Le gouvernement travailliste peut-il ouvrir une nouvelle ère d'engagement entre le Royaume-Uni et les pays arabes ?

Pour le travailliste Keir Starmer, le message est le suivant : la communauté musulmane britannique a trouvé sa voix et son pouvoir politique, et son soutien ne peut plus être considéré comme acquis. (Reuters)
Pour le travailliste Keir Starmer, le message est le suivant : la communauté musulmane britannique a trouvé sa voix et son pouvoir politique, et son soutien ne peut plus être considéré comme acquis. (Reuters)
Short Url
Publié le Mardi 09 juillet 2024

Le gouvernement travailliste peut-il ouvrir une nouvelle ère d'engagement entre le Royaume-Uni et les pays arabes ?

  • Certains experts pensent que l'accent politique passera de l'immigration et de la lutte contre l'extrémisme à la Palestine et au resserrement des liens avec le Golfe.
  • Le message clair et net des élections est que le soutien de la communauté musulmane de Grande-Bretagne ne peut plus être considéré comme acquis.

LONDRES : Avant jeudi dernier, peu d'électeurs britanniques en dehors de la circonscription d'Ilford North, dans l'est de Londres, avaient entendu parler de Leanne Mohamad, la candidate indépendante qui se présente aux élections dans le siège détenu par l'un des plus grands noms du parti travailliste.

Le nom de Leanne Mohamad n'était pas plus connu après les élections, au cours desquelles Wes Streeting, le secrétaire d'État à la santé du parti travailliste, a conservé le siège qu'il avait ravi aux conservateurs en 2015.

Mais le succès de ce Britanno-Palestinien de 23 ans, qui est passé à un cheveu de battre Streeting, a été l'un des nombreux coups de semonce tirés par un parti travailliste qui s'est désormais réveillé en se rendant compte que la communauté musulmane du Royaume-Uni pourrait avoir autant, voire plus, à dire sur ses chances de rester au pouvoir pendant plus d'un mandat que le lobby juif britannique, que le parti a passé les cinq dernières années à courtiser assidûment.

Streeting, qui est aujourd'hui le nouveau secrétaire d'État à la santé du parti travailliste, n'a été réélu qu'avec 528 voix d'avance - 15 647 contre 15 119 pour Mohamad -, ce qui représente un effondrement sans précédent du soutien sur une seule question de politique étrangère.

Il n'est pas le seul membre éminent du parti à avoir subi les foudres de la communauté musulmane et de ses sympathisants en raison de la position hésitante du parti travailliste sur la question de Gaza.

Dans la circonscription de Holborn & St. Pancras, même la majorité de 36 641 voix du leader travailliste Sir Keir Starmer pour 2019 a été réduite de moitié.

Son principal adversaire était un autre indépendant, Andrew Feinstein, un ancien politicien sud-africain et le fils d'un survivant de l'Holocauste qui a critiqué la position préélectorale de Starmer sur Gaza, ayant précédemment soutenu que le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions dirigé par les Palestiniens est "un mécanisme pacifique pour affaiblir et donc forcer des concessions de la part" d'un "Israël d'apartheid".

À plus de 120 kilomètres au nord, à Birmingham Ladywood, la députée travailliste de longue date Shabana Mahmood, qui avait obtenu 79 % des voix de la circonscription en 2019, a vu sa majorité réduite de moitié et presque égalée par Akhmed Yakoob, un autre candidat indépendant pro-palestinien.

Dans la circonscription voisine de Birmingham Yardley, la travailliste Jess Phillips a vu sa majorité de 2019 de 10 659 réduite à moins de 700 voix par la nouvelle venue Jody McIntyre, qui se présente pour le Parti des travailleurs.

En novembre 2023, elle a démissionné du cabinet fantôme pour protester contre la position de son parti sur le conflit entre Israël et le Hamas, déclarant qu'elle devait voter "avec mes électeurs, ma tête et mon cœur, qui a eu l'impression de se briser au cours des quatre dernières semaines face à l'horreur de la situation en Israël et en Palestine".
Et ils ont eu de la chance. Dans 21 circonscriptions du Royaume-Uni, où plus d'un cinquième de la population est musulmane, le parti travailliste a vu sa part de voix chuter de 25 %, et quatre députés ont perdu leur siège au profit d'indépendants favorables à Gaza.

Le message du parti travailliste, qui a été reçu haut et fort, est que l'importante communauté musulmane de Grande-Bretagne a trouvé sa voix et son pouvoir politique, et que son soutien ne peut plus être considéré comme acquis.

Comme l'a déclaré Shabana Mahmood après avoir conservé son siège de Birmingham Ladywood, "nous avons des ponts à reconstruire... nous devons regagner la confiance de ma propre communauté".

Certains signes montrent déjà que le nouveau gouvernement britannique, dont le programme de réformes sociales et économiques dépend de l'obtention d'un second mandat dans cinq ans, prend des mesures en ce sens.

Starmer, dont l'épouse est juive, a hérité en avril 2020 de la direction du Parti travailliste de Jeremy Corbyn, un fervent défenseur de la cause palestinienne dont les cinq années à la tête du parti ont été assombries par des accusations persistantes selon lesquelles le parti qu'il présidait était antisémite - des allégations que Corbyn et ses partisans considéraient comme une campagne orchestrée motivée par le soutien du Parti travailliste à la Palestine.
Un rapport de la Commission pour l'égalité et les droits de l'homme, l'organe de surveillance des droits de l'homme au Royaume-Uni, publié en octobre 2020, a conclu qu'il y avait eu "de graves manquements de la part de la direction du parti travailliste dans la lutte contre l'antisémitisme et un processus inadéquat de traitement des plaintes pour antisémitisme".

Le rapport avait un air de Catch-22, concluant que les protestations du parti travailliste selon lesquelles les multiples accusations d'antisémitisme portées contre lui - par des organisations telles que le Jewish Labour Movement, la Campaign Against Antisemitism et Jewish Voice for Labour - étaient des calomnies fabriquées de toutes pièces, constituaient en soi une preuve d'antisémitisme.

Starmer a entrepris de rétablir la confiance de la communauté juive, déclarant qu'il "arracherait ce poison par ses racines et jugerait le succès par le retour des membres juifs".

Il semble que cela ait fonctionné. Lors des élections générales de 2019, on estime que 11 % des Juifs britanniques ont voté pour le parti travailliste ; jeudi dernier, ils étaient plus proches de 50 %.
Mais le nouveau premier ministre travailliste se trouve sur un terrain délicat à propos de Gaza. Comme il l'a déclaré au Guardian lors d'une interview le mois dernier, "la moitié de la famille est juive, elle est soit ici, soit en Israël".

Maintenant que les élections sont passées et que son parti a été durement touché dans les urnes par l'impression qu'il a tourné le dos au sort des Palestiniens, une cause traditionnellement chère au cœur des travaillistes, Starmer est confronté au casse-tête de savoir comment conserver le soutien des juifs britanniques tout en ramenant les musulmans dans son giron.

"Le parti travailliste a beaucoup insisté sur la nécessité de lutter contre l'antisémitisme, et cela le met maintenant dans une position très délicate", a déclaré à Arab News Kelly Petillo, responsable du programme pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord au Conseil européen des relations étrangères.

"D'une part, ils se sont présentés comme ceux qui allaient nettoyer le parti travailliste, mais d'autre part, ils doivent faire face à la réalité : de nombreux candidats indépendants ont gagné parce que la position du parti travailliste sur la guerre à Gaza n'était pas satisfaisante pour beaucoup.

Il est possible, selon elle, que le parti travailliste fasse du sur-place sur la question de Gaza et sur la question plus large de la création d'un État palestinien jusqu'à ce que le résultat de l'élection présidentielle de novembre aux États-Unis soit connu.
Si, comme cela semble de plus en plus probable, Donald Trump revient à la présidence, "il pourrait bien y avoir un alignement sur l'administration Trump, conduisant à un parti pris pour Israël, qui est déjà évident dans la nature de certains des candidats sélectionnés par le Labour pour se présenter à l'élection."

Par exemple, l'un des nouveaux parlementaires travaillistes est Luke Akehurst, député de North Durham et ancien directeur du groupe d'activistes pro-israéliens We Believe in Israel, qui a décrit les actions d'Israël à Gaza comme étant proportionnées.

Mais pour l'instant, au moins, la politique étrangère du nouveau gouvernement britannique montre déjà des signes d'un tournant pro-palestinien.

Avant les élections, le gouvernement conservateur de l'époque avait contesté la décision de la Cour pénale internationale d'envisager d'approuver la demande du procureur général d'émettre des mandats d'arrêt à l'encontre du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et du ministre de la défense Yoav Gallant, pour des crimes de guerre présumés à Gaza.

Le Royaume-Uni a remis en question la compétence de la CPI dans cette affaire, mais le nouveau gouvernement dirigé par les travaillistes a laissé entendre qu'il pourrait retirer son objection.
La nouvelle a été divulguée après deux premiers appels de M. Starmer à des dirigeants de la région. Dans le premier, il s'est adressé à Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, pour lui faire part de son inquiétude face "aux souffrances et aux pertes humaines dévastatrices" à Gaza, et réaffirmer le soutien à un État palestinien que David Lammy, son secrétaire d'État aux affaires étrangères, avait déjà exprimé.

L'autre appel de M. Starmer était destiné à M. Netanyahu. Selon une transcription du parti travailliste, le nouveau premier ministre a parlé de la nécessité "claire et urgente" d'un cessez-le-feu à Gaza, ajoutant qu'il était "également important de veiller à ce que les conditions à long terme d'une solution à deux États soient en place, notamment en veillant à ce que l'Autorité palestinienne dispose des moyens financiers nécessaires pour fonctionner efficacement".
M. Starmer a également exhorté le dirigeant israélien à faire preuve de prudence dans ses relations avec le Hezbollah à la frontière nord d'Israël.

Entre-temps, M. Lammy a déclaré que l'administration travailliste réexaminerait l'avis juridique donné au gouvernement conservateur selon lequel les armes britanniques vendues à Israël n'étaient pas utilisées en violation du droit humanitaire international.

M. Lammy a également laissé entendre que le Royaume-Uni pourrait revenir sur sa décision de cesser de financer l'UNRWA, l'agence d'aide aux Palestiniens des Nations unies. En janvier, les principaux donateurs de l'agence, notamment les États-Unis, l'Union européenne, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont retiré leur financement lorsqu'il est apparu qu'une douzaine des 30 000 employés palestiniens de l'UNRWA étaient soupçonnés d'avoir participé à l'attaque du 7 octobre contre Israël, menée par le Hamas.

En avril, la plupart de ces financements internationaux avaient été rétablis et "le Royaume-Uni se trouve aujourd'hui dans la position étrange d'être l'un des rares pays à ne pas avoir rétabli le financement de l'UNRWA", a déclaré M. Petillo.

Malgré les déclarations de Lammy, "je pense que Starmer est conseillé en interne pour retarder autant que possible cette décision, afin que le Royaume-Uni reste dans la ligne des États-Unis, qui l'ont bloquée jusqu'en mars 2025. Ce type de déviation est probablement une tactique qu'ils utiliseront pour répondre à certaines des tensions internes qu'ils subissent".

Pour cette raison et d'autres, la politique britannique au Moyen-Orient "continuera d'être dictée dans une certaine mesure par la politique et la ligne des États-Unis ; on pourrait dire que nous n'assisterons pas à un grand changement de la politique étrangère dans cette région sous les conservateurs".

"D'un autre côté, on peut s'attendre à des changements simplement parce que la barre fixée par le gouvernement conservateur était si basse, en partie à cause de toutes les distractions auxquelles il a été confronté, mais aussi à cause de la lentille étroite à travers laquelle il a envisagé la politique au Moyen-Orient, axée principalement sur la migration et la lutte contre l'extrémisme et, bien sûr, à travers une réduction des budgets d'aide, qui a affecté massivement des pays comme le Yémen et la Syrie".

M. Lammy a déjà fait savoir que le parti travailliste avait l'intention de se réengager au Moyen-Orient par le biais d'une nouvelle politique qu'il a qualifiée de "réalisme progressif", et il a également parlé de la nécessité pour le Royaume-Uni de rétablir ses relations avec les États arabes du Golfe.

Selon M. Petillo, une telle démarche serait opportune et très bien accueillie dans la région.

"Le Royaume-Uni a définitivement détourné son attention de la région", a-t-elle déclaré. "Il a joué un rôle important dans le soutien international à l'Ukraine et, ces derniers temps, il n'a considéré les États du Golfe que sous l'angle étroit de l'énergie.
"Cela a vraiment frustré les pays du Golfe, mais M. Lammy s'est rendu dans la région, même avant la guerre de Gaza, pour répondre à ce grief, et depuis lors, il a utilisé la guerre comme une occasion d'élargir la conversation.

"Les États du Golfe discutent actuellement de la construction d'une architecture de sécurité régionale, dans laquelle s'inscrit le processus de normalisation israélo-arabe, et le nouveau gouvernement britannique est très désireux de participer à cette conversation, alors que les conservateurs ne l'étaient pas.
Lina Khatib, directrice de l'Institut du Moyen-Orient de la SOAS et membre associée du programme Chatham House pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, a déclaré à Arab News que le nouveau gouvernement britannique "a le mandat de mettre en œuvre les changements nécessaires en matière de politique étrangère dont le parti travailliste avait fait une priorité avant les élections générales". Réparer les relations avec les pays arabes du Golfe et prendre des mesures en faveur d'un cessez-le-feu à Gaza et ressusciter le processus de paix israélo-palestinien sont deux de ces priorités".

Selon M. Khatib, le parti travailliste a "à juste titre présenté le Golfe comme un partenaire important pour la sécurité et la croissance économique.

"Toutefois, le gouvernement britannique doit poursuivre une stratégie plus globale à l'égard du Golfe, qui prenne également en considération les intérêts géopolitiques de la région", a-t-elle déclaré.

"Il s'agit notamment d'adopter une approche audacieuse face au rôle déstabilisateur de l'Iran et de ses mandataires au Moyen-Orient, que le précédent gouvernement britannique s'est contenté d'esquiver.
Le Royaume-Uni "doit également renforcer son engagement diplomatique, culturel et commercial avec le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Le Conseil travailliste pour le Moyen-Orient, créé en janvier de cette année par des hommes politiques britanniques et d'anciens ambassadeurs dans la région, avec "l'objectif fondamental de cultiver la compréhension et de favoriser des relations durables entre les parlementaires britanniques et le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord", est "l'un des moyens de faciliter cet engagement".


Zelensky qualifie la gaffe de Biden d'"erreur" qu'il peut "oublier"

Short Url
  • "C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien.
  • Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

DUBLIN : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a qualifié la gaffe de Joe Biden, qui l'a présenté jeudi comme le "président Poutine" lors du sommet de l'Otan à Washington, d'"erreur" qu'il peut "oublier".

"C'est une erreur. Je pense que les États-Unis ont beaucoup soutenu les Ukrainiens. Nous pouvons oublier certaines erreurs, je pense que c'est le cas", a déclaré le chef d'Etat ukrainien, lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Shannon, dans l'ouest de l'Irlande.

Volodymyr Zelensky est de passage en Irlande avant de retourner en Ukraine après le sommet de l'Otan à Washington.

Jeudi, Joe Biden a annoncé le "président Poutine" alors qu'il accueillait sur scène Volodymyr Zelensky.

"Et maintenant je veux passer la parole au président de l'Ukraine, qui a autant de courage qu'il a de détermination. Mesdames et messieurs, le président Poutine", a déclaré le président américain.

Joe Biden, qui a orchestré la réponse occidentale à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, s'est aussitôt repris.

Il s'est écarté du micro avant de réaliser son erreur et d'y revenir pour dire: "Il va battre le président Poutine. Le président Zelensky. Je suis tellement concentré sur le fait de battre Poutine".

Volodymyr Zelensky s'est entretenu avec le Premier ministre irlandais Simon Harris à l'aéroport de Shannon.

"Merci beaucoup pour votre soutien, merci à l'Irlande d'avoir accueilli de nombreux réfugiés ukrainiens, vous étiez avec nous dès le début de l'invasion russe", a salué le président ukrainien.

Simon Harris a indiqué qu'il se rendrait en Ukraine "dans les semaines à venir" et a invité M. Zelensky à revenir en Irlande pour une visite officielle.

Lors de leur entretien bilatéral, les deux dirigeants ont discuté d'un possible accord sur le déminage, l'énergie, l'aide humanitaire et la sécurité alimentaire, a indiqué Simon Harris.


Iran: le président élu se dit prêt à un "dialogue constructif" avec l'UE

Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Le président iranien nouvellement élu Masoud Pezeshkian fait un geste lors d'une visite au sanctuaire du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeini, à Téhéran, le 6 juillet 2024. M. Pezeshkian, qui prône l'amélioration des relations avec l'Occident, a remporté le 6 juillet le second tour de l'élection présidentielle face à l'ultraconservateur Saeed Jalili, selon le ministère de l'intérieur. (Photo ATTA KENARE / AFP)
Short Url
  • Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens
  • Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions

TEHERAN: Le président élu iranien Massoud Pezeshkia s'est déclaré prêt à entamer "un dialogue constructif" avec les pays européens, tout en leur reprochant d'être revenus sur leurs engagements dans le dossier nucléaire, dans une tribune parue samedi.

Elu au second tour de la présidentielle le 5 juillet, ce réformateur de 69 ans doit prêter serment fin juillet pour débuter un mandat de quatre ans.

L'élection était suivie avec attention à l'étranger alors que l'Iran est au coeur de plusieurs crises géopolitiques, de la guerre à Gaza au dossier nucléaire, dans lesquelles il s'oppose aux Occidentaux.

Lors de la campagne électorale, M. Pezeshkian avait promis de "sortir l'Iran de son isolement" en établissant des "relations constructives" avec le monde notamment les pays européens.

Dans un article publié samedi par le quotidien anglophone Tehran Times, il a critiqué le retrait en 2018 des Etats-Unis de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu trois ans auparavant et qui visait à restreindre l'activité nucléaire de l'Iran en échange d'un allègement des sanctions. Washington avait dans la foulée rétabli de lourdes sanctions sur la République islamique.

Le réformateur a indiqué qu'après le retrait des Américains, les Européens s'étaient engagés à essayer de sauver l'accord et d'atténuer l'impact des sanctions.

Mais "les pays européens ont renié tous ces engagements", a-t-il déploré.

"Malgré ces faux pas, j'ai hâte d’engager un dialogue constructif avec les pays européens pour mettre nos relations sur la bonne voie", a-t-il dit.

Il a déclaré que les deux parties pourraient explorer "de nombreux domaines de coopération" si les Européens "mettaient de côté la suprématie morale qu'ils s'attribuent et les crises créées de toute pièce qui ont miné nos relations pendant si longtemps".

La porte-parole de la commission européenne Nabila Massrali avait auparavant félicité M. Pezeshkian pour son élection, déclarant que les 27 membres de l'UE étaient "prêts à s'engager avec le nouveau gouvernement conformément à la politique d'engagement critique de l'UE".

M. Pezeshkian s'en est pris par ailleurs aux Etats-Unis dont les sanctions affectent durement l'économie iranienne.

"Les Etats-Unis doivent reconnaître la réalité et comprendre, une fois pour toutes, que l'Iran ne répond pas – et ne répondra pas – aux pressions", a-t-il dit.

Durant la campagne, M. Pezeshkian avait promis de négocier avec le gouvernement américain pour relancer les pourparlers sur le nucléaire iranien et lever les sanctions.

Lundi, les Etats-Unis ont affirmé ne s'attendre à aucun changement dans leurs relations avec l'Iran après l'élection de Massoud Pezeshkian, minimisant également les chances de reprise du dialogue.

M. Pezeshkian a en outre qualifié la Russie d'"allié stratégique précieux" et s'est dit prêt à "collaborer davantage" avec la Chine.

Concernant les pays voisins, il a appelé la Turquie, l'Arabie saoudite, Oman, l'Irak, Bahreïn, le Qatar, le Koweït et les Emirats arabes unis à "renforcer les relations commerciales" avec l'Iran et "relever les défis communs" dans la région.

M. Pezeshkian va succéder à Ebrahim Raïssi, mort dans un accident d'hélicoptère en mai.

"Le peuple iranien m’a confié un mandat fort pour poursuivre vigoureusement un engagement constructif sur la scène internationale (...) tout en insistant sur nos droits et notre rôle mérité dans la région et dans le monde", a-t-il dit dans la tribune.

Ses pouvoirs seront cependant limités: en Iran, le président est chargé d'appliquer, à la tête du gouvernement, les grandes lignes politiques fixées par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui est chef de l'Etat et ultime décideur sur les dossiers stratégiques.

Le président doit aussi tenir compte de la forte influence des grandes institutions comme les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique du pouvoir.


Territoires palestiniens occupés: la CIJ rendra un avis le 19 juillet

Des manifestants pro-palestiniens tiennent des pancartes alors qu’ils manifestent devant la Cour internationale de justice (CIJ) lors d’une audience sur la demande de cessez-le-feu de l’Afrique du Sud à Gaza, à La Haye, le 24 mai 2024 (AFP)
Des manifestants pro-palestiniens tiennent des pancartes alors qu’ils manifestent devant la Cour internationale de justice (CIJ) lors d’une audience sur la demande de cessez-le-feu de l’Afrique du Sud à Gaza, à La Haye, le 24 mai 2024 (AFP)
Short Url
  • La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, prononcera son "avis consultatif" 19 juillet à 15H00 (13H00 GMT), a-t-elle précisé dans un communiqué.
  • La plupart des intervenants ont appelé, lors d'audiences en février, à ce qu'Israël mette fin à l'occupation qui a suivi la guerre des Six Jours.

La HAYE : La plus haute juridiction de l'ONU a annoncé vendredi qu'elle rendrait dans une semaine un avis sur les conséquences légales de l'occupation de territoires palestiniens depuis 1967, une affaire sans précédent dans laquelle 52 pays ont été appelés à témoigner.

La Cour internationale de justice (CIJ), qui siège à La Haye, prononcera son "avis consultatif" 19 juillet à 15H00 (13H00 GMT), a-t-elle précisé dans un communiqué. S'il n'est pas contraignant, il pourrait accroître la pression juridique internationale croissante sur Israël au regard de la guerre à Gaza.

Le conflit a commencé par une attaque du mouvement islamistes palestinien Hamas contre le sud d'Israël le 7 octobre dernier, qui a fait 1.195 morts, essentiellement civils, selon un bilan de l'AFP basé sur des chiffres israéliens.

En riposte à l'attaque du 7 octobre, Israël a promis de détruire le Hamas et lancé une offensive qui a fait jusqu'à présent 38.345 morts, en majorité des civils, selon le dernier bilan du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas.

Le 31 décembre 2022, l'Assemblée générale des Nations unies avait adopté une résolution demandant à la CIJ un "avis consultatif" sur les "conséquences juridiques découlant des politiques et pratiques d'Israël dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est".

La plupart des intervenants ont appelé, lors d'audiences en février, à ce qu'Israël mette fin à l'occupation qui a suivi la guerre des Six Jours.

Israël ne participe pas aux audiences mais a soumis une contribution écrite qualifiant les questions posées au tribunal de "préjudiciables" et "tendancieuses".

Ces audiences sont distinctes d'une affaire portée auprès de la CIJ par l'Afrique du Sud, qui accuse Israël de commettre des actes génocidaires à Gaza. En janvier, la cour a appelé Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans ce petit territoire palestinien. En mai, elle a ordonné à Israël de stopper son offensive militaire à Rafah.