Liban: L'Aïd dans le plus grand dénuement

Un volontaire distribue de la nourriture aux personnes dans le besoin à l'organisation Lebanese Grassroots dans le quartier de Mar Mikhael à Beyrouth, qui a été durement touché par l'explosion du port l'année dernière, le 24 mars 2021. (ANWAR AMRO / AFP)
Un volontaire distribue de la nourriture aux personnes dans le besoin à l'organisation Lebanese Grassroots dans le quartier de Mar Mikhael à Beyrouth, qui a été durement touché par l'explosion du port l'année dernière, le 24 mars 2021. (ANWAR AMRO / AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 12 mai 2021

Liban: L'Aïd dans le plus grand dénuement

  • «Le ramadan a toujours été une occasion de se retrouver en famille, de recevoir frères, sœurs et parents. Cela n’est plus le cas actuellement»
  • «J’ignore comment je parviens tous les soirs à mettre de la nourriture sur ma table. Cela relève du miracle»

BEYROUTH: Tous les après-midi du mois du ramadan, Amina, 50 ans, mère de 8 enfants, habitant Nabaa, un bidonville au nord de Beyrouth, se rend chez un marchand des quatre-saisons situé non loin de chez elle. Amina cherche dans diverses caisses des légumes invendus, à moitié pourris, que le marchand lui offre gracieusement. Certains jours, il lui prépare même un sac qu’elle emporte à la maison pour tenter de faire une salade à ses enfants. 

liban
Le marchand de quatre saisons à Nabaa, chez qui Amina tente de s'approvisionner. (Photo Patricia Khoder).

 

«Tout est désormais difficile, je me demande ce que nous ferons pour la fête. Les enfants certes n’auront pas de nouveaux vêtements et il n’y aura pas de viande à notre table. Déjà maintenant, il nous est difficile de manger. Chaque repas d’iftar est un casse-tête pour moi. »

Amina

Dans un Liban qui sombre chaque jour de plus en plus dans la pauvreté, le mois du jeûne et la fête du fitr n’ont plus le même goût. La livre libanaise a perdu 90 % de sa valeur face au dollar et plus d’un Libanais sur deux vit désormais sous le seuil de pauvreté. 

Entre la pandémie de coronavirus et la crise que traverse le Liban, le mois du ramadan et la fête du fitr, tout comme Noël et Pâques, ne sont plus cette année dans ce pays multiconfessionnel, synonyme de joie et de retrouvailles. Les familles souffrant de la chute vertigineuse de la livre libanaise se posent une seule et unique question: «Qu’allons-nous mettre sur notre table?».

Q
Des personnes passent devant des oignons de printemps disposés sur le capot d'une vieille voiture par un colporteur, le dernier jour avant le début du mois sacré musulman du Ramadan pendant la pandémie de coronavirus COVID-19, dans la rue Abu al-Foz principalement habitée par des réfugiés syriens et palestiniens-syriens, dans le camp palestinien de Baddawi, à la périphérie de la ville portuaire de Tripoli. (Ibrahim CHALHOUB / AFP)

Dans un marché de fruits et légumes du même quartier, Hicham, trentenaire, installé à la caisse raconte: «Les ventes baissent d’un mois à l’autre. C’est comme si ce n’était pas le mois du ramadan. Les clients ne sont pas regardants sur la qualité des produits, ils veulent tout simplement le moins cher. Souvent, je vois des personnes incapables d’acheter tous les ingrédients nécessaires pour préparer un fattouch (salade traditionnelle du ramadan)». 

«J’ai remarqué aussi que les gens ne reçoivent plus pour la fête. Ils n’ont pas les moyens d’offrir à manger à leurs invités. Le ramadan a toujours été une occasion de se retrouver en famille, de recevoir frères, sœurs et parents. Cela n’est plus le cas actuellement».

Hicham

L’isolement vient donc s’ajouter à la pauvreté. 

«Chacun mange chez soi. Durant tout ce mois, je n’ai pas invité la famille de mon beau-frère qui vit au-dessus de chez nous. L’année dernière et toutes les années précédentes étaient bien différentes. Nous étions pauvres bien sûr, mais pas autant», note de son côté Tarab, 35 ans et mère de trois enfants. «J’ignore comment je parviens tous les soirs à mettre de la nourriture sur ma table. Cela relève du miracle», s’exclame-t-elle. 

Ce soir, Tarab a confectionné du riz offert par sa voisine. Ses enfants et son mari boiront du jus acheté à crédit. «Ma fille âgée de 16 ans n’aime pas les lentilles et pourtant c’est ce que nous mangeons presque tous les soirs. Elle observe le jeûne et en soirée elle mange très peu car elle n’aime pas les féculents. Nous ne pouvons nous permettre de manger que des lentilles, des fèves et des pommes de terre, et cela même avant le ramadan. Ma fille a perdu treize kilos en trois mois», dit-elle.

La crise, qui dure depuis de longs mois, s’est fait encore plus sentir pendant le mois du ramadan, durant lequel les familles avaient la coutume de préparer de nombreux plats, quatre au moins: une soupe, une salade, un plat chaud avec de la viande et du riz et un dessert. 

Q
Une femme fait griller du poulet près d'une tombe, alors qu'elle prépare le repas de rupture du jeûne "Iftar", consommé après le coucher du soleil pendant le mois sacré musulman du Ramadan, dans le cimetière de Ghoraba (étrangers), nommé d'après le quartier où il est situé dans la ville portuaire de Tripoli, au nord du Liban, le 14 avril 2021, où résident de nombreuses familles marginalisées. (Ibrahim CHALHOUB / AFP)

 

«Nous n’avons pas mangé de poulet ni aucune viande depuis plus de quatre mois et nous ne pouvons pas acheter légumes et fruits régulièrement».

Nagham

Beaucoup aussi comptent sur l’aumône pour survivre durant ce mois, de nombreuses associations distribuant des plats chauds pour la rupture du jeûne. 

Dans la Bekaa, Aicha, 46 ans, vit sous une tente avec son mari handicapé et ses huit enfants. Cette Syrienne originaire du district d’Alep travaille par intermittence dans les champs. «Je suis payée 6 000 livres la journée (environ 0,50 dollar: 1 dollar = 0,82 euro). Cela me permet d’acheter deux sacs de pain. Trois fois par semaine, je reçois des plats chauds d’une association. Même si la quantité n’est pas vraiment suffisante pour dix, cela permet aux enfants de changer un peu des pommes de terre que nous mangeons tous les jours et d’avoir un semblant de plat de fête», dit-elle.

Le Liban abrite 1,5 million de réfugiés syriens et palestiniens et de travailleurs migrants, marginalisés depuis leur arrivée dans le pays. La chute de la livre libanaise n’a fait qu’aggraver leur pauvreté. Certains rêvent de rentrer chez eux alors que d’autres, comme les Libanais qui voient leur pays sombrer, attendent un miracle qui ne viendra pas.


L'Arabie saoudite jugera Ebrahim Raïssi, sur «ses actions concrètes», selon le ministre des Affaires étrangères du Royaume

Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Le prince saoudien Faisal ben Farhan rencontrant son homologue autrichien, Alexander Schallenberg, lors de sa visite officielle à Vienne (SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal se dit «très préoccupé» par les questions restées sans réponse concernant le programme nucléaire iranien
  • Selon le ministre autrichien des Affaires étrangères, les attaques des Houthis contre l'Arabie saoudite sont inacceptables

RIYAD: L'Arabie saoudite jugera le gouvernement du président iranien élu, Ebrahim Raïssi, sur «ses actions concrètes», a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères du Royaume. 

«De notre point de vue, la politique étrangère en Iran est de toute façon dirigée par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. Ainsi, nous basons notre approche et notre interaction avec l'Iran sur des actions concrètes, et c’est justement ce sur quoi nous fonderons notre jugement en ce qui concerne le nouveau gouvernement, quelle que soit la personne en charge», a affirmé le prince Faisal ben Farhan, lors d'une conférence de presse qu’il a tenue avec son homologue autrichien, au cours de sa visite officielle dans la capitale, Vienne. 

Il s'est dit «très préoccupé» par les questions toujours sans réponses concernant le programme nucléaire iranien, une référence claire à l’organisme de surveillance nucléaire de l'ONU, toujours à la recherche d’explications sur l'origine des particules d'uranium trouvées en Iran sur des sites non déclarés. 

L'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe continuent de faire pression sur l'Iran au sujet de son programme nucléaire qui, selon Téhéran, est entièrement pacifique, ainsi qu’au sujet de ses missiles balistiques. Les agences de renseignement américaines et l'Agence internationale de l'énergie atomique pensent que l'Iran avait un programme d'armes nucléaires secret et coordonné qu'il a arrêté en 2003. 

Raïssi, un juge de la ligne dure, qui a obtenu une victoire électorale attendue samedi, a déclaré lundi qu'il souhaitait améliorer les relations de l’Iran avec ses voisins arabes du Golfe. 

Par ailleurs, le ministre autrichien des Affaires étrangères, Alexander Schallenberg, a condamné les attaques continues des Houthis contre des civils en Arabie saoudite, qualifiant ces agressions d'«inacceptables». 

Le prince Faisal a déclaré que la milice houthie a régulièrement rejeté les initiatives pour un cessez-le-feu total et a toujours procédé à une escalade de la situation. 

Farhan a précisé que l'Arabie saoudite et l'Autriche partageaient une «vision similaire» concernant la stabilité de la région. Schallenberg a affirmé que son pays soutenait les développements en cours en Arabie saoudite dans divers secteurs. 

Le prince Faisal s'est entretenu avec Schallenberg au ministère autrichien des Affaires étrangères, où les deux parties ont discuté des opportunités de coopération, du développement des relations bilatérales et des moyens de les développer dans divers domaines, surtout à la lumière de la Vision 2030 du Royaume, a indiqué le ministre saoudien des Affaires étrangères. 

Ils ont également discuté des moyens d'améliorer leur coordination commune, visant à servir les intérêts des deux pays, ainsi que des développements régionaux et internationaux les plus importants. 

(Avec Reuters) 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Les Yéménites saluent l’inscription des Houthis sur la liste noire de l’ONU

Un combattant yéménite soutenu par la coalition arabe se sert de son arme lors d’affrontements meurtriers avec la milice houthie sur la ligne de front de Kassara, près de Marib (Fichier/AP)
Un combattant yéménite soutenu par la coalition arabe se sert de son arme lors d’affrontements meurtriers avec la milice houthie sur la ligne de front de Kassara, près de Marib (Fichier/AP)
Short Url
  • La milice soutenue par l’Iran est accusée de « crimes contre l’enfance ».
  • Des politiciens, défenseurs des droits de l’homme et journalistes yéménites ont salué le boycott des Nations unies et ont appelé les différents pays à faire de même

ALEXANDRIE: Des Yéménites de tous les milieux ont salué l’inscription des Houthis, soutenus par l’Iran, sur la liste noire des Nations unies pour avoir tué des enfants dans ce pays déchiré par la guerre, et ont renouvelé leurs appels à des mesures plus sévères à l’encontre des miliciens, notamment leur désignation comme organisation terroriste. 

Des politiciens, défenseurs des droits de l’homme et journalistes yéménites, qui préconisent depuis longtemps de dénoncer les Houthis pour les mauvais traitements infligés aux enfants, ont salué le boycott des Nations unies et ont appelé les différents pays à faire de même. 

« Les graves violations commises par la milice houthie contre les civils au cours des six dernières années équivalent à des crimes de guerre contre l’humanité, principalement contre les enfants », a déclaré lundi à Arab News Mohammed Ahmed Al-Omda, directeur du Yemen Human Rights and Freedoms Network, une ONG yéménite qui documente les atteintes aux droits de l’homme commises par les Houthis. 

« Cette désignation est la seule arme qui puisse faire pression sur les Houthis pour qu’ils mettent fin aux crimes et aux violations contre les enfants yéménites », a-t-il affirmé. 

Fuad Al-Mansouri, PDG de Development Media, a réclamé que les Houthis soient désignés comme une organisation terroriste pour avoir menacé la sécurité régionale et internationale. 

« La milice houthie est un groupe terroriste selon les différentes définitions du terrorisme. Elle prend pour cible des rassemblements de civils au Yémen et en Arabie saoudite, et menace les lignes maritimes internationales », a indiqué M. Al-Mansouri à Arab News. 

Vendredi, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a ajouté les Houthis à une liste noire pour avoir tué et blessé des enfants. 

Les miliciens yéménites ont été inclus dans le rapport du secrétaire général des Nations Unies sur les enfants et le conflit armé pour avoir maltraité et recruté des enfants depuis 2016. 

Les Yéménites ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour remercier l’ONU d’avoir inscrit les Houthis sur leur liste noire et pour rappeler à la communauté internationale les crimes commis par les Houthis contre les enfants. 

Partageant des images choquantes d’enfants blessés ou morts, des dizaines de militants, de journalistes, d’hommes politiques et de particuliers yéménites ont déclaré que la milice avait tué et blessé des milliers d’enfants yéménites et en avait recruté des milliers d’autres de force. 

Abdel Basit Al-Baher, porte-parole de l’armée yéménite à Taiz, a souligné que les bombardements intensifs des Houthis sur les zones résidentielles du pays tuent les jeunes Yéménites tandis que la milice « fait un lavage de cerveau aux enfants yéménites ». 

« Physiquement, les Houthis tuent les enfants yéménites avec des armes, mais ils leur font également du mal mentalement en élevant une génération extrémiste sur la rancune et la haine », a déploré le responsable militaire dans un tweet. 

Eyad Al-Sharabe, journaliste yéménite et défenseur des droits de l’homme, a précisé que les Houthis abusent des enfants sous leur contrôle en leur faisant subir un lavage de cerveau. Les enfants sont ensuite entraînés et envoyés sur le champ de bataille. Par ailleurs, les enfants qui vivent dans les zones contrôlées par le gouvernement voient leurs maisons et leurs écoles visées par des missiles, des obus de mortier et des drones chargés d’explosifs. 

« Les enfants ne sont pas épargnés. Ils sont poussés vers les incinérateurs de la mort, et bombardés dans des zones qui ne sont pas contrôlées par les Houthis », poursuit-il. 

Partageant des images d’enfants abattus par les Houthis, les militants yéménites ont raconté qu’en août 2020, un sniper de la milice avait tué Ruwaida Saleh, huit ans, alors qu’elle allait chercher de l’eau dans la ville de Taiz, et a tiré sur les personnes qui se sont précipitées pour la secourir. 

D’autres militants yéménites ont partagé des photos de Lian, la fillette de cinq ans qui a été brûlée vive lors d’une frappe meurtrière des Houthis dans la ville centrale de Marib le 6 juin. 

Cette désignation est la seule arme qui puisse faire pression sur les Houthis pour qu’ils mettent fin aux crimes et aux violations contre les enfants yéménites. 

Mohammed Ahmed Al-Omda 

« Quiconque parle de l’humanité des Houthis est inhumain. Que veulent les Houthis criminels de l’enfance ? » a demandé sur Twitter Walid Al-Rajhy, directeur du Saba Media Center, basé à Marib. 

Les groupes de défense des droits de l’homme relèvent les exactions commises par les Houthis à l’encontre des enfants, ainsi que la mort, la mutilation et le recrutement forcé de milliers d’enfants yéménites depuis début 2015. 

Le Yemen Human Rights and Freedoms Network a recensé 20 977 violations commises par les Houthis contre des enfants yéménites, alors que la répression et les opérations militaires des rebelles ont entraîné le déplacement de 43 000 enfants supplémentaires entre janvier 2017 et mars 2021. 

Ces violations comprennent des meurtres, des enlèvements, des déplacements forcés et la privation d’éducation et de soins médicaux pour les enfants. Au cours de ces quatre années, la milice a tué 343 enfants, dont 31 nourrissons. 

Les tirs de mortier des Houthis ont tué 287 enfants et les mines terrestres en ont tué 136 autres, selon l’organisation. 

L’organisation a également précisé que 1 716 enfants avaient perdu la vie au cours des combats avec les Houthis. 

Nadwa Al-Dawsari, analyste yéménite spécialisée dans les conflits, a mentionné que l’inscription des Houthis sur la liste noire était accueillie favorablement par les Yéménites, qui la considèrent comme une reconnaissance internationale des crimes commis par les miliciens. 

« Le recrutement d’enfants, l’endoctrinement de masse et la pose de mines terrestres qui ont causé la mort et la mutilation de milliers de personnes, principalement des enfants, ne constituent que quelques exemples de la manière dont les Houthis abusent systématiquement des enfants, détruisant ainsi l’avenir des générations à venir », a ajouté l’analyste. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Les sites web de télévisions iraniennes et houthies diffusent un message affirmant qu'ils ont été saisis par les États-Unis

Le message indiquait que les sites avaient été «saisis par le gouvernement des États-Unis […] dans le cadre d'une mesure judiciaire appliquée par le Bureau of Industry and Security, Office of Export Enforcement et le Federal Bureau of Investigation» (AN)
Le message indiquait que les sites avaient été «saisis par le gouvernement des États-Unis […] dans le cadre d'une mesure judiciaire appliquée par le Bureau of Industry and Security, Office of Export Enforcement et le Federal Bureau of Investigation» (AN)
Short Url
  • Les sites web iraniens de Press TV et Al-Alam TV, ainsi que la télévision Al-Masirah des Houthis du Yémen, affirment qu'ils ont été saisis par le gouvernement américain
  • Il n'est pas clair s’il s’agit d’une cyberattaque ou d’une mesure prise par les États-Unis

LONDRES: Les sites web iraniens de Press TV et Al-Alam TV, ainsi que la télévision Al-Masirah des Houthis du Yémen, affirment qu'ils ont été saisis par le gouvernement américain. 

Il n'est pas clair s’il s’agit d’une cyberattaque ou d’une mesure prise par les États-Unis. 

Le message indiquait que les sites avaient été «saisis par le gouvernement des États-Unis […] dans le cadre d'une mesure judiciaire appliquée par le Bureau of Industry and Security, Office of Export Enforcement et le Federal Bureau of Investigation». 

À suivre... 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com