La star de Hollywood Salma Hayek rejoint le film House of Gucci

Salma Hayek interprétera Pina Auriemma, une voyante et amie de Reggiani.  (AFP)
Salma Hayek interprétera Pina Auriemma, une voyante et amie de Reggiani. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 07 avril 2021

La star de Hollywood Salma Hayek rejoint le film House of Gucci

  • L'actrice nominée aux Oscars se joindra aux stars Lady Gaga, Adam Driver, Jeremy Irons, Jared Leto et Jack Huston
  • Lady Gaga interprétera le rôle de Patrizia Reggiani, Adam Driver celui de Maurizio, et Salma Hayek celui de Pina Auriemma, amie de Patrizia Reggiani et voyante

DUBAÏ: Salma Hayek, actrice américaine d'origine mexicaine et libanaise, fera partie des acteurs du film House of Gucci du célèbre réalisateur Ridley Scott, annonce cette semaine le site Deadline. 

L'actrice nominée aux Oscars se joindra aux stars Lady Gaga, Adam Driver, Jeremy Irons, Jared Leto et Jack Huston. 

Produit par Ridley et Giannina Scott, le film très attendu retrace l'histoire de l'ex-femme de Maurizio Gucci, Patrizia Reggiani, qui a comploté pour tuer son mari, petit-fils du célèbre créateur de mode Guccio Gucci.

Lady Gaga interprétera le rôle de Patrizia Reggiani, Adam Driver celui de Maurizio, et Salma Hayek celui de Pina Auriemma, amie de Patrizia Reggiani et voyante. 

La sortie du film est prévue en novembre 2021

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un podcasteur saoudien donne la parole aux créateurs locaux et régionaux

Hatem Alakeel se trouve ici à Londres, où il a lancé la saison 3 de son podcast, Gems of Arabia, en partenariat avec Harrods. (Photo fournie).
Hatem Alakeel se trouve ici à Londres, où il a lancé la saison 3 de son podcast, Gems of Arabia, en partenariat avec Harrods. (Photo fournie).
Short Url
  • Fort de dix-huit ans d’expérience, M. Alakeel a commencé comme créateur de mode avec son label «Toby», qui modernise le thobe traditionnel
  • Il veut essayer de combler les écarts entre les différentes générations, qui semblent un peu déconnectées

DHAHRAN: Hatem Alakeel n’est pas seulement le podcasteur le mieux habillé d’Arabie saoudite. Il possède aussi un cœur d’or.

Son podcast, intitulé «Gems of Arabia» («Joyaux d’Arabie », NDLR), et qui vise à mettre en lumière «tous les joyaux cachés du monde arabe», a récemment entamé sa saison 3, avec un grand changement: il s’associe au célèbre grand magasin de luxe britannique Harrods.

Il s’agit de la première collaboration officielle au Moyen-Orient entre Harrods, une entreprise établie en 1849, et un podcast émergent. Ce dernier a été lancé en 2021.

«J’ai fait cela toute ma vie. C’est comme être dans un pensionnat [en Europe] et être l’ambassadeur de mon pays, l’Arabie saoudite. J’espère pouvoir poursuivre ce que j’ai fait ces dernières années et changer les stéréotypes pour renforcer les cultures saoudienne et arabe.»

Hatem Alakeel

«Harrods et Gems of Arabia s’associent pour une série de podcasts sur les moyens de combler le fossé entre les générations à travers la culture», annonce M. Alakeel à Arab News. «Notre podcast et Harrods sont deux institutions établies dans leurs propres régions qui ont le désir d’animer des discussions entre les invités qui excellent dans leur domaine et de jeter des ponts entre les deux générations au Royaume-Uni et au Moyen-Orient.»

«C’est de la boutique Harrods de Knightsbridge que nous organisons ces éditions spéciales de Gems of Arabia», indique-t-il.

Animateur à la voix douce et claire, M. Alakeel s’entretient avec des Saoudiens et des Arabes qui comptent parmi les plus intéressants du Royaume-Uni. Dans cette nouvelle saison, de nombreux invités surprises de la région Mena font leur apparition.

podcast
Bien que M. Alakeel, fier du patrimoine saoudien, soit originaire de Djeddah, il réside principalement à Dubaï. Toutefois, quel que soit l’endroit où il se trouve, il est toujours enthousiaste à l’idée de mettre l’accent sur les récits de la région. (Photo fournie).

Fort de dix-huit ans d’expérience, M. Alakeel a commencé comme créateur de mode avec son label Toby, qui modernise le thobe traditionnel. Il a fait preuve d’élégance dans tout ce qu’il a entrepris depuis avec Authenticite, son cabinet de conseil en marque.

Bien que M. Alakeel, fier du patrimoine saoudien, soit originaire de Djeddah, il réside principalement à Dubaï. Toutefois, quel que soit l’endroit où il se trouve, il est toujours enthousiaste à l’idée de mettre l’accent sur les récits de la région.

Depuis quatre ans, il propose une chronique en ligne dans laquelle il met à l’honneur les acteurs du changement qui façonnent le paysage saoudien de manière positive. Il savait qu’il était temps de recourir à une plate-forme différente pour donner encore plus d’écho la voix de ces personnes afin de tirer parti des conversations. Il a alors décidé de lancer le podcast.


Des artistes émiratis exposent à la 16e Biennale d'art contemporain de Lyon

Trois artistes originaires des Émirats arabes unis s'apprêtent à représenter leur pays lors de la 16e édition de la Biennale d'art contemporain de Lyon. (Photo fournie)
Trois artistes originaires des Émirats arabes unis s'apprêtent à représenter leur pays lors de la 16e édition de la Biennale d'art contemporain de Lyon. (Photo fournie)
Short Url
  • La participation de ces artistes est soutenue par le ministère de la Culture et de la Jeunesse ainsi que par le département de la culture et du tourisme d'Abu Dhabi
  • «Les artistes qui représenteront les EAU à cet événement sont des personnalités reconnues du monde de l'art contemporain»

DUBAÏ: Trois artistes originaires des Émirats arabes unis (EAU) représentent leur pays lors de la 16e édition de la Biennale d'art contemporain de Lyon, du 14 septembre au 31 décembre. La participation de ces artistes est soutenue par le ministère de la Culture et de la Jeunesse ainsi que par le département de la culture et du tourisme d'Abu Dhabi.

Le créateur pluridisciplinaire Hashel al-Lamki, l'artiste conceptuel Mohammed Kazem et Chafa Ghaddar, spécialisée dans la peinture murale, présenteront leurs œuvres lors de la biennale, qui a pour thème «Manifesto of Fragility» («Manifeste de la fragilité»).

chafa
Chafa Ghaddar, spécialisée dans la peinture murale, se produira lors de la biennale. (Photo fournie)

«C'est une occasion formidable pour les Émirats arabes unis de faire valoir leur talent dans le cadre d'une exposition aussi prestigieuse. Nous éprouvons un profond respect pour la Biennale de Lyon, qui fête sa 16e édition cette année. Les EAU s'imposent dans les grands événements artistiques du monde. Cette participation est significative», explique Noura bent Mohammed al-Kaabi, ministre de la Culture et de la Jeunesse des EAU, dans un communiqué.

«Les artistes qui représenteront les EAU à cet événement sont des personnalités reconnues dans le monde de l'art contemporain. Ils présenteront des œuvres uniques inspirées par le Moyen-Orient et le monde arabe. Je suis impatiente de les voir participer à la biennale et j'espère que leurs œuvres remporteront un grand succès. J'ai hâte de voir les résultats fructueux de la collaboration entre ces artistes se concrétiser».

L'exposition présentera deux cent trente œuvres réalisées par trente-quatre artistes et plus de trois cents pièces d'archives provenant de près de quarante collections du monde entier. Elle mettra en lumière les créations d'artistes contemporains ainsi que des pièces anciennes venues de musées de Lyon.

Elle mettra également en lumière des collections provenant du Metropolitan Museum of Art de New York (également connu sous le nom de «Met»), du Staatliche Kunstsammlungen Dresden, ainsi que de nombreux grands musées de la ville de Lyon, notamment du Musée des beaux-arts de Lyon, du Lugdunum – Musée & Théâtres romains, et des musées Gadagne (Musée d'histoire de Lyon et Musée des arts de la marionnette, NDLR).

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Fashion week débute à Paris avec un «manifeste» de jeunes créateurs

La Britannique Victoria Beckham vient épicer cette édition en intégrant pour la première fois la Fashion week parisienne (Photo, AFP).
La Britannique Victoria Beckham vient épicer cette édition en intégrant pour la première fois la Fashion week parisienne (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 100 griffes françaises et internationales sont inscrites pour cette édition de Paris Fashion week
  • La quasi-totalité des maisons ont opté pour des défilés physique dont les poids lourds comme Dior, Chanel, Balenciaga, Stella McCartney, Thom Browne ou Issey Miyake

PARIS: Avec un "manifeste d'amour" de jeunes créateurs, le Français Victor Weinsanto ouvre lundi soir la Fashion week parisienne qui verra défiler pour la première fois la Britannique Victoria Beckham.

Comme c'est traditionnellement le cas à Paris, priorité aux jeunes au premier jour: la semaine du prêt-à-porter féminin printemps-été 2023 débutera à 17H00 (16H00 GMT) avec le défilé de Victor Weinsanto, 28 ans, ancien danseur classique formé par Jean Paul Gaultier avant de lancer sa marque en 2020.

Sa collection "éclectique" est "un manifeste d'amour" d'une génération, a expliqué dimanche à l'AFP ce natif de Strasbourg, dans son atelier parisien près de la gare de l'Est en disant s'inspirer pour ses vêtements de "ses amis jeunes créateurs".

"La gentillesse, la création, la liberté, la folie et l'humour redeviennent l'essence même de ce qu'on recherche dans la mode en ce moment. On a envie de s'évader", souligne le styliste aux yeux bleus et cheveux orange, après les avoir portés rose pendant plusieurs saisons.

Faite presque entièrement à partir des tissus de "stocks dormants" vendus par des marques de luxe, la collection se veut responsable et "inclusive", où une pièce est censée être "portée par la mère et la fille".

"J'aime l'idée qu'un vêtement n'a pas de genre, je m'habille tantôt masculin, tantôt féminin", dit le styliste en ajoutant que les vêtements similaires ne "sont pas construits de la même manière pour les femmes et les hommes".

Le défilé sera suivi du lancement à Paris d'un projet dans le métavers avec le groupe de K-POP Lightsum dont les chanteuses seront présentes virtuellement, en hologrammes.

Il s'agit de "silhouettes portables qui ne dénaturent pas les filles du groupes". Des NFT, certificats d'authenticité numériques, seront mis en vente dans le métavers en octobre.

"Je ne pense pas que ce soit indispensable" d'avoir un projet dans le métavers en plus du défilé physique, assure Victor Weinsanto tout en se disant "fasciné" par l'univers.

"On peut vraiment se libérer (...). J'ai envie d'aller plus loin dans le 3D", confie-t-il.

Plus de 100 griffes françaises et internationales sont inscrites pour cette édition de Paris Fashion week. La quasi-totalité des maisons ont opté pour des défilés physique dont les poids lourds comme Dior, Chanel, Balenciaga, Stella McCartney, Thom Browne ou Issey Miyake.

La Britannique Victoria Beckham vient épicer cette édition en intégrant pour la première fois la Fashion week parisienne.