Le prince Harry persiste et signe sur le manque d'empathie de sa famille

Le prince Harry, duc de Sussex, le 2 mai 202, lors de l'enregistrement du concert "Vax Live" au SoFi Stadium à Inglewood, en Californie. Dans une nouvelle série documentaire dont la sortie est prévue le 21 mai 2021, le prince Harry insiste une fois de plus sur le fait que sa famille a fermé les yeux sur les difficultés de sa femme Meghan Markle. (Valerie Macon/AFP)
Le prince Harry, duc de Sussex, le 2 mai 202, lors de l'enregistrement du concert "Vax Live" au SoFi Stadium à Inglewood, en Californie. Dans une nouvelle série documentaire dont la sortie est prévue le 21 mai 2021, le prince Harry insiste une fois de plus sur le fait que sa famille a fermé les yeux sur les difficultés de sa femme Meghan Markle. (Valerie Macon/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 21 mai 2021

Le prince Harry persiste et signe sur le manque d'empathie de sa famille

  • "Je pensais que ma famille m'aiderait, mais toutes les demandes, les requêtes, les signaux ont rencontré un silence ou une indifférence totale", explique Harry dans le documentaire
  • Dans cette série intitulée "The Me You Can't See" ("Le moi que vous ne voyez pas"), qu'il a co-produite avec Oprah Winfrey, Harry dit s'être senti honteux de demander de l'aide à sa famille

NEW YORK : Le prince Harry met de nouveau en cause l'absence d'empathie de sa famille envers lui ou son épouse Meghan Markle, dans une nouvelle série documentaire consacrée à la santé mentale qui sort vendredi sur Apple TV+.

La mise en ligne de la série intervient au lendemain de la publication d'un rapport mettant en cause les méthodes "trompeuses" d'un journaliste de la BBC pour décrocher, en 1995, une interview avec la princesse Diana, mère de Harry. Le journaliste, Martin Bashir, a présenté ses excuses jeudi.

"Je pensais que ma famille m'aiderait, mais toutes les demandes, les requêtes, les signaux ont rencontré un silence ou une indifférence totale", explique Harry dans le documentaire, au sujet des difficultés que sa femme et lui ont rencontrées avant la naissance de leur fils, Archie.

Tous deux avaient déjà raconté avoir souffert de troubles psychologiques. Meghan avait même dit avoir songé mettre fin à ses jours en 2019.

Dans cette série intitulée "The Me You Can't See" ("Le moi que vous ne voyez pas"), qu'il a co-produite avec Oprah Winfrey, Harry dit s'être senti honteux de demander de l'aide à sa famille "parce que, comme beaucoup de gens de mon âge, je savais qu'elle ne m'apporterait pas ce dont j'avais besoin".

S'il ne fait aucune révélation fracassante, le fils cadet du prince Charles et de Diana porte un nouveau coup à la maison Windsor, déjà ébranlée par l'entretien que Meghan et lui avaient accordé à Oprah Winfrey pour la chaîne américaine CBS, début mars.

"Quand j'étais plus jeune, mon père nous disait, à William et moi: ça a été comme ça pour moi, donc ce sera la même chose pour vous", raconte Harry, 36 ans, au sujet de l'agressivité des tabloïds britanniques, friands de rumeurs et scandales sur la famille royale.

"Ça n'a aucun sens", s'emporte le duc de Sussex au sujet de son père, avec qui ses relations sont fraîches. "Ce n'est pas parce que vous avez souffert que vos enfants doivent souffrir aussi. Ça devrait même être le contraire. (...) Faites tout ce que vous pouvez pour transformer en quelque chose de positif les mauvaises expériences que vous avez vécues."

"Faire face"

Une majorité de l'opinion britannique a désormais un avis défavorable sur Harry et Meghan, selon un récent sondage de l'institut YouGov, tandis que la cote de Charles est au contraire remontée en flèche.

Une partie de la presse britannique accuse le couple de dénoncer le comportement des médias, tout en les utilisant pour faire passer ses messages et redorer son image.

Dans cette série, Harry détaille aussi comment sa thérapie, entamée il y a plus de quatre ans, lui a permis de "briser le cycle" et ne pas revivre ce qu'avaient subi son père et surtout sa mère.

"C'est (sa) rencontre, puis (sa) relation avec Meghan" qui l'a poussé à chercher une issue aux troubles psychologiques qui le tourmentaient depuis le décès de Diana, en 1997, lorsqu'il avait 12 ans. "Je savais que si je n'entamais pas une thérapie pour aller mieux, j'allais perdre cette femme avec qui je me voyais passer le reste de ma vie."

Le prince dit avoir ressenti, enfant, de l'"impuissance" à protéger sa mère, perpétuellement pourchassée par les photographes. "J'étais un garçon, mais trop jeune pour aider une femme, ma mère en l'occurrence."

"La thérapie m'a équipé pour faire face à tout", dit-il dans la série, qui évoque plusieurs exemples de personnes connaissant des troubles mentaux, notamment ceux du joueur professionnel de basket DeMar DeRozan ou de la chanteuse Lady Gaga.

Le duc et la duchesse de Sussex avaient annoncé, en janvier 2020, leur intention de se mettre en retrait de leurs fonctions royales, à la surprise générale.

Le couple a emménagé en juillet dernier en Californie, d'où est originaire Meghan Markle.

La rupture est devenue définitive en février 2021, quand la reine Elizabeth II a annoncé que le couple perdrait ses derniers titres.

"Mon plus grand regret", explique Harry dans la série, "est de ne pas avoir pris position, plus tôt dans ma relation avec ma femme, en dénonçant le racisme" contre l'ancienne comédienne, métisse, dans la presse britannique et sur les réseaux sociaux.

Pour lui, la pression des médias était telle qu'"ils (n'allaient) pas s'arrêter avant qu'elle ne meure". Harry craignait "de perdre une autre femme dans sa vie".

Le prince ne revient pas, dans ce chapitre, sur sa propre famille, dont un membre s'était, selon lui, inquiété de la couleur de peau de leur fils avant sa naissance.

L'accusation avait secoué Buckingham Palace, le prince William, frère de Harry, montant au créneau pour affirmer que les Windsor n'étaient "pas du tout une famille raciste".

 

 


Argentine: Des milliers de personnes manifestent à Buenos Aires pour le pouvoir d'achat

Manifestation sur la place Plaza de Mayo devant le palais présidentiel Casa Rosada à Buenos Aires (Photo, AFP).
Manifestation sur la place Plaza de Mayo devant le palais présidentiel Casa Rosada à Buenos Aires (Photo, AFP).
Short Url
  • Parmi leurs revendications figurent une hausse drastique du salaire minimum
  • Les organisations de gauche radicale dénoncent la timidité des mesures sociales du gouvernement

BUENOS AIRES: Plusieurs milliers de personnes ont manifesté mercredi à Buenos Aires, s'apprêtant pour une partie d'entre elles à camper la nuit devant la présidence, pour réclamer une hausse des salaires, à la veille de l'annonce de l'indice d'inflation pour juillet qui devrait rogner encore le pouvoir d'achat.

Les manifestants, à l'appel d'organisations situées à la gauche du gouvernement (centre gauche) d'Alberto Fernandez, ont convergé, sans incidents, vers la Plaza de Mayo, siège de la présidence, et du ministère de l'Economie dans une rue adjacente.

A la tombée de la nuit, quelques centaines de tentes étaient dressées sur la place ou à même la chaussée, des petits feux ou barbecues improvisés en musique, par les manifestants qui demandent à être reçus par le nouveau ministre de l'Economie Sergio Massa depuis une semaine.

Les organisations de gauche radicale dénoncent la timidité des mesures sociales du gouvernement, plus soucieux selon elles de rassurer les marchés financiers que d'amortir le choc inflationniste pour les couches défavorisées.

Parmi leurs revendications figurent une hausse drastique du salaire minimum, de 45.540 pesos (325 dollars au change officiel) à 105.000 pesos (744 dollars), la valeur estimée du panier alimentaire pour une famille de quatre pour se maintenir au-dessus du seuil de pauvreté.

Ils réclament aussi une prime de 20.000 pesos (143 dollars) pour les retraités, les autoentrepreneurs vulnérables, les travailleurs précaires.

"Le ministre (Massa) s'est adressé aux marchés, aux pouvoirs économiques, mais n'a apporté aucune réponse aux secteurs populaires sur la façon d'atténuer un processus inflationniste sans fin", a dénoncé Eduardo Belliboni, dirigeant du Polo Obrero, une des principales organisations au coeur de la manifestation.

Le rassemblement, qui fait suite des mobilisations similaires ces dernières semaines, intervient à la veille de la publication de l'indice d'inflation pour juillet, qui selon les prévisions de plusieurs économistes, pourrait être, autour de 7%, le plus élevé de l'année en cours.

L'économie argentine, notoirement instable, a vécu un mois de juillet particulièrement fébrile, avec la démission surprise du ministre de l'Economie depuis deux ans Martin Guzman, un bref intérim de Silvina Batakis, et des efforts à ce jour vains du gouvernement pour enrayer une inflation à 36,2% pour le premier semestre, 64% sur les douze derniers mois.

Le ministre Massa a annoncé mercredi un coup de pouce (+15,53%) pour les retraites, les allocations familiales, malgré l'objectif de discipline budgétaire auquel s'est engagée l'Argentine dans le cadre de son accord, en mars, avec le FMI pour le refinancement de sa dette.


Le leader nord-coréen proclame une «victoire éclatante» contre la Covid

Des habitants de la capitale nord-coréenne se promènent le long de la rue Sungri à Pyongyang le 27 juillet 2022 (Photo, AFP).
Des habitants de la capitale nord-coréenne se promènent le long de la rue Sungri à Pyongyang le 27 juillet 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Depuis le 29 juillet, Pyongyang n'a signalé aucun nouveau cas de Covid-19
  • La Corée du Nord s'est longtemps vantée de sa capacité à se prémunir du virus

SEOUL: Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a proclamé mercredi une "victoire éclatante" sur la Covid-19, après presque deux semaines sans aucun cas officiellement enregistré.

Présidant une réunion avec des personnels de santé et des scientifiques, Kim Jong Un s'est félicité de cette "victoire (...) dans la guerre contre la maladie pandémique maligne", selon l'agence de presse officielle KCNA.

"La victoire remportée par notre peuple est un événement historique qui a montré une fois de plus au monde la grandeur de notre État, la ténacité indomptable de notre peuple et les belles coutumes nationales dont nous sommes fiers", a ajouté le dirigeant nord-coréen, cité par l'agence.

La Corée du Nord, l'un des premiers pays au monde à fermer ses frontières en janvier 2020 après l'apparition du virus dans la Chine voisine, s'est longtemps vantée de sa capacité à se prémunir du virus.

Pyongyang a annoncé son premier cas de coronavirus le 12 mai et Kim Jong Un a pris personnellement en main la lutte contre l'épidémie.

Depuis le 29 juillet, Pyongyang n'a signalé aucun nouveau cas.

La Corée du Nord a enregistré près de 4,8 millions d'infections depuis la fin avril, avec seulement 74 décès, soit un taux de létalité officiel de 0,002%, selon KCNA.

Les hôpitaux du pays sont notoirement sous-équipés, avec peu d'unités de soins intensifs et aucun traitement ou vaccin contre le coronavirus n'est disponible, selon les experts.

La Corée du Sud voisine, qui dispose d'un système sanitaire performant et d'un fort taux de vaccination au sein de sa population, affiche par comparaison un taux de mortalité de 0,12%, selon les chiffres officiels.


Mali: Le gouvernement confirme le bilan de 42 soldats tués à Tessit, deuil national de 3 jours

Des manifestants à Ouagadougou soutiennent l'armée au pouvoir (Photo, AFP).
Des manifestants à Ouagadougou soutiennent l'armée au pouvoir (Photo, AFP).
Short Url
  • Le gouvernement a annoncé un deuil national de trois jours en hommage aux victimes civiles et militaires
  • Le secteur de Tessit est situé du côté malien de la zone des trois frontières, dans une immense région rurale non contrôlée par l'Etat

BAMAKO: Le gouvernement de transition au Mali a annoncé mercredi un deuil national de trois jours après avoir confirmé la mort dimanche de 42 soldats maliens lors d'une attaque attribuée à des jihadistes dans le nord-est du pays, près des frontières du Burkina Faso et du Niger, un assaut au cours duquel l'armée a "neutralisé 37 terroristes".

L'armée a "réagi vigoureusement à une attaque complexe et coordonnée" à Tessit au cours de laquelle elle a eu "42 morts et 22 blessés" dans ses rangs, faisant aussi état de "37 terroristes neutralisés" et plusieurs de leurs équipements "abandonnés" lors de "plusieurs heures de combat", selon ce nouveau bilan publié par le gouvernement dans un communiqué transmis à l'AFP. Le précédent bilan faisait état de 17 soldats et 4 civils tués.

Le gouvernement a annoncé un deuil national de trois jours "en hommage aux victimes civiles et militaires lors de l'attaque terroriste perpétrée à Tessit", dans un communiqué distinct.

Le secteur de Tessit, situé du côté malien de la zone des trois frontières, dans une immense région rurale non contrôlée par l'Etat, est fréquemment le théâtre d'affrontements et d'attaques.

La localité et son camp militaire ont déjà souvent été attaqués par le passé. En mars 2021, 33 soldats avaient été tués dans une embuscade tendue par des combattants du groupe Etat islamique au grand Sahara (EIGS) tandis qu'ils effectuaient une relève.