L’Algérie célèbre le Nouvel An amazigh, Yennayer: bienvenue en 2971

Considérée comme le pilier du foyer, la femme amazighe a toujours été la garante de cette âme berbère et des us et coutumes ancestrales. Les traditions berbères sont aujourd’hui encore très présentes, et ce, en grande partie grâce à elle. (Photo: Sarra Benali Cherif)
Des vêtements et des plats traditionnels, ainsi que divers produits de l’artisanat qui reflètent la richesse et la diversité́ du patrimoine amazigh sont exposés en cette occasion. (photo: Sarra Benali Cherif)
Le Nouvel An amazigh (Yennayer) est une occasion pour les écoliers de profiter et de s’imprégner de la dimension de cette fête et de son importance dans le patrimoine identitaire. (photo: Sarra Benali Cherif )
Short Url
Publié le Mardi 12 janvier 2021

L’Algérie célèbre le Nouvel An amazigh, Yennayer: bienvenue en 2971

  • «Yennayer fait partie de notre patrimoine identitaire et culturel. Une fête qui reflète l’attachement des Algériens à leur identité amazighe»
  • «Les générations suivantes sont garantes de cette mémoire et ont la lourde responsabilité non seulement de la préserver, mais aussi et surtout de la valoriser»

ALGER: Asaggass amagaz! C’est avec cette formule qui signifie «bonne année» en langue amazighe que les Algériens se sont échangé mardi leurs meilleurs vœux. Il faut dire qu’une ambiance tout à la fois festive et particulière régnait à travers les 48 wilayas du pays, en ce jour férié, chômé et payé. 

À l’instar d’autres pays de la région d’Afrique du Nord, les Algériens fêtent ce 12 janvier l’entrée dans l’année 2971 du calendrier berbère, un calendrier qui débute en 950 av. J.-C., date de l’accession au trône de pharaon du Berbère Chechnak Ier, fondateur de la XXIIe dynastie. 

Les Imazighen («hommes libres») avaient donc leur propre calendrier, bien ancien, basé à la fois sur les changements de saisons et les différents cycles de la végétation qui déterminent les moments cruciaux pour l’agriculture, et sur les positionnements des astres comme la Lune et le Soleil. 

Des vêtements et des plats traditionnels, ainsi que divers produits de l’artisanat qui reflètent la richesse et la diversité́ du patrimoine amazigh sont exposés en cette occasion. (photo: Sarra Benali Cherif)
Des vêtements et des plats traditionnels, ainsi que divers produits de l’artisanat qui reflètent la richesse et la diversité́ du patrimoine amazigh sont exposés en cette occasion. (photo: Sarra Benali Cherif)

Mais qu’est-ce que Yennayer? Une fête séculaire qui reste encore très populaire. Le terme est composé de deux mots berbères: yen qui se rapporte au chiffre «un» et ayer qui signifie «mois». Ainsi Yennayer est le premier jour du mois de la nouvelle année agraire chez les Amazighs. 

Le 27 décembre 2017, une décision présidentielle a fait de Yennayer un jour chômé et payé, fêté pour la première fois officiellement le 12 janvier 2018. La décision avait été saluée par l’ensemble de la population qui l’a depuis considérée comme un acquis supplémentaire, notamment après la reconnaissance constitutionnelle de la langue et de l’identité berbère en 2016. 

«Yennayer fait partie de notre patrimoine identitaire et culturel. Une fête qui reflète l’attachement des Algériens à leur identité amazighe. Il est célébré aux quatre coins de l’Algérie, selon les traditions de chaque région», explique Nabil Ferguenis, enseignant des écoles à Arab News en français. 

Selon lui, l’objectif de ces célébrations, qui diffèrent d’une ville à l’autre, reste le même: renouveler les forces spirituelles et chasser le mauvais œil et les ondes négatives. «Comme le veut la croyance populaire, il faut célébrer cette fête comme il se doit, car elle symbolise la fécondité, l’abondance des récoltes, le bonheur et la prospérité», indique-t-il. 

Dans certaines régions, Yennayer est précédé par Imensi N’Yennayer («le dîner de Yennayer») qui a lieu la veille du Nouvel An amazigh. Les gens se réunissent et attendent, à travers différentes manifestations, la venue de la nouvelle année. 

«La femme amazighe», gardienne des traditions à travers les générations 

En prévision de ce fameux dîner, les différents marchés de fruits et légumes du pays sont pris d’assaut dès les premières heures de la journée par les ménages, promesse d’une table bien garnie. 

«Ce soir, j’ai opté, entre autres, pour un couscous accompagné d’une sauce riche en légumes et poulet cuits en entier. Ma table de Yennayer doit être à la hauteur des attentes de mes enfants», explique une mère de famille.

Le Nouvel An amazigh (Yennayer) est une occasion pour les écoliers de profiter et de s’imprégner de la dimension de cette fête et de son importance dans le patrimoine identitaire. (photo: Sarra Benali Cherif )
Le Nouvel An amazigh (Yennayer) est une occasion pour les écoliers de profiter et de s’imprégner de la dimension de cette fête et de son importance dans le patrimoine identitaire. (photo: Sarra Benali Cherif ) 

Elle affirme, d’ailleurs, qu’il s’agit là d’une tradition censée apporter richesse et bénédiction à la famille tout au long de la nouvelle année. «Plus on honore cette fête, plus on sera chanceux durant l’année», ajoute-t-elle. 

Soucieuse de transmettre cette tradition ancestrale à ses enfants et petits-enfants, Lalla Torkia, âgée de 84 ans, explique que cette cérémonie est une occasion joyeuse et festive de conserver le legs des aïeuls et de raviver des traditions culturelles authentiques plusieurs fois millénaires. «En tant que grand-mère, je reproduis fidèlement les gestes de mes ancêtres. Je veille à inculquer ces traditions à mes enfants afin de leur rappeler que nous sommes un peuple avec une histoire millénaire et un riche patrimoine», confie-t-elle. 

Pour l’octogénaire, les générations suivantes sont garantes de cette mémoire et ont la lourde responsabilité non seulement de la préserver mais aussi et surtout de la valoriser et de la promouvoir. 

La soirée du Nouvel An est égayée par les bougies portées par les enfants, en présage d’une année agricole radieuse, dans une ambiance de fête et de chants aux rythmes des tambours. 


Foot: le Français Wilfried Nancy succède à Thierry Henry à Montréal

Le Français Wilfried Nancy, ex-bras droit de Thierry Henry. (AFP)
Short Url
  • Entraîneur-adjoint à Montréal depuis 2016, Nancy, 43 ans, assumait l'intérim depuis le départ d'Henry, champion du monde 1998, fin février pour «raisons familiales» et après seulement une saison complète aux commandes du club québécois
  • «Après le départ de Thierry, nous avons décidé de lui faire confiance et de lui donner l'opportunité de poursuivre le travail entamé la saison dernière en conservant la même vision»

MONTREAL : Le Français Wilfried Nancy, ex-bras droit de Thierry Henry, a été confirmé lundi comme entraîneur CF Montréal, a annoncé lundi le club canadien du Championnat nord-américain de football (MLS).

Entraîneur-adjoint à Montréal depuis 2016, Nancy, 43 ans, assumait l'intérim depuis le départ d'Henry, champion du monde 1998, fin février pour «raisons familiales» et après seulement une saison complète aux commandes du club québécois.

«Après le départ de Thierry, nous avons décidé de lui faire confiance et de lui donner l'opportunité de poursuivre le travail entamé la saison dernière en conservant la même vision», a déclaré le directeur sportif du CF Montréal, Olivier Renard.

Nancy, ancien défenseur de 1995 à 2005, notamment avec le Sporting Toulon Var en Ligue 2, dans sa ville d'origine, aura pour adjoints Kwame Ampadu et Laurent Ciman, de même que l'entraîneur des gardiens Rémy Vercoutre et le préparateur physique Jules Gueguen.

En 2020, l'Impact Montréal, rebaptisé CF Montréal, a été sorti en quarts de finale de la Ligue des champions de la Concacaf, la confédération d'Amérique centrale et du nord, et éliminé en barrages des play-offs de MLS à la fin de l'année.

 


Ken Follett reverse des droits d'auteur pour restaurer une cathédrale bretonne

L'auteur britannique Ken Follet à la Foire du livre de Francfort 2017 en Allemagne centrale, le 11 octobre 2017 (Photo, AFP)
Short Url
  • Ken Follet a offert l'intégralité des droits d'auteur de son récit «Notre-Dame» publié après l'incendie du 15 avril 2019
  • Fleuron de l’architecture gothique de Bretagne, la cathédrale Saint-Samson, classée au titre des monuments historiques depuis 1840, est très dégradée

PARIS: L'écrivain gallois Ken Follet a offert l'intégralité des droits d'auteur de son récit « Notre-Dame » publié après l'incendie du 15 avril 2019, pour restaurer la cathédrale de Dol-de-Bretagne, a annoncé lundi la Fondation du patrimoine (FdP). 

« Ken Follett reverse l’intégralité de ses droits d’auteur à la FdP. Ensemble, ils choisissent d’affecter ce don aux travaux de restauration et de sécurisation d’une autre cathédrale, celle de Dol-de-Bretagne, soutenue par la Fondation. Elle reversera prochainement une somme d’un montant de 148 000 € à la commune », a précisé un communiqué. 

L’ouvrage s’était vendu à travers le monde à plus de 113 000 exemplaires. 

Ken Follett est connu notamment pour « Les Piliers de la terre » (1989), où il avait décrit précisément l’incendie de la cathédrale de Kingsbridge. Il avait raconté comment des milliers d’hommes et de femmes l'avaient rebâti à mains nues.    

Fleuron de l’architecture gothique de Bretagne, la cathédrale Saint-Samson, classée au titre des monuments historiques depuis 1840, est très dégradée. Des travaux, pour un montant de 2,4 millions d'euros, ont été engagés en 2019 et devraient s'achever en 2024. 

La charpente et la couverture ne sont plus étanches, les balustrades en granit sont abimées, certains parements doivent être remplacés ou consolidés, quatre verrières du XIIIe siècle, les plus anciens vitraux répertoriés en Bretagne, ne sont plus protégés.  

Petite ville riche de son patrimoine religieux, militaire (remparts) et civil (maisons à pans de bois), Dol, non loin de Cancale, a engagé une procédure de classement en site patrimonial remarquable. 


Coco, nouvelle dessinatrice attitrée de Libé, une première en France

La dessinatrice de Charlie Hebdo Corinne Rey alias Coco pose pour des photos à Paris, le 26 novembre 2015 (Photo, AFP/Fichier)
Short Url
  • La dessinatrice Coco va devenir la caricaturiste attitrée du journal Libération, l'un des principaux quotidiens nationaux
  • «Prendre la suite de Willem et en plus à Libération, c'est un honneur qui ne se refuse pas», commente Coco

PARIS: Une première en France pour une femme: la dessinatrice Coco va devenir la caricaturiste attitrée du journal Libération début avril, remplaçant le Néerlandais Willem qui prendra sa retraite du quotidien, à la veille de son 80e anniversaire. 

Jacques Faizant « au Figaro, #Plantu au Monde, #Wolinski à l'Huma... Pour la première fois LE dessinateur de presse d'un grand quotidien national est UNE dessinatrice », s'est félicité sur Twitter le directeur général de Libération, Denis Olivennes. 

Coco, 38 ans, continuera parallèlement de travailler pour Charlie Hebdo qu'elle a rejoint en 2008, ont annoncé les deux titres. 

Comme un décalque du parcours de Willem, entré à Libé en 1981 et collaborateur historique de l'hebdomadaire satirique, où il continuera d'exercer, selon un porte-parole de Charlie Hebdo. 

« Prendre la suite de Willem et en plus à Libération, c'est un honneur qui ne se refuse pas », commente Coco, citée dans le communiqué.  

« Je ne dis pas "remplacer" car on ne remplace pas un génie du dessin. Alors je vais faire de mon mieux, cher Willem (...) Et surtout: être libre et dessiner. Dans deux titres fameux et d'ailleurs liés », souligne-t-elle. Libération avait accueilli la rédaction de Charlie à deux reprises, en 2011 après l'incendie de ses locaux, et en 2015 après les attentats de janvier qui ont décimé la rédaction de l'hebdomadaire. 

« Dessiner encore » 

Coco, de son vrai nom Corinne Rey, fait partie des survivants de la tuerie des frères Kouachi, auxquels elle avait ouvert la porte du journal, sous la menace d'une kalachnikov, comme elle l'avait raconté dans un témoignage bouleversant lors du procès de ces attaques l'an dernier. 

Dans « Dessiner encore » (Les Arènes), un récit graphique à paraître jeudi, elle dépeint le traumatisme et le sentiment de culpabilité qui ont suivi, son travail avec un psy... « Aujourd'hui, je peux dire qu'il n'y pas d'autres responsables que les terroristes, c'est évident, mais toujours en soi on regrette quelque chose, on y repense toujours avec quelque chose qui vous bouleverse le coeur », a déclaré lundi l'autrice sur France Inter.  

Le dessin et Coco, c'est une vieille histoire. « Le dessin a toujours été un moyen d'être dans ma bulle », explique-t-elle en 2016 dans un entretien pour Mediapart. Dès le lycée, son coup de crayon, des caricatures de profs, fait « marrer ». 

En 2008, à peine diplômée des Beaux-Arts de Poitiers, elle se tourne vers le dessin de presse. Elle réalise un stage à Charlie Hebdo, son école, où elle se perfectionne, au contact des grands noms du milieu: Cabu, Tignous, Honoré, Wolinski.  

En parallèle, elle crée son site internet pour diffuser ses dessins et multiplie les collaborations, parmi lesquelles L'Humanité, Les Inrockuptibles, Psikopat.  

Cette dessinatrice engagée, également passée chez Arte, va relever un nouveau défi en succédant à Willem, dont Libération salue le « génie graphique » et l'« humour provocateur », mis « au service du projet libertaire du quotidien ». 

Numéro spécial le 31 

Né Bernhard Willem Holtrop, le 2 avril 1941 à Ermelo aux Pays-Bas, Willem s'est installée en France en 1968.  

Dans son oeuvre corrosive, couronnée du Grand Prix d'Angoulême en 2013, il fustige notamment les dérives identitaires et l'injustice sociale. 

« Pour beaucoup d'entre nous, Willem est un maître à penser, un éditorialiste qui a par hasard également un génie pour la caricature », a salué le directeur de la rédaction de Libé, Dov Alfon, annonçant « un numéro spécial le jour de son départ le 31 mars ».   

« C'est avec une grande joie et un frisson de fierté que j'accueille Coco dans ce rôle », a-t-il ajouté, se disant « persuadé qu'elle saura(it) le réinventer et le redessiner. Son premier numéro à Libé est celui du 1er avril, même si avec l'avenir politique et social qui se dessine, ce ne sera pas tous les jours de la farce ».  

C'est aussi ce printemps que Plantu, dessinateur historique du Monde, posera son crayon après quelque 50 ans de collaboration avec le quotidien. Il laissera sa place aux plumes internationales de « Cartooning for Peace », l'association qu'il a créée avec l'ancien secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, il y a 15 ans.