France: Fatiha Gas, une spécialiste du numérique au ministère de la Justice

Fatiha Gas fait face à de nombreux obstacles avant de décrocher, quatre ans plus tard, un poste fixe dans une école d’ingénieur (Photo fournie)
Fatiha Gas fait face à de nombreux obstacles avant de décrocher, quatre ans plus tard, un poste fixe dans une école d’ingénieur (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 21 août 2020

France: Fatiha Gas, une spécialiste du numérique au ministère de la Justice

  • « Mon défi était de faire connaître les métiers du numérique et de travailler sur l’attractivité du secteur auprès des jeunes filles »
  • « À aucun moment je n’ai oublié que j’étais une femme dans un milieu d’hommes, et à aucun moment on ne m’a laissé oublier que j’étais d’origine algérienne »

Fatiha Gas, ex-directrice de l’École d’ingénieur en sciences et technologies du numérique (ESIEA), actuellement responsable Innovation et Prospective au ministère de la Justice, a entamé ses études supérieures à l’université de Bab Ezzouar à Alger. La Franco-Algérienne a poursuivi son cursus universitaire à Valenciennes en obtenant un diplôme d’études approfondies (DEA) en électronique appliquée à l’imagerie.

Titulaire d’un doctorat dans le domaine de la reconnaissance de formes et du traitement d’images, elle fait face à de nombreux obstacles avant de décrocher, quatre ans plus tard, un poste fixe dans une école d’ingénieur. « En plus de l’enseignement, je me suis occupée du département informatique, des programmes de formation et de tout le système d’information, nous confie Fatiha Gas. Dans cette école, j’ai développé des partenariats avec les entreprises, j’ai créé des programmes spécifiques de spécialisation et participé aux programmes d’échanges internationaux. »

Passionnée par son métier, Fatiha Gas avait pour ambition d’intégrer un grand groupe et de faire carrière à l’international. « À l’évidence, je n’y étais pas parvenue », nous raconte-t-elle. Mais, en quittant l’école, elle décide d’orienter sa carrière vers le conseil auprès des entreprises, des universités et des écoles pour « rapprocher ces deux mondes qui s’ignoraient », explique-t-elle.

En 2013, sollicitée par le directeur général d’un groupe d’études supérieures, elle est nommée à la direction de l’École d’ingénieur en sciences et technologies du numérique (ESIEA). « Une femme à la tête d’une école d’ingénieur dans le numérique c’est rare, mais c’est très utile pour attirer les jeunes filles. L’école avait besoin de se moderniser, mais aussi de se féminiser », nous confie-t-elle. 

Face aux défis

Fatiha Gas doit prendre ce double défi à bras-le-corps. Pour y parvenir, elle mène des actions à l’intérieur et à l’extérieur de l’École. Elle est présente sur tous les fronts et devient membre du bureau du programme Femmes du Numérique, une commission de Syntec Numérique ; pilote de la Commission diversité de la Conférence des Grandes Écoles ; membre du conseil d’administration et coprésidente de la Commission communication de Talents du Numérique. « Pour chacun de ces rôles, mon défi était de faire connaître les métiers du numérique et de travailler sur l’attractivité du secteur auprès des jeunes filles. Car elles étaient et restent peu nombreuses », nous confie-t-elle.

Pour changer le regard sur ce domaine et améliorer son attractivité auprès de la gent féminine, Fatiha Gas s’investit dans l’organisation de tables rondes et participe au pilotage du Plan mixité lancé par le gouvernement français. « Mon objectif restait le même : faire bouger les lignes, avoir de l’impact, contribuer au changement », confie-t-elle à Arab News en Français. 

Sa mission au sein de l’ESIEA prend fin en 2018. Fatiha se lance alors un nouveau défi : s’impliquer davantage dans la création de synergies des compétences et créer des partenariats dans le secteur de l’innovation et du numérique. « J’aime me lancer des défis et tirer les équipes vers le haut et j’aime ce que l’on peut faire avec le numérique pour faciliter la vie du plus grand nombre. Je suis restée une scientifique, mais je me suis intéressée au business et aux hommes », affirme-t-elle.

Finalement, c’est le ministère de la Justice qui lui confie la responsabilité de créer un laboratoire d’innovation, vecteur de transformations organisationnelles et numériques. « C’est un nouveau défi à relever, et de taille ! Ma mission couvre les partenariats avec les académies et les start-up, l’acculturation à l’innovation, au numérique et aux nouvelles méthodes de travail collaboratif et enfin l’accompagnement des agents pour la création de services numériques innovants à destination des usagers, ce que l’on appelle plus communément les start-up d’État ».


Un parcours semé d’embûches 

En conclusion, Fatiha rappelle que les différentes étapes de sa carrière n’ont pas été simples à franchir. « Raconté ainsi, mon parcours semble simple, facile. Il paraît couler de source, nous explique-t-elle. Pourtant, chaque étape a été semée d’embûches. Chaque poste a été arraché avec les dents, chaque gratification réclamée avec succès. Je n’ai rien obtenu facilement. Des personnes autour de moi m’ont aidée, ont facilité mon parcours, mais d’autres ont clairement été des freins à ma progression ou à mes objectifs. »

Pour expliquer les contraintes, Fatiha Gas revient sur le début de sa carrière : « Les débuts ont été durs, mais on apprend à serrer les dents et à “encaisser”. On apprend à détourner et à contourner, affirme-t-elle. À aucun moment je n’ai oublié que j’étais une femme dans un milieu d’hommes, et à aucun moment on ne m’a laissé oublier que j’étais d’origine algérienne. Un jour ou l’autre, cela revenait comme un boomerang. »

Fatiha Gas est convaincue que les défis sont les moteurs de la vie. Pour les relever « il faut faire confiance à son instinct, suivre son intuition, et s’accrocher. Pour toute porte qui se ferme, une autre s’ouvre. C’est une affaire d’équilibre. »

La scientifique, qui refuse le déterminisme, aime à croire qu’on peut refuser « ces cases dans lesquels la société nous met et dont elle nous empêche de sortir parce qu’elle a décidé que c’était celle-ci et pas une autre ». Elle se décrit comme une femme « foncièrement indépendante avec un esprit libre ». « Je veux pouvoir décider par moi-même. C’est dur parce que les murs et les obstacles sont là. Mais c’est dans cet esprit que je continuerai de relever les défis et d’influer », souligne-t-elle.

Enfin, Fatiha Gas souhaite transmettre un message fort pour encourager les jeunes, issus notamment de l’immigration ou des quartiers défavorisés, à avoir confiance en eux, en leur potentiel. « Ils doivent travailler et s’accrocher pour atteindre leur objectif. Rien n’est donné. Rien n’est facile. Ceux qui réussissent travaillent dur. Ils ne doivent laisser personne leur dire ce qui est bien ou pas pour eux, comme : “fais un bac pro, c’est largement assez bien pour toi”, “un bac S, n’y pense même pas, ce n’est pas pour toi !”, recommande-t-elle. Ces censures et autocensures viennent entraver le parcours des jeunes. » Bienveillante, elle délivre ce message : « Il faut contourner tout cela, aller de l’avant et ne jamais perdre de vue qu’“à cœur vaillant, rien d’impossible” », conclut-elle. 


Un mort et un blessé grave lors du crash d'un ULM dans la Creuse

Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi
  • Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers

GUERET: Le pilote d'un avion bi-place a été tué et son passager grièvement blessé lors du crash de leur appareil jeudi près de Guéret, dans la Creuse, a-t-on appris auprès des pompiers.

L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi, à 6 km à l'est de Guéret, après une tentative de décollage manquée, a précisé le maire de Saint-Laurent Alain Clédière à un correspondant de l'AFP.

Selon M. Clédière, "l'avion appartenait à la famille du pilote".

Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers. Son passager, âgé de 20 ans a été transporté en état d’urgence absolue au CHU de Limoges.


Macron et le Premier ministre australien veulent «rebâtir une relation» de «confiance», selon l'Elysée

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales»
  • La défaite de Scott Morrison aux législatives «me convient très bien», avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

PARIS: Le Président de la République Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese veulent « rebâtir une relation » de « confiance », après la crise diplomatique liée à la rupture d'un mégacontrat de sous-marins français, a indiqué jeudi l'Elysée dans un communiqué.  

« Après avoir pris note de la profonde rupture de confiance qui a suivi la décision de l'ancien Premier ministre, Scott Morrison, de mettre fin au programme des futurs sous-marins », il y a 8 mois, Emmanuel Macron et Anthony Albanese, qui ont échangé jeudi au téléphone, « sont convenus de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect, pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l'urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique », a précisé l'Elysée. 

« Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales », ajoute le communiqué. 

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. 

La défaite de Scott Morrison aux législatives « me convient très bien », avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d'euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n'étaient pas pourvus. 

Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l'origine de la crise. 

Début avril, les autorités australiennes ont admis que Canberra devrait payer jusqu'à 5,5 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d'euros) pour mettre fin à l'accord avec la France.


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.