Au Caire, des start-up à l'assaut de la jungle des transports

Dans le Caire embouteillé et fortement pollué, les startups recherchent des solutions technologiques pour résoudre les maux de tête de transport d'une mégapole en expansion déjà aux prises avec plus de 20 millions de personnes. Le Caire, la ville arabe la plus peuplée où vit un cinquième de tous les Égyptiens, est classée 30e au monde en termes de congestion, selon TomTom, le fabricant néerlandais de systèmes de navigation pour véhicules. Khaled DESOUKI / AFP
Short Url
Publié le Mercredi 03 mars 2021

Au Caire, des start-up à l'assaut de la jungle des transports

  • Le problème de la circulation routière dans le Grand Caire se traduit par une très faible vitesse moyenne de circulation, qui ne dépasse pas 10km/h
  • Plusieurs startups ont décidé de s'atteler à ce problème

Le Caire, mégalopole de plus de 20 millions d'habitants, connue pour ses embouteillages monstres et sa pollution atmosphérique, souffre d'une grave crise des transports à laquelle plusieurs startups ont décidé de s'atteler.

Bus polluants, en mauvais état, souvent bondés, trois lignes de métros seulement: les transports publics ne semblent pas en mesure de relever le défi. Pas plus que le système informel de minibus, microbus ou encore tuk-tuk, taxis, VTC et les myriades de véhicules individuels qui sillonnent les rues de la capitale égyptienne, sans qu'aucune estimation fiable n'en établisse le nombre.

"Le problème de la circulation routière dans le Grand Caire se traduit par une très faible vitesse moyenne de circulation, qui ne dépasse pas 10km/h", explique à l'AFP Oussama Okail, professeur à l'Université du Caire, spécialiste de la circulation. Selon l'universitaire, les temps de trajets au Caire peuvent excéder 90 minutes, soit plus d'une journée entière sur une semaine de cinq jours.

Du covoiturage aux informations sur la circulation en passant par les VTC, une multitude d'applications existent déjà pour aider les usagers cairotes. Mais face à la situation chaotique, toute innovation technologique est bienvenue. Ainsi, plusieurs jeunes sociétés -- lauréates d'un récent concours de startup franco-égyptien -- se sont lancées, chacune à sa manière, dans la bataille.

Cartographier les transports

Parmi les projets les plus ambitieux, la startup "Transport for Cairo" (TfC) s'est lancée dans une cartographie approfondie des transports de la ville. "En cartographiant les grandes villes et en utilisant les données pour la planification future, nous espérons un changement pour le meilleur", explique à l'AFP Mohamed Hegazy, 30 ans, directeur et co-fondateur de TfC. Sur le terrain des équipes de TfC répertorient toutes les trajets possibles, sur toutes les distances. Il s'agit ensuite de numériser et d'analyser les données pour optimiser la circulation et "penser au but ultime: décarboniser le secteur entier". "Tout doit être électrique", lance M. Hegazy en reconnaissant que la startup lancée en 2015 n'en est qu'à ses débuts. "Nous travaillons avec les autorités pour changer la façon de fonctionner du système", dit-il. La Banque mondiale et le ministère des Transports égyptien soutiennent ce projet visant à planifier les transports au Caire "dans les 10, 20 ans".

De son côté, Ocra Wallet, une autre entreprise naissante, se concentre sur un autre aspect de la question des transports: les quelque 500 millions de livres égyptiennes (25 millions d'euros) qui circulent chaque jour en petite monnaie.  Khalid Khaleel, la trentaine, fondateur de cette startup lancée il y a deux ans, ambitionne de "numériser la petite monnaie en Egypte d'ici 2030". "Nous travaillons à rendre les paiements pour les transports plus faciles", dit-il en ajoutant que l'argent liquide est "dangereux", car il peut-être vecteur de virus tel le Covid-19. Parallèlement, Ocra Wallet subventionne les prix des billets pour les usagers en vendant de la publicité aux compagnies de bus privés. "Et l'argent qui vient de cela, nous l'utilisons pour aider les usagers mais aussi les chauffeurs", dit-il.

Touche innovante

Dans le secteur concurrentiel du covoiturage, la startup Tink revendique une touche innovante. "Nous avons transformé le covoiturage davantage en rencontres sociales", dit à l'AFP Adel el-Mahrouky, 38 ans, l'un des fondateurs de Tink. La jeune société s'emploie à répondre au défi de limiter le nombre de voitures sur la route, en utilisant notamment un système de points échangeables contre de l'argent ou de l'essence, afin d'inciter les automobilistes à ne pas faire le trajet seuls.

En 2014, une note de la Banque mondiale estimait que huit milliards de dollars sont perdus chaque année en Egypte en raison des retards et des coûts des carburants. Selon la Banque mondiale, le coût de la pollution de l'air représentait environ 1% du PIB en 2013 et la congestion est "la principale source de pollution issu des transports".

Pour désengorger, l'Etat a relancé, sous l'impulsion du président Abdel Fattah al-Sissi, la construction d'une nouvelle capitale administrative à l'est du Caire. Et les autorités construisent de vastes ponts autoroutiers à travers la ville, au risque de mettre en danger son patrimoine architectural. Mais selon M. Okail, "la solution réside dans (une amélioration des) transports en commun".


Les hôtels du Golfe visent les touristes locaux avec des tarifs réduits pour le Ramadan

Le tarif quotidien moyen des chambres (PMC) dans les hôtels de Dubaï était de 145,90 USD (121€) au cours des deux premiers mois de 2021
Short Url
  • Les réductions pour le Ramadan devraient faire baisser encore les prix pour beaucoup dans les semaines à venir
  • Le mois sacré offre une nouvelle opportunité aux hôtels du Golfe, car les familles cherchent à souffler un peu après une année difficile

DUBAI: Après l'une des années les plus difficiles pour l'industrie hôtelière de mémoire d'homme, les hôteliers du Golfe envisagent le Ramadan comme un tremplin pour la reprise. 

Les voyages internationaux étant toujours très restreints, les hôtels cherchent à attirer les touristes locaux avec des remises et des offres importantes pendant le mois sacré. 

Les tarifs sont déjà historiquement bas dans de nombreuses villes du Golfe. Le prix moyen des chambres (PMC) dans les hôtels de Dubaï était de 145,90 USD (121€) au cours des deux premiers mois de 2021, en baisse de 13% par rapport à l'année précédente, selon le fournisseur de données STR. À Riyad, ils étaient 11% inférieurs à 151,40 USD. Muscat a été le plus affecté avec une baisse de 52,5% à 75,10 USD. 

Les offres du Ramadan devraient faire encore baisser les prix pour beaucoup dans les semaines à venir. Le mois sacré offre une nouvelle opportunité aux hôtels du Golfe, car les familles cherchent à souffler un peu après une année difficile. 

Les hôteliers, dont Raffles et Jumeirah à Dubaï, W Abu Dhabi sur l'île de Yas et Hilton Doha the Pearl au Qatar, proposent tous des séjours de Ramadan, en particulier pour les résidents. 

Wyndham offre aux clients de 15 à 25% de réduction sur le meilleur tarif disponible lorsqu'ils restent trois nuits ou plus et réservent directement pour des séjours entre le 1er avril et le 30 septembre. Accor propose également des réductions allant jusqu'à 30% pour les séjours jusqu'au 11 mai. 

Les hôtels ne bénéficieront pas des autres sources traditionnelles de revenus du Ramadan. Seuls les pèlerins qui ont été vaccinés ou qui ont déjà contracté le Covid-19 seront autorisés à visiter La Mecque pendant le Ramadan cette année, tandis que les grands rassemblements pour les repas de l’iftar seront limités dans toute la région. 

«Le marché du tourisme local est très utile pour répondre à la demande lorsque les frontières sont fermées et a été fructueux dans le monde entier», déclare à Arab News Simon Allison, PDG de HOFTEL et organisateur du sommet GIOHIS de cette année en novembre,. «En fin de compte, comme le marché intérieur est relativement limité, les remises sont inévitables.» 

Cependant, les tarifs des chambres étant déjà très bas, les hôtels cherchent des moyens d'attirer les clients sans sacrifier leurs marges, comme les crédits vacances. 

Par exemple, le Jebel Ali Beach Hotel Dubai offre entre 200 dirhams (45,75€) et 400 dirhams de crédit échangeable contre de la nourriture et des boissons aux clients qui réservent des chambres plus chères, crédit uniquement valable pour les résidents des Émirats arabes unis. IHG Hotels & Resorts propose une offre de séjour avec petit déjeuner et dîner gratuits dans ses établissements InterContinental, voco, Crowne Plaza et Holiday Inn en Arabie saoudite jusqu'au 30 septembre. 

"Il ne fait aucun doute que les hôtels et les marchés liés aux loisirs fonctionnent bien mieux que les hôtels d'affaires", déclare Kostas Nikolaidis, cadre chez STR. «Il y a aussi une différence significative entre un séjour national et un séjour international. La durée du séjour, la fenêtre de réservation ainsi que les dépenses accessoires (restauration, etc.) sont différentes entre un voyageur international et un voyageur national. Les hôtels ont essayé de s'adapter afin d’optimiser leurs revenus de différentes manières. » Les réductions vont probablement continuer au-delà du Ramadan, jusqu’en été. Le gouvernement saoudien a annoncé en novembre 2020 qu'il rouvrirait le tourisme local cet été après que 80% des citoyens interrogés ont déclaré qu'ils préféreraient passer leurs vacances chez eux cette année. 

«Les hôtels se sont concentrés sur la réduction des coûts l'année dernière, ce qui était inévitable», dit Allison. « Maintenant, ils sont à nouveau occupés à recruter du personnel de qualité au sein de la vaste main-d'œuvre disponible en se concentrant sur les stratégies de vente et de marketing et sur les moyens de différencier leur offre à mesure que les voyages reviennent progressivement. » 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Moyen-Orient: retour aux PIB pré-Covid dès 2022 pour les pays les plus vaccinés (FMI)

Les gens s'inscrivent avant de recevoir une dose de vaccin contre la maladie covid-19, au Centre international de convention et d'exposition de Riyad dans la capitale saoudienne Riyad, le 21 janvier 2021. L'Arabie saoudite a lancé sa campagne de vaccination contre le coronavirus le 17 décembre après avoir reçu le premier envoi de le vaccin Pfizer-BioNTech. (Fayez Nureldine / AFP)
Short Url
  • Selon le FMI, la croissance dans la région va s'accélérer pour atteindre 4% cette année, soit une hausse de 0,9 point par rapport à sa dernière projection publiée début février
  • Le Liban, frappé par des crises économique, sociale et politique, est le seul pays de la région où l'activité devrait encore se contracter après une récession de 25% en 2020

DUBAI: Les économies du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord (MENA) qui auront le plus vacciné leur population contre le Covid-19 retrouveront l'an prochain leur niveau d'avant la pandémie, a affirmé dimanche le Fonds monétaire international (FMI), relevant ses prévisions de croissance régionale pour 2021.

La région MENA, qui comprend tous les pays arabes et l'Iran, a connu une contraction de 3,4% de son PIB en 2020, selon les dernières estimations, en raison de la baisse des prix du pétrole et des mesures de confinement prises pour empêcher la propagation du coronavirus.

Selon le FMI, la croissance dans la région va s'accélérer pour atteindre 4% cette année, soit une hausse de 0,9 point par rapport à sa dernière projection publiée début février.

Dans son rapport sur les perspectives économiques régionales publié dimanche, le FMI dit s'attendre à ce que les niveaux de PIB des pays qui ont le plus vacciné atteignent l'année prochaine les niveaux de 2019, tandis que pour les autres, la reprise se produira plus tard, entre 2022 et 2023.

« Cette reprise à plusieurs vitesses se situe à différents niveaux, entre ceux qui sont rapides dans la vaccination (...), ceux qui seront lents et ceux qui seront en retard », a déclaré Jihad Azour, directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI.

« Le déploiement du vaccin et la réponse politique jouent un rôle important dans la qualité et la profondeur de la reprise » économique, a-t-il ajouté.

Certains pays de la région, en particulier dans le Golfe, ont lancé de vastes campagnes de vaccination. Mais l'accès aux vaccins reste un défi pour de nombreux autres pays en raison de pénuries, de retards de livraisons, de conflits internes et de difficultés financières.

Après une contraction de 4,8% en 2020, les Etats du Golfe, riches en pétrole, devraient connaître une croissance de 2,7% cette année. 

Le Liban, frappé par des crises économique, sociale et politique, est le seul pays de la région où l'activité devrait encore se contracter après une récession de 25% en 2020.

Le pays, qui peine depuis des mois à former un nouveau gouvernement, a engagé l'an dernier des discussions avec le FMI au sujet d'un soutien financier, mais elles se sont rapidement heurtées à un mur en raison de l'absence de consensus politique sur les réformes nécessaires.

« En l'absence de gouvernement, il est très difficile pour nous de fournir autre chose qu'une assistance technique et un soutien politique », a déclaré Azour.


Un consortium piloté par la société Masdar chargé d’un projet solaire à Djeddah

La nouvelle centrale s'inscrit dans le cadre de la stratégie de l'Arabie saoudite en faveur des énergies propres. (Shutterstock)
Short Url
  • La centrale est située dans la Troisième Cité Industrielle de Djedda à 50 kilomètres au sud-est de Djeddah
  • Le Bureau de développement des projets d'énergie renouvelable du Royaume confié le projet au consortium après que celui-ci a déposé l'offre la plus compétitive

DUBAÏ : Un consortium dirigé par la société Masdar basée à Abou Dhabi a entamé la construction d'une centrale solaire à Djeddah, après avoir bouclé le financement du projet.

Le consortium, qui regroupe la société française EDF Renewables et la société saoudienne Nesma, a révélé son intention de construire une centrale de 300 mégawatts qui entrera en service l'année prochaine.

La centrale est située dans la Troisième Cité Industrielle de Djeddah à 50 kilomètres au sud-est de Djeddah.

« L'Arabie saoudite évolue à grands pas pour devenir un acteur mondial dans le domaine des énergies renouvelables. Masdar continuera à collaborer étroitement avec ses partenaires et avec le gouvernement saoudien en vue de soutenir le Royaume dans sa transition vers une énergie propre », a déclaré Mohamed Jameel Al-Ramahi, directeur de la société d’énergie renouvelable Masdar, dans un communiqué.

Le Bureau de développement des projets d'énergie renouvelable du Royaume confié le projet au consortium après que celui-ci a déposé l'offre la plus compétitive au prix de 60,9 SAR (16,2 $) par mégawatt-heure, selon les entreprises concernées.

En effet, la nouvelle centrale fait partie de la stratégie d'énergie propre adoptée par l'Arabie saoudite, qui souhaite diversifier ses sources d'énergie et ambitionne de produire 50 % de son électricité à partir de sources renouvelables d'ici 2030.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a préalablement signé sept accords d’achat d'électricité pour les nouvelles centrales solaires en Arabie saoudite, à la suite de l'inauguration de la centrale de Sakaka.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.