En Amérique latine, les immigrés vénézueliens pris entre le marteau et l'enclume

Certains pays ont toutefois lancé des opérations d'intégration de leurs immigrés. (Photo, AFP)
Certains pays ont toutefois lancé des opérations d'intégration de leurs immigrés. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 mai 2021

En Amérique latine, les immigrés vénézueliens pris entre le marteau et l'enclume

  • Selon les statistiques, 3,1 des 5,5 millions d'immigrants sont sans papiers ou pas en règle
  • On accuse désormais les «Venecos» de l'insécurité, du chômage, des déficits publics, des problèmes dans les hôpitaux, et même des divorces

CARACAS: «La vérité sur les Vénézuéliens? Qu'on les vire tous comme des rats». Ce tweet fielleux est l'un de ceux recensés par le Baromètre de la xénophobie, mis en place par des universitaires et des ONG en Colombie pour suivre «la haine» contre les immigrés vénézuéliens.

Le rejet des Vénézuéliens qui ont émigré massivement de leur pays va grandissant en Amérique latine dans un contexte économique morose et de pandémie de coronavirus. 

Les départs de quelque 5,5 millions de vénézuéliens ont commencé après l'élection de Nicolas Maduro, héritier de Hugo Chavez décédé en 2013, et se sont intensifiés en 2014-2015. Le flux s'est ralenti mais ne s'est pas tari avec une hyperinflation synonyme de chute vertigineuse du pouvoir d'achat et huit années de récession économique.

«Au début, il y avait une immigration d'une classe moyenne, qui voyageait en avion, avait des papiers, des économies», explique Claudia Vargas Ribas, professeure de l'université Simon Bolivar de Caracas qui indique que la crise a ensuite poussé les classes pauvres vers une émigration plus précaire. 

«Le pire c'est le Pérou»

Selon les statistiques, 3,1 des 5,5 millions d'immigrants sont sans papiers ou pas en règle. 

«Quand ils venaient avec de l'argent on ne parlait pas des Vénézuéliens. Maintenant qu'ils travaillent au noir, sollicitent les services de santé ou d'éducation (...) il y a un certain rejet (...) des discours discriminants avec des traces de xénophobie», explique la chercheuse spécialiste des migrations.

On accuse désormais les «Venecos» d'être responsables de l'insécurité, de la délinquance, du chômage, des déficits publics, des problèmes dans les hôpitaux, et même des divorces !

Des discours xénophobes sont apparus au Chili, en Equateur, au Brésil, ou au Pérou.

Juan Emilio L., ouvrier vénézuélien de 31 ans, a fini par s'installer sans papiers au Chili après être passé par la Colombie, l’Equateur et le Pérou. 

«Ici au Chili, c'est plus fermé et c'est difficile d'avoir des papiers mais ils te laissent travailler et ne t'embêtent pas, ne te rejettent pas comme dans d'autres pays», raconte-t-il. 

«Le pire c'est le Pérou. Là-bas, ils ne peuvent pas nous voir même en peinture», dit-il. 

De nombreuses vidéos de Vénézuéliens se faisant insulter dans la rue circulent sur le web. 

Le Pérou, qui ne comptait que 60 000 Vénézuéliens avant la crise, en accueille désormais 1,2 million. 

Le président Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018), actif sur le plan diplomatique contre le président Maduro, puis son successeur Martin Vizcarra, avaient ouvert les frontières aux Vénézuéliens. Mais depuis 2019, les autorités ont resserré la vis alors que le débat faisait irruption sur la scène politique. 

La lutte contre l’immigration a été au centre de la campagne présidentielle de 2021. Pedro Castillo, un nationaliste de gauche qui sera au deuxième tour le 6 juin, a promis d'expulser tous les clandestins dans les 72 heures suivant son éventuelle accession au pouvoir. «Que Maduro vienne chercher ses compatriotes délinquants (...) le 28 juillet (date de l'investiture), je prendrai un décret», a-t-il lancé.

La Colombie ou le Chili ont déjà médiatisé l'expulsion de Vénézuéliens en situation irrégulière ou ayant commis des délits.

Statut de réfugiés?

Claudia Vargas souligne l'écart entre le discours politique et la réalité des actes au Chili: «tu renvoies dans son pays une personne dont tu as dit dans ton discours politique qu'il courait un risque dans ce même pays». 

Certains pays ont toutefois lancé des opérations d'intégration de leurs immigrés. Ainsi, en Colombie, le président Ivan Duque, très hostile au pouvoir de Nicolas Maduro, a annoncé un plan de régularisation de près d'un million de migrants vénézuéliens.

La République dominicaine (11 millions d'habitants) espère régulariser les quelque 115 000 Vénézuéliens qu'elle considère comme une main d'oeuvre «qualifiée», selon le directeur de l'immigration Enrique Garcia, dans un pays où l'importante immigration haïtienne est décriée. 

La tendance reste la fermeture, estime Mme Vargas, citant la «militarisation de la frontière» équatorienne ou les exigences administratives comme «les passeports, les extraits de naissance, les timbres fiscaux», qui sont autant de «murs juridiques». 

Pour de nombreux observateurs et ONG, il faudrait accorder le statut de réfugiés aux immigrés vénézuéliens mais «cela représente une trop grande responsabilité juridique, politique et des moyens financiers que les pays n'ont pas», conclut-t-elle.

«Il faut que les pays assument l'option d'intégrer les Vénézuéliens, parce que l'immigration ne va pas s'arrêter tant que les causes demeurent». 


Des leaders de partis souverainistes débattent à Varsovie de leur alliance au sein de l'UE

Une quinzaine de partis souverainistes d'extrême droite et conservateurs, dont le Rassemblement national de Marine Le Pen et le parti polonais Droit et Justice (PiS), signataires en juillet d'une déclaration commune en vue d'une alliance, se réunissent samedi à Varsovie pour débattre de leur vision de l'UE. (Photo, AFP)
Une quinzaine de partis souverainistes d'extrême droite et conservateurs, dont le Rassemblement national de Marine Le Pen et le parti polonais Droit et Justice (PiS), signataires en juillet d'une déclaration commune en vue d'une alliance, se réunissent samedi à Varsovie pour débattre de leur vision de l'UE. (Photo, AFP)
Short Url
  • Mme Le Pen a indiqué aux journalistes que ces formations politiques participent à cette réunion dont l’objectif est de créer «ce grand groupe» au Parlement européen
  • La liste complète des participants n'a pas pourtant été diffusée vendredi par les organisateurs

VARSOVIE: Une quinzaine de partis souverainistes d'extrême droite et conservateurs, dont le Rassemblement national de Marine Le Pen et le parti polonais Droit et Justice (PiS), signataires en juillet d'une déclaration commune en vue d'une alliance, se réunissent samedi à Varsovie pour débattre de leur vision de l'UE.

Mme Le Pen a indiqué aux journalistes que ces formations politiques participent à cette réunion dont l’objectif est de créer "ce grand groupe" au Parlement européen où elles sont actuellement scindées en deux groupes distincts.

"On peut envisager avec optimisme dans les mois qui viennent le débouché si vous voulez de cette force politique" qui, si elle voit le jour, "sera la deuxième force au sein du parlement européen", a déclaré la candidate à l'élection présidentielle en France en avril prochain.

Outre Marine Le Pen et le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini (absent toutefois à Varsovie), figuraient parmi les signataires de la déclaration de juillet le Premier ministre et patron du Fidesz hongrois Viktor Orban, le chef du PiS Jaroslaw Kaczynski, le président de Vox en Espagne Santiago Abascal, et la cheffe de Fratelli d'Italia, Giorgia Meloni, attendus à Varsovie.

La liste complète des participants n'a pas pourtant été diffusée vendredi par les organisateurs.

Au Parlement européen, le RN et la Ligue appartiennent au groupe Identité et Démocratie (ID), tandis que Droit et Justice, Vox et Fratelli d'Italia sont dans le groupe des Conservateurs et réformistes européens (CRE). Le Fidesz, qui a divorcé en mars du groupe du Parti populaire européen (PPE), est lui à la recherche d'autres partenaires.

"C’est un travail de longue haleine de réussir à réunir l’ensemble des mouvements politiques. Ca prend du temps", a reconnu Mme Le Pen, pour qui la rencontre de Varsovie sera une "étape importante".

Les partis signataires de la déclaration en juillet ont insisté la nécessité d'une "réforme profonde" de l'UE, craignant la "création d'un super-État européen".

«Tournant historique»

Selon Ewa Marciniak, politologue de l'Académie polonaise des sciences, les participants tâcheront de "minimiser les différences entre eux", notamment leurs positions parfois divergentes face à Moscou, à l'avortement, au mouvement LGBT, ou leurs affiliations historiques, insistant sur "la volonté commune de retrouver les racines de l’UE, la pensée des pères fondateurs de l’UE".

Des experts polonais évoquent le contexte actuel de la rencontre, avec la création d'une nouvelle coalition gouvernementale en Allemagne, et la signature par Paris et Rome, la semaine dernière, d'un traité de coopération renforcée pour consolider une relation éprouvée ces dernières années, avec pour toile de fond la transition qui s'opère en Europe avec le départ d'Angela Merkel.

"Un des éléments du nouvel accord de coalition en Allemagne évoque la fédéralisation de l’UE", à l'opposé des souhaits des leaders souverainistes, rappelle Ewa Marciniak.

Vendredi, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a considéré qu'il s'agit en ce moment d'un "tournant dans l'histoire de l'Europe, de l'Union européenne, des États membres souverains de l'UE".

"Soit (...) ensemble nous mettrons un barrage à l'usurpation qui concentre le pouvoir entre les mains des élites européennes (...), soit nous serons confrontés à l’extension des compétences (des institutions européennes, ndlr) et à la contraction de ce qu’est l'une des les meilleures inventions de l'humanité, c'est-à-dire des États souverains", a-t-il estimé lors d'une réunion d'experts.

De son côté, Katalin Novak, ministre hongroise de la Famille, a assuré que "l'objectif de Fidesz est de faire en sorte que les personnes nationalistes, pro-liberté, anti-immigration et respectueuses des valeurs familiales traditionnelles soient représentées aussi fortement que possible dans le processus décisionnel européen".

En octobre, Mme Le Pen a déjà rencontré MM. Morawiecki et Orban, pour dénoncer "l'asservissement" de l'UE et la "submersion migratoire".

La Pologne et la Hongrie sont menacées par un mécanisme de l'UE permettant de suspendre le versement de fonds européens en cas de violation des principes de l'Etat de droit, en raison de leurs démêlés récurrents avec Bruxelles sur le respect des valeurs jugées fondamentales au sein de l'Union européenne.


Au Royaume-Uni, les «Christmas parties» mettent le gouvernement dans l'embarras

Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination. Il a aussi à nouveau imposé le port du masque dans les transports et les magasins. (Photo, AFP)
Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination. Il a aussi à nouveau imposé le port du masque dans les transports et les magasins. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pourtant prompt à instaurer de nouvelles restrictions sanitaires aux frontières, le Premier ministre Boris Johnson a enjoint les Britanniques à «continuer comme avant»
  • Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination

LONDRES: Avec le variant Omicron, faut-il maintenir les "Christmas party" au travail ? Le sujet embarrasse le gouvernement britannique, critiqué pour ses directives confuses alors qu'il a organisé une fête pour ses salariés en 2020 quand c'était interdit.

Pourtant prompt à instaurer de nouvelles restrictions sanitaires aux frontières, le Premier ministre Boris Johnson a enjoint les Britanniques à "continuer comme avant" et à ne pas changer leurs plans pour Noël.

"Nous ne voulons pas que les gens aient l'impression qu'ils doivent commencer à annuler des choses", comme les festivités au bureau, a déclaré M. Johnson jeudi, après avoir reçu sa dose de rappel du vaccin contre le Covid-19.

"Il n'y a rien dans les règles qui empêche quiconque d'organiser des fêtes de Noël", a insisté son porte-parole, alors que chacun commençait à s'interroger sur le bien-fondé de la tenue des "Christmas party" au travail, tradition bien anglaise. Des membres de son gouvernement étaient moins affirmatifs.

Figurant parmi les pays les plus touchés par la pandémie avec 145 000 morts, le Royaume-Uni a pour l'instant détecté une quarantaine de cas liés au variant Omicron.

Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination. Il a aussi à nouveau imposé le port du masque dans les transports et les magasins. Sans pour autant limiter les fêtes en intérieur.

«Confus» et «incohérent»

Certains pubs, qui réalisent une grosse partie de leur chiffre d'affaires à Noël car ils accueillent de nombreuses fêtes d'entreprise, enregistrent cependant déjà des annulations.

Le patron de la chaine Young's, Patrick Dardis, accuse les "messages confus et incohérents du gouvernement" qui se sont ajoutés aux craintes qu'une fête de Noël au travail ne prive plus tard les salariés de retrouvailles en famille.

On a conseillé "aux gens d'éviter les interactions sociales", puis "une heure plus tard", le ministre de la Santé Sajid David "disait le contraire", s'insurge-t-il.

Le Premier ministre a lui défendu "une approche équilibrée et proportionnée du risque". "Noël cette année sera considérablement meilleur que Noël l'année dernière", a-t-il affirmé.

Ces critiques interviennent alors que Boris Johnson se trouve accusé d'avoir tenu deux fêtes "arrosées" en décembre 2020 à Downing Street, alors qu'il était pourtant interdit de se retrouver à l'intérieur.

Selon le Daily Mail, 40 à 50 personnes se sont retrouvées "les unes sur les autres" pour une fête de Noël et un pot de départ, où le Premier ministre a donné un discours.

Interrogé par le dirigeant de l'opposition travailliste Keir Starmer au Parlement, Boris Johnson n'a pas nié ces fêtes mais assuré que "toutes les recommandations y avaient été suivies". 

"Le Premier ministre prend les Britanniques pour des imbéciles", a protesté Keir Starmer. Le chef au Parlement du Parti national écossais, Ian Blackford, a accusé Boris Johnson d'avoir "une règle pour lui et une règle pour tous les autres".

M. Johnson a confirmé qu'une fête de Noël se tiendrait cette année à Downing street.

Un responsable du ministère de l'Economie George Freeman a en revanche assuré sur Times Radio que son ministère "ne ferait pas une grande fête".

Il appartient à chaque entreprise de "juger ce qu'il est approprié de faire", a-t-il dit sur la BBC, appelant au bon sens de chacun.

"Quatre ou cinq employés qui travaillent ensemble tous les jours et se réunissent pour boire un verre ne représentent pas un grand risque", a-t-il estimé, contrairement aux "larges fêtes" de "centaines de personnes" organisées par certaines firmes, pas forcément "bien raisonnables, compte tenu de la situation".


Le variant Omicron peut avoir attrapé un morceau de virus du rhume

Les nouvelles découvertes soulignent l'importance de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19. (Photo, Shutterstock)
Les nouvelles découvertes soulignent l'importance de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19. (Photo, Shutterstock)
Short Url
  • Cela pourrait signifier que le virus se transmet plus facilement, tout en ne provoquant qu'une maladie bénigne ou asymptomatique
  • «Vous devez vacciner pour réduire les risques que d'autres personnes immunodéprimées rencontrent le virus SARS-CoV-2»

NEW YORK : Le variant Omicron du virus qui cause la Covid-19 a probablement acquis au moins une de ses mutations en prélevant un extrait de matériel génétique d'un autre virus, probablement celui responsable du rhume, présent dans les mêmes cellules infectées, ont annoncé des chercheurs.

Cette séquence génétique n'apparaît dans aucune version antérieure du coronavirus, appelé SARS-CoV-2, mais elle est omniprésente dans de nombreux autres virus, notamment ceux qui causent le rhume, ainsi que dans le génome humain, ont déclaré les chercheurs.

En insérant cet extrait particulier en lui-même, Omicron pourrait se faire passer pour un virus «plus humain», ce qui l'aiderait à échapper aux attaques du système immunitaire humain, a révélé Venky Soundararajan de Cambridge, Massachusetts, société d'analyse de données, qui a dirigé l'étude publiée jeudi sur le site OSF Preprints.

Cela pourrait signifier que le virus se transmet plus facilement, tout en ne provoquant qu'une maladie bénigne ou asymptomatique. Les scientifiques ne savent pas encore si Omicron est plus infectieux que les autres variants, s'il provoque une maladie plus grave ou s'il dépassera Delta en tant que variant le plus répandu. Cela peut prendre plusieurs semaines afin d’obtenir des réponses à ces questions.

Selon des études antérieures, les cellules des poumons et du système gastro-intestinal peuvent héberger simultanément le SRAS-CoV-2 et les coronavirus du rhume. Une telle co-infection prépare le terrain pour la recombinaison virale, un processus au cours duquel deux virus différents présents dans la même cellule hôte interagissent tout en se reproduisant, générant de nouvelles copies contenant du matériel génétique des deux «parents».

Cette nouvelle mutation aurait pu se produire pour la première fois chez une personne infectée par les deux agents pathogènes lorsqu'une version du SRAS-CoV-2 a récupéré la séquence génétique de l'autre virus, ont expliqué Soundararajan et ses collègues dans l'étude, qui n'a pas encore été évaluée par des pairs.

La même séquence génétique apparaît plusieurs fois dans l'un des coronavirus qui provoque le rhume chez l'homme, connu sous le nom de HCoV-229E, et dans le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) qui cause le sida, a averti Soundararajan.

L'Afrique du Sud, où Omicron a été identifié pour la première fois, a le taux de VIH le plus élevé au monde, ce qui affaiblit le système immunitaire et augmente la vulnérabilité d'une personne aux infections par les virus du rhume et d'autres agents pathogènes. Dans cette partie du monde, a souligné le chercheur, il y a de nombreuses personnes chez qui la recombinaison qui a ajouté cet ensemble omniprésent de gènes à Omicron aurait pu se produire.

«Nous avons probablement raté de nombreuses générations de recombinaisons» qui se sont produites au fil du temps et qui ont conduit à l'émergence de l'omicron, a ajouté Soundararajan.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer les origines des mutations d'Omicron et leurs effets sur la fonction et la transmissibilité. Il existe également des hypothèses concurrentes selon lesquelles le dernier variant pourrait avoir passé un certain temps à évoluer chez un hôte animal.

En attendant, les nouvelles découvertes soulignent l'importance pour les personnes de recevoir les vaccins actuellement disponibles contre la Covid-19, a soutenu Soundararajan.

«Vous devez vacciner pour réduire les risques que d'autres personnes immunodéprimées rencontrent le virus SARS-CoV-2», a conseillé le chercheur.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com