sites contre le pâturage et l'empiètement", a rapporté l'agence SPA.

Dans la province occidentale d'Asir, la NVCV et l'Autorité de développement de la région d'Asir (ASDA) ont lancé mercredi la campagne "Restauration des mangroves" sur les côtes de la province, dans le cadre des activités de la Journée internationale pour la conservation de l'écosystème des mangroves, qui est célébrée chaque année le 26 juillet.

--
Plantation de palétuviers dans le gouvernorat d'Al-Barak de la région d'Asir. (SPA)

La campagne a débuté par la plantation de 500 plants de palétuviers sur les plages du gouvernorat d'Al-Barak. Le gouverneur d'Al-Barak, Abdullah bin Ali bin Muhya, et le maire, Nasser Saeed Al-Shahrani, ont dirigé l'événement.

"L'initiative vise à sensibiliser à l'importance de la plantation et de la protection des forêts de mangroves, à éduquer la société sur l'importance des mangroves et leur impact positif sur l'environnement, à souligner le rôle de ces arbres dans la crise du changement climatique et à atténuer le réchauffement de la planète...", indique le rapport.

Les mangroves, qui travaillent de concert avec les herbiers marins et les récifs coralliens, maintiennent les zones côtières en bonne santé, affirment les scientifiques marins.

On a constaté qu'elles fournissaient un habitat essentiel à des milliers d'espèces, qu'elles stabilisaient les rivages, prévenaient l'érosion et protégeaient les communautés contre les vagues et les tempêtes.

"On estime que 75 % des poissons pêchés commercialement passent un certain temps dans les mangroves ou dépendent de réseaux alimentaires qui peuvent être retracés jusqu'à ces forêts côtières", selon le Musée américain d'histoire naturelle.

De nombreux pays où les mangroves sont gravement détruites souffrent d'un déclin continu de leurs prises de poissons.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'aménagement du parc du roi Abdulaziz à Riyad démarre

Photo du parc du roi Abdulaziz (au nord de Riyad), qui devrait être achevé dans 36 mois. (Fourni)
Photo du parc du roi Abdulaziz (au nord de Riyad), qui devrait être achevé dans 36 mois. (Fourni)
Photo du parc du roi Abdulaziz (au nord de Riyad), qui devrait être achevé dans 36 mois. (Fourni)
Photo du parc du roi Abdulaziz (au nord de Riyad), qui devrait être achevé dans 36 mois. (Fourni)
Short Url
  • Le projet, qui s'étend sur 4,3 millions de mètres carrés, devrait durer trois ans
  • L'espace vert comprendra 24 zones pour enfants et 2 millions d'arbres

RIYAD : Un projet de trois ans visant à développer le Parc du Roi Abdulaziz ("King Abdulaziz Park") dans la capitale du royaume est en cours suite à l'achèvement d'un concours de conception, a annoncé mercredi la Commission royale pour la ville de Riyad.

Le projet gagnant a été l'un des nombreux projets présentés par quatre entreprises internationales et, une fois achevé, il couvrira environ 4,3 millions de mètres carrés. Il comprend six espaces verts distincts, le plus important étant le jardin botanique central qui s'étend sur 200 000 mètres carrés et comprend plus de 200 espèces de plantes locales.

Faisant partie de l'initiative Green Riyadh, le nouveau parc sera construit au nord de la ville, à proximité de l'aéroport international King Khalid, de l'université Princesse Nourah bint Abdulrahman et d'une gare ferroviaire.

Un élément clé de la conception est l'affluent Munsiyah, une branche de la vallée Al-Sulai, qui traverse le parc sur 11 km. Le projet comprend également des bâtiments commerciaux durables et un sentier de 2 km qui les surplombe.

Plus de 2 millions d'arbres et d'arbustes seront utilisés pour fournir de l'ombre dans tout le parc, chacun d'entre eux étant desservi par un système d'irrigation utilisant de l'eau recyclée.

--
Khaled Al-Bakr, directeur général du programme "Qualité de vie". (Fourni)

Outre les terrasses, les places, les théâtres ouverts pour les événements et les festivals, les restaurants, le projet comprend 24 aires pour enfants et 30 zones sportives.

Khaled Al-Bakr, directeur général du programme "Qualité de vie", a déclaré que les parcs et autres espaces verts étaient essentiels à une bonne qualité de vie pour les habitants de toute ville.

"Le parc du roi Abdulaziz, le parc du roi Salman et le parc international du roi Abdallah font partie des principaux projets de parcs de la ville de Riyad, qui renforceront l'humanisation de la ville de Riyad et offriront de vastes espaces aux résidents et aux visiteurs", a-t-il déclaré à Arab News.

--

"Les parcs permettent la pratique d'activités sportives et offrent des lieux de loisirs aux individus et aux familles, sans compter les avantages qu'ils procurent sur le plan environnemental et climatique.

Le projet de développement des parcs, soutenu par le gouvernement, contribue à changer le visage de la ville et à atteindre les objectifs des initiatives Green Riyadh et Vision 2030, a-t-il ajouté.

Plusieurs autres espaces verts, dont les parcs Al-Urubah, Al Munsiyah, Al Qadisiyah et Al-Rimmal, ainsi que des plantations le long des routes principales telles que King Salman Road et King Khalid Road sont déjà en cours.

Un réseau d'irrigation s'étendant sur 1 350 km a également été mis en place pour desservir les nouveaux parcs.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972

Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Short Url
  • Brand a abandonné le top model de la campagne de chaussures au milieu de l’indignation des groupes de pression liés à Israël.
  • Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

Les groupes de pression liés à Israël ont accusé la campagne d’offenser en raison du contexte partiellement palestinien de Hadid.

Lors des jeux de 1972, 11 athlètes israéliens et un policier allemand ont été tués par le groupe Septembre noir.

Hadid envisage d’intenter une action en justice contre la décision d’Adidas de la retirer de la campagne, qui promeut le redémarrage d’une chaussure des Jeux olympiques de 1972.

La marque a déclaré sur Instagram : « Des liens continuent d’être faits avec la terrible tragédie qui s’est produite aux Jeux olympiques de Munich en raison de notre récente campagne SL72.

« Ces liens ne sont pas voulus, et nous nous excusons pour tout bouleversement ou détresse causé aux communautés du monde entier. Nous avons commis une erreur involontaire.

« Nous présentons également nos excuses à nos partenaires, Bella Hadid, ASAP Nast, Jules Kounde et d’autres, pour tout impact négatif sur eux et nous sommes en train de réviser la campagne. »

Un certain nombre de groupes de pression israéliens et juifs ont ciblé l’implication d’Hadid dans la campagne publicitaire.

Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

Le Comité juif américain a affirmé qu’Adidas utilisait « un modèle anti-Israël véhément » pour une campagne qui « est soit une omission massive, soit intentionnellement incendiaire ».

Le PDG du mouvement de lutte contre l’antisémitisme a déclaré : « Il est tout simplement dégoûtant qu’elle lance une chaussure commémorant les Jeux olympiques alors que tant de sang juif a été versé. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com