Gustavo Dudamel, prodige vénézuélien devenu chef d'orchestre superstar

Né à Barquisimeto, dans l'ouest du Venezuela le 26 janvier 1981, Gustavo Dudamel est le fils d'un tromboniste et d'une professeure de chant. Il raconte comment, enfant, il dirigeait un orchestre composé de ses jouets, avant de choisir le violon comme instrument. (AFP).
Né à Barquisimeto, dans l'ouest du Venezuela le 26 janvier 1981, Gustavo Dudamel est le fils d'un tromboniste et d'une professeure de chant. Il raconte comment, enfant, il dirigeait un orchestre composé de ses jouets, avant de choisir le violon comme instrument. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 16 avril 2021

Gustavo Dudamel, prodige vénézuélien devenu chef d'orchestre superstar

  • Considéré depuis tout jeune comme un prodige, celui qui continuera de diriger en même temps l'Orchestre philharmonique de Los Angeles est acclamé dans les plus grandes salles et est l'un des chefs les mieux payés au monde
  • Le maestro est reconnaissable à ses cheveux frisés qui suivent le mouvement à chaque coup de baguette

CARACAS: Le Vénézuélien Gustavo Dudamel était adolescent lorsqu'il s'est emparé d'une baguette de chef d'orchestre. A tout juste 40 ans, le maestro star obtient le prestigieux poste de directeur musical de l'Opéra de Paris. 


Considéré depuis tout jeune comme un prodige, celui qui continuera de diriger en même temps l'Orchestre philharmonique de Los Angeles est acclamé dans les plus grandes salles et est l'un des chefs les mieux payés au monde (trois millions de dollars à l'année selon la presse américaine).


Le maestro, reconnaissable à ses cheveux frisés qui suivent le mouvement à chaque coup de baguette, fait aussi l'objet de critiques de la part de nombreux de ses compatriotes qui l'accusent d'avoir fermé les yeux pendant des années sur ses dérives autoritaires du pouvoir socialiste de Caracas.


Il avait expliqué que son silence visait à éviter de politiser "El Sistema", le Système national d'orchestres pour la jeunesse du Venezuela, célèbre projet d'éducation populaire à la musique classique fondé en 1975, dont il est un pur produit et un des plus illustres représentants.


C'est grâce à ce programme social --soutenu par l'Etat, avant d'être récupéré par le pouvoir chaviste--, qui a donné accès à la musique à des centaines de milliers d'enfants des quartiers pauvres, que le jeune Dudamel a été catapulté à la tête des plus grands orchestres. 


Son fondateur, José Antonio Abreu (1939-2018), dont le projet a été dupliqué dans de nombreux pays, le nomme à 18 ans directeur de l'Orchestre Simon Bolivar des jeunes du Venezuela, issu de Sistema.


En 2004, le Vénézuélien remporte le concours international de direction Gustav Mahler organisé en Allemagne. Il dirige ensuite l'Orchestre symphonique de Göteborg (Suède). En 2009, à 28 ans à peine, le "Wunderkind" arrive au pupitre du prestigieux Orchestre philharmonique de Los Angeles.


Né à Barquisimeto, dans l'ouest du Venezuela le 26 janvier 1981, il est le fils d'un tromboniste et d'une professeure de chant. Il raconte comment, enfant, il dirigeait un orchestre composé de ses jouets, avant de choisir le violon comme instrument. 

Le directeur de l'Opéra de Paris Alexander Neef salue «un chef aussi accompli et emblématique»

Le directeur de l'Opéra de Paris Alexander Neef a salué "un chef aussi accompli et emblématique" et l'a qualifié de l'un des "plus talentueux et prestigieux chefs au monde", lors d'une conférence de presse transmise via Zoom depuis le Palais Garnier. 


Gustavo Dudamel s'est dit "très touché et reconnaissant" par cette nomination au sein de "cette maison magnifique", affirmant n'avoir pas "hésité un instant à dire oui".


"Après une année difficile, je ressens une profonde responsabilité envers notre forme d'art", a-t-il précisé, en référence à la crise sanitaire.


Le maestro souhaite que l'Opéra devienne "une plateforme pour l'avenir" pour que "tout le monde se sente représenté" par cette maison. "L'accès à la musique va faire partie intégrante" de son projet, a-t-il assuré.


Il a également dit vouloir collaborer de près avec le Ballet de l'Opéra, annonçant d'ores et déjà une création de danse sur une musique du compositeur Thomas Adès.

« Bout de bois » 

Sa compatriote Mayerlin Carrero, qui joue du trombone dans l'Orchestre symphonique de Miami, se souvient d'un concert lors d'un séminaire musical en 1994. "C'était un jeune qui faisait plein de blagues, extraverti, toujours joyeux et en même temps très concentré", raconte-t-elle à l'AFP.


A 13 ans, Gustavo Dudamel abandonne le violon pour la direction d'orchestre. 


"Qui aurait pu imaginer qu'un enfant issu de la classe populaire de la ville de Barquisimeto, au Venezuela, et dont l'unique talent remarquable était d'agiter un bout de bois, pourrait un jour se retrouver ici ?", déclarait le chef d'orchestre en janvier 2019 lorsqu'une étoile à son nom avait été apposée sur Hollywood Boulevard. 


Le directeur s'est fait connaître notamment par sa fougue décoiffante et sa gestuelle expressive face à l'orchestre: il dirige avec des mouvements amples, ferme les yeux. 


"Sa façon de diriger a toujours été excentrique, différente", raconte à l'AFP Linda Briceño, trompettiste vénézuélienne également formée par El Sistema. 


"Un homme talentueux et très aimé des orchestres en raison de sa personnalité", renchérit Robert Fink, doyen associé de l'Ecole de musique de l'Université de Californie de Los Angeles (UCLA). Mais "il n'est pas novateur", souligne le professeur de musicologie, "son modèle reste l'école européenne". 


Ce maestro plus connu pour le symphonique que pour le lyrique a dirigé pour la première fois l'orchestre de l'Opéra de Paris pour La Bohème de Puccini en 2017.


Marié à l'actrice espagnole Maria Valverde et père d'un enfant d'un précédent mariage, Gustavo Dudamel a tenté de se tenir éloigné de la politique vénézuélienne dans un pays en pleine déliquescence économique et fortement divisé politiquement.

Après avoir été traité quasiment comme un héros national, parcourant le monde avec l'Orchestre Simon Bolivar --qu'il a également dirigé aux funérailles d'Hugo Chavéz-- et participant à des cérémonies organisées par le pouvoir, il prend ouvertement position contre le président Nicolas Maduro en 2017. 


Il dénonce alors la répression contre les manifestations massives anti-gouvernementales qui font 200 morts. Par la suite, sa tournée avec l'orchestre national de la Jeunesse, un programme phare du gouvernement, est annulée.


Le revirement a toutefois suscité le scepticisme de certains. 


"Après avoir profité du régime, je considère que ses paroles sont du vent", a déclaré la pianiste et compositrice vénézuélienne Gabriela Montero, toujours très critique à l'égard du maestro.


GP d'Arabie saoudite: Hamilton, vainqueur, et Verstappen à égalité avant la finale

(Photo, AFP)Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule. (Photo, AFP)
(Photo, AFP)Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule. (Photo, AFP)
Short Url
  • Aussi incroyable que le scénario de ce GP fou (avec trois départs, deux drapeaux rouges et un nouvel accrochage entre Verstappen et Hamilton), les deux hommes ont chacun 369,5 points à leur compteur après 21 courses
  • Le plus rapide de la finale à venir sera donc sacré

DJEDDAH: Le scénario est à peine croyable: le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), vainqueur d'un Grand Prix d'Arabie saoudite de F1 dingue dimanche, et le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) aborderont avec le même nombre de points la dernière course de la saison à Abou Dhabi dimanche prochain ! 

Le 22e et dernier GP de la saison sera donc décisif. L'enjeu: un premier titre mondial pour le Néerlandais de 24 ans, un huitième pour le Britannique de 36 ans, ce qui serait un record. 

Le plus rapide de la finale à venir sera sacré, sauf... s'ils terminaient encore égalité de points (ce qui est peu probable mais possible). Dans ce cas, Verstappen serait titré au bénéfice de ses 9 victoires, contre 8 pour son rival. 

La dernière fois que l'ultime GP a été décisif, c'était en 2016 et l'Allemand Nico Rosberg avait été sacré devant Hamilton, son équipier chez Mercedes. 

Ponctuée par les accidents, les accrochages et deux drapeaux rouges, la course a vu deux rivaux à l'attaque, des manoeuvres litigieuses de Verstappen en défendant contre Hamilton et, finalement, un accrochage dont les commissaires sportifs ont estimé le Néerlandais responsable, le pénalisant de 10 secondes après le GP, mais sans conséquence au général. 

La manche saoudienne (la première dans l'histoire de la F1), courue de nuit sur le circuit urbain de Djeddah, aurait pu tourner tout autrement: Verstappen pouvait être sacré s'il portait de 8 à 26 longueurs au moins son avance en tête du championnat.  

Au contraire, une victoire assortie du point du meilleur tour pouvait permettre au Britannique de Mercedes d'égaliser au classement si Verstappen finissait deuxième. 

Incroyable mais vrai, c'est ce deuxième scénario qui s'est produit, pour offrir un combat à suspense -- et à couteaux tirés -- jusqu'au bout. 

Risque de sanction pour Verstappen 

Le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) complète le podium d'un GP aux innombrables rebondissements (trois départs, deux drapeaux rouges et un nouvel accrochage entre Verstappen et Hamilton que les commissaires doivent étudier après la course, avec le risque d'une sanction pour le premier). 

Bottas n'a terminé qu'avec un dixième d'avance sur le Français Esteban Ocon (Alpine), 4e. 

L'Australien Daniel Ricciardo (McLaren) complète le Top 5, suivi par le Français Pierre Gasly (AlphaTauri), le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari), l'Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari), l'Italien Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo) et le Britannique Lando Norris (McLaren), qui ferme le Top 10.  

On déplore pas moins de cinq abandons (Sebastian Vettel, Sergio Pérez, George Russell, Mick Schumacher et Nikita Mazepin) suite à des sorties de piste et des accrochages. 


En direct : La course du Grand Prix d'Arabie saoudite à Djeddah

(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • Le septuple champion du monde Lewis Hamilton démarre la course en pole position après la séance de qualification de samedi
  • e prince héritier Mohammed bin Salman a fait le tour de la voie des stands avant la cérémonie de l'hymne national et le départ de la course

DJEDDAH: Les yeux du monde du sport se tournent vers Djeddah dimanche alors que le premier Grand Prix d'Arabie saoudite entre en action sous les lumières le long de la côte de la corniche de Djeddah. 

Le septuple champion du monde Lewis Hamilton démarre la course en pole position après la séance de qualification de samedi, tandis que son rival pour le titre de champion du monde, Max Verstappen, commence en troisième. 

Le Néerlandais détient un avantage de huit points sur la légende britannique au classement du championnat et pourrait potentiellement sceller le titre en Arabie saoudite si Hamilton fait une mauvaise course. 

Suivez la course ici tout au long de la soirée. (Heure d’Arabie saoudite) 

22:41 -  Lewis Hamilton remporte le Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule 1 et revient à égalité au championnat avec son rival néerlandais Max Verstappen avant la dernière course de la saison à Abou Dhabi dimanche prochain.

22:20 - Les deux à l'avant - Verstappen et Hamilton - courent toujours sur la piste mais le Britannique a heurté le dos du pilote Red Bull, et Verstappen avait reçu l'ordre de rendre la position à Hamilton avant la collision.

21:55 - Alors que nous repartons, nous nous retrouvons avec un autre drapeau jaune et une voiture de sécurité après que le pilote japonais Yuki Tsunoda ait heurté le mur...

21:40 - Après quelques allers-retours entre le directeur de course et les équipes, ils ont accepté l'ordre d'Esteban Ocon, Lewis Hamilton et Max Verstappen au redémarrage...

21:20 - Et c'est un autre drapeau rouge, car plusieurs voitures sont impliquées dans un accident au redémarrage...

21h15 - Et en raison de l'endommagement du mur de pneus, le drapeau rouge est sorti, ce qui signifie que Verstappen qui n'était pas aux stands a pris la tête de la course et repartira à 21h15 heure locale en tête du peloton.  

20h50 - Et nous avons un drapeau jaune sur le parcours, Mick Schumacher a heurté un mur. Et dit à l'équipe à la radio qu'il va bien... 

20h35 - ALLEZ ! C'est un bon début pour Lewis Hamitlon car Verstappen n'avait pas l'air d'avoir le rythme sur la ligne, mais il revient... et vite ! 

20h25 - Le prince héritier Mohammed ben Salmane a fait le tour de la voie des stands avant la cérémonie de l'hymne national et le départ de la course. 

20:10 - Avec des inquiétudes du jour au lendemain concernant la boîte de vitesses de Max Verstappen, le directeur de l'équipe Red Bull, Christian Horner, a déclaré à Sky Sports: « Il a réussi tous les tests que nous ferions normalement, nous devons donc croire en nos mesures et nos outils. Nous avons de quoi faire, Max a très bien piloté, juste dommage de ne pas le convertir en pôle, mais il y a beaucoup de course à faire." 

19h50 - Un bon moment sur la piste, alors que les pilotes et les équipes observent une minute de silence pour honorer le regretté Frank Williams, fondateur et ancien patron de l'écurie Williams et qui avait une longue association avec le sport automobile saoudien.

19h30 - À seulement une heure de la course, les fans de F1 du monde entier se sont rendus sur le circuit de la corniche de Djeddah au bord de la mer Rouge pour le premier Grand Prix du Royaume. En savoir plus sur les fans ci-dessous... 

 


GP d'Arabie saoudite/F2: nouvelles rassurantes pour Pourchaire et Fittipaldi

Les pilotes prennent le départ du Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule 1 sur le circuit de la corniche de Djeddah, le 5 décembre 2021. (Photo, AFP)
Les pilotes prennent le départ du Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule 1 sur le circuit de la corniche de Djeddah, le 5 décembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Théo ça va, il n'a pas de fracture», a indiqué Frédéric Vasseur, le patron d'Alfa Romeo F1
  • Quant à Fittipaldi, il aurait une cheville cassée, a indiqué la télévision brésilienne qui couvre la F1 toute l'année

DJEDDAH: Le Français Théo Pourchaire et le Brésilien Enzo Fittipaldi, qui s'étaient percutés dimanche au départ de la course de Formule 2 du Grand Prix d'Arabie saoudite, à Jeddah, ont fait l'objet de nouvelles rassurantes un peu plus tard. 

« Théo ça va, il n'a pas de fracture », a indiqué Frédéric Vasseur, le patron d'Alfa Romeo F1 à une journaliste sur la grille de départ du GP. 

Quant à Fittipaldi, il aurait une cheville cassée, a indiqué la télévision brésilienne qui couvre la F1 toute l'année. 

« Les pilotes ont été immédiatement pris en charge par les équipes d'urgence et médicales », était-il précisé un peu plus tôt dans un communiqué de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), autorité sportive de la F1 et la F2. 

Ils « étaient conscients et ont été désincarcérés par les équipes médicales présentes. Ils ont été transférés par ambulance et par hélicoptère à l'hôpital des forces armées King Fahad, à Jeddah », a ajouté la FIA.  

Après avoir calé sur la grille, Pourchaire, 18 ans, a été percuté par l'arrière par Fittipaldi, 20 ans, qui est le petit-fils de l'ancien double champion du monde de Formule 1 Emerson Fittipaldi (1972, 1974). 

La course a été immédiatement interrompue, pour repartir quarante minutes plus tard, puis s'arrêter définitivement et prématurément après un autre accident sans gravité et un nouveau drapeau rouge.