La France pleure Françoise Hardy, une de ses dernières icônes des sixties

La chanteuse française Françoise Hardy est photographiée à Paris, en novembre 1970. (AFP)
La chanteuse française Françoise Hardy est photographiée à Paris, en novembre 1970. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 12 juin 2024

La France pleure Françoise Hardy, une de ses dernières icônes des sixties

  • «Comment te dire adieu», son standard de 1968, revient mercredi dans les titres de la presse et dans les hommages sur les réseaux sociaux
  • «L'élégance» de ses «chuchotements harmonieux résonnera pour toujours dans le cœur des garçons et des filles de tout âge», écrit le musicien Jean-Michel Jarre

PARIS: "Enorme tristesse", "voix singulière", "légende de la chanson française": la France pleure mercredi la disparition de Françoise Hardy, une de ses dernières icônes des sixties, annoncée la veille.

"Maman est partie": c'est par ces simples mots sur ses réseaux sociaux, avec une photo de lui enfant auprès de sa mère, que son fils Thomas Dutronc a officialisé la nouvelle tard mardi soir.

Cette disparition, à 80 ans, après avoir lutté contre un cancer apparu dès 2004, survient presque un an après celle de Jane Birkin (juillet 2023), autre icône des sixties.

"Comment te dire adieu", son standard de 1968, revient mercredi dans les titres de la presse et dans les hommages sur les réseaux sociaux.

"Comment lui dire adieu ?", a ainsi posté Rachida Dati, ministre de la Culture, saluant une "légende de la chanson française".

"Icône française, voix singulière à la tranquillité farouche, Françoise Hardy aura bercé des générations de Français pour qui elle restera ancrée dans des moments de vie", salue le Premier ministre Gabriel Attal.

"L'élégance" de ses "chuchotements harmonieux résonnera pour toujours dans le cœur des garçons et des filles de tout âge", écrit le musicien Jean-Michel Jarre. "Quelqu'un que j'aimais infiniment vient de partir", confie le chanteur Julien Clerc.

Un clin d'oeil à son hit instantané de 1962, l'année de ses 18 ans: plus de deux millions d'exemplaires vendus pour "Tous les garçons et les filles", que Françoise Hardy avait écrit et composé, fait rare à l'époque.

Françoise Hardy, icône pop malgré elle

Résumer Françoise Hardy, décédée à l'âge de 80 ans, à une idole des sixties ou à son couple-showbiz avec Jacques Dutronc ne suffit pas: voix délicate, mélancolie et allure androgyne en ont fait une icône pop, statut qu'elle réfutait.

Le succès de "Tous les garçons et les filles" (1962), alors qu'elle n'a que 18 ans, aurait pu l'enfermer dans la case "vedette yéyé". Mais sa modernité - silhouette élancée et moue timide sous cheveux longs et frange - en fait immédiatement une égérie, immortalisée à l'international par le photographe-star William Klein pour le magazine Vogue.

"For Françoise Hardy/At the Seine's edge/A giant shadow/Of Notre-Dame" lit-on sur la pochette d'"Another Side" de Bob Dylan, qui l'associe dès 1964 à la Seine et Notre Dame.

Filet de voix évanescent, caractère réservé, élégance parisienne: c'est la signature Françoise Hardy, qui inspirera les créateurs en tout genre, de la musique à la mode. A son corps défendant: "Quand j'entends prononcer le mot d'icône à mon propos, je trouve cela ridicule", dira-t-elle au quotidien Libération.

"J'aimais Suicide, le Velvet Underground, mais j'aimais vraiment Françoise Hardy et c'était un truc de fou pour l'époque, presque une provocation de dire ça", explique en 2019 Etienne Daho à l'AFP, revenant sur ses années 1980.

Dire que l'intéressée a toujours eu du mal à s'assumer devant un micro. "Chanter est quelque chose qui ne m'est pas naturel", livre-t-elle dans le documentaire d'Arte, "La discrète", titre idéal pour cette chanteuse fuyant le star-system.

Pourtant, dans le classement des 200 meilleurs chanteurs de tous les temps du magazine américain Rolling Stone en 2023, elle est l'unique représentante de la France.

Idéal féminin pour Jagger

Mais son héritage va au-delà du champ musical. Leyla Neri, directrice de la mode à l'école The New School Parsons Paris, expose ainsi à l'AFP en 2016 l'influence des "Françoise Hardy, Jane Birkin" sur les podiums, avec des mannequins qui "ont commencé à sourire beaucoup moins, à être plus androgynes, à marcher plus droit".

Logique pour celle qui portait si bien André Courrèges ou Paco Rabanne. Mais incongru aux yeux de celle qui ne s'aimait pas. La faute à une grand-mère lui répétant qu'elle était "affreuse", "que jamais" elle ne plairait "à personne" (Libération). Les éloges ne manquaient pas pourtant.

"Quand Mick Jagger a dit que je représentais son idéal féminin, oh ! là, là... Cette phrase-là me sortait de mon image de jeune fille naïve au physique ingrat", commente-elle sur France Inter.

Les sixties en font donc une étoile. D'où venait-elle? Elevée avec sa sœur à Paris par une mère seule, issue d'un milieu populaire, cette solitaire a forcé son destin, entre la première guitare demandée à 16 ans et un passage au Petit conservatoire de la chanson de Mireille.

Elle poussera la porte de Vogue fin 1961 en se disant, peu confiante, qu'elle a plus de chances d'y être signée car elle ne trouve pas la maison de disque très regardante sur certains habillages sonores...

Dutronc, distance et complicité

Les succès s'enchaîneront, écrits par elle ou d'autres comme Serge Gainsbourg ("Comment te dire adieu"). Avec toujours ce peu d'appétit pour la lumière. "Moi personnellement je me passerais très bien de faire de la scène" (France Culture).

Côté vie privée, on retient sa relation avec le photographe Jean-Marie Périer puis Jacques Dutronc, qui deviendra son mari et avec qui elle aura un fils, Thomas, lui-même chanteur.

Mais l'histoire avec l'homme de sa vie aura un goût amer. "Dès notre rencontre, Jacques a mis des distances entre nous". C'est le thème de "Message personnel" (1973), tube écrit par Michel Berger. Avec Dutronc, ils vivront chacun à leur étage de leur immeuble parisien avant leur séparation.

Mais une réelle complicité les unit, même si le chanteur a refait sa vie en Corse. "Jacques a été, est toujours, l'homme de ma vie et notre lien me semble indestructible", confesse-t-elle à l'AFP en 2021.

Le cancer apparaît en 2004, prenant différentes formes qui lui font vivre un cauchemar. Françoise Hardy avoue à Paris Match en 2023 qu'elle veut "partir bientôt et de façon rapide, sans de trop grosses épreuves, comme l'impossibilité de respirer".

"Laisser quelqu'un d'incurable avoir des souffrances insupportables jusqu'à ce que mort s'ensuive est inhumain", disait-elle à l'AFP en 2021.

Jagger, Bowie, Dylan 

Le décès de l'artiste ébranle la France ("C'est toute mon enfance", confie Gabriel Attal, "Vos chansons n'ont jamais cessé de m'accompagner", se désole le chanteur Patrick Bruel) mais résonne bien au-delà. Si Jane Birkin était l'Anglaise préférée des Français, Françoise Hardy fut la Française chérie des Anglo-Saxons.

Dans le classement des 200 meilleurs chanteurs de tous les temps du magazine américain Rolling Stone en 2023, elle était l'unique représentante de la France.

Ecrit par Serge Gainsbourg, "Comment te dire adieu" sera repris, sur une rythmique dance, par Jimmy Somerville, l'ancien leader de Bronski Beat, vingt ans plus tard.

En 1994, le groupe Blur la convie sur son titre "To the end (La comédie)".

"C'est le temps de l'amour, le temps des copains, et de l'aventure...", chanson de 1962, surgit aussi dans la bande originale du film "Moonrise Kingdom" (2012) de Wes Anderson.

Pas étonnant, dès lors, de voir la légende du rap américain Chuck D (Public Enemy) rendre hommage à celle dont les disques ont fait le bonheur des "dénicheurs de rythmes aux Etats-Unis".

Françoise Hardy ne fut pas simplement une voix délicate ou la moitié d'un couple people intriguant qu'elle forma avec Jacques Dutronc.

Elle fut aussi l'ambassadrice d'une élégance française et pop à l'international, un "idéal féminin" pour Mick Jagger, figure fantasmée pour Bob Dylan ou David Bowie.

Dans les années soixante insouciantes, sa mélancolie tranchait. Son physique androgyne et sa retenue s'éloignaient des formes et de l'exubérance d'une Brigitte Bardot (89 ans aujourd'hui). Elle préfigurait les mannequins longilignes qui envahiront bientôt les podiums.

Paco Rabanne 

Egérie de mode sans avoir jamais voulu l'être, la chanteuse portera à merveille les robes à lamelles futuristes signées Paco Rabanne.

Sa frange (elle arborera plus tard une coupe à la garçonne) fait la une des magazines. L'artiste est d'abord photographiée en France par son petit ami de l'époque, Jean-Marie Périer, à l'international par le célèbre William Klein.

Sa grande histoire d'amour s'appelle ensuite Jacques Dutronc (81 ans aujourd'hui), qui vient alors lui aussi de secouer les charts avec "Et moi, et moi, et moi" (1966). Ils auront un enfant, Thomas, lui-même devenu chanteur.

Mais leur relation est source de désillusions en raison de la distance que met le dandy de la chanson française.

Cette vie conjugale douce-amère imprègnera toute son oeuvre, de "Message personnel", immense succès de 1973, composé avec Michel Berger, à "Personne d'autre", titre du dernier album éponyme en 2018.

Malgré leur séparation, sans divorce, une réelle complicité l'unissait toujours avec Jacques Dutronc.

Françoise Hardy, pour qui chanter n'était pas naturel, a rapidement abandonné la scène.

Cette férue d'astrologie, née sous le signe du capricorne, parlait sans détour de son cancer. Et de l'idée de la fin.

"La mort n'est que celle du corps, lequel est d'essence matérielle. En mourant, le corps libère l'âme qui est d'essence spirituelle. Mais il n'en reste pas moins que la mort du corps est une épreuve considérable et je l'appréhende autant que tout le monde", confiait-elle ainsi à l'AFP.


«  Sunny », la comédie à suspense d'Apple TV sur le thème des robots, un surprenant triomphe 

"Sunny" sur Apple TV. (Photo capture d'écran)
"Sunny" sur Apple TV. (Photo capture d'écran)
Short Url
  • Dans les trois épisodes disponibles à l'heure où nous écrivons ces lignes, la série mêle violence sanglante, humour - à la fois noir et stupide -, esthétique excentrique, prises méditatives sur la perte et exploration de la façon dont la technologie joue
  • "Sunny" est un slow-burn captivant, rythmé avec assurance par la showrunner Katie Robbins et magnifiquement interprété par ses acteurs, pour la plupart japonais

DUBAI : Le début de la série mettant en scène le couple bizarre de "Sunny" sur Apple TV n'est pas particulièrement prometteuse - dans un Japon du futur proche, une veuve éplorée, Suzie Sakamoto (Rashida Jones), fait équipe avec le robot titulaire pour tenter d'élucider la disparition mystérieuse (et, apparemment, la mort) de son mari et de son fils dans un accident d'avion. Jusqu'ici, rien de génial.

Mais "Sunny" est en fait un délice. Dans les trois épisodes disponibles à l'heure où nous écrivons ces lignes, la série mêle violence sanglante, humour - à la fois noir et stupide -, esthétique excentrique, prises méditatives sur la perte et exploration de la façon dont la technologie joue sur nos peurs et nos désirs. Jones est excellente dans le rôle de l'Américaine expatriée qui est venue au Japon en quête de solitude et qui, au lieu de cela, a trouvé l'amour auprès de Masa (Hidetoshi Nishijima) au grand cœur, avec qui elle a eu un fils, Zen.

Après leur disparition, Suzie se voit offrir un "homebot", Sunny, par les employeurs de son mari, une entreprise technologique pour laquelle Masa était ingénieur en réfrigération. C'est du moins ce qu'il a dit à Suzie. Mais elle apprend alors que Masa a programmé Sunny spécialement pour elle - son premier indice que Masa n'a peut-être pas été tout à fait honnête avec elle.

Suzie n'est pas une adepte de la technologie, aussi son premier réflexe est-il de rejeter les tentatives de Sunny, trop mignonne, pour se lier à elle, tout comme elle essaie d'ignorer la langue tranchante de sa belle-mère Noriko et son mépris évident pour l'Américaine que son fils a choisi d'épouser.

Mais au fur et à mesure que Suzie découvre des détails sur la vie professionnelle de son mari (lors d'une fête d'entreprise, l'un des sous-fifres de Masa parle de lui avec crainte) et sur sa disparition, elle commence à réaliser que Sunny pourrait bien détenir la clé d'une sinistre conspiration.

Suzie est aidée dans sa quête par une serveuse de bar à cocktails, Mixxy (Annie la maladroite, auteur-compositeur-interprète et star des réseaux sociaux), qui apporte un autre aspect gênant à la relation entre Suzie et Sunny, ainsi qu'une fenêtre pour Suzie sur le monde souterrain du piratage informatique. Mais tandis que Suzie mène ses propres investigations, elle est elle aussi traquée et observée par une bande de criminels de l'ombre dirigée par le sinistre et effrayant Hime, qui, semble-t-il, connaissait aussi Masa.

"Sunny" est un slow-burn captivant, rythmé avec assurance par la showrunner Katie Robbins et magnifiquement interprété par ses acteurs, pour la plupart japonais. Malgré les nombreuses facettes de la série, la touche adroite de Robbins lui permet d'éviter de sombrer dans la confusion et de retenir l'attention du public en l'entraînant dans une histoire qui utilise des éléments familiers de plusieurs genres pour créer quelque chose d'unique.


Mohammed Khoja rend hommage à l'Arabie saoudite dans sa nouvelle collection

Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)
Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)
Short Url
  • Hindamme est un ancien adjectif arabe signifiant « une forme esthétique harmonieuse »
  • Mohammed Khoja espère capturer cette essence dans chacune de ses créations, en adoptant une approche audacieuse mais minimaliste du prêt-à-porter

RIYAD : « J'étais très motivé par l'idée d'intégrer mes expériences en tant que Saoudien et de contribuer à la création d'une identité saoudienne plus contemporaine à travers mon point de vue », explique Mohammed Khoja, couturier saoudien et fondateur de la marque de luxe Hindamme, à Arab News. « Mon objectif ultime est d'ouvrir davantage de portes et de faire rayonner la culture saoudienne à travers le monde. »

« Hindamme a connu une croissance considérable depuis sa création, et je suis très optimiste quant à l'avenir. Je pense que des marques comme la mienne sont particulièrement lucratives, et j'ai constaté une augmentation de la demande ainsi que des opportunités de croissance ces derniers mois », ajoute-t-il.

Hindamme est un ancien adjectif arabe signifiant « une forme esthétique harmonieuse ». Khoja espère capturer cette essence dans chacune de ses créations, en adoptant une approche audacieuse mais minimaliste du prêt-à-porter.

--
Mohammed Khoja est le fondateur de la marque de luxe Hindamme. (Fourni)

La collection « Season V » (Saison V) de Hindamme, par exemple, s'inspire de la théorie des couleurs et comprend des dégradés qui améliorent l'humeur, ainsi que des thèmes futuristes inspirés de la nature, utilisant des tissus tels que le velours, le nylon et le satin. Khoja a dévoilé ces créations à Paris en juin dernier, aux côtés de 15 autres stylistes saoudiens, lors d'un événement pop-up intitulé Emerge. Cet événement était organisé par la Commission saoudienne de la mode et MoCX, le département général de l'innovation du ministère saoudien de la culture, en partenariat avec la Commission saoudienne des arts visuels, la Commission saoudienne des arts culinaires et la Commission saoudienne pour la musique.

La collection « Season V », créée pendant les confinements liés au COVID-19, reflète en partie le désir de Khoja de se « reconnecter » avec la Terre. Parmi les pièces notables se trouve un blazer au dégradé de température, conçu par Khoja comme un puissant rappel de la menace du changement climatique.

Pour sa dernière collection, sa sixième, le créateur s'est inspiré de différentes régions de son pays d'origine.  

« Elle est inspirée par mon amour des voyages et rend hommage à la volonté du Royaume de promouvoir le tourisme. J'ai conçu des pièces qui sont comme des cartes postales raffinées pour chaque région – c'est vraiment une lettre d'amour à notre diversité culturelle. Les nouvelles créations sont également une leçon de narration visuelle; elles vous invitent à un voyage de découverte à travers chacune de ces magnifiques régions », ajoute M. Khoja.

M. Khoja explique qu'il a passé des mois à effectuer des recherches approfondies. « J'ai intégré les points de repère les plus emblématiques et représentatifs. Chaque modèle incorpore l'iconographie de chaque région comme Jeddah, Riyad, Aseer, la Province de l'Est et AlUla. »

Khoja nous présente ici quelques-unes des pièces de sa dernière collection.

AlUla

--
« Les langues anciennes et l'art rupestre sont essentiels pour AlUla en raison de sa riche histoire des civilisations lihyanite et nabatéenne, c'est pourquoi je les ai intégrés à la chemise. En plus des inscriptions et gravures anciennes, la chemise AlUla est ornée de sites célèbres et de points de repère tels que Hegra et le Rocher de l'Éléphant, ainsi que du majestueux léopard d'Arabie », explique le couturier.

Aseer

--
La chemise en soie Aseer de Khoja présente un arrière-plan peint à la main du village de Rijal AlMaa, décoré de motifs Al-Qatt Al-Aseeri, que le créateur considère comme une source d'inspiration majeure tout au long de sa carrière. « La culture d'Aseer a toujours été une grande influence pour moi. J'ai grandi en lisant des livres sur la beauté de l'artisanat et sur la manière dont les femmes de la région se spécialisaient dans cet art », explique le styliste, ajoutant qu’Al-Qatt Al-Aseeri a également été la source d'inspiration de sa première collection.

Jeddah
--
« Jeddah est un ensemble coloré d'iconographies représentant les couleurs vives de la ville côtière », explique M. Khoja. « Jeddah est connue pour ses couchers de soleil spectaculaires, et j'ai voulu en faire la pièce maîtresse. La chemise intègre également la célèbre fontaine et l'architecture du quartier historique de Jeddah, Al-Balad. »

Province de l'Est
--
« Pour la province de l'Est, j'ai mis en avant des lieux emblématiques de la région, tels que Jabal Qarra à AlAhsa, Ithra et le puits n° 7 de Dammam - le premier puits de pétrole découvert dans le Royaume », indique M. Khoja.

Riyad
--
« La chemise en soie de Riyad est une autre pièce de narration visuelle, mettant en avant les repères modernes et emblématiques de notre capitale bien-aimée, tels que le KAFD, la tour du Royaume et la tour Al-Faisaliyah. La chemise s'imprègne des riches traditions de son passé avec un hommage en néon à Diriyah et des motifs inspirés des anciennes portes Najdi », a conclu M. Khoja.


Six marques de mascaras arabes à essayer

Short Url

Voici six marques arabes proposant des mascaras pour mettre en valeur vos yeux, dont certains sont conçus pour résister à la chaleur de la région et aux activités estivales.

Asteri Beauty

--

Le mascara Maha de la marque saoudienne promet de tenir toute la journée sans s'écailler, ce qui est parfait pour les exigences de la saison estivale. Il est disponible en format standard et mini.

By Mina Al-Sheikhly

--
En plus des mascaras noirs de l'influenceuse irakienne, elle propose également des options colorées en bleu, vert, bordeaux et marron, ajoutant une touche ludique à vos looks d'été.

Huda Beauty

--
L'influenceuse américano-irakienne Huda Kattan propose deux mascaras : Legit Lashes et 1 Coat Wow ! Ils promettent de donner du volume, de la longueur et de l'ondulation, alors choisissez votre solution.

Noha Nabil

--
Vous cherchez un mascara qui peut supporter les journées à la piscine et à la plage ? La marque de l'influenceuse koweïtienne Noha Nabil propose le mascara waterproof Here to Stay, conçu pour résister à la chaleur de la région et aux activités estivales.

Bassam Fattouh

--
Le mascara noir de jais Eye Dare du maquilleur libanais Bassam Fattouh aide à allonger les cils.

Bex Beauty

--

Fondée par la chanteuse émiratie et yéménite Balqees Fathi, cette marque propose Dialogue, un mascara volumateur enrichi en vitamines C et E. Il est végétalien et sans cruauté.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com