Le président libyen en faveur du départ « des milices » étrangères de son pays

Le dirigeant intérimaire de la Libye, Mohamed El-Menfi, s'adresse à la presse après une rencontre avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée, à Paris, le 23 mars 2021. (Ludovic MARIN / AFP)
Le dirigeant intérimaire de la Libye, Mohamed El-Menfi, s'adresse à la presse après une rencontre avec le président français au palais présidentiel de l'Elysée, à Paris, le 23 mars 2021. (Ludovic MARIN / AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 14 avril 2021

Le président libyen en faveur du départ « des milices » étrangères de son pays

  • Le président libyen a assuré que des discussions sur ce sujet avaient déjà eu lieu afin que "l'objectif du départ des milices soit rempli", selon un communiqué en grec des services de M. Mitsotakis
  • La visite de Mohamed al-Menfi à Athènes intervient une semaine après celle à Tripoli de Kyriakos Mitsotakis et du ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias, pour marquer la réouverture de l'ambassade de Grèce dans la capitale libyenne

ATHÈNES : Le nouveau président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed al-Menfi, a assuré mercredi à Athènes faire "tous les efforts possibles" pour obtenir "le départ de toutes les milices" étrangères de son pays, à l'occasion d'une visite officielle en Grèce.

"(...) Nous allons faire tous les efforts possibles pour assurer la souveraineté et l'indépendance (de la Libye), liées au départ définitif de toutes les milices de mon pays", a déclaré Mohamed al-Menfi lors d'un entretien avec le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

Le président libyen a assuré que des discussions sur ce sujet avaient déjà eu lieu afin que "l'objectif du départ des milices soit rempli", selon un communiqué en grec des services de M. Mitsotakis.

Le Premier ministre grec a promis le soutien de la Grèce à la reconstruction de la Libye, réaffirmant que "la condition indispensable" pour la normalisation politique du pays, avec les élections prévues en fin d'année, est "le départ de toutes les forces (étrangères) du territoire libyen". 

Il a également souligné l'intention des deux pays méditerranéens d'aborder "des questions cruciales, comme celle de la délimitation des zones maritimes" en Méditerranée orientale.

La visite de Mohamed al-Menfi à Athènes intervient une semaine après celle à Tripoli de Kyriakos Mitsotakis et du ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias, pour marquer la réouverture de l'ambassade de Grèce dans la capitale libyenne.

Athènes veut profiter de la normalisation de la situation politique en Libye, appuyée par la communauté internationale, pour rétablir rapidement ses relations diplomatiques avec ce pays méditerranéen, afin notamment de contrer la Turquie voisine avec laquelle elle entretient des relations difficiles.

Lundi, M. Dendias a réitéré le rejet par la Grèce des "accords illégaux conclus par le précédent gouvernement (libyen) avec la Turquie", en référence à un accord de délimitation de zones maritimes signé en 2019 entre la Turquie et l'ex gouvernement d'union nationale (GNA) libyen de Fatez al-Sarraj.

A l'époque, l'ambassadeur libyen à Athènes, Mohamed al-Manfi, avait été expulsé car il n'avait pas révélé, comme le gouvernement grec l'exigeait, le contenu de cet accord controversé. 

Cet accord, que les autres pays riverains de la Méditerranée orientale ne reconnaissent pas, fixe les frontières maritimes entre la Turquie et la Libye dans une région riche en gaz naturel.

La Turquie s'appuie sur ce texte pour justifier les forages gaziers qu'elle mène dans des zones qui se situent en théorie dans l'espace maritime de la Grèce ou de Chypre.

Lundi, à Ankara, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le Premier ministre libyen Abdelhamid Dbeibah ont réaffirmé leur attachement à ce même accord.

La représentation diplomatique d'Athènes à Tripoli avait été fermée en juillet 2014, quand une frégate de la Marine grecque avait évacué près de 200 Grecs et d'autres étrangers, dans un pays alors en proie au chaos.

Athènes a soutenu depuis lors l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Khalifa Haftar, rival du GNA.


Maroc: un ex-ministre des Droits de l'Homme poursuivi en justice

L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane (Photo, AFP).
L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Ziane, 78 ans, qui a été laissé en liberté, est poursuivi pour onze chefs d'accusation
  • La diffusion de la vidéo le montrant dans une chambre d’hôtel en compagnie d’une femme mariée avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux

RABAT: L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane, a indiqué mercredi qu'il serait jugé à partir du 9 décembre notamment pour "outrage à la justice" et "adultère" à la suite d'une plainte déposée contre lui en début d'année par le ministère de l'Intérieur. 

Cet ancien grand commis d'Etat, devenu critique à l'égard des autorités, avait accusé en novembre 2020 les services de sécurité marocains d'avoir "truqué" une vidéo pour présenter de façon compromettante une entrevue entre lui et une cliente mariée dans une chambre d'hôtel.

M. Ziane, 78 ans, qui a été laissé en liberté, est poursuivi pour onze chefs d'accusation, dont ceux d'"outrage à des fonctionnaires publics et à la justice", "injure contre un corps constitué", "diffamation", "adultère" ou encore "harcèlement sexuel", a précisé à l'AFP l'ex-bâtonnier de Rabat. 

La diffusion de la vidéo par une web-tv marocaine avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux. A l'époque, l'avocat avait accusé le patron de la police et des renseignements intérieurs, Abdelatif Hammouchi, d'être responsable du "trucage" des images.

En réponse à ces accusations, le ministère de l'Intérieur avait déposé en janvier 2021 une plainte "basée sur des faits matériels concrets, à travers lesquels des institutions de l'Etat ont été offensées via la diffusion d'accusations et d'allégations fallacieuses, sanctionnées par le Code pénal", selon un communiqué officiel. 

Mohamed Ziane fut ministre des Droits de l'Homme entre 1995 et 1996.

Proche des cercles du pouvoir, il fut également l'avocat du gouvernement dans les années 1990. Ces dernières années, ce personnage tonitruant est devenu célèbre pour ses positions critiques notamment envers les services sécuritaires. 


Le Liban applique à nouveau certaines mesures de prévention contre la Covid-19

Un infirmier aide une patiente pendant que d'autres attendent dans un couloir du Rafic Hariri University Hospital, au Liban, qui imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. (STR/AFP via Getty Images)
Un infirmier aide une patiente pendant que d'autres attendent dans un couloir du Rafic Hariri University Hospital, au Liban, qui imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. (STR/AFP via Getty Images)
Short Url
  • La vaccination sera obligatoire pour tous les fonctionnaires et travailleurs des secteurs de la santé, de l'éducation, du tourisme et des transports publics
  • Une décision prise dans le cadre d’un regain de la pandémie et de l’apparition du variant Omicron

BEYROUTH: Le Liban imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. 
La vaccination sera obligatoire pour tous les fonctionnaires et travailleurs des secteurs de la santé, de l'éducation, du tourisme et des transports publics, à compter du 10 janvier, a indiqué mercredi le comité de lutte contre la Covid-19. Des nouvelles mesures décidées dans un contexte d’inquiétudes liées à la propagation du coronavirus. 
Le nouveau variant Omicron découvert la semaine dernière en Afrique du Sud et détecté dans plusieurs pays a en effet été considéré comme un variant préoccupant par l'Organisation mondiale de la santé, et a conduit à renforcer les restrictions liées à la Covid-19 dans le monde. 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Reprise d'une liaison maritime entre la Libye et la Turquie

Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi (AFP)
Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi (AFP)
Short Url
  • Il s'agit de la première ligne maritime pour passagers au départ de la Libye depuis l'interruption de ce moyen de transport pour les voyageurs il y a 25 ans
  • La Libye tente de s'extraire d'une décennie de chaos depuis la révolte de 2011, à la faveur d'un processus politique parrainé par l'ONU

MISRATA: Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi, marquant la reprise d'une liaison entre ces deux pays après 40 ans d'interruption.

Cette première traversée, opérée par la compagnie Kevalay, doit durer 48 heures, pour un retour programmé le 7 décembre.

Il s'agit de la première ligne maritime pour passagers au départ de la Libye depuis l'interruption de ce moyen de transport pour les voyageurs il y a 25 ans dans ce pays d'Afrique du Nord qui dispose d'un littoral de 1 770 km sur la Méditerranée. 

"Nous avons des accords pour lancer de nouvelles liaisons, notamment avec l'Egypte et la Tunisie" voisines, a déclaré à l'AFP Taha Hadid, un responsable du port de Misrata, troisième ville de Libye située à quelque 200 kilomètres de la capitale Tripoli et qui abrite de nombreuses entreprises turques. 

La Libye tente de s'extraire d'une décennie de chaos depuis la révolte de 2011, à la faveur d'un processus politique parrainé par l'ONU et dont l'aboutissement doit être l'élection présidentielle prévue le 24 décembre.

Pendant des années du temps du dirigeant Mouammar Kadhafi, au pouvoir entre 1969 et 2011, le pays a fait l'objet de sanctions, et était largement fermé aux touristes.

Les violences ayant éclaté après la révolte ont par ailleurs grandement entravé les déplacements des Libyens à l'étranger. Les liaisons aériennes ont pour la plupart été suspendues ces dernières années du fait de l'instabilité, mais commencent à reprendre progressivement avec la fin des combats entre camps rivaux à l'été 2020.