France: désobéir pour vivre en pleine nature

Sur cette photo aérienne, Jonathan Attias, 34 ans, Caroline Perez, 35 ans, et leurs deux filles posent devant leur cabane située dans les bois de Chasteaux, dans le centre de la France, le 23 avril 2021. Dans un cadre boisé du Causse corrézien, dans le sud-ouest de la France, un couple et ses deux filles ont choisi de vivre au rythme des saisons. Ils prônent la "désobéissance fertile", un retour à la nature pour la "régénérer". (MEHDI FEDOUACH / AFP)
Sur cette photo aérienne, Jonathan Attias, 34 ans, Caroline Perez, 35 ans, et leurs deux filles posent devant leur cabane située dans les bois de Chasteaux, dans le centre de la France, le 23 avril 2021. Dans un cadre boisé du Causse corrézien, dans le sud-ouest de la France, un couple et ses deux filles ont choisi de vivre au rythme des saisons. Ils prônent la "désobéissance fertile", un retour à la nature pour la "régénérer". (MEHDI FEDOUACH / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 24 avril 2021

France: désobéir pour vivre en pleine nature

  • Ils habitaient Paris avec un avenir tout tracé, lui dans la production, elle manager dans le domaine du luxe
  • Depuis deux ans et demi, ils vivent au rythme des saisons, nettoient leur linge dans une machine à laver recyclée dont le tambour est activé par un vélo d’appartement

CHASTEAUX : Dans un écrin boisé sur un causse du Sud-Ouest de la France, un couple et ses deux fillettes ont choisi de vivre au rythme des saisons. Ils prônent la "désobéissance fertile", un retour à la nature pour la "régénérer" qui n'est pas forcément du goût des voisins.

A Chasteaux (800 habitants) en Corrèze, la cabane de Jonathan Attias, 34 ans et Caroline Perez, 35 ans, est en bois avec des murs en paille, recouverts de la terre glaise locale.

Le confort est sommaire. A l'intérieur, un lit superposé pour le couple et leurs deux filles de 6 et 2 ans, un coin pour se laver avec de l’eau de source, un autre pour la vaisselle, un espace repas. A l'extérieur, un four solaire.

Ils habitaient Paris avec un avenir tout tracé, lui dans la production, elle manager dans le domaine du luxe. “Toutes les portes s’ouvraient pour nous professionnellement”, dit Jonathan.

Mais, persuadés de l’effondrement prochain de la société, ils ont préféré partir, en octobre 2018, en quête d’un "confort intérieur", constatant "l’échec de l’écologie citadine".

"Il fallait passer à l’expérimentation de cette nature. On pense toujours à réduire notre impact sur la planète or, on peut aussi arranger les choses", assure Jonathan, "aggrader (améliorer) l'environnement plutôt que de le dégrader, préserver l’écosystème, le régénérer. Tout en s’opposant, s’il le faut, aux lois injustes et inadaptées, responsables de l’écocide actuel".

De là est née la “désobéissance fertile”, développée en livre et en vidéos sur internet. “L’homme, source des pollutions, peut être à l’origine des solutions”, assure celui qui, aujourd’hui encore, donne quelques cours de communication politique à l’université de Paris-Cergy. Caroline est devenue doula, une personne qui accompagne les femmes enceintes.

"Faire évoluer la société"

Depuis deux ans et demi, ils vivent au rythme des saisons, nettoient leur linge dans une machine à laver recyclée dont le tambour est activé par un vélo d’appartement. 

Parfois, ils plongent dans une eau de source à 13 degrés, ont appris à se passer de viande, mangent des produits du potager commun quand ils ne vont pas...dans un magasin du réseau Biocoop. “Nous ne sommes pas encore totalement autonomes", reconnaissent-ils.

A Chasteaux, ils sont une dizaine, comme eux, à vivre ainsi sur des terres agricoles, se retrouvant pour des chantiers collectifs ou des moments festifs.

"Des dizaines de milliers de personnes vivent comme nous en France en dehors des radars, cachés dans la nature, sans respecter les lois", assure Jonathan, mais "nous, nous avons décidé de ne pas nous cacher pour faire évoluer la société".

Un mode de vie qui n’est pas du goût du maire, lequel a engagé une procédure d'expulsion, ni des voisins. "Ils vivent sur des terrains agricoles, donc non constructibles", s'insurge l'édile, Jean-Paul Fronty, "les autres habitants se voient imposer des normes en matière d'urbanisme et eux auraient le droit de faire n'importe quoi?".

"Nous avons tenté de discuter plusieurs fois, mais si l’on n'est pas d'accord avec eux, ce n'est même pas la peine", ajoute-t-il.

"Les gens devraient avoir peur de ce qui nous attend si l’on ne fait rien, plus que de ces lois" qui "empêchent l'installation en habitat léger alors même que le secteur de la construction est responsable de 10% des gaz à effet de serre dans le monde", rétorque Jonathan qui veut "un débat de société sur l'urbanisme. La loi nous interdit de vivre écologiquement".

De son côté, Caroline dénonce une "écologie hyper intellectuelle. Il était temps de retourner au sauvage. On ne regrette en rien nos modes de vie urbains", assure la jeune femme tout en façonnant, au couteau, une cuillère en bois dans un morceau de frêne.

"Nous ne sommes pas des babas cool, encore moins des ermites. Nous voulons vivre en harmonie avec la nature et avec l’homme. Notre fille aînée va à l'école. Ici, elle a une vie saine et heureuse. Ce choix, c'est aussi pour nos enfants".


Le chef étoilé Thierry Marx appelle à une «régularisation» des salariés étrangers

Le chef étoilé Thierry Marx (photo, agriculture.gouv.fr / Mandarin oriental)
Le chef étoilé Thierry Marx (photo, agriculture.gouv.fr / Mandarin oriental)
Short Url
  • Cet appel intervient un mois après que le gouvernement a dévoilé les grandes lignes de son projet de loi sur l'immigration qui doit être étudié par les parlementaires en 2023 et prévoit notamment la création d'un titre de séjour «métier en tension»
  • «Quand vous cherchez des pâtissiers ou des cuisiniers et que vous n'en trouvez pas en France, il faut bien regarder ailleurs», explique Thierry Marx

PARIS : Le chef étoilé Thierry Marx, président du principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration en France, appelle à une régularisation des salariés étrangers du secteur «reconnus pour leurs compétences», dans une interview à l'hebdomadaire Journal du dimanche.

Cet appel intervient un mois après que le gouvernement a dévoilé les grandes lignes de son projet de loi sur l'immigration qui doit être étudié par les parlementaires en 2023 et prévoit notamment la création d'un titre de séjour «métier en tension», pour recruter dans les secteurs en pénurie de main d'œuvre.

«Il faudrait déjà que notre secteur, la restauration, soit considéré comme en tension de recrutement! Nous avons 200.000 postes non pourvus et étonnamment, ils ne figurent pas sur la liste permettant de recruter du personnel étranger. Même chose pour l'hôtellerie (...)», s'insurge Thierry Marx.

Le secteur est en effet confronté à des difficultés de recrutement accrues par la pandémie et les besoins vont encore augmenter, selon le médiatique chef étoilé très actif et écouté des pouvoirs publics pendant la crise sanitaire.

«Quand vous cherchez des pâtissiers ou des cuisiniers et que vous n'en trouvez pas en France, il faut bien regarder ailleurs», explique-t-il.

«Nous demandons une régularisation rapide de nos salariés étrangers reconnus pour leurs compétences et qui se retrouvent plongés dans l'illégalité du jour au lendemain», abonde Thierry Marx dans cet entretien, insistant sur cette demande de longue date de l'Umih, syndicat à la tête duquel il a été élu fin octobre.

Il dénonce notamment les «lenteurs administratives» ou des suspensions de titres de séjour sans justification et la fragilité de certaines petites entreprises face à cette incertitude.

«Créer un titre de séjour sur les métiers en tension faciliterait les démarches et sécuriserait les entreprises», ajoute-t-il, mettant en avant la montée en compétences rapide pour les employés du secteur mais aussi la dépendance d'autres, comme le BTP, aux salariés étrangers.

«Confondre les problèmes de sécurité avec les questions d'intégration de personnes qui ne commettent pas d'infraction et qui sont une force vive pour des entreprises ne me paraît pas être la bonne méthode. Vous savez, en cuisine, tout mélanger ne fait pas forcément un bon plat», conclut-il.


Les Républicains choisissent leur nouveau patron

Sur le papier, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, apparaît comme le favori, à la tête de la plus grosse fédération du pays avec presque 9.000 membres. (AFP)
Sur le papier, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, apparaît comme le favori, à la tête de la plus grosse fédération du pays avec presque 9.000 membres. (AFP)
Short Url
  • Il faudra attendre quelques minutes après 18H00 dimanche pour avoir le verdict de ce premier tour qui dressera les rapports de force, à moins que l'un des trois candidats ne réunissent dès à présent plus de 50% des voix
  • Chacun des prétendants se prévaut d'une dynamique porteuse... mais chaque camp confesse aussi en privé nager «dans le brouillard total», dixit un proche d'un candidat

PARIS: Qui d'Eric Ciotti, Aurélien Pradié ou Bruno Retailleau prendra la tête des Républicains? Les adhérents LR dessinent dimanche le profil de leur leader, au 1er tour d'un scrutin crucial pour l'avenir de ce parti en quête d'une nouvelle ligne directrice.

Depuis samedi 18H00, les 91 110 adhérents peuvent se prononcer par voie électronique entre ces trois nuances de droite.

A 20H00 samedi, soit deux heures seulement après l'ouverture du vote, la participation s'élevait déjà à 24%, mais impossible d'en tirer quelque conclusion sur l'issue d'un scrutin bien incertain.

Il faudra attendre quelques minutes après 18H00 dimanche pour avoir le verdict de ce premier tour qui dressera les rapports de force, à moins que l'un des trois candidats ne réunissent dès à présent plus de 50% des voix.

Chacun des prétendants se prévaut d'une dynamique porteuse... mais chaque camp confesse aussi en privé nager "dans le brouillard total", dixit un proche d'un candidat, en l'absence de sondage et de visibilité sur les contours d'un corps électoral qui a gonflé à l'approche de l'élection.

Sur le papier, Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, apparaît comme le favori, à la tête de la plus grosse fédération du pays avec presque 9.000 membres.

Son langage très ferme sur le régalien en général et l'immigration en particulier plaît dans le Sud-Est et au-delà comme l'a illustré sa performance à la primaire de 2021: il s'était alors hissé au second tour, rassemblant près de 40% des voix face à Valérie Pécresse.

Cette ligne très droitière a, au début de la campagne, pu alimenter les rumeurs de départs au sein du parti s'il était élu. Un fantasme aussi entretenu par la majorité macroniste, qui poursuit depuis cinq ans son entreprise de séduction de la droite.

Mais le questeur de l'Assemblée nationale peut compter sur le soutien du très populaire Laurent Wauquiez, qu'il affirme vouloir porter comme candidat de la droite pour 2027.

Et il se dit "serein" face à l'enquête ouverte par le Parquet national financier (PNF) sur des emplois de son ex-épouse.

LR, une droite étanche? 

Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR, représente pour sa part l'aile conservatrice et libérale de LR dans cette élection.

Le Vendéen peut se targuer d'une longue liste de soutiens, qui lui ont un temps valu l'étiquette de modéré, malgré ses positions.

L'élu issu du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers a martelé son intransigeance sur le régalien au cours de la campagne, et raille à mots couverts un accord de ses concurrents après leur réunion commune mardi: "Si on se coalise contre moi, c'est bien que je représente un danger".

Challenger, le député du Lot Aurélien Pradié peut certes "faire un score", estime un cadre du parti, mais "la deuxième place semble quand même lointaine".

Avec sa ligne de "droite populaire" aux préoccupations sociales, illustrées par un texte sur la création de juridictions spécialisées dans les violences conjugales qu'il a fait adopter jeudi à l'Assemblée nationale, il affiche aussi des accents très fermes sur le régalien.

Car les candidats n'ont cessé de durcir le ton, soucieux de marquer leur différence avec la macronie, même si les députés LR apportent ponctuellement à la majorité les voix nécessaires pour faire voter des textes.

Certains élus poussent, dans le même temps, à aller plus loin dans l'alliance avec Emmanuel Macron, comme le maire de La Baule Franck Louvrier, qui dans le Journal du Dimanche appelle à "conclure un contrat de gouvernement", sous peine de voir toute réforme "stoppée dans le pays".

Et ce proche de Nicolas Sarkozy de s'inquiéter aussi d'un possible rapprochement avec l'extrême droite, qui fait les yeux doux à l'électorat LR.

"Aujourd’hui, j’ai un doute sur l’étanchéité de notre parti. Je n'ai pas entendu les trois candidats, dans cette campagne interne, rejeter urbi et orbi l'union des droites pour les années à venir", déplore-t-il.


Arnaud Mimran jugé en appel pour la séquestration d'un richissime financier suisse en 2015

Cette photo d'archive prise le 7 juillet 2016 montre Arnaud Mimran arrivant au palais de justice de Paris pour délibérer dans le cadre de son procès pour escroquerie présumée à la taxe carbone. (AFP)
Cette photo d'archive prise le 7 juillet 2016 montre Arnaud Mimran arrivant au palais de justice de Paris pour délibérer dans le cadre de son procès pour escroquerie présumée à la taxe carbone. (AFP)
Short Url
  • Le 15 janvier 2015, un trader suisse est enlevé près de Paris par quatre hommes encagoulés et conduit dans un appartement d'Aubervilliers
  • Ses geôliers lui ordonnent de réaliser quelques millions d'euros d'achats de titres d'une société de droit américain, considérée comme une «coquille vide», dont sont actionnaires Arnaud Mimran et son ex-compagne

CRETEIL: Le sulfureux homme d'affaires Arnaud Mimran comparaît à partir de mardi devant les assises du Val-de-Marne, jugé en appel pour l'enlèvement et la séquestration, en vue de lui extorquer des millions d'euros, d'un richissime financier suisse en janvier 2015.

Condamné à treize ans de réclusion criminelle en juin 2021, il est rejugé jusqu'au 16 décembre pour enlèvement, séquestration et extorsion en bande organisée, avec un autre accusé, condamné à huit ans de prison en première instance.

Lors de ce premier procès, deux autres hommes, dont l'ancien champion de boxe thaï Farid Khider, ont été acquittés. Deux de plus, dont un absent à l'audience mais arrêté depuis, ont été condamnés mais n'ont pas fait appel.

Le 15 janvier 2015, un trader suisse est enlevé près de Paris par quatre hommes encagoulés et conduit dans un appartement d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Ses geôliers lui ordonnent de réaliser quelques millions d'euros d'achats de titres d'une société de droit américain, considérée comme une "coquille vide", dont sont actionnaires Arnaud Mimran et son ex-compagne.

Le lendemain de l'enlèvement, M. Mimran est lui aussi séquestré quelques heures, mais, selon l'accusation, il s'agissait d'une "mise en scène" pour faire craquer le financier suisse et le contraindre à faire ses premiers achats.

La victime sera finalement libérée au sixième jour de séquestration.

Une libération anticipée liée, selon l'accusation, à deux événements fortuits: le meurtre deux jours plus tôt du "chef" présumé des ravisseurs, suivi de l'interpellation d'Arnaud Mimran dans le cadre d'une enquête sur escroquerie à la TVA.

Mis en examen et placé en détention provisoire dans ce dossier, M. Mimran serait resté en contact depuis sa prison avec le trader suisse, s'inquiétant de savoir s'il allait porter plainte.

L'ancien "golden boy", qui a fait une tentative de suicide à son retour de prison après sa condamnation, "conteste depuis l'origine" avoir commandité l'enlèvement du financier suisse et avoir été le principal bénéficiaire de l'extorsion.

«Le chef d'orchestre»

"Je n'ai pas été au courant de la séquestration, je n'ai pas participé et je n'ai pas bénéficié d'un euro", avait-il lancé lors de son procès devant la cour d'assises de Paris.

Mais l'accusation assure que ce grand amateur de poker, issu d'une famille aisée du XVIe arrondissement de Paris, aurait été "le concepteur et le chef d'orchestre" de l'extorsion et aurait "conçu ce schéma compliqué dont il est le bénéficiaire".

Contacté par l'AFP, son avocat Jean-Marc Fedida n'a pas souhaité faire de commentaire avant le début du procès.

Endetté, Arnaud Mimran aurait décidé de monter ce "coup" pour gagner de l'argent rapidement, en faisant venir le banquier suisse sous un faux prétexte, selon les juges d'instruction.

C'est lui qui avait donné rendez-vous à Paris le 15 janvier 2015 à la victime, rendez-vous où il ne s'est pas rendu.

Il aurait fait appel à "Titax", considéré comme une figure montante du grand banditisme et rencontré par l'entremise de Farid Khider, et à son "équipe de malfaiteurs" pour mettre son plan à exécution.

"Titax" a été tué devant chez lui pendant la séquestration du Suisse. Sa mort ne serait pas liée à l'enlèvement.

Arnaud Mimran accumule les ennuis judiciaires depuis sa condamnation en 2016 à huit ans d'emprisonnement dans le dossier de la fraude à la "taxe carbone".

Il a été mis en examen et incarcéré en avril 2021 dans l'enquête sur l'assassinat en 2011 de son ex-beau-père, le milliardaire Claude Dray, et dans celle sur le meurtre en 2010 d'une autre figure de l'affaire de la "taxe carbone", Samy Souied.

Il est également soupçonné d'avoir commandité un meurtre en avril 2014, mis en examen pour "meurtre en bande organisée".

En octobre, il a été jugé par le tribunal correctionnel de Créteil pour corruption au moment où il était incarcéré à la prison de Fresnes, en 2015 et 2016. Le parquet a requis contre lui deux ans d'emprisonnement ferme.