Liban: Facebook Journalism Project et l’ICFJ lancent une collecte de fonds pour soutenir la presse

« Toutes nos pensées vont au peuple libanais et à toutes les personnes touchées par cette tragédie immense. » (Olivier DOULIERY/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 14 août 2020

Liban: Facebook Journalism Project et l’ICFJ lancent une collecte de fonds pour soutenir la presse

  • Le nouveau programme, intitulé « Supporting Beirut: Response and Recovery Fund », aidera à soutenir les médias locaux
  • L'ICFJ et Facebook attribueront 150 000 dollars en fonds de secours d'urgence aux groupes de presse et aux journalistes basés à Beyrouth qui ont besoin d'un soutien financier urgent

Facebook Journalism Project, en collaboration avec le Centre international des journalistes (ICFJ), a annoncé qu'il investirait 300 000 dollars dans un programme qui a pour objectif de soutenir les besoins de stabilisation et de redressement de la presse au Liban, journalistes et agences touchés par l'explosion de Beyrouth.

Le nouveau programme, intitulé « Supporting Beirut: Response and Recovery Fund », aidera à soutenir les médias locaux qui ont subi des dommages en termes d’infrastructures et de ressources.

L'ICFJ et Facebook attribueront 150 000 dollars en fonds de secours d'urgence aux groupes de presse et aux journalistes basés à Beyrouth, directement touchés par l'explosion, qui ont besoin d'un soutien financier urgent.

La première phase de ce programme consistera à identifier ceux qui ont besoin d'un soutien financier. Ils pourront alors solliciter des subventions de secours d'urgence immédiates. L'ICFJ attribuera des subventions aux agences de presse et aux journalistes sélectionnés basés à Beyrouth qui répondent à un certain nombre de critères.

« Toutes nos pensées vont au peuple libanais et à toutes les personnes touchées par cette tragédie immense », a déclaré Mohamed Omar, responsable des partenariats de presse dans la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord, sur Facebook. « Nous recevons des mises à jour régulières de nos contacts à Beyrouth. Les dommages causés aux infrastructures de la ville, y compris à ses nombreuses salles de rédaction, sont énormes. En dépit de ces circonstances dévastatrices, l'industrie de la presse travaille d'arrache-pied, dans des conditions extraordinaires, pour tenir les gens informés des dernières actualités », a-t-il déclaré.

« Nous saluons leurs efforts et nous travaillons en permanence avec nos partenaires pour concevoir leurs besoins et les soutenir le mieux possible », a-t-il ajouté.

L'ICFJ, une organisation à but non lucratif, dédiée à « la promotion de la qualité du journalisme à travers le monde », mobilisera ses réseaux locaux pour mettre en œuvre une initiative de réponse et de redressement en deux phases face à la crise que traverse Beyrouth.

Sharon Moshavi, vice-présidente principale de l’ICFJ, en charge des nouvelles initiatives, a déclaré : « Les gens se tournent vers les journalistes locaux pour obtenir des informations essentielles sur la manière de protéger leurs amis, leurs familles et leurs communautés. Alors que l'impact de l'explosion dévastatrice se poursuit à Beyrouth, l'ICFJ est prête à travailler avec le projet de journalisme Facebook [Facebook Journalism Project] pour offrir un soutien adapté aux journalistes libanais et aux agences de presse qui fournissent des informations essentielles à une nation en crise. »

Le Facebook Journalism Project et l'ICFJ offriront un soutien supplémentaire et plus approfondi à certaines agences de presse basées à Beyrouth au cours de la deuxième phase, en fonction des impacts de cette crise à long terme.

Plus tôt cette semaine, Facebook a annoncé qu'il donnerait plus de 2,1 millions de dollars aux hôpitaux locaux, aux institutions médicales et aux ONG pour appuyer les efforts de secours et de redressement, dont 1 million de dollars a été compensé par sa communauté dans le cadre d'une collecte de fonds sur Facebook.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur ArabNews.com


Chine: Représailles commerciales ciblant les Etats-Unis

La Chine et les Etats-Unis se renvoient coup pour coup (Photo, Olivier DOULIERY/AFP).
Short Url
  • Cette annonce intervient alors que les Etats-Unis ont interdit de de télécharger, à partir de dimanche les applications TikTok et WeChat
  • « Si les Etats-Unis persistent dans leurs actions unilatérales, la Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger de façon résolue les droits et les intérêts légitimes des entreprises chinoises »

SHANGHAI: Le gouvernement chinois a annoncé samedi l'instauration d'un mécanisme qui lui permettra de restreindre les activités des entreprises étrangères, une mesure largement perçue comme des représailles ciblant les Etats-Unis.

L'annonce du ministère du Commerce, effectuée en pleine escalade entre Pékin et Washington, ne vise nommément aucune entreprise étrangère.

Mais elle mentionne de façon générale une série d'agissements rendant les entreprises figurant sur une future « liste d'entités non fiables » passibles d'amendes, de restrictions d'activités ou d'entrée de matériel et de personnel en Chine.

Cette liste comprendra les entreprises dont les activités « portent atteinte à la souveraineté nationale de la Chine et à ses intérêts en matière de sécurité et de développement » ou qui violent « les règles économiques et commerciales internationalement acceptées », selon le ministère.

Cette annonce intervient alors que les Etats-Unis ont interdit de de télécharger, à partir de dimanche les applications TikTok et WeChat détenues par les géants chinois ByteDance et Tencent.

Dans un communiqué, le ministère chinois du Commerce a accusé samedi Washington de pratiquer « l'intimidation ». « Si les Etats-Unis persistent dans leurs actions unilatérales, la Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger de façon résolue les droits et les intérêts légitimes des entreprises chinoises », a-t-il menacé.

Les tensions entre les Etats-Unis et la Chine sont allées crescendo depuis le mois d'août quand le président Donald Trump, en pleine campagne pour sa réélection, a posé un ultimatum à TikTok, qu'il accuse d'espionnage industriel pour le compte de Pékin, sans toutefois avoir rendues publiques des preuves tangibles.

Le géant chinois des télécoms Huawei est également sur une liste noire américaine pour l'empêcher d'acquérir des technologies « made in USA » indispensables à ses téléphones. Les Etats-Unis mettent également la pression sur les Européens pour qu'ils excluent Huawei de leurs futurs réseaux 5G.


Le téléchargement de TikTok et WeChat interdit aux Etats-Unis

Derrière TikTok, c'est la bataille pour la domination technologique qui se joue entre les Etats-Unis et la Chine (Photo, AFP).
Short Url
  • Washington laisse une porte ouverte à TikTok, jusqu'au 12 novembre, avant de lui interdire complètement d'opérer sur son sol
  • Donald Trump s'est montré en outre optimiste sur ce dossier, soulignant qu'un accord pourrait intervenir "rapidement"

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont annoncé vendredi l'interdiction, à partir de dimanche, du téléchargement des applications TikTok et WeChat, ce qui constitue une nouvelle escalade dans le bras de fer avec la Chine sur le sort de ces deux applications.

Washington laisse cependant une porte ouverte à TikTok, application très populaire auprès des jeunes permettant de produire de courtes vidéos, avant de lui interdire complètement d'opérer sur son sol.

"Le président laisse jusqu'au 12 novembre pour résoudre les problèmes de sécurité nationale posés par TikTok. Les interdictions pourraient être levées le cas échéant", a indiqué le département du Commerce dans un communiqué.

Donald Trump s'est montré en outre optimiste sur ce dossier, soulignant qu'un accord pourrait intervenir "rapidement".

S'agissant de WeChat, les actuels utilisateurs verront l'application quasiment désactivée aux Etats-Unis, a indiqué un responsable américain. La plateforme, qui appartient au géant chinois Tencent, est omniprésente dans la vie des Chinois (messagerie, paiements à distance, réservations..).

Cette annonce est faite alors que les négociations avec ByteDance, maison mère chinoise de TikTok, pour qu'elle cède ses activités aux Etats-Unis à un groupe américain piétinent et que l'administration Trump s'impatiente.

"Le Parti communiste chinois a démontré qu'il avait les moyens et l'intention d'utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l'économie des Etats-Unis", avait justifié plus tôt le département américain du Commerce.

Le ministre du Commerce Wilbur Ross avait ensuite précisé sur Fox Business que TikTok continuerait de fonctionner mais que ses usagers actuels ne pourraient plus faire de mises à jour.

En revanche, si aucun accord n'est trouvé d'ici le 12 novembre, l'application cessera de fonctionner.

TikTok a dénoncé cette décision, assurant présenter les garanties maximales pour respecter la sécurité et la vie privée des usagers américains.

Outre la possibilité d'audits effectués par des tiers, "la vérification de la sécurité du code et la surveillance" pourra se faire par le gouvernement américain, a assuré une porte-parole à l'AFP.

De plus, un fournisseur de technologie américain serait responsable de la maintenance et de l'exploitation du réseau TikTok aux Etats-Unis, "qui comprendrait tous les services et données desservant les consommateurs américains", a-t-elle précisé.

Cette application de vidéos courtes, très prisée des adolescents, compte environ 100 millions d'utilisateurs aux Etats-Unis et jusqu'à un milliard dans le monde.

Domination technologique

Les tensions entre les deux géants économiques sont allées crescendo depuis le mois d'août quand l'hôte de la Maison Blanche a posé un ultimatum à TikTok, qu'il accuse d'espionnage industriel pour le compte de Pékin, sans toutefois avoir rendues publiques des preuves tangibles.

Il a donné à ByteDance jusqu'au 20 septembre, soit dimanche, pour céder ses activités TikTok sur le sol américain à une entreprise "made in US".

Mais à deux jours de l'échéance, les négociations n'ont toujours pas abouti.

Un premier projet impliquant Microsoft et le géant de la distribution Walmart avait été retoqué par la Chine le week-end dernier. Selon Donald Trump, le groupe pourrait rester dans la course.

Lundi, le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, avait officialisé le nom d'un autre nouveau potentiel partenaire: Oracle, basé en Californie.

Certains médias évoquent une prise de participation minoritaire (jusqu'à 20%, selon CNBC) par Oracle, spécialisé dans les logiciels et services à destination des entreprises. La maison mère chinoise ByteDance conserverait une participation majoritaire.

Le géant des supermarchés Walmart a en outre fait savoir qu'il pourrait faire partie du nouveau projet. "Nous avons donc d'excellentes options et nous pourrions peut-être faire en sorte que beaucoup de gens restent heureux tout en bénéficiant de la sécurité dont nous avons besoin", a réagi vendredi le président américain.

Un comité de sécurité nationale du gouvernement américain est chargé d'examiner l'offre sur la table tandis que les législateurs républicains ont mis en garde contre le feu vert à un accord qui laisserait l'entreprise sous contrôle chinois.

Derrière TikTok, c'est la bataille pour la domination technologique qui se joue entre les Etats-Unis et la Chine. Or, satisfaire les intérêts particuliers des deux premières puissances mondiales et apaiser les préoccupations des deux pays sur les questions de sécurité, les algorithmes et autres technologies clés utilisées par TikTok semble impossible.

La saga TikTok se déroule alors que Donald Trump, en lice pour un second mandat, met en avant la sécurité nationale dans sa campagne. Le républicain accuse régulièrement son opposant démocrate Joe Biden de faiblesse envers Pékin.  Vendredi, un responsable du ministère du Commerce a assuré qu'il ne fallait pas voir cette décision à l'aune des élections qui se dérouleront le 3 novembre.


Comment la crise du coronavirus a imposé la plus grande réduction de l’approvisionnement en pétrole de l’histoire

Une photo fournie par le géant de l’énergie Saudi Aramco, la société pétrolière et gazière publique saoudienne, montre ses usines pétrolières de Dhahran, dans l’est de l’Arabie saoudite, le 11 février 2018. (AFP/Aramco/File Photo)
Short Url
  • Le livre The New Map de l’auteur Daniel Yergin, lauréat du prix Pulitzer, retrace les événements dramatiques de mars et d’avril derniers
  • Les marchés sont entrés en chute libre alors que les effets économiques de la pandémie de Covid-19 ont frappé les prévisions de demande du pétrole brut

Au début du printemps dernier, les marchés mondiaux du pétrole étaient en chute libre au moment où les effets économiques de la pandémie de coronavirus ont frappé les prévisions de demande en pétrole brut. Les membres de l’alliance Opep+, dirigée par l’Arabie saoudite et la Russie, ont vu les prix diminuer de plus de moitié en quelques semaines et se sont demandé quoi faire. Le lauréat du prix Pulitzer Daniel Yergin, dans l’un de deux extraits exclusifs de son nouveau livre The New Map: Energy, Climate, and the Clash of Nations, raconte l’histoire vécue du mois qui a secoué le monde pétrolier.

C’est ce déclin qui a précipité, dans la première semaine de mars, une réunion de l’Opep+ – l’Opep et ses partenaires non membres de l’Opep soit 23 pays au total – à Vienne pour faire face à ce qui devenait, de loin, la plus forte baisse de consommation jamais enregistrée.

Alors que les pays présents à Vienne savaient que la situation était mauvaise, ils ne savaient pas combien ni à quel point elle pourrait s’aggraver. À ce moment-là, cependant, l’intérêt commun que les deux principaux pays du groupe – l’Arabie saoudite et la Russie – avaient forgé au cours des dernières années s’est effondré.

Le budget russe avait fixé le prix du baril à 42 dollars, le budget saoudien à 65 dollars et, selon le Fonds monétaire international (FMI), l’Arabie saoudite avait besoin d’un prix de 80 dollars ou plus pour équilibrer son budget. De plus, les Russes avaient considéré l’accord Opep+ de 2016 comme temporaire et opportun ; les Saoudiens voulaient le rendre permanent et y maintenir la Russie.

Le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Abdel Aziz ben Salmane, a sollicité de nouvelles réductions plus fortes, puis a insisté fermement pour obtenir des réductions plus fortes encore. Le ministre russe de l’Énergie, Alexander Novak, a tout aussi fermement résisté. Il voulait prolonger l’accord existant et ne pas faire d’autres réductions pendant quelques semaines pour mesurer l’impact de cette stratégie à mesure que le coronavirus progressait.

Le matin du 6 mars, Novak s’est envolé de Moscou pour Vienne et s’est rendu au siège de l’Opep. Là, dans une petite salle de conférence au cinquième étage, il a rencontré en privé le prince Abdel Aziz. Ils ne se sont pas entendus et sont descendus, les visages tendus, au premier étage pour rejoindre la réunion, cruciale, avec les autres ministres de l’Opep+. C’était une impasse. La réunion s’est interrompue sans aboutir à un accord.

« Nous regretterons tous cette journée », a déclaré le prince Abdel Aziz à la sortie. Interrogé sur ce que ferait l’Arabie saoudite maintenant, il a ajouté : « Nous continuerons à vous le demander. »

Les pays de l’OPEP « n’ont envisagé aucune autre variante, a déclaré Novak de son côté. Et maintenant, a-t-il ajouté, comme il n’y pas eu d’accord, tous les pays sont libres de produire ce qu’ils veulent. »

Suhail al-Mazrouei, ministre du Pétrole des Émirats arabes unis, s’est efforcé d’apaiser les propos. Selon lui, « ils ont besoin de plus de temps pour y réfléchir ». Mais l’Opep+ avait explosé.

L’échec de Vienne a choqué le marché mondial du pétrole, entraînant des répercussions sur les marchés financiers. L’Arabie saoudite n’a pas perdu de temps pour mettre fin à la question en annonçant qu’elle allait augmenter sa production de barils par jour (bpj) de 9,7 millions à 12,3 millions de bpj le mois prochain.

« Le fait d’augmenter la production lorsque la demande diminue est irrationnel du point de vue de la théorie économique », a déclaré Novak, économiste de formation.

La Russie ne possède pas cette capacité de production supplémentaire mais elle a déclaré qu’elle augmenterait sa production autant que possible.

Le dernier accord, qui remontait à 2016, avait disparu – à sa place, une guerre des prix et une bataille pour les parts de marché sont apparues. Les partenaires potentiels sont redevenus de féroces concurrents. Certains à Moscou, qui s’étaient opposés à un accord visant à restreindre la production, ont salué la rupture.

« Si vous abandonnez le marché, vous ne le récupérerez jamais », a déclaré Igor Setchine, PDG de Rosneft, qui est le plus grand critique russe de l’Opep+ depuis le début. Ceux qui, comme Setchine, étaient opposés à tout accord, ont été particulièrement réticents au fait de céder des parts de marché aux États-Unis.

w
Une photo prise le 15 septembre 2019 montre l’entrée d’une installation pétrolière d’Aramco près de la zone d’Al-Kharj, au sud de la capitale saoudienne, Riyad. (AFP/File Photo)

Au cours des quatre années pendant lesquelles la Russie avait adhéré à l’accord et que sa production était limitée, la production pétrolière américaine avait augmenté de 60 %, propulsant les États-Unis au premier rang des producteurs mondiaux.

Au-delà des marchés, ils considéraient le schiste des États-Unis comme une « menace stratégique ». En effet, pour eux, l’abondance du pétrole et du gaz de schiste était un complément à la politique étrangère américaine, laissant aux États-Unis les mains libres pour imposer des sanctions au secteur énergétique russe, comme ils l’avaient fait quelques mois plus tôt, en forçant l’arrêt de l’achèvement du gazoduc Nord Stream 2.

Le schiste américain, prévoyaient-ils, serait inévitablement la victime majeure d’une guerre des prix, en raison de ses coûts plus élevés et des forages constants qu’il nécessitait par rapport aux pétroles conventionnels saoudien et russe.

Mais ce qui n’a pas été compris au début du mois de mars, c’est que cette bataille pour les parts de marché avait été lancée sur un marché qui se rétrécissait rapidement à cause du virus (Covid-19). L’épidémie en Chine se transformait en une pandémie mondiale.

Trump a commencé à faire ce qu’il avait fait durant toute sa carrière : faire travailler les téléphones, cette fois dans un round-robin avec le roi Salmane, le prince héritier, Mohammed ben Salmane (MBS), le président russe, Vladimir Poutine, et d’autres dirigeants.

Le négociateur cherchait maintenant un méga-accord. Compte tenu de ce qui a été décrit comme les « différences irréconciliables » qui ont conduit à la rupture, à Vienne, entre l’Arabie saoudite et la Russie, il s’agissait aussi d’une médiation de divorce.

Pendant environ deux semaines, Trump a mené plus de conversations avec Poutine que durant toute l’année précédente. Le 1er avril, la production saoudienne est passée à 12 millions de bpj. Certains appels téléphoniques étaient très directs. Il a été fait mention de ces 13 sénateurs (d’États producteurs de pétrole qui avaient exprimé leur frustration face à la guerre des prix du pétrole).

Après un tel appel, Trump a rédigé un tweet : « Je viens de parler à mon ami MBS d’Arabie saoudite, qui a parlé avec le président Poutine de Russie et j’espère qu’ils réduiront environ à 10 millions de barils et peut-être beaucoup plus. » Peu de temps après, il a augmenté la mise à 15 millions.

Compte tenu de la guerre du pétrole et de l’animosité ambiante, ses chiffres ont été accueillis avec scepticisme. Mais les événements ont évolué. L’Arabie saoudite a appelé à une réunion urgente des producteurs, « en reconnaissance de la demande du président des États-Unis, Donald Trump ».

Le 3 avril, Poutine a déclaré lors d’une vidéoconférence que la Russie, ainsi que l’Arabie saoudite et les États-Unis, étaient « tous intéressés par des actions conjointes… bien coordonnées pour assurer la stabilité à long terme du marché ».

Il a déclaré que l’effondrement des prix avait été causé par la Covid-19.

Mais comment un accord pourrait-il être conclu ?

Le 10 avril, les ministres de l’Énergie du G20 se sont réunis. « Nous devons stabiliser les marchés mondiaux de l’énergie, a déclaré le secrétaire américain à l’Énergie, Dan Brouillette. C’est le moment pour toutes les nations d’examiner sérieusement ce que chacune peut faire pour corriger le déséquilibre offre-demande.»

À ce moment-là, tout était plus ou moins en place pour offrir une opportunité. Sauf qu’un membre de l’Opep+ résistait. Le président mexicain, Lopez Obrador, refusait d’entendre parler de l’accord. Il avait sa propre politique ; il s’était engagé auprès de Pemex, la compagnie pétrolière nationale, à augmenter la production, non à la couper – même si, en vérité, sa production réelle était en déclin.

D’autres appels téléphoniques de nuit ont suivi et un accord a été conclu avec le Mexique. Une conférence téléphonique entre Trump, Poutine et le roi Salmane a scellé cet accord.

q
Une vue générale montre l’installation pétrolière Saudi Aramco dans la ville de Dammam, à 450 km à l’est de la capitale saoudienne Riyad. (AFP/File Photo)

L’accord total Opep+ prévoyait une réduction de 9,7 millions de bpj, la Russie et l’Arabie saoudite y contribuant chacune pour 2,5 millions. Maintenant, c’est la parité absolue – une base de référence convenue de 11 millions de bpj chacun, qui descendrait pour chacun à 8,5 millions de barils.

Les 21 autres membres de l’Opep+ ont accepté leurs propres réductions. De même que d’autres grands producteurs non membres de l’Opep qui ne faisaient pas non plus partie de l’Opep+ comme le Brésil, le Canada et la Norvège. Mais ces réductions incluaient des baisses dues à la crise économique, et celles-ci étaient déjà effectives.

L’accord en lui-même était historique, tant en raison du nombre de participants que de sa complexité. C’était la plus importante réduction de l’approvisionnement en pétrole de l’histoire. Rien de comparable ne s’était produit avant dans le monde du pétrole, et encore moins avec les États-Unis dans le rôle central.

Une fois l’accord conclu, le prince Abdelaziz a décrit la guerre du pétrole comme «une orientation fâcheuse» de la politique saoudienne. Mais il a dit : « Nous avons dû le faire parce que nous voulions capter certains revenus plutôt que de rester les bras croisés et ne rien faire. »

La « médiation » de Washington a aidé, car elle a mis fin au désaccord avec la Russie, du moins pour le moment. « Nous n’avons pas encore besoin d’avocats spécialisés en divorce», a déclaré le prince avec un certain soulagement.

Extrait de The New Map: Energy, Climate and the Clash of Nations par Daniel Yergin (Allen Lane). Droits d’auteur : Daniel Yergin 2020.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com