Quand Winston Churchill s'imprégnait de la lumière de Marrakech

Le leader conservateur a commencé à peindre sur le tard, quand il avait 40 ans. Celui qui aimait fuir les orages politiques et la grisaille londonienne avait découvert la lumière de la cité ocre de Marrakech dans les années 30 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 28 février 2021

Quand Winston Churchill s'imprégnait de la lumière de Marrakech

  • «La tour de la mosquée Koutoubia», tableau peint à l'occasion d'une visite officielle pendant la Seconde Guerre mondiale, attise les spéculations, avec des estimations allant de 1,7 à 2,8 millions d'euros
  • L'huile sur toile mise à la vente par Angelina Jolie est considérée «comme le tableau le plus important de Sir Winston Churchill» en raison de son «imbrication dans l'histoire du XXe siècle»

RABAT: L’emblématique Premier ministre britannique Winston Churchill (1874-1965), peintre et écrivain à ses heures perdues, a trouvé à Marrakech un lieu d'inspiration "captivant". La plus célèbre de ses toiles peintes au Maroc sera mise aux enchères lundi chez Christie's à Londres.

"La tour de la mosquée Koutoubia", tableau peint à l'occasion d'une visite officielle pendant la Seconde Guerre mondiale, attise les spéculations, avec des estimations allant de 1,7 à 2,8 millions d'euros, selon le site de Christie's.

L'huile sur toile mise à la vente par l'actrice américaine Angelina Jolie est considérée "comme le tableau le plus important de Sir Winston Churchill" en raison de son "imbrication dans l'histoire du XXe siècle", écrit l'historien d'art britannique Barry Phipps dans le catalogue.

Le leader conservateur a commencé à peindre sur le tard, quand il avait 40 ans. Celui qui aimait fuir les orages politiques et la grisaille londonienne avait découvert la lumière de la cité ocre de Marrakech dans les années 30, à l'époque du protectorat français, et y effectua au total six voyages en 23 ans.

"Ici, dans ces vastes palmeraies émergeant du désert, le voyageur peut être sûr d'un ensoleillement éternel" et "contempler avec une satisfaction incessante le panorama majestueux et enneigé des montagnes de l'Atlas", écrivait-il en 1936 dans le journal britannique Daily Mail.

Coucher de soleil 

Le monstre politique aimait se perdre dans le dédale des rues de la vieille ville, partir en pique-pique dans la vallée de l'Ourika, sur les hauteurs de Marrakech, et installer son chevalet sur les balcons du grand hôtel La Mamounia ou de la villa Taylor -- qui deviendra un repère de la jet-set européenne dans les années 70.  

C'est depuis cette villa qu'il a peint la mosquée Koutoubia, après la conférence historique d'Anfa, organisée en janvier 1943 à Casablanca avec le président américain Franklin Roosevelt et le chef des Forces françaises libres, le général de Gaulle, et en présence du sultan Mohammed V, pour préparer la stratégie des Alliés.

Une légende rapportée par son entourage veut qu'il ait à l'époque dit à Roosevelt: "vous ne pouvez pas faire tout ce chemin en Afrique du Nord sans voir Marrakech (...) Je dois être avec vous quand vous verrez le coucher du soleil sur les montagnes de l'Atlas". 

Désormais propriété de la famille royale marocaine, la villa Taylor ne se visite plus. Le lieu offre "une vue exceptionnelle sur la médina, côté Bab Doukkala, jusqu'à la mosquée de la Koutoubia et au fond le Haut Atlas couvert de neige", selon Abderrazzak Benchaâbane, un des botanistes du célèbre "jardin Majorelle" à Marrakech.

Une photographie de presse d'époque montre Roosevelt et Churchill y admirer ensemble le coucher de soleil sur le panorama qui inspirera le tableau.

Ce paysage simple et sans fioritures représente le minaret, symbole de puissance de la dynastie Almohade (12e siècle), enlacé par les remparts de l'ancienne ville et adossé aux montagnes enneigées.

Churchill l'offre à l'époque à Roosevelt. Vendu par un des fils Roosevelt dans les années 50, le tableau change plusieurs fois de mains, avant d'atterrir en 2011 dans la collection du couple hollywoodien Angelina Jolie et Brad Pitt -- bien avant leur séparation.

"Panorama remarquable" 

De la première visite de Churchill au Maroc, en 1935, est restée une autre toile, "Scène à Marrakech", également aux enchères chez Christie's début mars. 

Estimé entre 340 000 à 578 000 euros, le tableau représente un détail de la palmeraie au pied de l'Atlas.

A l'époque, le député séjourne à l'hôtel La Mamounia, où il peint sept toiles et travaille sur une biographie de son ancêtre, le général Marlborough, d'après Celia Sandys, une de ses petites-filles qui a entrepris en 2002 un voyage mémoriel au Maroc.

Intarissable sur La Mamounia, M. Churchill apprécie le "panorama vraiment remarquable" de sa chambre, comme il le dit dans une lettre à son épouse Clémentine.

"Il avait pour habitude d'aller de balcon en balcon pour guetter la lumière, comme pour mieux capter les couleurs et les reproduire sur ses toiles", assure Meryem Mikou chargée de communication du palace. 

Au cours de ses rénovations successives, l'hôtel de luxe a perdu toute trace de cet illustre passage, même si une suite et un bar portent toujours son nom.


Une artiste saoudienne au volant d'un nouveau projet d'art de rue à Djeddah

Shalimar Sharbatly réalisera des peintures sur une nouvelle série de véhicules dans le cadre de l'initiative « Draw a Nation » (Dessiner la Nation) (Photo, fournie).
Short Url
  • L'évènement « Draw a Nation » (ou Dessiner la Nation) s'inscrit dans le cadre des initiatives destinées à embellir le paysage urbain de Djeddah
  • L'objectif de cette initiative est de peindre des voitures et des véhicules anciens et abandonnés et de les transformer en œuvres d'art

RIYAD: Shalimar Sharbatly, peintre abstraite saoudienne qui a acquis une renommée mondiale pour sa peinture personnalisée sur carrosseries, réalisera une nouvelle série de peintures pour une édition prolongée de l'initiative « Draw a Nation »  (Dessiner la nation). Dans cette optique, elle a conclu un accord avec la municipalité de Djeddah.

Sharbatly est une pionnière de l'école « Moving Art » (l’Art en Mouvement).  Parmi ses œuvres personnalisées et peintes à la main figurent une Porsche 911, présentée au Mondial de l'automobile de Paris ainsi qu’une voiture de Formule 1, la « Torq » qui a été dévoilée lors du Grand Prix de Monaco 2017.

Les deux véhicules ont également été exposés au musée du Louvre à Paris, dans le cadre de l'exposition « Moving Art » en 2017.

Cependant, c'est surtout l'initiative « Draw a Nation » qui a valu à Sharbatly sa notoriété dans le Royaume, où elle a présenté nombre de ses véhicules décorés et peints à la main lors de la fête nationale saoudienne de l'année dernière.

C'est un accident dont elle a été témoin sur la plage de Djeddah qui lui a donné l'idée de recycler de vieilles voitures. Elle a auparavant confié à Arab News que la peinture sur les véhicules lui a permis de se donner un but.


La chanteuse américaine Alicia Keys chante une sérénade à des élèves en Arabie saoudite

La chanteuse détentrice d’un Grammy Award a visité l’Arabie saoudite à plusieurs reprises (Photo, Instagram).
Short Url
  • La chanteuse américaine Alicia Keys a présenté une prestation improvisée aux étudiants et au personnel saoudien de Madrasat AdDeera à AlUla
  • . La chanteuse primée a interprété son tube « Fallin' » devant les élèves et le personnel d'une école de filles

DUBAÏ: La chanteuse américaine Alicia Keys a présenté une prestation improvisée aux étudiants et au personnel saoudien de Madrasat AdDeera à AlUla.

La performance a été postée sur Instagram vendredi par le ministre saoudien de la Culture, le prince Badr ben Abdallah. La chanteuse primée a interprété son tube « Fallin' » devant les élèves et le personnel d'une école de filles.

La lauréate des Grammy Awards a effectué de nombreuses visites en Arabie saoudite.

En effet, Keys figurait parmi les têtes d'affiche de la Saison de Riyad 2019 (Riyadh Season 2019), aux côtés de Bruno Mars, Pitbull et John Legend qui ont tous donné des concerts dans la capitale.

Une photo récente, qui circule sur Twitter, montre que la chanteuse de « Girl on Fire » a séjourné dans le Royaume à une date encore plus récente.

La photo en question, publiée sur Twitter par le compte @dcantiheroes, est une capture d'écran datant du 9 avril et tirée des Instagram Stories de Hassan Ghoneim, personnalité médiatique saoudienne. On y voit ce dernier aux côtés d'Alicia Keys.

La photo qui a probablement été prise le week-end signifie que Keys se trouvait dans la ville quand le ténor italien Andrea Bocelli a donné un concert à AlUla, ville classée au patrimoine mondial de l'Unesco.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Le Point de vue de Larissa Aoun: "On ne vit pas"

Larissa Aoun, journaliste libanaise, correspondante à Beyrouth de Sky News Arabia (capture d'écran)
Short Url
  • Laryssa Aoun ne cache pas sa colère contre les « responsables irresponsables, incompétents » du Liban
  • Une interview exclusive pour Arab News en Français

Larissa Aoun ne cache pas sa colère contre les « responsables irresponsables, incompétents » du Liban, dans une interview exclusive pour Arab News en Français. La journaliste libanaise, correspondante à Beyrouth de Sky News Arabia garde cependant espoir pour son pays, grâce au peuple et surtout aux jeunes. D’ailleurs, c’est auprès de ses deux filles qu’elle se réfugie, pour une thérapie antistress.