Pour les investisseurs, la crainte d'un climat plus hostile en France

Le chantier de la nouvelle cimenterie du groupe Heidelberg Materials à Airvault, dans l'ouest de la France, le 5 juillet 2024. Heidelberg Materials, numéro 2 mondial du ciment, investit quelque 350 millions d'euros pour diviser par deux les émissions de CO2 du site d'ici 2030. Quelque 500 ouvriers s'affairent sur ce chantier qualifié de "pharaonique". (Photo: AFP)
Le chantier de la nouvelle cimenterie du groupe Heidelberg Materials à Airvault, dans l'ouest de la France, le 5 juillet 2024. Heidelberg Materials, numéro 2 mondial du ciment, investit quelque 350 millions d'euros pour diviser par deux les émissions de CO2 du site d'ici 2030. Quelque 500 ouvriers s'affairent sur ce chantier qualifié de "pharaonique". (Photo: AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 10 juillet 2024

Pour les investisseurs, la crainte d'un climat plus hostile en France

  • Qu'il s'agisse des entreprises et fonds d'investissement étrangers ou des Français fortunés, la politique menée depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron en 2017 a favorisé leurs intérêts au travers d'une baisse de la fiscalité
  • Les premières inquiétudes remontent à la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin et la crainte de voir une majorité absolue du Rassemblement national ou du Nouveau Front populaire

PARIS: Rester ou envisager de partir? Choyés par Emmanuel Macron depuis son accession à l’Élysée, les investisseurs étrangers et riches particuliers anticipent des lendemains moins chantants après les élections législatives, craignant la remise en cause de certains de leurs avantages.

Qu'il s'agisse des entreprises et fonds d'investissement étrangers ou des Français fortunés, la politique menée depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron en 2017 a favorisé leurs intérêts au travers d'une baisse de la fiscalité surtout, mais aussi de réformes du marché du travail et des retraites, sur lesquelles la coalition de gauche arrivée en tête des élections dimanche entend en partie revenir.

Les premières inquiétudes remontent à la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin et la crainte de voir une majorité absolue du Rassemblement national ou du Nouveau Front populaire, dont les programmes, jugés "indigents" par un banquier interrogé par l'AFP lors des rencontres économiques d'Aix vendredi, sont sources d'inquiétude pour les particuliers fortunés.

"Les dossiers de personnes qui se renseignent pour quitter la France ont augmenté d'au moins 30% ces dernières semaines", a affirmé à l'AFP Philippe Lorentz, avocat fiscaliste au cabinet August Debouzy, ces derniers cherchant en priorité à s'exiler en Suisse, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

- Héritiers et chefs d'entreprises -

"Ce ne sont pas forcément des très riches, parfois ce sont des cadres supérieurs", a précisé l'avocat qui voit passer des héritiers ou des chefs d'entreprises.

L'issue des élections — sans majorité absolue — a permis d'éviter le "scénario catastrophe" pour les entreprises, s'est réjoui auprès de l'AFP le patron de la société C4 Ventures Pascal Cagni, également ambassadeur délégué aux investissements internationaux depuis 2017 et en première ligne des sommets annuels Choose France instaurés par M. Macron, au cours desquels des chefs d'entreprises étrangers annoncent des projets d'investissements sous les ors du château de Versailles.

La création d'un "bloc central" à l'Assemblée nationale pourrait permettre de rester attractif selon M. Cagni, disant toutefois craindre qu'"il n'y ait plus le même enthousiasme de ces gens qui pour la première fois viennent à Versailles et se disent que les Français, malgré les idées préconçues, c'est autre chose que simplement le luxe, le tourisme et de Gaulle".

Pour d'autres, le mal a déjà été fait: "les investisseurs disent +on se taille+", a confié une source gouvernementale bien informée à quelques jours du deuxième tour des législatives, qui, sans citer d'exemple, assure que "des investissements de Choose France parfois négociés pendant des années ne se font pas".

Lundi, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a estimé sur X que "l'application du programme de rupture du Nouveau Front populaire détruirait les résultats de la politique (...) conduite depuis sept ans", citant la première place européenne en matière d'attractivité revendiquée par la France depuis cinq ans.

- Londres en embuscade -

Les entreprises étrangères se sont faites discrètes jusque là, aucun engagement d'investissement réalisé lors d'un sommet Choose France n'ayant été publiquement annulé et plusieurs entreprises étrangères sollicitées par l'AFP n'ayant pas souhaité s'exprimer sur le contexte politique.

Après des années à avoir surfé sur le Brexit pour tenter d'attirer les investisseurs étrangers, la France voit par ailleurs Londres leur faire à nouveau les yeux doux, espérant attirer les puissances financières à l'heure où un nouveau gouvernement travailliste favorable aux affaires vient de prendre le pouvoir.

"C'est une réalité simple de dire qu'une des choses les plus appréciées par les investisseurs est la stabilité politique", a commenté auprès de l'AFP Miles Celic, à la tête de TheCityUK qui promeut l'industrie financière au Royaume-Uni.

Interrogé sur la capacité de Londres à tirer profit des difficultés politiques en France mais aussi aux États-Unis où des élections cruciales se tiennent en novembre, M. Celic s'est dit "confiant" quant au fait que le climat politique britannique permette de "renforcer son attractivité pour les investisseurs internationaux".


JO-2024: le Medef anticipe un impact "extrêmement positif" sur l'économie française

Le président du MEDEF, Patrick Martin, s'exprime lors d'une conférence avec les syndicats et les employeurs au Conseil économique, social et environnemental (CESE) à Paris, le 16 octobre 2023. (AFP)
Le président du MEDEF, Patrick Martin, s'exprime lors d'une conférence avec les syndicats et les employeurs au Conseil économique, social et environnemental (CESE) à Paris, le 16 octobre 2023. (AFP)
Short Url
  • Les Jeux olympiques de Paris auront un impact "extrêmement positif" sur l'économie de la France, a assuré jeudi le président du Medef Patrick Martin, pour qui les retombées se concrétiseront "dans la durée" plutôt qu'"immédiatement"
  • Alors que le président Emmanuel Macron n'a pas nommé de nouveau Premier ministre près de trois semaines après le second tour des élections législatives anticipées, le président du Medef a jugé le "panorama très inquiétant pour les chefs d'entreprises

PARIS: Les Jeux olympiques de Paris auront un impact "extrêmement positif" sur l'économie de la France, a assuré jeudi le président du Medef Patrick Martin, pour qui les retombées se concrétiseront "dans la durée" plutôt qu'"immédiatement".

A la veille de la cérémonie d'ouverture, la première organisation patronale du pays est "convaincue que peut-être pas immédiatement mais dans la durée", les Jeux auront "un impact extrêmement positif sur l'économie française, sur l'image de la France, l'attractivité de la France", a affirmé son président sur franceinfo.

A plus court terme, "on est convaincus que la progression du produit intérieur brut de l'ordre de 0,3 à 0,4% que ça devrait générer dès le troisième trimestre se vérifiera", s'est enthousiasmé Patrick Martin, reprenant à son compte de récentes estimations de l'Insee.

Selon l'Institut national de la statistique et des études économiques, qui a fait le choix de comptabiliser au 3e trimestre 2024 les ventes de billets et les recettes liées à la vente des droits de diffusion des JO, les Jeux doperont la croissance française à hauteur de 0,3 point de PIB entre juillet et septembre.

Patrick Martin a néanmoins reconnu que le coup de fouet économique attendu des Jeux n'était pour le moment "pas flagrant dans les chiffres".

"Les remontées qu'on a de la part des hôteliers franciliens (...) ne correspondent pas à ce qu'on espérait", a concédé le président du Medef, avant de relever également une baisse d'activité par rapport à 2023 chez les "cafetiers et restaurateurs".

Ces derniers "ne me paraissent pas angoissés pour autant", a ajouté le patron du Medef.

"Je suis convaincu qu'on aura une très belle cérémonie d'ouverture et des Jeux qui se passeront bien", s'est avancé Patrick Martin.

Interrogé sur la situation politique française, alors que le président Emmanuel Macron n'a pas nommé de nouveau Premier ministre près de trois semaines après le second tour des élections législatives anticipées, le président du Medef a jugé le "panorama très inquiétant pour les chefs d'entreprises".

"L'économie a besoin de visibilité, de stabilité. On est très désireux que des gens raisonnables, sensés, pragmatiques de différents horizons politiques s'accordent pour que la politique soit lisible, prévisible, stable, rassurante pour les acteurs économiques et donc pour les consommateurs", a indiqué Patrick Martin.

"Je ne désespère pas que ça advienne", a-t-il conclu.


La compagnie Diriyah Co. signe un contrat de 2 milliards de dollars pour la réalisation de Wadi Safar

Diriyah Co. a conclu un contrat de 2 milliards de dollars avec Urbacon Saudi Co. et Al-Bawani Group pour le développement de Wadi Safar. (AN Photo/Loai El-kellawy)
Diriyah Co. a conclu un contrat de 2 milliards de dollars avec Urbacon Saudi Co. et Al-Bawani Group pour le développement de Wadi Safar. (AN Photo/Loai El-kellawy)
Short Url
  • Le projet comprend un club équestre, des terrains de polo et des centres de villégiature de luxe.
  • M. Jerry Inzerillo : Wadi Safar sera l'un des plus beaux projets résidentiels au monde.

RIYADH : Diriyah Co. a signé un contrat de 2 milliards de dollars avec Urbacon Saudi Co. et Al-Bawani Group pour développer le projet Wadi Safar, qui comprend le Royal Diriyah Equestrian and Polo Club et plusieurs hôtels de luxe.

« C'est un très grand jour », a déclaré Jerry Inzerillo, PDG du groupe Diriyah Co. Group, Jerry Inzerillo, a déclaré à Arab News. « Il est inhabituel pour les sociétés de développement du monde entier de signer des contrats de 2 milliards de dollars, mais il s'agit d'un gigantesque paquet de construction pour notre Wadi Safar, qui sera l'un des plus beaux développements résidentiels au monde », a-t-il déclaré.

Le protocole d'accord a été signé mercredi au siège de la DGDA à Riyad par Inzerillo, le président d'Urbacon Trading & Contracting, Ramez Al-Khayyat, et le PDG du groupe Al-Bawani, Fakher Al Shawaf.

« Wadi Safar abritera le Royal Diriyah Equestrian and Polo Club, un parcours de golf de 27 trous conçu par Greg Norman, ainsi que 10 complexes touristiques spectaculaires », a déclaré M. Inzerillo. « Quatre de ces établissements sont inclus dans ce forfait : Aman, qui sera l'un des plus beaux Aman du monde, Oberoi, un opérateur hôtelier spectaculaire de l'Inde, Faena de l'Argentine et de Miami, et Chedi de l'Extrême-Orient. Ces quatre complexes sont magnifiques ».

Le PDG a déclaré que Wadi Safar « sera l'un des plus grands développements résidentiels de luxe dans le monde, avec un paquet de 2 milliards de dollars ».

M. Inzerillo a indiqué que la semaine dernière, un autre contrat de 2 milliards de dollars avait été signé pour le quartier nord polyvalent, qui comprendra la bibliothèque King Salman, l'université King Salman et la place Diriyah.

« Avant le mois de décembre, nous émettrons d'autres contrats dont les montants seront proches de cette somme », a-t-il ajouté. 

« Cela indique que Diriyah avance à toute allure pour réaliser la Vision 2030. Diriyah sera achevée à temps pour l'Expo 2030 de Riyad, qui sera la plus grande exposition au monde. »

Situé à l'ouest de Diriyah, Wadi Safar a pour objectif d'être un centre culturel résidentiel offrant les meilleures expériences du monde en matière de polo, d'hôtels de luxe et de terrains de golf.

Mohamed Saad, président de Diriyah Co, a souligné l'importance de ce nouveau partenariat : « Il s'agit de la construction principale de nombreux actifs à Wadi Safar, notamment le Royal Diriyah Equestrian and Polo Club, qui sera le plus grand club de polo équestre de la région. Il comprendra également une série d'hôtels : Amaala Resort, Six Senses et Chedi.

« Tout ce que nous faisons doit revenir aux racines et à la culture de Diriyah. Nous concevons tous nos bâtiments et nos actifs de manière à présenter et à célébrer l'héritage, la culture et le patrimoine de Diriyah », a-t-il déclaré. 

M. Saad a souligné que les actifs ouvriraient progressivement chaque année et que d'ici 2030, tous les actifs de Diriyah seraient opérationnels.

« Nous avons déjà livré le terrain de golf de Wadi Safar et nous inviterons bientôt les gens à y jouer », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que les hôtels de Wadi Safar commenceraient à ouvrir progressivement en 2026.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Arabie saoudite: Les dépenses en matière d’éducation en hausse, les transactions atteignent 2,9 milliards de dollars

Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Les dépenses hôtelières ont également augmenté, selon SAMA. Shutterstock
Short Url
  • Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SR
  • Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

RIYAD : Les dépenses des points de vente en Arabie saoudite ont atteint 10,9 milliards de couronnes suédoises (2,9 milliards de dollars) au cours de la semaine qui s’est terminée le 20 juillet, le secteur de l’éducation enregistrant la plus forte hausse, selon les données officielles.

Les chiffres publiés par la Banque centrale saoudienne, également connue sous le nom de SAMA, ont révélé que cette section de l’économie a connu une augmentation de 10,4 pour cent sur les septLa valeur totale des transactions a atteint 94,1 millions de SRR.

Les données ont également montré que les dépenses dans les hôtels ont augmenté de 0,2% par rapport aux sept jours précédents pour atteindre SR270,2 millions. 

Cette légère hausse fait suite à des hausses plus importantes dans le secteur au cours des deux semaines précédentes, avec une hausse de 17,9 % du 30 juin au 6 juillet et un bond de 3,8 % du 7 au 13 juillet.

Malgré la croissance de ces secteurs, les dépenses en PDV dans le Royaume ont continué à suivre une trajectoire inverse, diminuant de 8,8 % après avoir diminué de 9,8 % la semaine précédente. 

Les dépenses en matériaux de construction ont chuté de 5,2 % sur la période de sept jours la plus récente, ce qui représente la plus faible baisse de tous les secteurs par rapport à la semaine précédente Le PIB de la Communauté devrait atteindre 312,6 millions de DM.

Le secteur de la santé a connu la deuxième plus faible baisse, enregistrant une baisse de 10,2 pour cent à 696,3 millions de SRR.

Les dépenses en vêtements et chaussures se classent au troisième rang des dépenses en baisse, de même que celles en faveur des appareils électriques, avec une baisse de 11,3 % dans les deux catégories.

La plus forte baisse de valeur a été observée dans le secteur des télécommunications, qui a enregistré un total de transactions de 89,5 millions de GRS après une baisse de 13 %.

Les dépenses de restauration et de café ont dominé les dépenses des points de vente avec 1,67 milliard de SRR, suivies par 1,64 milliard de SRR sur les aliments et les boissons et 1,41 milliard de SRR sur divers biens et services. Ensemble, ces trois catégories représentent 43,27 % de la valeur totale des dépenses en PS.

Selon les données de SAMA, 33,2% des dépenses de POS ont eu lieu à Riyad, avec une valeur totale de transaction atteignant 3,63 milliards de SR3, soit une baisse de 7,1% par rapport à la semaine précédente.

Les dépenses à Djeddah ont suivi, représentant 14,4% du total et atteignant 1,58 milliard de SRN, soit un changement négatif hebdomadaire de 7,7%.

Les dépenses dans Hail, Tabuk et Buraidah ont diminué de 14 %, 12,4 % et 9,7 %, respectivement, avec des chiffres atteignant SR168,2 millions, SR189,3 millions et SR249,6 millions.

La plus faible baisse a été enregistrée à la Mecque, où le taux de variation hebdomadaire s’est établi à 441,4 millions de RS, soit 3,9%

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com