Kim assure Poutine de son soutien pour l'Ukraine et signe un pacte de défense mutuelle

La Corée du Nord et la Russie ont signé mercredi un accord de défense mutuelle en cas d'«agression». (AFP)
La Corée du Nord et la Russie ont signé mercredi un accord de défense mutuelle en cas d'«agression». (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 19 juin 2024

Kim assure Poutine de son soutien pour l'Ukraine et signe un pacte de défense mutuelle

  • Moscou et Pyongyang sont alliés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), mais se sont rapprochés depuis l'opération militaire russe lancée en Ukraine en 2022
  • Selon Washington et Séoul, la Russie a fourni à la Corée du Nord son expertise pour son programme de satellites et envoyé de l'aide pour faire face aux pénuries alimentaires du pays

SEOUL: La Corée du Nord et la Russie ont signé mercredi un accord de défense mutuelle en cas d'"agression", a annoncé le président russe Vladimir Poutine qui, accueilli en grande pompe à Pyongyang, a reçu le soutien total de son hôte Kim Jong Un pour sa guerre contre l'Ukraine.

"Le traité pour un partenariat global signé aujourd'hui prévoit, entre autres, une assistance mutuelle en cas d'agression contre une partie du traité", a déclaré M. Poutine à la presse après avoir signé le document.

"La Russie et la Corée mènent toutes deux une politique étrangère indépendante et n'acceptent pas le langage du chantage et du diktat", a-t-il ajouté, dans un avertissement clair à l'Occident.

Le président russe a qualifié l'accord de "document véritablement révolutionnaire", ajoutant que la Russie "n'excluait pas pour elle-même une coopération militaro-technique" avec Pyongyang.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a précisé que l'accord était "exclusivement pacifique et défensif". Qualifiant M. Poutine de "meilleur ami" de son pays, il a salué l'avènement d'une "nouvelle ère" dans les relations avec Moscou.

La Corée du Nord "exprime son entier soutien et sa solidarité au gouvernement, à l'armée et au peuple russes dans la conduite de l'opération militaire spéciale en Ukraine pour protéger la souveraineté, les intérêts de sécurité et l'intégrité territoriale", a-t-il dit à son invité.

"Nous apprécions beaucoup votre soutien systématique et permanent de la politique russe, y compris sur le dossier ukrainien", a dit en retour M. Poutine.

Tapis rouge et danses 

Le président russe a été accueilli par un tapis rouge et une grande cérémonie sur la place Kim Il Sung, avec une fanfare militaire et des danses synchronisées. Il a ensuite mené des entretiens pendant une heure et demi aux côtés de sa délégation avec le dirigeant nord-coréen, suivis d'un aparté. Il a invité Kim Jong Un à se rendre à Moscou.

Ce renforcement des relations entre les deux pays suscite l'inquiétude à Séoul et Washington.

Les Etats-Unis et leurs alliés ont accusé la Corée du Nord de fournir des munitions et des missiles à la Russie pour sa guerre en Ukraine, et craignent que la visite de M. Poutine ne débouche sur de nouvelles livraisons.

Il s'agit de la première visite en Corée du Nord de Vladimir Poutine depuis 24 ans et de la deuxième rencontre entre les deux hommes en moins d'un an. En septembre 2023, Kim Jong Un s'était rendu en train blindé dans l'Extrême-orient russe pour un sommet avec le chef du Kremlin.

Moscou et Pyongyang sont alliés depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), mais se sont rapprochés depuis l'opération militaire russe lancée en Ukraine en 2022.

"La Russie a besoin du soutien de la Corée du Nord en matière d'armement en raison de la guerre prolongée en Ukraine, tandis que la Corée du Nord a besoin du soutien de la Russie en matière de nourriture, d'énergie et d'armes de pointe pour alléger la pression des sanctions", a indiqué à l'AFP Koh Yu-hwan, professeur émérite d'études nord-coréennes à l'université de Dongguk.

"La question de l'alliance militaire doit toutefois être considérée séparément de ce qui est annoncé publiquement et de ce qui est réellement discuté lors des réunions entre les deux dirigeants", a-t-il déclaré, ajoutant que Moscou restait prudent et ne voulait pas "brûler complètement les ponts avec des pays comme la Corée du Sud".

Préoccupations occidentales 

Américains et Européens s'inquiètent depuis des mois du rapprochement accéléré entre Moscou et Pyongyang, accusant les Nord-Coréens de livrer massivement des munitions et des missiles à la Russie.

En échange, selon Washington et Séoul, la Russie a fourni à la Corée du Nord son expertise pour son programme de satellites et envoyé de l'aide pour faire face aux pénuries alimentaires du pays.

En mars, la Russie avait utilisé son veto au Conseil de sécurité de l'ONU pour mettre fin à la surveillance des violations des sanctions internationales visant la Corée du Nord, un cadeau majeur à Pyongyang. M. Poutine a enfoncé le clou mercredi en affirmant que ces sanctions "inspirées par les Etats-Unis et leurs alliées" devaient être "réexaminées".

Le soutien de Vladimir Poutine permet à Kim Jong Un d'"amoindrir sa dépendance" à l'égard d'un autre allié clé, Pékin, a déclaré à l'AFP Vladimir Tikhonov, professeur d'études coréennes à l'université d'Oslo.

Entre-temps, le président russe "obtient un accès sécurisé aux obus d'artillerie de type soviétique dont il a besoin en énormes quantités aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Cette visite d'Etat est un moyen pour M. Poutine de remercier la Corée du Nord "de remplir le rôle d'un +arsenal pour l'autocratie+ en soutenant son invasion illégale de l'Ukraine", a estimé Leif-Eric Easley, professeur à l'université Ewha de Séoul.


HRW condamne le "procès expéditif" de 57 Bangladais aux Emirats

Des étudiants bangladais transportent une femme blessée après des affrontements avec la section jeunesse de la ligue Awami à Dhaka le 15 juillet 2024. (AFP)
Des étudiants bangladais transportent une femme blessée après des affrontements avec la section jeunesse de la ligue Awami à Dhaka le 15 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • La justice des Emirats, où les manifestations non autorisées sont interdites, a prononcé ces peines dimanche, à l'issue d'une enquête expéditive.
  • Dans un communiqué, l'ONG de défense des droits humains a dénoncé un procès "expéditif qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à l'équité et à la régularité de la procédure".

DUBAI :  L'ONG Human Rights Watch (HRW) a qualifié mercredi de "déni de justice" la condamnation aux Emirats arabes unis de 57 Bangladais à de lourdes peines de prison pour avoir manifesté dans ce pays du Golfe.

La justice des Emirats, où les manifestations non autorisées sont interdites, a prononcé ces peines dimanche, à l'issue d'une enquête expéditive.

Trois accusés ont été condamnés à la prison à vie, tandis que 53 autres à 10 ans de prison chacun et un à 11 ans.

Dans un communiqué, l'ONG de défense des droits humains a dénoncé un procès "expéditif qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à l'équité et à la régularité de la procédure".

"Il est impossible que les accusés puissent bénéficier d'un procès équitable lorsque l'enquête, le procès et le verdict ont eu lieu en moins de 48 heures", a déclaré, dans le communiqué, Joey Shea, chercheur de HRW.

Les autorités ont donné peu de détails sur l'ampleur des manifestations ou leur localisation, mais des vidéos collectées et vérifiées par HRW ont montré d'importants rassemblements dans plusieurs villes des Emirats, y compris la capitale Abou Dhabi et Dubaï.

Une vidéo enregistrée près du Dubaï Mall "montre des centaines, voire des milliers de manifestants rassemblés sur la route et reprenant les slogans des étudiants du Bangladesh", a indiqué HRW.

Des manifestations ont eu lieu ce mois-ci au Bangladesh pour protester contre un système de quotas pour les emplois de la fonction publique qui, selon les critiques, profite aux partisans de la Première ministre autocratique Sheikh Hasina.

Des marches ont dégénéré en troubles civils, faisant au moins 186 morts, selon un décompte de l'AFP portant sur les victimes signalées par la police et les hôpitaux.

Les Bangladais constituent le troisième groupe d'étrangers aux Emirats arabes unis, après les Pakistanais et les Indiens, selon le ministère des affaires étrangères émirati.

L'Etat du Golfe, riche en pétrole, interdit les manifestations non autorisées ainsi que les critiques à l'encontre des dirigeants ou les discours susceptibles d'encourager l'agitation sociale.

La diffamation, ainsi que les insultes verbales et écrites, qu'elles soient publiées ou prononcées en privé, sont punies par la loi. Le code pénal du pays criminalise également l'offense aux Etats étrangers ou la mise en péril des liens avec eux.


A la tête du G20, Lula sonne la mobilisation contre la faim

Short Url
  • Le défi est de taille: 733 millions de personnes ont souffert de la faim en 2023, soit 9% de la population mondiale, selon un rapport publié mercredi par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et d'autres agences onusi
  • Il y aurait d'une part un document spécifique sur la "coopération internationale en matière fiscale", incluant la question de la taxation des "super-riches", d'autre part un communiqué final plus large et enfin une "déclaration" publiée séparément par la

RIO DE JANEIRO : Le président brésilien Lula va embarquer mercredi à Rio de Janeiro les pays du G20 dans la lutte contre la faim dans le monde, avant une réunion des ministres des Finances du groupe promise à d'âpres discussions sur la taxation des milliardaires.

Le défi est de taille: 733 millions de personnes ont souffert de la faim en 2023, soit 9% de la population mondiale, selon un rapport publié mercredi par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et d'autres agences onusiennes.

Le président Luiz Inacio Lula da Silva avait affiché ses ambitions lundi lors d'un entretien à plusieurs agences de presse internationales, dont l'AFP. "La lutte contre les inégalités, contre la faim, contre la pauvreté, ne peut pas être menée par un seul pays. Elle doit être menée de concert par les pays qui sont disposés à assumer cette responsabilité historique", a-t-il dit.

Face au fléau de la malnutrition, qui persiste en raison notamment des conflits, des difficultés économiques et des intempéries extrêmes, Lula va lancer l'"Alliance globale contre la faim et la pauvreté", une priorité de la présidence brésilienne du G20.

Le dirigeant de gauche a une crédibilité dans ce domaine: ses programmes sociaux avaient permis de sortir des millions de Brésiliens de la pauvreté durant ses deux premiers mandats (2003-2010).

L'"Alliance" vise à trouver des moyens financiers communs pour lutter contre la faim ou à répliquer les initiatives qui fonctionnent localement.

- Taxation des milliardaires -

Jeudi et vendredi, le rendez-vous des grands argentiers du G20 marquera l'une des dernières grandes étapes avant le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement des principales économies mondiales les 18 et 19 novembre, également à Rio.

Après une première réunion à Sao Paulo en février, les ministres des Finances du G20 doivent tenter d'avancer sur l'idée d'une taxation des "super-riches", autre objectif fixé par Brasilia.

Soutenue par la France, l'Espagne, l'Afrique du Sud, la Colombie et l'Union africaine, l'initiative entend taxer les plus hauts patrimoines en utilisant comme base les travaux du spécialiste français des inégalités Gabriel Zucman, auteur d'un rapport en juin à la demande du Brésil.

Mais les avancées restent très hypothétiques.

"Il n'y a aucun consensus en l'état actuel des choses", a averti mardi le ministère allemand des Finances.

Les Etats-Unis s'opposent à des négociations internationales sur le sujet, comme la secrétaire au Trésor Janet Yellen l'a rappelé lors d'un "G7 Finances" en Italie en mai. D'éventuelles taxes de ce genre "varieront très certainement assez largement" d'un pays à l'autre, selon un haut fonctionnaire de son administration.

La France - représentée par le directeur général du Trésor en l'absence de Bruno Le Maire, membre d'un gouvernement qui gère désormais les affaires courantes - veut croire pour sa part qu'"une première étape peut être atteinte de façon rapide", en matière d'échange d'informations entre Etats.

- Trois textes -

Les pays membres du G20 vont par ailleurs tenter de progresser sur la fiscalité des multinationales, près de trois ans après la signature d'un accord par près de 140 pays. Les négociations patinent sur la façon de taxer les multinationales du numérique là où elles exercent leur activité.

Alors que le G20 est entravé par les divisions entre pays occidentaux et Russie depuis le début de la guerre en Ukraine, la question d'un communiqué commun demeure épineuse. A Sao Paulo en février, les grands argentiers avaient buté sur une "impasse", de l'aveu du ministre brésilien de l'Economie Fernando Haddad.

La solution imaginée par le Brésil est d'aboutir cette fois à trois textes, a expliqué mardi soir Tatiana Rosito, une haute responsable du ministère.

Il y aurait d'une part un document spécifique sur la "coopération internationale en matière fiscale", incluant la question de la taxation des "super-riches", d'autre part un communiqué final plus large et enfin une "déclaration" publiée séparément par la présidence brésilienne qui elle seule évoquerait les crises géopolitiques.

"Les négociations avancent bien", a affirmé Mme Rosito.

Fondé en 1999, le G20 rassemble la plupart des principales économies mondiales, ainsi que l'Union européenne et l'Union africaine. Sa vocation était dans un premier temps surtout économique mais il s'est de plus en plus saisi des sujets brûlants de l'actualité mondiale.


Crash au Népal: plusieurs morts, le pilote secouru

Short Url

Un avion de ligne transportant 19 personnes s'est écrasé au décollage mercredi à Katmandou, faisant 18 morts et un seul survivant, le pilote, qui a pu être secouru,  a indiqué à l'AFP la police de la capitale népalaise.

Le Népal a connu, au cours des dernières décennies, de nombreux accidents mortels d'avions et d'hélicoptères

Le vol de Saurya Airlines transportait deux membres d'équipage et 17 membres du personnel de la compagnie népalaise pour un vol d'essai, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police népalaise, Dan Bahadur Karki.

"Le pilote a été secouru et est pris en charge" pour être soigné, a-t-il précisé.

Au total "18 corps ont été retrouvés, dont celui d'un étranger", a déclaré ce porte-parole, précisant qu'ils allaient être autopsiés. ,

Il s'agissait d'un vol effectué à des fins techniques ou de maintenance, a indiqué à l'AFP Gyanendra Bhul, de l'Autorité de l'aviation civile du Népal, sans donner plus de détails.

Aucun des représentants des autorités  n'était en mesure de confirmer la nationalité du seul étranger qui se trouvait à bord.

Des images partagées par l'armée népalaise montrent le fuselage de l'avion fendu et réduit à une carlingue brûlée.

Une dizaine de soldats en tenue de camouflage se tenaient sur l'épave, sur un sol recouvert de produit ignifuge.

 

- L'avion a pris feu -

 

L'avion s'est écrasé vers 11h15 (05h30 GMT), a indiqué l'armée dans un communiqué. L'équipe d'intervention rapide de l'armée participe aux opérations de sauvetage, selon la même source.

Selon le portail d'information Khabarhub, l'avion a pris feu après un dérapage sur la piste de décollage.

L'appareil devait emprunter la route aérienne la plus fréquentée du Népal, entre Katmandou et Pokhara, un important centre touristique de la république himalayenne.

Saurya Airlines exploite exclusivement des Bombardier CRJ 200, selon son site Internet. La compagnie népalaise ne propose que des vols intérieurs.

Le transport aérien des personnes et des marchandises a connu un essor ces dernières années au Népal, pour le transit entre les zones difficiles d'accès notamment des randonneurs et grimpeurs étrangers.

Mais il est handicapé par un manque de sécurité dû à une formation et à une maintenance insuffisantes. Des problèmes aggravés par la géographie de cette république de hautes montagnes.

La météo peut y changer rapidement, créant des conditions de vol dangereuses.

L'Union européenne a interdit son espace aérien à tous les transporteurs népalais pour des raisons de sécurité.

Le dernier accident d'avion commercial majeur au Népal remonte à janvier 2023, lorsqu'un appareil de Yeti Airlines s'est écrasé lors de son atterrissage à Pokhara, tuant les 72 personnes à bord.

Cet accident est le plus meurtrier au Népal depuis 1992, lorsque les 167 personnes à bord d'un avion de Pakistan International Airlines sont mortes dans le crash de l'appareil à l'approche de l'aéroport de Katmandou.

Cette année-là, un avion de Thai Airways s'était également écrasé près du même aéroport, causant la mort de 113 personnes.