A Wuhan, le mort emblématique du Covid-19 reste inconnu

Huang Genben, qui a passé 67 jours à l'hôpital pour combattre le coronavirus Covid-19 en 2020, fait du vélo dans une rue de Wuhan, dans la province centrale du Hubei, en Chine. (Hector RETAMAL / AFP)
Huang Genben, qui a passé 67 jours à l'hôpital pour combattre le coronavirus Covid-19 en 2020, fait du vélo dans une rue de Wuhan, dans la province centrale du Hubei, en Chine. (Hector RETAMAL / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 30 janvier 2021

A Wuhan, le mort emblématique du Covid-19 reste inconnu

  • En Chine, la photo du "mort de Wuhan" a circulé sur les réseaux sociaux mais l'immense majorité des médias a passé l'affaire sous silence
  • L'inconnu a expiré devant un magasin de meubles désormais remplacé par un supermarché et une modeste boutique de loterie ouverte l'été dernier par Mme Huang, impassible malgré la nouvelle

WUHAN: L'image était devenue le symbole du chaos qui régnait à Wuhan aux prises avec le coronavirus: le corps d'un homme gisant plusieurs heures sur un trottoir avant d'être emporté par des secours nerveux et débordés.

La scène, capturée il y a pile un an par l'AFP, s'était produite à proximité d'un hôpital de la métropole chinoise à l'épicentre de l'épidémie.

Et si la cause du décès n'a jamais pu être établie, cet inconnu étendu sur le dos est néanmoins devenu à l'étranger le symbole d'une ville submergée par un mystérieux virus tueur. 

A Wuhan, depuis remise du Covid-19, ce décès, parmi des milliers d'autres, reste au contraire totalement méconnu. Y compris dans la rue où l'homme aux cheveux gris, qui portait un masque, a rendu son dernier souffle.

Il s'agit "certainement d'une rumeur ou d'un mensonge de médias étrangers", assure Yuan Shaohua, dont le magasin de fruits, situé à quelques dizaines de mètres des lieux du décès, était pourtant l'un des rares établissements du quartier ouverts ce jour-là, en plein confinement.

M. Yuan affirme "ne pas être au courant" du fait divers survenu au pied d'un immeuble typique des années 1990, dont le rez-de-chaussée est occupé par des commerces de proximité.

Dans une ville fantôme placée en quarantaine depuis une semaine, "les gens n'osaient pas sortir" de chez eux, se souvient l'homme de 46 ans, casquette blanche sur la tête. 

A l'époque, les rares passants préféraient ignorer le cadavre, évitant de s'en approcher par peur du virus.

'Respecter l'intimité'

En Chine, la photo du "mort de Wuhan" a circulé sur les réseaux sociaux mais l'immense majorité des médias a passé l'affaire sous silence.

Quelques jours plus tard, de rares articles - sans la photo - de la presse officielle ont évoqué les faits en donnant la parole à la soi-disant famille du défunt, un certain "M. Xie".

La famille citée assurait qu'il n'était pas malade du Covid et appelait "à respecter (son) intimité". L'âge de la victime n'était pas précisé. 

Son décès était survenu à quelques dizaines de mètres de l'Hôpital Numéro 6 de Wuhan... établissement qui accueillait alors des malades du coronavirus.

Et dans le contexte de l'épidémie, les secours et la police avaient pris à l'époque des précautions extrêmes avec la dépouille: le défunt était resté plus de deux heures sur le trottoir, avant d'être emporté par du personnel en combinaison intégrale.

Ce jour-là, au moins 15 ambulances, qui répondaient à d'autres appels, étaient passées à proximité sans s'arrêter.

A l'époque, comme un an plus tard, ni l'hôpital ni les autorités locales n'ont donné suite à une demande d'information sur l'identité de la victime et les causes de sa mort.

Et la dizaine de commerçants et riverains du quartier interrogés par l'AFP font part de leur incrédulité. 

'Propager des rumeurs'

La mort de cet homme, "je n'en avais jamais entendu parler", s'étonne Huang Shunxing, à la vue du cliché en question, pris pratiquement devant le pas de porte de cette commerçante proche de la cinquantaine. 

L'inconnu a expiré devant un magasin de meubles désormais remplacé par un supermarché et une modeste boutique de loterie ouverte l'été dernier par Mme Huang, impassible malgré la nouvelle. 

Ce rappel au drame d'il y a un an cadre mal avec le récit imposé par le régime communiste, qui tente de faire oublier le chaos des premières semaines de l'épidémie. Pékin insiste désormais sur la quasi éradication du virus sur le sol national, en contraste avec la situation dans le reste du monde.

A Wuhan désormais, "les affaires marchent bien!", sourit la dynamique gérante, qui était sans emploi voilà encore un an.

Vêtue d'un manteau noir et debout derrière un présentoir de tickets de jeu à gratter, elle se dit "ravie" d'avoir emménagé dans une ville désormais "sûre" sur le plan sanitaire.

Même perplexité de la part d'un de ses clients, M. Wang, 58 ans, pourtant très au fait des nouvelles du quartier.

Il assure avoir appris "très tôt", dès décembre 2019, l'existence d'une mystérieuse maladie grâce à des messages qui circulaient sur les réseaux sociaux.

Mais à quelques mètres de là, "le mort de Wuhan" ne lui a laissé aucun souvenir.


Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO

Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Les prix mondiaux des produits alimentaires restent stables en novembre, selon la FAO
Short Url
  • L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre
  • L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires

PARIS : Les prix mondiaux des produits alimentaires ont continué de se stabiliser en novembre, avec une baisse des prix des céréales liée notamment à la prolongation du corridor maritime en mer Noire, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L'indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, a très légèrement diminué par rapport à son niveau du mois d'octobre, et «n'est plus que de 0,3% supérieur à son niveau de novembre 2021».

L'indice FAO des prix des céréales a amorcé une baisse de 1,3% en novembre, le blé se repliant de 2,8% et le maïs de 1,7%, «en partie sous l'effet de la prolongation de l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes en mer Noire».

L'indice des prix des huiles végétales, à l'inverse, «a augmenté de 2,3% en novembre, mettant fin à sept mois consécutifs de baisse», souligne la FAO, sous l'effet d'une hausse de l'huile de palme et du soja.

Par ailleurs, l'indice FAO des prix du sucre a rebondi de 5,2% en novembre. Les retards de récolte dans les principaux pays producteurs et l'abaissement du quota d'exportation en Inde suscitent des tensions et entraînent une recrudescence des achats. L'organisation économique a une nouvelle fois abaissé vendredi ses perspectives de production céréalière mondiale: elle devrait se replier de 2% en 2022 comparé à l'année précédente, une réduction qui «reflète en partie les faibles perspectives de production de maïs en Ukraine».

«45 pays, dont 33 en Afrique, neuf en Asie, deux en Amérique latine et dans les Caraïbes et un en Europe ont besoin d'une aide alimentaire extérieure pour faire face aux conflits, aux évènements météorologiques extrêmes et à l'inflation galopante», rappelle aussi la FAO vendredi.

L'ONU a lancé jeudi un appel de fonds record pour 2023 et réclamé 51,5 milliards de dollars pour répondre à l'aggravation des besoins humanitaires. Ils ont été dopés ces derniers mois par le conflit en Ukraine et par les effets du changement climatique, qui est à l'origine d'une sécheresse dramatique dans la Corne de l'Afrique.

Pour «sauver la vie et préserver les moyens de subsistance des personnes les plus exposées à l'insécurité alimentaire aiguë», la FAO aura besoin de 1,9 milliard de dollars l'an prochain, une somme qui devrait permettre de fournir une assistance «vitale» à 48 millions de personnes.


Ukraine: le Kremlin rejette les conditions de Biden pour des discussions avec Poutine

Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine. (AFP)
Short Url
  • Biden «a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine», ce que Moscou rejette «bien évidemment», a déclaré Peskov
  • Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine «est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important», a affirmé le porte-parole du Kremlin

MOSCOU: Le Kremlin a rejeté vendredi les conditions évoquées la veille par le président américain Joe Biden qui s'était dit prêt à discuter avec son homologue russe Vladimir Poutine si ce dernier retirait ses troupes d'Ukraine.

Le président américain "a dit de facto que des négociations seraient possibles uniquement après que Poutine sera parti d'Ukraine", ce que Moscou rejette "bien évidemment", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"L'opération militaire continue", a-t-il insisté.

Jeudi, M. Biden s'est dit "prêt" à parler avec M. Poutine si ce dernier "cherche un moyen de mettre fin à la guerre" en Ukraine. Il a fixé comme première condition un retrait des troupes russes.

"Si tel était le cas, alors en consultation avec mes amis français et l'Otan, je serais heureux de m'asseoir avec Poutine pour voir ce qu'il a en tête. Il ne l'a pas encore fait", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse commune avec le président français Emmanuel Macron.

Tout en rejetant les conditions de M. Biden, M. Poutine "est et reste ouvert à des contacts, à des négociations, ce qui est très important", a affirmé le porte-parole du Kremlin.

Mais les Etats-Unis ne reconnaissent pas l'annexion de quatre territoires ukrainiens revendiquée par Moscou en septembre, ce qui "complique de manière significative la recherche d'un terrain (d'entente) pour une possible discussion", a ajouté M. Peskov.


Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente

Un migrant rentre dans l'enclave de Melilla en parapente
Short Url
  • «Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente» survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla
  • Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain

MADRID: Un migrant est parvenu à rentrer jeudi dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc voisin en parapente, a-t-on appris vendredi auprès des autorités espagnoles.

"Vers 18h15 (17H15 GMT), deux personnes qui circulaient en voiture (à Melilla) ont vu une personne en parapente" survoler la haute barrière ultra-sécurisée séparant l'enclave du Maroc et rentrer à Melilla, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la préfecture de l'enclave.

Ces deux personnes ont "prévenu la Garde civile" mais ce "migrant n'a pas pu être localisé" pour le moment, a-t-il ajouté.

Selon ce porte-parole, c'est "la première fois" qu'un migrant entre à Melilla en parapente.

Situées sur la côte nord du Maroc, les petites enclaves de Melilla et de Ceuta constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain.

Les barrières grillagées de plusieurs mètres de haut, équipées de caméras et de miradors, qui marquent la frontière entre le Maroc et ces enclaves font régulièrement l'objet de tentatives de franchissement parfois mortelles.

Le 24 juin dernier, au moins 23 migrants ont péri en tentant de pénétrer à Melilla, le bilan humain le plus lourd jamais enregistré lors des tentatives d'intrusion de migrants dans l'une des deux enclaves espagnoles.

Cette tragédie avait provoqué l'indignation internationale, l'Onu dénonçant un "usage excessif de la force" de la part des autorités marocaines et espagnoles.

Des migrants tentent parfois aussi de rentrer à la nage dans ces enclaves depuis les localités marocaines voisines.