Sophie Scholl, icône de la Résistance allemande récupérée par les anti-masques

Le Premier ministre bavarois Markus Soeder est assis sous le buste de Sophie Scholl lors d'une commémoration à l'occasion du 100e anniversaire de l'antifasciste Sophie Scholl dans l'escalier de l'Université Ludwig Maximilian à Munich, le 7 mai 2021.  (Peter Kneffel / POOL / AFP)
Le Premier ministre bavarois Markus Soeder est assis sous le buste de Sophie Scholl lors d'une commémoration à l'occasion du 100e anniversaire de l'antifasciste Sophie Scholl dans l'escalier de l'Université Ludwig Maximilian à Munich, le 7 mai 2021. (Peter Kneffel / POOL / AFP)
Short Url
Publié le Samedi 08 mai 2021

Sophie Scholl, icône de la Résistance allemande récupérée par les anti-masques

  • Le 22 février 1943, cette jeune femme et son frère aîné, Hans Scholl, tous deux membres d'un petit groupe nommé la "Rose blanche", sont guillotinés à la prison bavaroise de Stadelheim, dans la foulée d'un procès expéditif
  • En 2003, les Allemands l'avaient désignée en quatrième position d'un classement des "meilleurs" d'entre eux, juste derrière Konrad Adenauer, Martin Luther et Karl Marx

BERLIN : "J'ai l'impression d'être Sophie Scholl car je résiste depuis des mois": l'étudiante allemande, née il y a 100 ans et exécutée par les Nazis, est devenue une icône que tente de s'approprier la mouvance anti-masques. 

Le 22 février 1943, cette jeune femme et son frère aîné, Hans Scholl, tous deux membres d'un petit groupe nommé la "Rose blanche", sont guillotinés à la prison bavaroise de Stadelheim, dans la foulée d'un procès expéditif.

Leur crime? Avoir jeté dans l'enceinte de l'université de Munich des tracts critiquant la guerre menée par le IIIe Reich. Protestants membres dans leur adolescence d'organisations nazies, ils étaient écœurés par les conflits menés par Adolf Hitler, en particulier à l'Est.

Plus que les autres membres du petit groupe, Sophie Scholl, née il y a tout juste 100 ans, le 9 mai 1921, est devenue une des personnalités les plus admirées en Allemagne. Les photos la montrant souriante, coupe de cheveux à la garçonne, sont reproduites dans d'innombrables documents pédagogiques, films, expositions.

Parmi les "meilleurs"

Des centaines d'écoles et de rues portent son nom dans tout le pays. En 2003, les Allemands l'avaient désignée en quatrième position d'un classement des "meilleurs" d'entre eux, juste derrière Konrad Adenauer, Martin Luther et Karl Marx.

Pas étonnant dans ce contexte que la classe politique se réfère volontiers à cette étudiante en biologie martyre du nazisme.

La candidate écologiste Annalena Baerbock, l'une des favorites pour la succession d'Angela Merkel à la chancellerie à l'automne, l'a récemment désignée parmi ses "héroïnes". Carola Rackete, ex-capitaine du navire de sauvetage de migrants Sea-Watch 3, a elle assuré que Sophie Scholl serait si elle vivait encore une "antifa", en lutte contre la xénophobie et l'extrémisme.

De l'autre côté du spectre politique, l'AfD n'avait pas hésité en 2017 à affirmer que la jeune femme "voterait" forcément pour ce parti d'extrême droite.

Cette tentative d'appropriation a trouvé un nouvel écho avec la pandémie et le mouvement anti-masques, très actif en Allemagne et peu rétif à l'utilisation de symboles du nazisme.

Des manifestants ont ainsi arboré des étoiles jaunes avec les mots "Non vacciné". D'autres, vêtus d'uniformes de prisonniers de camps de concentration, ont brandi des pancartes "La vaccination rend libre", détournement de l'inscription "Le travail rend libre" à l'entrée d'Auschwitz. Certains se sont comparés à Anne Frank, autre victime emblématique de la barbarie nazie.

"Les adeptes des théories conspirationnistes se fantasment dans un rôle de victime, visant à diaboliser et délégitimer le champ démocratique", explique à l'AFP Samuel Salzborn, référent de la ville de Berlin pour la lutte contre l'antisémitisme.

"Abomination"

Mais c'est la référence à Sophie Scholl qui revient avec insistance, culminant avec la vidéo, devenue virale, d'une manifestante affirmant à Hanovre en novembre depuis un podium être "comme Sophie Scholl" en résistant contre les restrictions. Cette comparaison avait suscité un tollé jusqu'au sein du gouvernement d'Angela Merkel.

Son portrait a été également brandi dans des rassemblements anti-restrictions. Cet amalgame est "une abomination", a réagi samedi le Comité international d'Auschwitz, estimant que Sophie Scholl restait "une épine dans la chair du peuple allemand".

"C'est une mauvaise utilisation du nom de Sophie Scholl", a de son côté réagi samedi dans la presse allemande le neveu de la résistante, Jörg Hartnagel, "rejetant clairement ces tentatives d'assimiler les manifestations contre les règles d'hygiène à la résistance".

Dans un pays où le terrorisme d'extrême droite est érigé en menace numéro un, avec un record de crimes et délits xénophobes et antisémites en 2020, ce type de récupération est perçu comme un symptôme alarmant par des chercheurs.

L'historien Jens-Christian Wagner, membre de la fondation de l'ancien camp de Buchenwald, ne cache pas son "inquiétude" devant la perte de "conscience historique" d'une partie des Allemands, que montre selon lui l'appropriation de Sophie Scholl.

"Il n'y a pratiquement plus de témoins contemporains" de l'époque nazie, souligne auprès de l'AFP M. Wagner. "Ils ne peuvent plus se défendre lorsqu'ils sont instrumentalisés ou lorsque l'extrême droite réécrit l'Histoire et le présent par une inversion de la culpabilité. Ca m'inquiète", confie-t-il.


Allemagne: des blessés par arme à feu dans une université, l'assaillant décédé

"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué. (AFP).
Short Url
  • Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles
  • Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment

BERLIN: Plusieurs personnes ont été blessées lundi dans une attaque perpétrée par un homme muni d'une "arme longue" dans un amphithéâtre de l'université de Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, a annoncé la police locale, ajoutant que l'assaillant était décédé.


"Un individu a blessé plusieurs personnes dans un amphithéâtre avec une arme longue", a expliqué la police de Mannheim dans un communiqué.


"L'auteur lui-même est mort", a-t-elle ajouté, sans préciser s'il avait ou non été abattu par les forces de l'ordre arrivées en nombre sur place.


Selon les informations de la chaîne publique Südwestrundfunk (SWR), l'université a demandé par mail à ses étudiants de ne pas se rendre sur le campus du quartier de Neuenheimer Feld pour le moment. Il n'y aurait cependant "plus de menace imminente", selon SWR.


Ce site universitaire, sur la rive nord du fleuve Neckar, accueille notamment des facultés de sciences naturelles, des départements du centre hospitalier universitaire et le jardin botanique.


La législation allemande sur la détention d'armes à feu a été renforcée après deux attaques perpétrées dans des écoles dans la ville d'Erfurt, dans l'est du pays, en avril 2002, et dans la ville de Winnenden, dans le sud-ouest, en mars 2009. 


Mexique: une deuxième journaliste assassinée à Tijuana en une semaine

Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Des journalistes couvrent la scène du crime où la journaliste Lourdes Maldonado a été assassinée à Santa Fe, dans la périphérie de Tijuana, en Basse-Californie, au Mexique, le 23 janvier 2022. (Guillermo Arias/AFP)
Short Url
  • Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule»
  • Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie»

TIJUANA, Mexique Une journaliste, qui avait publiquement déclaré qu'elle craignait pour sa vie il y a déjà quelques années, a été assassinée dimanche à Tijuana, deuxième meurtre d'un professionnel des médias en une semaine dans cette ville du nord-ouest du Mexique, à la frontière des États-Unis.

Lourdes Maldonado Lopez a été tuée par «arme à feu alors qu'elle se trouvait à bord d'un véhicule», a indiqué le parquet général de l'Etat de Basse-Californie dans un communiqué.  Elle «travaillait comme journaliste», a ajouté le parquet en annonçant l'ouverture d'une enquête.

Des coups de feu ont été entendus vers 18h20 (02h20 GMT) dans un quartier de Tijuana, a rapporté le journal Zeta Tijuana.

Un autre journaliste, le photoreporter Margarito Martinez, avait été tué lundi dernier à Tijuana. Il collaborait avec Zeta, le quotidien Jornada et des journalistes étrangers en reportage à Tijuana. Le parquet a déclaré qu'il n'écartait aucune piste.

La journaliste assassinée dimanche avait travaillé pour Primer Sistema de Noticias (PSN) de Jaime Bonilla, gouverneur de l'Etat de Basse-Californie de 2019 à fin 2021, au sein d'une coalition soutenant le parti présidentiel Morena.

La victime avait gagné il y a quelques jours un procès contre PSN, qu'elle poursuivait depuis neuf ans pour licenciement abusif, avait rapporté la presse mexicaine.

Elle avait demandé il y a deux ou trois ans au président de la République, Andres Manuel Lopez Obrador, «appui, aide et justice parce qu'on a peur pour ma vie», selon une vidéo republiée sur les réseaux sociaux à l'annonce de son assassinat.

«Je suis en procès depuis six ans avec lui», ajoutait-elle au sujet du gouverneur Bonilla, en interpellant le chef de l'Etat lors de l'une de ses conférences de presse.

Le président l'avait renvoyée vers son «coordinateur de communication sociale» (porte-parole) pour «qu'il t'aide et t'appuie, pour que l'on demande justice, pour qu'il n'y ait pas d'abus de pouvoir».

La déléguée de l'ONG Reporters sans frontière (RSF) au Mexique, Balbina Flores, a déclaré à l'AFP qu'il restait à confirmer si Mme Maldonado disposait d'une protection officielle.

La représentante de RSF a demandé aux autorités d'enquêter de manière exhaustive et transparente. La plupart des assassinats de journalistes restent non élucidés.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) s'est déclaré «choqué» par ce dernier assassinat, en demandant également aux autorités «d'enquêter de manière exhaustive et transparente».

Au moins sept journalistes ont été tués en 2021 au Mexique, d'après un décompte de l'AFP, qui tente à chaque fois d'établir si la victime était bien encore en activité, et si elle a été tuée à cause de son travail journalistique.

C'est le cas dans l'Etat du Veracruz (sud-est), où un homme présenté comme un journaliste, José Luis Gamboa, a été retrouvé mort poignardé le 10 janvier, ont indiqué lundi plusieurs sources.

Reporters sans frontière et la Commission d'Etat pour la protection des journalistes ont demandé aux enquêteurs de prendre en compte son statut de journaliste.

«Gamboa avait dénoncé et critiqué fortement les autorités locales pour leur relation avec le crime organisé», d'après RSF.

Sur son compte suivi par 1.070 abonnés, la victime se présentait comme le «directeur général» de trois publications en ligne. Dans l'un de ses derniers articles publiés fin décembre - en fait un long éditorial -, José Luis Gamboa dénonçait des acteurs politiques «liés au crime organisé».

Le Mexique est considéré comme l'un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes, exposés aux représailles des cartels de narcotrafiquants à l'oeuvre dans plusieurs des 32 Etats du pays.

Une centaine de journalistes ont été tués depuis 2000, d'après des chiffres de la Commission des droits de l'homme.


Ukraine: l'Otan renforce la défense en Europe de l'Est

Les partenaires de l'OTAN mènent des manœuvres et des exercices, le 20 décembre 2021. A quelques milles nautiques de là, un navire russe les observe sans intervenir, à bonne distance mais sans aucune discrétion. (Didier Lauras/AFP)
Les partenaires de l'OTAN mènent des manœuvres et des exercices, le 20 décembre 2021. A quelques milles nautiques de là, un navire russe les observe sans intervenir, à bonne distance mais sans aucune discrétion. (Didier Lauras/AFP)
Short Url
  • «Ces unités, dirigées respectivement par le Royaume-Uni, le Canada, l'Allemagne et les États-Unis, sont multinationales et prêtes au combat», assure l'Alliance
  • «Leur présence indique clairement qu'une attaque contre un Allié sera considérée comme une attaque contre toute l'Alliance», avertit l'Otan

BRUXELLES, Belgique : Les pays de l'Otan ont placé des forces en attente et envoyé des navires et des avions de combat pour renforcer leur défense en Europe de l'Est face aux activités militaires de la Russie aux frontières de l'Ukraine, a annoncé lundi l'Alliance dans un communiqué.

«L'OTAN continuera de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger et défendre tous les Alliés, y compris en renforçant la partie orientale de l'Alliance. Nous répondrons toujours à toute détérioration de notre environnement de sécurité, notamment en renforçant notre défense collective», a expliqué le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

«Le Danemark envoie une frégate dans la mer Baltique et s'apprête à déployer quatre avions de chasse F-16 en Lituanie pour soutenir la mission de police aérienne de longue date de l'Otan dans la région», indique le communiqué.

«L'Espagne envoie des navires rejoindre les forces navales de l'Otan et envisage d'envoyer des avions de combat en Bulgarie», ajoute le communiqué.

«La France s'est déclarée prête à envoyer des troupes en Roumanie sous le commandement de l'Otan. Les Pays-Bas envoient deux avions de chasse F-35 en Bulgarie à partir d'avril pour soutenir les activités de police aérienne de l'Otan dans la région, et mettent un navire et des unités terrestres en attente pour la Force de réaction de l'Otan», détaille le communiqué.

«Les États-Unis ont également clairement indiqué qu'ils envisageaient d'accroître leur présence militaire dans la partie orientale de l'Alliance», précise l'Otan.

«Depuis l'annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014, l'Otan a renforcé sa présence dans la partie orientale de l'alliance, notamment avec quatre groupements tactiques multinationaux en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne», rappelle l'Otan.

«Ces unités, dirigées respectivement par le Royaume-Uni, le Canada, l'Allemagne et les États-Unis, sont multinationales et prêtes au combat», assure l'Alliance.

«Leur présence indique clairement qu'une attaque contre un Allié sera considérée comme une attaque contre toute l'Alliance», avertit l'Otan.  Il n'y avait pas de forces de l'Otan dans la partie orientale de l'Alliance avant 2014, rappelle le communiqué.