Pâques sous le signe de la pandémie, le pape appelle le monde à partager les vaccins

François a consacré son message pascal aux plus vulnérables, aux malades du Covid, aux migrants, aux personnes précipitées dans la précarité par la pandémie, et aux populations victimes des guerres en Syrie, au Yémen, en Libye et en Afrique. (Photo, AFP)
François a consacré son message pascal aux plus vulnérables, aux malades du Covid, aux migrants, aux personnes précipitées dans la précarité par la pandémie, et aux populations victimes des guerres en Syrie, au Yémen, en Libye et en Afrique. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 05 avril 2021

Pâques sous le signe de la pandémie, le pape appelle le monde à partager les vaccins

  • Le pape a appelé la communauté internationale à un engagement partagé afin de surmonter les retards dans la distribution des vaccins et en favoriser les pays les plus pauvres
  • Le gouvernement britannique a, de son côté, indiqué dimanche qu'il prévoyait de tester dès mi-avril en Angleterre un système de passeport sanitaire

ROME: Des millions de chrétiens dans le monde ont célébré Pâques dimanche sous le signe des contraintes sanitaires pour la deuxième année consécutive, le pape exhortant la communauté internationale à partager les vaccins contre le Covid-19 avec les pays les plus pauvres.

François a consacré son message pascal, précédant la bénédiction Urbi et Orbi (à la ville de Rome et au reste du monde), aux plus vulnérables, aux malades du Covid, aux migrants, aux personnes précipitées dans la précarité par la pandémie, et aux populations victimes des guerres en Syrie, au Yémen, en Libye et en Afrique.

Le pape argentin a appelé «toute la communauté internationale à un engagement partagé afin de surmonter les retards» dans la distribution des vaccins «et en favoriser le partage, en particulier avec les pays les plus pauvres». Il a rendu hommage aux médecins et infirmiers en première ligne, rappelant que «les Vaccins constituent un instrument essentiel pour cette lutte».

En Europe, frappée par une troisième vague de Covid, toute l'Italie est classée en zone «rouge», avec haut risque de contagion et restrictions maximales pour les fêtes de Pâques, habituellement l'occasion de réunions familiales.

Le gouvernement britannique a, de son côté, indiqué dimanche qu'il prévoyait de tester dès mi-avril en Angleterre un système de passeport sanitaire pour permettre la reprise d'activités affectées par la pandémie, comme les matches de football et les événements en salles.

Alors que le Royaume-Uni a commencé à lever progressivement de strictes restrictions en place depuis de longs mois, fort du succès de sa campagne de vaccination, ce projet sera détaillé lundi par le Premier ministre Boris Johnson.

Lourdes déserté

En France, depuis samedi soir, les règles déjà imposées à 19 départements s'étendent à tout le pays: les commerces jugés non essentiels doivent baisser le rideau, les déplacements seront limités à 10 km et, pour la première fois depuis le printemps 2020, les écoles vont rester fermées pendant trois à quatre semaines.

Les autorités tolèrent cependant jusqu'à lundi soir les déplacements entre régions.

Le grand sanctuaire français de Lourdes était presque vide: samedi, environ 500 pèlerins arpentaient les allées menant à la grotte miraculeuse où, selon la tradition catholique, la Vierge Marie serait apparue en 1858.

Au Portugal, le diocèse de Viseu (centre) a décidé de faire voler dimanche deux petits avions tractant une banderole avec le message: «Le Christ est ressuscité, alléluia».

L'objectif de cette initiative est de porter ce message »au plus grand nombre possible de paroisses, de foyers et de familles» afin de «célébrer Pâques en sécurité» malgré les contraintes sanitaires, a expliqué Joao Zuzarte, vicaire du diocèse.

En Allemagne, pays qui durcit ses mesures sanitaires face à la flambée des infections, des milliers de personnes se sont rassemblées samedi à Stuttgart, la plupart sans masque, pour réclamer «la fin de la dictature de la Covid».

Première livraison en Libye

Au Moyen-Orient, le Liban est complètement confiné de samedi à mardi matin, pour éviter une nouvelle recrudescence du virus dans ce pays de six millions d'habitants.

En revanche, à Jérusalem déconfinée en raison d'une campagne massive de vaccination, des fidèles, la plupart portant un masque, ont assisté à la masse au Saint-Sépulcre. Cette église, considérée comme le lieu le plus sacré du christianisme, avait été fermée l'an dernier à Pâques en raison de la pandémie, pour la première fois en plus d'un siècle.

La Libye a reçu dimanche une première livraison de vaccins avec l'arrivée à Tripoli de 100 000 doses du vaccin russe Spoutnik V, au moment où le pays observe une augmentation des cas, avec un système de santé fragilisé par les conflits.

En Inde, confrontée à sa plus forte hausse des contaminations depuis septembre (12,5 millions de cas au total), l'une l'une des plus grandes stars de Bollywood, Akshay Kumar, a annoncé dimanche avoir été testé positif à la Covid.

Aux Philippines, les autorités vont prolonger le confinement de plus de 24 millions de personnes tout en déployant des tentes et du personnel de santé dans les hôpitaux débordés de la capitale Manille, où les cas se multiplient.

Mesures renforcées en Amérique latine

En Amérique latine, où la situation est alarmante avec plus de 25 millions de cas déclarés de Covid-19, plusieurs pays ont aussi renforcé les contraintes.

Le Chili, dont près de 90% de la population est à nouveau confinée depuis près d'une semaine, a fermé ses frontières tout le mois d'avril et au Brésil, où l'épidémie paraît incontrôlable, la ville de Rio de Janeiro a annoncé vendredi le prolongement de certaines restrictions.

Pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, les Etats-Unis ont franchi vendredi le seuil des 100 millions de personnes ayant reçu au moins une injection de vaccin lors d'une campagne menée tambour battant. 

Mais si la vaccination fait l'objet de tous les efforts, les suspicions montent sur de possibles effets secondaires graves, mais rares, après l'apparition de cas de thromboses atypiques chez des personnes ayant reçu le vaccin du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca.

La pandémie a fait au moins 2 847 182 morts dans le monde depuis décembre 2019.


Le chef de la diplomatie israélienne au Soudan, une première

Le chef de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan a accueilli jeudi le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen à Khartoum, lors de la première visite officielle d'un haut diplomate israélien. (Photo, AFP)
Le chef de l'armée soudanaise Abdel Fattah al-Burhan a accueilli jeudi le ministre israélien des Affaires étrangères Eli Cohen à Khartoum, lors de la première visite officielle d'un haut diplomate israélien. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le ministère israélien des Affaires étrangères a évoqué un «voyage politique historique» et annoncé que M. Cohen tiendrait en Israël une conférence de presse à 19H30 locales
  • En janvier 2021, alors que civils et militaires se partageaient le pouvoir au Soudan, Khartoum avait annoncé son adhésion aux accords d'Abraham

KHARTOUM: Le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de facto du Soudan depuis son putsch en 2021, a reçu jeudi à Khartoum Eli Cohen pour la première visite officielle d'un chef de la diplomatie israélienne dans le pays.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a évoqué un "voyage politique historique" et annoncé que M. Cohen tiendrait en Israël une conférence de presse à 19H30 locales (17H30 GMT) à ce sujet.

Selon le Conseil souverain soudanais, que le général Burhane préside, les deux hommes ont discuté des "moyens d'établir des relations fructueuses" et des "projets possibles de coopération" dans des domaines aussi variés que la sécurité, l'agriculture, l'énergie, la santé, l'eau et l'éducation.

En janvier 2021, alors que civils et militaires se partageaient le pouvoir au Soudan, Khartoum avait annoncé son adhésion aux accords d'Abraham --par lesquels trois autres Etat arabes ont reconnu Israël.

Le pays rompait ainsi avec la position inflexible du dictateur Omar el-Béchir, déchu en 2019, grand ennemi de l'Etat hébreu et longtemps proche du mouvement palestinien Hamas.

Mais en signant les Accords d'Abraham, le Soudan, au ban de la communauté internationale durant un long embargo sous Béchir, avait obtenu une aide financière des Etats-Unis, quelques semaines après son retrait de la liste américaine des Etats accusés de financer le terrorisme.

Depuis, la communauté internationale a interrompu au lendemain du coup d'Etat son aide --deux milliards de dollars annuels--. Une manne précieuse pour le pays, l'un des plus pauvres au monde.

Normalisation, «trahison»

Régulièrement, la presse israélienne se fait l'écho de visites "secrètes" de responsables israéliens au Soudan, sans que les deux Etats n'infirment ou ne confirment ces rencontres.

Lors de son putsch du 25 octobre 2021, le général Burhane a limogé les civils et suspendu la transition vers la démocratie. Mais dès son tout premier discours, quelques heures après son coup d'Etat, il a assuré que son pays resterait lié par les accords internationaux qu'il avait signés.

En novembre, le général Burhane a envoyé un message de félicitations au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui venait de remporter les législatives israéliennes avec ses alliés d'extrême droite et ultra-orthodoxes.

Les Emirats arabes unis, Bahreïn, et le Maroc ont normalisé leurs relations avec l'Etat hébreu sous l'égide de Washington dans le cadre des accords d'Abraham.

Ces accords de normalisation, qui ont brisé le consensus arabe selon lequel aucune entente n'est possible avec l'Etat hébreu sans résolution du conflit israélo-palestinien, ont été dénoncés comme une "trahison" par les Palestiniens.

Contrairement aux Emirats arabes unis, à Bahreïn et au Maroc, le Soudan n'a pas fait suivre l'accord de mesures concrètes pour approfondir les liens. Et la ratification formelle par des institutions élues n'a toujours pas eu lieu, le pays nageant en plein marasme politique avant même le putsch.

Autre pays africain, le Tchad a inauguré jeudi une ambassade en Israël, quatre ans après la reprise des relations diplomatiques entre les deux Etats.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui a participé à l'inauguration de l'ambassade à Ramat Gan près de Tel-Aviv, avec le président tchadien Mahamat Idriss Déby Itno, a salué "un moment historique", d'après son bureau.


Au Soudan, il faut faire rendre des comptes et réformer la sécurité

Le nouvel expert des droits de l'homme de l'ONU, Radhouane Nouicer, tient une conférence de presse lors de sa visite au Soudan, à Khartoum, le 2 février 2023. (Photo, AFP)
Le nouvel expert des droits de l'homme de l'ONU, Radhouane Nouicer, tient une conférence de presse lors de sa visite au Soudan, à Khartoum, le 2 février 2023. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le diplomate tunisien a remplacé en décembre le Sénégalais Adama Dieng, démissionnaire après avoir plaidé lui aussi pour des procès et la fin de la répression
  • Lors d'une conférence de presse jeudi, le diplomate a dit leur avoir «recommandé» d'amener devant la justice «au plus vite» les membres des forces de sécurité responsables de la mort de manifestants

KHARTOUM: Le nouvel expert de l'ONU pour les droits humains Radhouane Nouicer a plaidé jeudi à Khartoum pour la levée de l'immunité des responsables de violences au Soudan, pays dans l'impasse politique plus d'un an après un putsch qui a interrompu la transition démocratique.

Le diplomate tunisien a remplacé en décembre le Sénégalais Adama Dieng, démissionnaire après avoir plaidé lui aussi pour des procès et la fin de la répression qui a tué plus de 120 militants opposés au coup d'Etat mené le 25 octobre 2021 par le général Abdel Fattah al-Burhane.

Depuis samedi, M. Nouicer a rencontré des représentants civils et militaires au Soudan, dont Abdel Fattah al-Burhane --devenu de facto le dirigeant du pays depuis son putsch-- et son adjoint le général Mohammed Hamdan Daglo, patron des très redoutés paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

Lors d'une conférence de presse jeudi, le diplomate a dit leur avoir "recommandé" d'amener devant la justice "au plus vite" les membres des forces de sécurité responsables de la mort de manifestants.

Il a aussi plaidé pour que soit levée "l'immunité des forces de sécurité impliquées dans des violations des droits humains".

Et cela, a-t-il dit, passera "par une feuille de route claire pour la réforme du secteur de la sécurité", la principale pomme de discorde entre civils et militaires au Soudan.

Les représentants de la société civile, a-t-il ajouté, se sont plaints de "restrictions de plus en plus strictes" et, note-t-il, "le manque de confiance grandit".

En janvier, le dialogue politique au Soudan est entré dans sa deuxième phase sans qu'aucun calendrier ni ordre du jour formel ne soit donné pour la mise en oeuvre de l'accord qui l'encadre.


​​Le président tchèque élu appelle à une aide «sans limite» à l'Ukraine

Selon le président élu tchèque Petr Pavel, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'«une question de volonté politique» une fois la guerre terminée. (Photo, AFP)
Selon le président élu tchèque Petr Pavel, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'«une question de volonté politique» une fois la guerre terminée. (Photo, AFP)
Short Url
  • M. Pavel, qui a dirigé le comité militaire de l'OTAN de 2015 à 2018, a remporté l'élection présidentielle samedi et prêtera serment le 9 mars
  • Il a déclaré que l'Occident devrait fournir à l'Ukraine, qui lutte contre une invasion russe, tous les types d'armes, à l'exception du nucléaire

PRAGUE: Le président élu tchèque Petr Pavel, un ancien général de l'OTAN, a déclaré jeudi à l'AFP qu'il ne devrait y avoir "aucune limite" à l'aide militaire de l'Occident à l'Ukraine ravagée par la guerre, exhortant les alliés à faire preuve de plus de courage.

M. Pavel, qui a dirigé le comité militaire de l'OTAN de 2015 à 2018, a remporté l'élection présidentielle samedi et prêtera serment le 9 mars.

Dans un entretien accordé à l'AFP, M. Pavel, 61 ans, a déclaré que l'Occident devrait fournir à l'Ukraine, qui lutte contre une invasion russe, tous les types d'armes, à l'exception du nucléaire.

"En ce qui concerne les armes conventionnelles, je ne vois vraiment aucune raison de fixer des limites", a-t-il déclaré.

"L'Ukraine ne peut pas combattre un adversaire aussi dur sans des blindés, des drones, une artillerie et des missiles à plus longue portée, ni sans, peut-être, des avions supersoniques", a-t-il ajouté.

Les alliés occidentaux, dont la République tchèque, ont fourni à l'Ukraine une aide militaire substantielle depuis le début de l'invasion le 24 février 2022.

Selon M. Pavel il fallait faire preuve de plus de courage car "certains pays ont une position un peu réservée" sur les livraison d'armes modernes.

"Si nous voulons adopter une position unique, qui nous donne les meilleures chances de succès, nous devrions agir de manière unie sur ces questions", a-t-il déclaré à l'AFP, faisant écho à la proposition de la Pologne d'envoyer des avions de combat F-16 en Ukraine, si cette initiative était soutenue par l'ensemble de l'OTAN.

Tous les moyens

"Nous devrions fournir à l'Ukraine tous les moyens pour l'aider à repousser l'armée russe hors de son territoire par ses propres moyens", a dit M. Pavel.

Au lendemain du scrutin, le président élu s'est entretenu au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour l'assurer du soutien de son pays.

Il a également déclaré qu'il prévoyait de se rendre en Ukraine avec son homologue slovaque Zuzana Caputova au printemps.

"Il est important de montrer un soutien continu à l'Ukraine, de souligner toutes les bonnes choses et la volonté de poursuivre notre initiative vis-à-vis de l'Ukraine. Je pense que c'est ce que l'Ukraine a besoin d'entendre", a déclaré M. Pavel.

La République tchèque, membre de l'UE et de l'OTAN de 10,5 millions d'habitants, a jusqu'à présent fourni à l'Ukraine une aide militaire d'une valeur de 217 millions de dollars, a indiqué jeudi à l'AFP le ministère de la Défense.

M. Pavel a également soutenu la candidature de l'Ukraine à l'UE et à l'OTAN une fois la guerre terminée.

"Si nous percevons l'OTAN et l'UE comme une zone de stabilité, de coopération, de bonnes relations, alors nous devrions permettre à un autre grand pays européen de nous rejoindre", a déclaré M. Pavel.

"Et ce n'est pas seulement qu'elle mérite d'y adhérer, mais nous en profiterons également, tout comme la Russie lorsqu'elle sera en mesure de rétablir à nouveau des relations normales avec l'Occident."

Volonté politique

Selon lui, l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est qu'"une question de volonté politique" une fois la guerre terminée.

"En termes d'accord sur les valeurs, d'intérêts stratégiques à long terme, d'interopérabilité technologique entre l'OTAN et l'armée ukrainienne, je pense que l'Ukraine a déjà rempli les conditions."

En outre, "en ce qui concerne le conflit qui s'éternise et la dernière phase de cette guerre vraiment chaude, l'Ukraine et son armée seront l'armée la plus expérimentée, la mieux préparée en Europe", a ajouté M. Pavel.

Selon lui, la guerre doit prendre fin avec le retrait de la Russie, des pourparlers de paix, la reconstruction de l'Ukraine et des enquêtes sur les crimes de guerre.

"Nous devrons amener la Russie à cela, non seulement en poursuivant le soutien à l'Ukraine, mais aussi en étant très strict dans la mise en oeuvre des sanctions contre la Russie", a-t-il indiqué.

"C'est le seul moyen de faire comprendre à la Russie qu'elle a agi à l'encontre des normes, et que dans le monde civilisé du 21e siècle, même un grand pays comme la Russie ne peut ignorer les normes de la communauté mondiale."