EDF et Masdar ensemble pour concrétiser les ambitions photovoltaïques de l’Arabie saoudite

Une vue générale de la centrale solaire d'Uyayna, au nord de Riyad, le 29 mars 2018. Archive / FAYEZ NURELDINE / AFP
Une vue générale de la centrale solaire d'Uyayna, au nord de Riyad, le 29 mars 2018. Archive / FAYEZ NURELDINE / AFP
Short Url
Publié le Mardi 13 avril 2021

EDF et Masdar ensemble pour concrétiser les ambitions photovoltaïques de l’Arabie saoudite

  • La centrale solaire de Djeddah sera dotée d’une technologie photovoltaïque de pointe, avec des modules à double face fixés sur des structures orientables à axe unique qui permettront de suivre la courbe du soleil
  • Un consortium de trois sociétés (Masdar, EDF Renouvelables – deux leaders mondiaux des énergies renouvelables – et l’entreprise saoudienne Nesma) a permis le financement de ce projet

PARIS: L’Arabie saoudite vient de finaliser un nouveau projet. Il s’inscrit dans la lignée des ambitions climatiques du plan Vision 2030, qui visent à se détourner du pétrole au profit d’énergies plus propres: il s’agit de la construction d’une centrale photovoltaïque qui sera mise en service en 2022.

C’est un consortium de trois sociétés (Masdar, EDF Renouvelables – deux leaders mondiaux des énergies renouvelables – et l’entreprise saoudienne Nesma) qui a permis le financement de ce projet et a lancé la construction de cette centrale photovoltaïque, d’une envergure de 300 mégawatts, à Djeddah.

Un communiqué commun, publié par les trois sociétés française, saoudienne et émirienne, souligne que le ministère saoudien de l’Énergie a accordé la réalisation du projet de Djeddah au consortium qui avait présenté l’offre la plus compétitive: 16,24 dollars, soit 13,65 euros, par mégawattheure.

Le communiqué souligne également que le consortium a signé en janvier dernier un contrat de vente d’électricité d’une durée de vingt-cinq ans avec la Saudi Power Procurement Company, la compagnie saoudienne d’électricité.

En vertu de ce contrat, le consortium doit assurer la conception, le financement, la construction et l’exploitation de cette centrale, qui sera située à 50 kilomètres au sud-est de Djeddah.

Commentant ce nouveau projet, le directeur général de Masdar, Mohamed Jameel al-Ramahi, souligne que «l’Arabie saoudite s’affirme de plus en plus comme un acteur mondial» dans le domaine des énergies propres. Masdar, ajoute-t-il, «continuera de travailler avec le gouvernement saoudien pour piloter cette transition, notamment en l’aidant à atteindre son objectif de production de 27,3 gigawatts d’électricité renouvelable d’ici à 2024».

 

En bref

La centrale solaire de Djeddah sera dotée d’une technologie photovoltaïque de pointe, avec des modules à double face fixés sur des structures orientables à axe unique qui permettront de suivre la courbe du soleil et de maximiser la production d’électricité.

Des robots de dernière génération seront également utilisés pour nettoyer les modules.

De son côté, Bruno Bensasson, directeur exécutif du groupe EDF en charge des énergies renouvelables, déclare pour sa part que «ce projet démontre clairement notre capacité à soumettre des offres extrêmement compétitives». Il affirme par ailleurs la volonté de son groupe de poursuivre sa participation à la transition énergétique de l’Arabie saoudite.

Le président de Nesma, Faisal al-Turki, indique quant à lui que le consortium va continuer «à innover et à optimiser des projets d’énergie solaire» et que le projet de Djeddah constitue «un excellent exemple de la manière dont il exploite le mieux son savoir-faire sur le plan international, régional et local».

L’Arabie saoudite, «paradis» du photovoltaïque

Pour Pierre Terzian, le PDG de la société Pétrostrategies, située à Paris, l’un des aspect positif de ce nouveau projet réside dans le fait que le prix proposé par le consortium «est parmi les plus bas du monde».

C’est un signe très encourageant pour l’avenir, car l’Arabie saoudite possède «des ambitions très importantes» dans ce domaine, tout en se présentant comme «un paradis pour l’électricité photovoltaïque».

Ses capacités, affirme-t-il, sont illimitées ou presque, ce qui «permet d’imaginer que l’Arabie saoudite peut, en quelques années, devenir un pays exportateur d’électricité photovoltaïque».

Les Saoudiens peuvent le faire, assure Terzian, «d’autant plus qu’ils disposent à la fois du soleil et de l’espace pour devenir premier exportateur mondial dans ce domaine».

Par ailleurs, le consortium fait savoir dans un autre communiqué que le chantier du plus grand parc éolien, à Dumat al-Jandal, est à moitié achevé. À cette occasion, le ministre saoudien de l’Énergie, le prince Faisal ben Salmane; le gouverneur d’Al-Jouf, Faisal ben Abdelaziz; l’ambassadeur de France en Arabie saoudite, Ludovic Pouille; ainsi que des représentants du consortium Masdar, Nesma et EDF Renouvelables se sont rendus sur place pour célébrer la réalisation de la première moitié du projet.

Ce dernier, d’une capacité de 400 mégawatts, est le plus puissant du Moyen-Orient; il constitue par ailleurs la première initiative éolienne du pays.

Une fois sa construction terminée, Dumat al-Jandal produira une électricité équivalente à la consommation annuelle de 70 000 foyers saoudiens et cela permettra d’économiser chaque années 988 000 tonnes de CO2, contribuant ainsi à atteindre les objectifs de la lutte contre le changement climatique que le pays s’est fixés.


Musk veut publier ses tweets sur Tesla sans les faire pré-approuver

«La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk», assènent les avocats, qui dénoncent le caractère «anticonstitutionnel» de la clause. (Photo, AP)
«La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk», assènent les avocats, qui dénoncent le caractère «anticonstitutionnel» de la clause. (Photo, AP)
Short Url
  • Dans un document transmis mardi soir à une cour d'appel fédérale de Manhattan, les avocats de M. Musk décrivent cette clause comme une «muselière imposée par le gouvernement»
  • Musk s'était fait réprimander par la SEC après avoir publié un message sur Twitter en 2018, dans lequel il assurait disposer des financements appropriés pour retirer le fabricant de véhicules électriques de la Bourse, sans en apporter la preuve

NEW YORK: Elon Musk a demandé à un tribunal new-yorkais d'annuler une disposition d'un accord passé avec le gendarme boursier américain (SEC) l'obligeant à faire valider par un avocat ses tweets liés à l'activité de son groupe Tesla. 

Dans un document transmis mardi soir à une cour d'appel fédérale de Manhattan, les avocats de M. Musk décrivent cette clause comme une "muselière imposée par le gouvernement". 

"La disposition a pour effet de contraindre et de miner le discours autorisé par la loi de M. Musk", assènent les avocats, qui dénoncent le caractère "anticonstitutionnel" de la clause. 

Le patron de Tesla s'était fait réprimander par la SEC après avoir publié un message sur Twitter en 2018, dans lequel il assurait disposer des financements appropriés pour retirer le fabricant de véhicules électriques de la Bourse, sans en apporter la preuve. 

Le régulateur boursier lui avait alors imposé de lâcher la présidence du conseil d'administration de Tesla, de payer une amende de 20 millions de dollars et, après un nouveau tweet malencontreux début 2019, de faire approuver ses tweets directement liés à l'activité de l'entreprise par un juriste compétent avant leur diffusion. 

Une tentative précédente de M. Musk de mettre fin à l'accord noué avec la SEC avait été rejetée fin avril par le juge Lewis Liman, qui avait notamment estimé que l'entrepreneur ne pouvait se rétracter au motif que "son entreprise est devenue, à ses yeux, invincible". 

M. Musk, dont la fortune est estimée par Forbes à près de 260 milliards de dollars, est par ailleurs engagé dans une bataille judiciaire contre Twitter qu'il avait souhaité acquérir pour 44 milliards de dollars en avril avant de renoncer à son projet quelques mois plus tard. 

Le réseau social a lancé des poursuites début juillet pour forcer le milliardaire à honorer son contrat. De son côté, M. Musk justifie l'abandon du rachat en affirmant que le nombre de faux comptes sur Twitter est nettement plus élevé que les estimations communiquées par l'entreprise. 

Le procès doit avoir lieu du 17 au 21 octobre dans un tribunal spécialisé de l'Etat du Delaware (côte est des Etats-Unis). 


Lego et ses briques continuent de trôner sur le monde du jouet

Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. (Photo, AFP)
Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours du semestre, 66 nouvelles boutiques ont ouvert, dont 46 en Chine, portant à 833 le nombre total des magasins dans le monde, dont 349 sur le marché chinois, sur lequel le groupe se concentre pour le développement de la marque
  • Fondé en 1932 par le Danois Ole Kirk Kristiansen, le groupe fête cette année ses 90 ans

COPENHAGUE: Avec une demande dynamique pour ses célèbres briques en plastique, le danois Lego a conforté au premier semestre sa place de numéro un mondial du jouet, malgré son retrait de Russie, selon ses résultats publiés mercredi. 

"Nous n'avons pas expédié un seul produit en Russie depuis le 24 février", a expliqué le PDG du groupe Niels Christiansen dans un entretien. "A travers le monde, les autres marchés ont connu une croissance plus rapide qui a compensé la perte que nous avons subie avec la sortie de Russie". 

Entre janvier et juin, le bénéfice net de Lego a reculé de 1,6%, à 6,2 milliards de couronnes (833 millions d'euros) mais le chiffre d'affaires a encore grimpé de 17%, à 27 milliards de couronnes. 

Porté par le succès de ses franchises (Star Wars, Harry Potter) et des gloires maisons (Lego Friends, Lego Technic), les performances du fleuron scandinave n'ont pas faibli après deux années où ses ventes avaient profité des confinements liés à la pandémie. 

"Nous avons été capables (...) d'avoir une croissance un peu plus rapide que le marché, grâce à notre solide portefeuille de produits", a affirmé M. Christiansen. Selon lui, la diversité du catalogue, y compris pour les adultes, explique le succès du fleuron danois. 

"Les Legos, c'est pour tout le monde", vante le patron. 

Nouvelles boutiques 

La flambée des ventes qui devrait se poursuivre au deuxième semestre pour toutefois se calmer à terme pour trouver un niveau "durable", a souligné M. Christiansen. 

Avec la levée des restrictions, Lego, dont le nom est une contraction du danois +joue bien+ (+Leg godt+), a poursuivi sa stratégie d'ouverture de nouvelles enseignes. 

Au cours du semestre, 66 nouvelles boutiques ont ouvert, dont 46 en Chine, portant à 833 le nombre total des magasins dans le monde, dont 349 sur le marché chinois, sur lequel le groupe se concentre pour le développement de la marque. 

Dans le monde, une centaine de nouvelles boutiques devrait ouvrir d'ici la fin de l'année. 

Lego, qui mène actuellement d'importants investissements pour rendre ses briques plus durables, se targue de produire ses fameux jouets en plastique au plus près des consommateurs. 

Ses principales usines se trouvent en Hongrie, en République tchèque, au Mexique, en Chine et au Danemark et il construit une nouvelle usine au Vietnam. 

"Ca nous aide sur la durabilité et les émissions de CO2, mais cela nous permet également de fabriquer le produit au plus près des désirs réels des consommateurs", avance M. Christiansen. 

Numéro un du jouet selon le cabinet d'analyse de marché Statista, Lego devançait en 2020 les japonais Bandai Namco et les américains Mattel et Hasbro. 

Fondé en 1932 par le Danois Ole Kirk Kristiansen, le groupe fête cette année ses 90 ans. 

Après des difficultés dans les années 2000, le groupe familial, toujours aux mains des héritiers du fondateur et non coté en Bourse, s'était redressé en misant notamment sur les franchises et les films, notamment Lego Batman ou Ninjago. 

Il a aussi ciblé le multimédia. Au premier semestre, le groupe a étoffé son équipe digitale à hauteur de 40% pour développer son offre numérique et les expériences de jeu interactif avec des jouets connectés, mêlant ainsi construction et réalité augmentée. 


Le Portugal présente un projet de train à grande vitesse pour relier Lisbonne à Porto en 1h15

Une femme attend le train à la gare de Sacavem à Loures, dans la périphérie de Lisbonne, le 30 juin 2020. (Photo, Fichier, AFP)
Une femme attend le train à la gare de Sacavem à Loures, dans la périphérie de Lisbonne, le 30 juin 2020. (Photo, Fichier, AFP)
Short Url
  • C'est un projet «stratégique pour l'avenir du pays» qui favorisera «l'autonomie» et «la compétitivité», a expliqué le Premier ministre Antonio Costa
  • Cet axe ferroviaire doit également permettre à terme de relier Porto et Vigo, dans le nord ouest de l'Espagne

LISBONNE: Le gouvernement portugais a présenté mercredi un projet de train à grande vitesse qui permettra de relier Lisbonne à Porto (nord), les deux principales villes du pays, en une heure et quinze minutes après 2030, contre près de 3 heures actuellement. 

C'est un projet "stratégique pour l'avenir du pays" qui favorisera "l'autonomie" et "la compétitivité", a expliqué le Premier ministre Antonio Costa lors d'une conférence de presse à Porto. 

Cet axe ferroviaire doit également permettre à terme de relier Porto et Vigo, dans le nord ouest de l'Espagne. Cette liaison avec l'Espagne sera "le premier pas en vue d'une intégration avec le réseau ibérique à grande vitesse", s'est félicité M. Costa. 

La construction de cette ligne se fera en trois étapes. Les travaux de la première phase entre Porto et Soure, près de Coimbra (centre), doivent débuter dès 2024, tandis que le dernier tronçon d'environ 40 kilomètres au nord de Lisbonne est prévu après 2030. 

Pour la première phase de construction, l'investissement est "de l'ordre de 2,9 milliards d'euros", dont environ "un milliard d'euros de fonds communautaires", a précisé Carlos Fernandes, membre du conseil d'administration de Infraestruturas de Portugal (IP), gestionnaire public des réseaux ferroviaire et routier. 

"Le pays réunit aujourd'hui les conditions financières pour pouvoir réaliser ce projet", a assuré M. Costa appelant à un large "consensus national". 

Cette ligne, qui devrait accueillir quelque 16 millions de passagers en 2031 contre six millions actuellement, permettra aussi d’écourter les distances entre la capitale portugaise et les principales villes du pays comme Guarda (nord) ou Santarem (centre), selon le projet dévoilé mercredi. 

Le Portugal relance ainsi son programme de train à grande vitesse après avoir été contraint par le passé de reporter plusieurs projets de ce type, dont la liaison Lisbonne-Madrid initialement prévue pour 2013, en raison des difficultés économiques et financières causées par la crise financière de 2008.