Art, mode, gastronomie, la France accompagne l'entreprenariat des diasporas

"Aujourd’hui, les Français issus des diasporas attachent une grande importance à l’univers du digital et à toutes les formes innovantes que prend ce dernier", affirme Pedro Novo.
"Aujourd’hui, les Français issus des diasporas attachent une grande importance à l’univers du digital et à toutes les formes innovantes que prend ce dernier", affirme Pedro Novo.
Short Url
Publié le Jeudi 11 mars 2021

Art, mode, gastronomie, la France accompagne l'entreprenariat des diasporas

  • La France s’engage à accompagner l’entrepreneuriat des diasporas
  • L'enjeu, tant pour les entreprises françaises en Afrique que pour les entreprises africaines en France, c'est de pouvoir évoluer vers l'émergence de partenariats fructueux et durables, affirme Novo

PARIS : Créé en 2017 par le président de la République, Emmanuel Macron, le Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) rassemble des personnalités venues de France et d’Afrique. Il s’engage à développer un lien permanent avec les représentants des diasporas africaines en France œuvrant dans l’entrepreneuriat et le développement de la coopération entre la France et l’Afrique. Le CPA a lancé avec d’autres partenaires (l’Agence française de développement, Bpifrance, Expertise France et Business France), un Tour de France de l’entrepreneuriat des diasporas et de la diversité. L’événement a permis aux participants d’identifier les besoins, les attentes et les enjeux des diasporas africaines en France.

Pedro Novo, directeur exécutif Export à Bpifrance, répond aux questions d’Arab News en français sur les solutions proposées pour accompagner les entrepreneurs français issus de l’immigration. Il revient également sur les dispositifs inédits Meet Africa, Pass Africa, mis en place pour renforcer le lien humain entre la France et l’Afrique, et relate la mise en œuvre d’une dynamique nouvelle dans les relations de partenariats entre la France et l’Afrique.

Quelles solutions ont été proposées lors du Tour de France de l’entrepreneuriat des diasporas et de la diversité pour encourager les Français issus de l'immigration dans l'entrepreneuriat France-Afrique?

Chaque projet d’entrepreneuriat est singulier par sa taille, sa structuration ou encore son fondateur. Néanmoins, «seul on va vite, mais ensemble on va plus loin». C’est dans cette dynamique que s’inscrit l’événement du Conseil présidentiel pour l’Afrique qui permet d’entrevoir des solutions d’accompagnement pour les entrepreneurs français issus de l’immigration. Ces solutions doivent être analysées comme des accélérateurs dans ce qui constitue le terrain de jeu hétéroclite entre la France et l’Afrique.

La table ronde a fait naturellement émerger différents types de solutions proposées par différents partenaires, dont Bpifrance. Plus précisément, sept solutions complémentaires ont été avancées pour encourager l’entrepreneuriat de la diaspora en France et en Afrique. Ces solutions, que nous appelons un «continuum», aux maturités différentes, répondent à deux problématiques principales: l’accès à l’information et le financement.

Le Pass Africa de Bpifrance, par exemple, permet la création d’un parcours unique dédié aux entrepreneurs pour l’Afrique disposant de ce label, pour accélérer leur croissance et la création de la communauté du Pass Africa au sein d’Euroquity, qui offre un service digital de networking et de partenariats dédié. Une autre solution avancée concerne le renforcement du programme Meet Africa qui vise à promouvoir et accompagner la création d’entreprises en Afrique par la diaspora africaine formée en France et en Allemagne. Le Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA) a également annoncé le développement d’une application web sur son site consacré à l’entrepreneuriat des diasporas.

En ce qui concerne plus spécifiquement Bpifrance, nous mettons en place dans le cadre de notre initiative Entrepreneuriat pour tous un programme de valorisation des diasporas dans les quartiers prioritaires de la ville (QPV). Également sur la thématique de l’accompagnement, on peut citer le dispositif Talents en Commun qui encourage la mise à disposition d’experts et de cadres au service d’entrepreneurs ou de projets en lien avec l’Afrique. Enfin, la septième solution est le chèque relance des VIE [Volontariat international en entreprise] pour la mobilité des jeunes en Afrique.

Que sont les dispositifs inédits Pass Africa et Meet Africa? Quels sont leurs objectifs?

Le Pass Africa, crée par Bpifrance en 2021 est un parcours simplifié, dédié aux entrepreneurs pour l’Afrique comprenant trois éléments clés: un accès unique, prioritaire et accéléré aux différents domaines d’expertise de Bpifrance – investissement, accompagnement, financement, assurance, garantie et innovation – , un suivi privilégié et coordonné, avec des contacts réguliers avec nos collaborateurs et enfin une communauté forte et engagée promouvant notamment des opportunités de networking.

Il s’agit d’un dispositif s’appuyant largement sur le réseau national de directions régionales de Bpifrance qui permet ainsi de faciliter des relations de proximité avec une promotion de 20 entrepreneurs ayant un intérêt pour l’Afrique. Quant au dispositif Meet Africa, créé par l’AFD et Expertise Finance, il s’agit d’un programme de trois ans spécifique à six pays:  Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali, Maroc, Sénégal et Tunisie.

Enfin, les objectifs de ces deux dispositifs consistent à favoriser la création de richesses et d’emploi notamment via une plate-forme euro-africaine de services accessibles aux diasporas. Ce programme entend également financer des projets et apporter un accompagnement technique sur le développement des entreprises.

Quels sont les secteurs d'activités qui suscitent l'intérêt des Français issus des diasporas?

Sans vouloir dresser une liste exhaustive, on peut aisément dire que les industries créatives, le digital et le développement durable sont les grandes thématiques retenant l’attention de ces Français.

De l’art à la mode en passant par la gastronomie, nombreux sont les projets en lien avec ces secteurs fortement encouragés par les Français issus de la diaspora. Ces derniers apprécient tout particulièrement les diverses manifestations culturelles mettant en avant leur double héritage.

La rapide montée en puissance des technologies de l’information et la communication (TIC) a largement accéléré les flux d’informations. Aujourd’hui, les Français issus des diasporas attachent une grande importance à l’univers du digital et à toutes les formes innovantes que prend ce dernier. Parallèlement, le désir de mettre le développement durable au cœur des modèles économiques est fort. Manifestement, l’écologie, l’éducation et la santé tiennent une place importante au sein des débats.

Impulsée depuis quelques années, la coopération Afrique-France est-elle appelée à se développer dans les prochaines années? Si oui, quels sont les projets et les perspectives d’avenir?

Depuis son élection et le discours de Ouagadougou, le président Emmanuel Macron a défini de nouvelles ambitions pour la France en Afrique. Une évolution basée sur un partenariat ambitieux et renouvelé, en prise avec les nouvelles réalités sociales, environnementales et économiques du continent.

Dans le cadre de ce nouveau partenariat, la participation du secteur privé est essentielle. La dimension économique joue un rôle très important, dans la mesure où elle est efficace pour porter ce changement de paradigme. C'est ce qui guide l'ensemble de la nouvelle stratégie mise en œuvre par les acteurs institutionnels français impliqués, comme c'est le cas pour Bpifrance pour ce qui est du renforcement du partenariat entre entreprises africaines et françaises.  

L'enjeu, tant pour les entreprises françaises en Afrique que pour les entreprises africaines en France, c'est de pouvoir évoluer vers l'émergence de partenariats fructueux et durables. Le désir d’un destin commun est fort, il nous faut réunir les conditions et les moyens pour qu’il puisse se réaliser.

Plus concrètement, comment se traduit cette volonté de fructifier cette coopération?

Pour avancer en ce sens, nous déployons une ingénierie pour réunir les entrepreneurs des deux continents autour de projets communs et des priorités des entrepreneurs africains. Cette capacité à coopérer s’illustre notamment dans l’Afrique de l’Ouest francophone, culturellement plus proche, mais aussi en Afrique de l’Est et Centrale.

Cependant, être capable de faire la mise en relation, c’est déjà formidable, mais cela ne suffit pas. Il faut également du carburant financier pour permettre que les entreprises africaines et françaises se projettent dans des ambitions d’investissement significatives. C’est notre ambition à Bpifrance.

Pour cela, nous disposons de nombreux outils que nous comptons rendre plus visibles, plus simples, plus digitaux, donc plus rapides dans l’exécution, notamment sur les sujets du financement international.

Bpifrance est aujourd’hui la banque française du commerce extérieur 4.0, mais aussi la Banque française des entrepreneurs pour l’Afrique. Notre objectif est de mettre le continent à la portée de nos entreprises et symétriquement, de placer les entreprises africaines en capacité de coopérer plus avec des entreprises françaises. Ce sont les racines d’un nouveau récit entrepreneurial entre l’Afrique et la France. Il se passe quelque chose, il faut saisir ce momentum.


Les compagnies aériennes américaines entrevoient l'éclaircie, mais après Omicron

American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise. (Photo, AFP)
American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise. (Photo, AFP)
Short Url
  • American Airlines s'attend ainsi à ce que son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 20% à 22% au premier trimestre par rapport à la même période en 2019
  • Les voyages touristiques aux États-Unis et vers des pays proches comme le Mexique devraient bientôt revenir à leur niveau d'avant la crise sanitaire

 NEW YORK : Le trafic aérien n'est pas encore revenu à son niveau d'avant la pandémie aux États-Unis, Omicron ayant frappé un nouveau coup, mais les compagnies américaines parient qu'après la vague du nouveau variant, les passagers remonteront en masse dans les avions.

American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise.

Les compagnies ont fait face à quelques journées très compliquées en fin d'année dernière: avec la multiplication des congés maladies parmi les employés et les intempéries, près de 32 000 vols ont été annulés aux États-Unis entre la veille de Noël et le 11 janvier. 

Les opérations se sont depuis stabilisées mais les réservations ont piqué du nez pour le début de l'année. 

American Airlines s'attend ainsi à ce que son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 20% à 22% au premier trimestre par rapport à la même période en 2019, avant que la pandémie ne fasse chuter le trafic aérien. Cette baisse est supérieure au repli des revenus observé au quatrième trimestre (-17%).

"Les réservations se redressent rapidement après avoir chuté début décembre", a toutefois souligné jeudi Robert Isom, qui prendra la direction de l'entreprise début avril, lors d'une conférence téléphonique.

Les voyages touristiques aux États-Unis et vers des pays proches comme le Mexique devraient bientôt revenir à leur niveau d'avant la crise sanitaire liée à la Covid-19, a-t-il assuré. 

Les vols long-courriers et les voyages d'affaires sont encore un peu à la traîne. 

Mais le trafic à l'international "devrait reprendre au fur et à mesure que les restrictions tombent", a avancé M. Isom. Et l'objectif pour la compagnie est de redevenir rentable cette année "même sans le retour complet des voyages d'affaires."

Delta s'attend pour sa part à un impact d'Omicron sur la demande jusque fin février mais se montre confiant pour le printemps et surtout la saison cruciale des vacances d'été.

Omicron "va marquer un tournant pour la Covid-19, qui passera d'une pandémie à un virus saisonnier ordinaire et gérable", a affirmé son patron, Ed Bastien, à l'occasion de la publication des résultats vendredi.

Pour Amesh Adalja, spécialiste des maladies infectieuses au Centre pour la sécurité sanitaire - Johns Hopkins, le nouveau variant a effectivement changé la donne en infectant un très grand nombre de personnes. 

Au dernier moment

Il deviendra "difficile d'éviter" d'attraper la Covid mais, pour les personnes vaccinées, les symptômes seront modérés, avance-t-il auprès de l'AFP. Cela "modifie la façon d'appréhender la vie quotidienne et de mesurer les risques."

D'autres experts sont plus prudents. 

Mark Kline, médecin en chef dans un hôpital pédiatrique à Nouvelle-Orléans estime ainsi qu'un prochain variant "pourrait être aussi sévère, voire plus, que Delta" et que "trop peu de gens sont encore vaccinés complètement". 

Certains acteurs du secteur aérien restent sur leurs gardes. 

United Airlines, tout en maintenant certains objectifs financiers pour 2023, va ainsi augmenter un peu plus lentement que prévu ses capacités en 2022. 

Dans tous les cas, les compagnies "ne freinent pas leurs dépenses d'investissement", remarque Peter McNally de la société d'investissement Third Bridge. 

"Il devient juste plus compliqué de parvenir rapidement à la rentabilité", souligne-t-il. "Et de planifier les programmes de vols dans la mesure où les gens réservent de plus en plus au dernier moment."

Après une année 2020 catastrophique pour l'ensemble du secteur aérien, American Airlines et United ont encore perdu de l'argent en 2021, environ 2 milliards de dollars chacun.

Delta est parvenu à tirer son épingle du jeu en dégageant un bénéfice net de 280 millions de dollars. 

En plus des soubresauts liés à la pandémie, les compagnies ont dû faire face à la hausse des coûts salariaux et du carburant.

Elles ont aussi dû gérer ces derniers jours le déploiement de nouvelles bandes de fréquence 5G par les opérateurs de téléphonie mobile AT&T et Verizon, qui pouvaient potentiellement causer des interférences avec des instruments de bord importants pour les avions en cas de mauvais temps.

Les opérateurs ayant accepté in extremis de ne pas activer certaines tours à proximité des aéroports, "on ne devrait pas voir de perturbations significatives", a affirmé le patron d'American Airlines.  


Le prince héritier saoudien lance Boutique Group, une enseigne destinée à exploiter les palais historiques du Royaume

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
Short Url
  • La première phase du projet portera sur l’aménagement de trois palais historiques, en coopération avec le secteur privé
  • Boutique Group fera fusionner la culture et le patrimoine du Royaume avec le confort moderne pour offrir à ses clients une qualité d'accueil exceptionnelle

RIYAD: Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, et le président du Fonds d'investissement public (PIF) ont annoncé le lancement de Boutique Group, une nouvelle enseigne hôtelière qui gérera et aménagera une série de palais historiques et culturels emblématiques d'Arabie saoudite en hôtels-boutiques de grand luxe, selon un communiqué. 

La société fera revivre le riche patrimoine et la culture de l'Arabie saoudite pour créer une qualité d’hospitalité nouvelle et unique, a-t-il ajouté. 

La première phase du projet portera sur l’aménagement de trois palais historiques, en coopération avec le secteur privé, dont le palais Al-Hamra qui offrira 77 entités, dont 33 suites et 44 villas luxueuses à Djeddah. 

En 1971, le roi Faisal ben Abdelaziz avait ordonné de consacrer le palais Al-Hamra à l'accueil des plus importantes personnalités internationales. 

1
Le palais Al-Hamra 

Le palais de Touwaiq proposera 96 entités, dont 40 suites et 56 villas de luxe. Quant au palais Rouge, il proposera 71 entités, dont 46 suites de luxe et 25 chambres d'hôtes de luxe. Le palais de Touwaiq et le palais Rouge sont tous deux situés à Riyad. 

Le palais Rouge est considéré comme le premier bâtiment en béton armé construit dans la ville de Riyad en 1944. Celui de Touwaiq, construit en 1980,  est l'un des monuments historiques et culturels les plus importants de la ville de Riyad. 

Boutique Group fera fusionner la culture et le patrimoine du Royaume avec le confort moderne, en vue d’offrir à ses clients une qualité d'accueil exceptionnelle et un service unique. Il permettra de développer le secteur saoudien de l'hôtellerie de grand luxe en contribuant au développement de l'économie locale. La société proposera également de nombreuses possibilités haut de gamme allant de la restauration au bien-être, en passant par des services particuliers pour chacun de ses hôtes. 

Le palais Rouge 
Le palais Rouge 

Dans un commentaire sur le nouveau groupe, Yassir al-Rumayyan, gouverneur du PIF, a déclaré dans le communiqué que «le lancement de Boutique Group souligne la mission du PIF de donner libre champ aux capacités des secteurs prometteurs en Arabie saoudite pouvant contribuer à la diversification de l'économie et contribuer à la croissance du PIB non pétrolier». 

«Le groupe optimisera les offres touristiques déjà uniques du Royaume, renforçant la position de l'Arabie saoudite comme destination touristique, culturelle régionale et internationale de premier plan, et contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030», a-t-il ajouté. 

 Vue générale du palais Al-Hamra 
 Vue générale du palais Al-Hamra 
Le palais de Touwaiq 
Le palais de Touwaiq 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


En Pologne, un canon tire contre le smog

Filip Jedrzejek dirige un drone pour fournir des données sur le niveau de smog dans l'atmosphère, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Filip Jedrzejek dirige un drone pour fournir des données sur le niveau de smog dans l'atmosphère, le 19 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Quand le soleil se couche, un lourd plafond de smog s'abat sur cette petite ville, les cheminées crachant de la fumée épaisse
  • La Pologne est un des pays les plus pollués d'Europe, avec des pics dépassant les normes de quelques centaines de pour-cent

KALWARIA ZEBRZYDOWSKA: Pour chasser le smog, les scientifiques polonais testent dans une ville du sud du pays un canon qui, grâce à des ondes sonores, rejette les particules nocives plus haut dans l'atmosphère permettant aux habitants de mieux respirer. 

Installé en verticale sur un conteneur, un long tube tire à grand bruit toutes les six secondes. Il doit chasser le smog au dessus de Kalwaria Zebrzydowska qui comme tout le pays se bat contre ce problème, présent particulièrement en hiver lorsque les habitants mettent en marche leurs fours à charbon. 

Quand le soleil se couche, un lourd plafond de smog s'abat sur cette petite ville, les cheminées crachant de la fumée épaisse. 

La Pologne est un des pays les plus pollués d'Europe, avec des pics dépassant les normes de quelques centaines de pour-cent. 

Le canon, dont le nom scientifique est le générateur d'ondes sonores contribue à réduire les concentrations de particules PM2,5 et PM10. 

« On utilise ici une onde de choc verticale qui est créée grâce à la combustion d'un mélange d'acétylène et d'air. Cette onde projette l'air pollué vers le haut », explique Dominik Grybos de l'Académie des mines et de la métallurgie de Cracovie (AGH), un des co-auteurs de cette invention brevetée. 

Les particules nocives sont envoyées à plusieurs centaines de mètres vers le haut ce qui les rend inoffensives pour les habitants. 

« On a noté que si on a utilisé le canon entre une demie-heure et une heure, la pollution est réduite de 15-30% dans un périmètre de 2-3 kilomètres autour du canon, et cela pour une période allant d'une heure à 3 heures ». 

L'étude en cours doit déterminer la fréquence des tirs et la durée de l'intervention. Les coûts s'élèvent de 1 000 à 1 500 zlotys (221-332 euros) pour une heure de fonctionnement. 

M. Grybos espère la future commercialisation de l'invention, le marché en Pologne étant très important. 

Les habitants de Kalwaria Zebrzydowska sont plutôt acquis à l'idée, malgré le bruit que provoque le canon. 

« Le smog est très lourd ici, on ne peut même pas aérer les appartements, cela pue tellement. Donc si cela peut aider, qu'ils mènent ces tests, qu'ils le fassent », commentait Jolanta Walkowicz, une comptable de 43 ans, « on n'entend presque pas le bruit, c'est comparable à des feux d'artifice ».