L'économie française est repartie début 2021, à l'inverse des voisins européens

Une photo prise à Monrouge, près de Paris, montre le logo de l'INSEE / AFP
Une photo prise à Monrouge, près de Paris, montre le logo de l'INSEE / AFP
Short Url
Publié le Vendredi 30 avril 2021

L'économie française est repartie début 2021, à l'inverse des voisins européens

  • Au T1, le PIB a légèrement rebondi, avec une croissance de 0,4% par rapport au trimestre précédent
  • Globalement, la production totale se rapproche légèrement de son niveau d'avant crise, avec un écart de -4,3%

PARIS : A contre-courant de ses voisines européennes, l'économie française a entamé son redressement début 2021, après avoir été terrassée par l'épidémie de Covid-19 l'an dernier, mais les restrictions sanitaires ont continué de peser sur l'activité et le gouvernement espère une reprise plus franche avec la vaccination et le déconfinement.

Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a légèrement rebondi, avec une croissance de 0,4% par rapport au trimestre précédent, selon une première estimation publiée vendredi par l'Insee.

La France s'inscrit clairement à contre-courant des autres grandes économies européennes, l'Allemagne (-1,7%), l'Espagne (-0,5%) et l'Italie (-0,4%) ayant vu leur PIB se contracter au premier trimestre. Dans son ensemble la zone euro se contracte de 0,6%. 

Cela s'explique surtout par une évolution différente de la pandémie, ces pays ayant moins souffert que la France en fin d'année 2020, avant d'être contraints d'adopter des mesures plus restrictives début 2021.

Mais loin de la reprise dynamique à l'oeuvre aux Etats-Unis (+6,4%) grâce à la relance massive engagée par Joe Biden, le rebond français reste "limité", souligne l'Institut national de la statistique, le PIB se situant encore 4,4% sous son niveau de fin 2019.

"C'est un trimestre qui reste très marqué par les restrictions sanitaires, qui se sont durcies au fil des mois", a souligné  Julien Pouget, chef du département conjoncture de l'Insee.

Le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt a lui salué sur Twitter des chiffres "encourageants", signe de la "résistance" de l'économie et de "l'efficacité" des mesures de soutien et de relance prises par le gouvernement.

Après le recul de 1,4% du PIB enregistré au dernier trimestre 2020, la reprise de l'économie vient notamment du léger redressement de la consommation des ménages (+0,3%), même si elle est toujours contrainte par les restrictions sanitaires (couvre-feu, fermeture des grands centres commerciaux, des restaurants, des lieux culturels...).

Sur le trimestre, elle se situe d'ailleurs encore très en dessous (-6,4%) de son niveau d'avant-crise, souligne l'Insee. Mais cette reprise "timide, sans phénomène de désépargne à ce stade, donne une idée du potentiel de rebond" une fois les contraintes levées, selon Emmanuel Jessua, économiste à l'institut Rexecode.

La "très bonne surprise" vient de l'investissement des entreprises qui a accéléré en début d'année, selon Selin Ozyurt, économiste chez Euler Hermes. "Grâce notamment aux aides de l'Etat, les entreprises ont pu renforcer leur trésorerie et cela permettra de soutenir le rebond de l'économie dans les prochains mois", explique-t-elle.

Du côté de la production, l'activité est surtout tirée par la construction (+4,2%), tandis que la production de biens est repartie à la baisse. "Le début d'année a été très perturbé, avec des problèmes de fret maritime, les pénuries de matières premières et de semi-conducteurs dans l'automobile", explique Selin Ozyurt.

La consommation des ménages diminue de 1,1% en mars

Les dépenses de consommation des ménages en France ont "nettement" diminué, de 1,1%, en mars par rapport à février à cause des mesures de confinement et de la fermeture des magasins "non essentiels" dans 19 départements, a rapporté vendredi l'Insee.

Sur l'ensemble du premier trimestre, la consommation des ménages "rebondit modérément", de 1,2%, et reste inférieure de 1,5% à son niveau du quatrième trimestre 2019, le dernier avant la crise du Covid-19, ajoute l'Institut national de la statistique.

Dans le détail, le repli du mois de mars provient de la "forte baisse des achats de biens fabriqués" entraînée par les fermetures localisées de magasins, "et dans une moindre mesure par le contrecoup de soldes décalés de février", explique l'Insee.

La baisse est de 11% dans l'habillement-textile, après une hausse de 17% grâce à ses soldes. Sur l'ensemble du premier trimestre, ce secteur voit ses ventes progresser de 1,4% par rapport au trimestre précédent, mais elles restent inférieures de 8% à leur niveau d'avant-crise.

En mars, la consommation alimentaire rebondit de 0,8% mais celle de viande baisse légèrement.

La consommation d'énergie se redresse de 1,3%, les carburants affichant une hausse de 2,5%.

Enfin, l'Insee a revu à la hausse, à +0,3%, les dépenses de consommation des ménages au mois de février, alors que l'institut avait initialement rapporté qu'elles avaient été stables (0,0%).

Déconfinement en ligne de mire

Globalement, la production totale (services, industrie, construction) se rapproche légèrement de son niveau d'avant crise, avec un écart de -4,3%. Mais les disparités sectorielles demeurent, avec des services marchands très pénalisés par les restrictions et qui restent davantage éloignés de leur niveau d'avant crise.

Enfin, "point noir" du trimestre, selon Emmanuel Jessua, le net repli des exportations au premier trimestre, pénalisées par les perturbations dans l'industrie et par le Brexit en tout début d'année.

Même si le deuxième trimestre s'annonce encore en demi-teinte, avec un mois d'avril et une partie du mois de mai marqués par le reconfinement, le calendrier du déconfinement annoncé jeudi par Emmanuel Macron laisse entrevoir une accélération de la reprise.

D'autant que l'exécutif a assuré qu'il maintiendrait encore plusieurs mois les aides aux secteurs en difficulté, gonflant aussi le coût de la crise pour l'Etat.

"La confiance des ménages est là, il y a une épargne élevée, les entreprises sont assises sur d'importantes liquidités, donc si le gouvernement arrive à vacciner rapidement, nous pourrons voir un très fort rebond", estime Selin Ozyurt, qui juge atteignable la prévision du gouvernement d'une croissance de 5% cette année.

"On peut s'attendre à une sortie progressive de la crise au second semestre avec le succès du plan de vaccination", prévoit aussi Emmanuel Jessua.

A ce stade, l'acquis de croissance, qui correspond à la croissance que l'on aurait fin 2021 si l'activité restait au niveau actuel jusqu'à la fin de l'année, s'établit à 4,1%. La Banque de France table sur une croissance de 5,5% cette année, et l'OCDE de 5,9%. 


Sri Lanka: inflation record à 14%, la crise alimentaire s'aggrave

Un marchand sri-lankais fait frire des crevettes dans un magasin de fortune à Colombo le 30 septembre 2008. (Photo, AFP)
Un marchand sri-lankais fait frire des crevettes dans un magasin de fortune à Colombo le 30 septembre 2008. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les agences de notation internationales ont abaissé la note du Sri Lanka par crainte d'un défaut de paiement de sa dette extérieure de 35 milliards de dollars
  • Le gouvernement a insisté sur le fait qu'il pouvait faire face à ses obligations

COLOMBO : La hausse des prix à la consommation sur un an au Sri Lanka a atteint en décembre un record de 14%, taux record dépassant le précédent de 11% enregistré un mois plus tôt.

Au début de la semaine, des ministres de premier plan ont averti le Parlement de l'aggravation de la crise alimentaire, avec des récoltes de riz qui devraient être en forte baisse en mars, après l'interdiction d'importer des produits agrochimiques l'année dernière, qui a conduit les agriculteurs à abandonner plus de 30% de leurs terre.

L’économie de l’île, très dépendante du tourisme, a été frappée par la pandémie, le gouvernement imposant de vastes restrictions à l'importation pour éviter une crise des devises, ce qui a déclenché une pénurie de biens essentiels.

Le Service du recensement et de la statistique a déclaré que l'inflation d'une année à l’autre en décembre était la plus élevée depuis la création de l'Indice national des prix à la consommation (INCF) en 2015.

La hausse des prix alimentaires a également atteint un niveau record, à 21,5%, contre 16,9% en novembre et 7,5% il y a un an. L’utilisation d'engrais organiques et de pesticides inférieurs aux normes a fortement réduit le rendement des cultures de légumes et de fruits.

Après d'intenses protestations des agriculteurs, le gouvernement a levé l'interdiction d'importer des produits agrochimiques en octobre, mais les banques sont encore à court de dollars pour financer les importations.

Depuis des mois, les supermarchés rationnent le lait en poudre, le sucre, les lentilles et d'autres produits de première nécessité et le mois dernier, un haut fonctionnaire a mis en garde contre de nouvelles restrictions pour nourrir les plus démunis.

Malgré cela, le secrétaire du ministère de l'Agriculture Udith Jayasinghe, a été limogé quelques heures après avoir réclamé un système de rationnement officiel pour que les mères, les personnes âgées et les malades puissent être nourris dans les mois à venir.

Depuis l'arrivée au pouvoir du président Gotabaya Rajapaksa en 2019, le pays a vu chuter ses réserves de change, qui sont passées de 7,5 milliards de dollars à 3,1 milliards de dollars à la fin décembre, montant qui ne permet de financer qu'a peine deux mois d’importations.

Les agences de notation internationales ont abaissé la note du Sri Lanka par crainte d'un défaut de paiement de sa dette extérieure de 35 milliards de dollars. Le gouvernement a insisté sur le fait qu'il pouvait faire face à ses obligations.


Vent de panique à Wall Street: simple correction ou déprime prolongée ?

Michael Shearin, analyste de la surveillance chez Intercontinental Exchange Regulation travaille sur le parquet de la Bourse de New York à la cloche de clôture le 14 janvier 2022 à New York. (Photo, AFP)
Michael Shearin, analyste de la surveillance chez Intercontinental Exchange Regulation travaille sur le parquet de la Bourse de New York à la cloche de clôture le 14 janvier 2022 à New York. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'indice élargi S&P 500, plus représentatif du marché américain dans son ensemble, a lui cédé 8,3% depuis son dernier sommet, au début de l'année
  • Le président Joe Biden, déjà à un creux de popularité à cause de l'économie, doit faire face à l'automne à des élections législatives de mi-mandat difficiles

WASHINGTON : Un petit vent de panique a soufflé sur Wall Street cette semaine après la vive chute du Nasdaq, les investisseurs se demandant si le marché va s'en tenir à une correction ou si on aborde une déprime prolongée, risquée pour l'économie et l'administration Biden.

Depuis son dernier record mi-novembre, l'indice Nasdaq, à forte dominante technologique, a lâché plus de 15%, ce qui l'ancre nettement en zone de correction, avec son pire mois depuis octobre 2008, en pleine crise financière.

L'indice élargi S&P 500, plus représentatif du marché américain dans son ensemble, a lui cédé 8,3% depuis son dernier sommet, au début de l'année.

La spectaculaire chute de l'action Netflix (-21,79% vendredi), pourtant une des coqueluches de Wall Street ayant atteint presque 700 dollars en novembre pour tomber autour de 400 dollars, faisait froid dans le dos et commençait à inquiéter les petits porteurs et leur plan d'épargne retraite (401k) investi en bourse.

"Votre 401(k) est probablement de 40% inférieur à ce qu'il était il y a trois mois. J'ai 65 ans et je n'ai pas le temps de me refaire. Merci Joe Biden", se plaignait un internaute.

"Les gens sont en train de perdre beaucoup sur leur 401(k). C'est le portefeuille qui décide des élections alors attendez-vous à ce que les démocrates soient complètement défaits", ajoutait un autre.

Le président Joe Biden, déjà à un creux de popularité à cause de l'économie, doit faire face à l'automne à des élections législatives de mi-mandat difficiles.

C'est la perspective d'une hausse des taux d'intérêt par la Banque centrale américaine (Fed), pour juguler une inflation au plus haut depuis une génération, qui fait trembler Wall Street.

On s'attend à ce que les taux, maintenus à zéro ou presque depuis le début de la pandémie, remontent d'un point de pourcentage environ cette année. Beaucoup pensent aussi que la Fed a manqué le virage de l'inflation et qu'elle pourrait opérer un tour de vis plus sévère.

Du taureau à l'ours

Mais la question est de savoir à quel point une correction peut se transformer en "bear market" ou "marché de l'ours", c'est-à-dire en baisse prolongée, par opposition à un "marché de taureau" ou "bull market", au contraire optimiste.

"Il est vrai que le marché agit sans rime ni raison, sauf pour le Nasdaq", a reconnu Peter Cardillo, analyste pour Spartan Capital, évoquant le vent de panique. Mais il pense que la saison des résultats d'entreprises, plutôt positifs, va changer la dynamique.

Pour Gregori Volokhine, gestionnaire de portefeuille chez Meeschaert Financial Services, "on est encore loin du +bear market+ mais si on commence à anticiper un ralentissement de l'économie avec la hausse des taux, alors on continuera à vendre ce qui pourrait nous faire passer d'une simple correction à un +bear market+".

L'économie américaine est censée encore croître vigoureusement en 2022 se remettant de l'impact de la pandémie, mais les prévisionnistes ont déjà élagué leurs projections.

Un marché boursier qui cale, pourrait-il encore affecter la croissance ? "Cela pourrait ralentir la reprise mais pas nous jeter en récession", assure à l'AFP Sam Stovall de CFRA.

"Nous venons de réduire notre prévision de croissance du PIB de 4,6% en 2022 à 4,2% mais cela a plus à voir avec la durée de l'inflation et avec les attentes selon lesquelles la Fed va relever les taux chaque trimestre cette année", ajoute l'expert.

Pour d'autres, la correction, si elle ne se prolonge pas trop, est une mesure saine dans un marché parfois surévalué.

Un indicateur clé de la valorisation des actions, le ratio P/E qui compare le prix d'une action au résultat financier par action de l'entreprise, se situe actuellement à 21,2 pour les sociétés du S&P 500. Cela revient à dire qu'on paye plus de 21 fois le montant du bénéfice par action de la société pour être actionnaire.

Selon les calculs de Sam Stovall, les statistiques historiques montrent que ce ratio pourrait descendre au mieux à 19,7 dans un environnement de taux à 10 ans entre 1,75% et 2,25%. "Cela correspond à une chute de 15% du S&P 500, on est donc au milieu d'une correction", indique l'expert.

"Et l'histoire nous dit qu'on pourrait descendre du double, à -30%" si le fameux ratio descend à 16,2, sa moyenne historique dans un environnement de taux similaire.

Mais l'histoire apporte un autre réconfort: "Wall Street est une opportuniste", affirme Sam Stovall. "Après une correction, les investisseurs reviennent en force et en moyenne, il ne faut pas plus de 4 mois pour revenir à l'équilibre", ajoute-t-il.


Hermès attaque un artiste américain qui vend des NFT représentant des sacs Birkin

Un employé détient un sac Hermes Birkin en crocodile de 129 000 USD pour la presse lors d'une ouverture privée du nouveau magasin Hermes à Wall Street, à New York, le 21 juin 2007. (Photo, AFP)
Un employé détient un sac Hermes Birkin en crocodile de 129 000 USD pour la presse lors d'une ouverture privée du nouveau magasin Hermes à Wall Street, à New York, le 21 juin 2007. (Photo, AFP)
Short Url
  • Face au succès de vente de ce premier NFT, Mason Rothschild a créé une centaine de «MetaBirkins» qu'il a mis en vente en cryptomonnaie
  • Les sacs Birkin, produits phares du sellier-maroquinier inspirés par la chanteuse et actrice anglaise, sont vendus en boutique plusieurs milliers d'euros.

PARIS : Le groupe de luxe Hermès a mis un pied dans le monde du metavers mais pas en tant que créateur: il a engagé des poursuites judiciaires à New York contre un artiste qui a créé des NFT représentant des sacs en fourrure fortement inspirés du célèbre sac de la marque, le Birkin.

Mason Rothschild a d'abord créé, avec l'artiste Eric Ramirez, un "Non-Fungible Token" (NFT), un "objet numérique" dont la propriété est traçable, qu'ils ont appelé "Baby Birkin", déjà inspiré du sac vedette de Hermès.

Face au succès de vente de ce premier NFT, Mason Rothschild a créé une centaine de "MetaBirkins" qu'il a mis en vente en cryptomonnaie pour l'équivalent de quelques milliers d'euros.

Dans la plainte civile déposée au tribunal fédéral de Manhattan (New York), que l'AFP a consultée, Hermès accuse Mason Rothschild d'être un "spéculateur numérique qui cherche à s'enrichir rapidement en s'appropriant la marque MetaBirkin" pour la vente de NFT. "La marque MetaBirkin s’approprie tout simplement le nom célèbre de la marque Hermès, le Birkin, en ajoutant le préfixe méta", est-il ajouté.

L'artiste a "ouvertement reconnu qu'il avait choisi de vendre ses NFT au nom de Metabirkins parce qu'un sac à main Birkin est un bien précieux dans le monde réel", argumente notamment le groupe de luxe.

Les sacs Birkin, produits phares du sellier-maroquinier inspirés par la chanteuse et actrice anglaise, sont vendus en boutique plusieurs milliers d'euros.

Le nom de Metabirkins, "lui a apporté un succès financier en quelques semaines. Il ne fait aucun doute que ce succès découle d'une utilisation confuse de la marque de Hermès", argumente aussi le sellier-maroquinier.

"Les affirmations de Hermès sont sans fondement", a répondu l'artiste sur les réseaux sociaux. "Je ne crée ni ne vends des faux sacs Birkin. J'ai fait des oeuvres d'art qui dépeignent des sacs Birkin imaginaires couverts de fourrure", ajoute-t-il se référant à Andy Warhol et ses célèbres toiles représentant des boites de soupe Campbell.

"Le fait que je vends de l'art en utilisant des NFT ne change pas le fait qu'il s'agit d'art", ajoute-il avant d'expliquer avoir voulu discuter avec la marque de luxe. "J'espère que Hermès comprend que je ne serai pas intimidé", termine-t-il.

Contacté par l'AFP, Hermès a déclaré ne pas commenter les affaires judiciaires en cours.