Coupures de courant en Iran, sécheresse et minage informatique en cause

Le réseau est surchargé sous l'effet de la sécheresse, mais aussi par une «hausse des températures et un nouveau phénomène: le minage de cryptomonnaies», écrit l'agence Isna (Photo, AFP)
Le réseau est surchargé sous l'effet de la sécheresse, mais aussi par une «hausse des températures et un nouveau phénomène: le minage de cryptomonnaies», écrit l'agence Isna (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 23 mai 2021

Coupures de courant en Iran, sécheresse et minage informatique en cause

  • Dans certaines provinces, comme à Téhéran, la compagnie de distribution d'électricité locale a annoncé un programme de coupures par quartiers pendant la journée
  • Selon certaines estimations, la République islamique représenterait entre 5 et 10% du minage de bitcoin à l'échelle mondiale

TÉHÉRAN: Téhéran et plusieurs villes d'Iran sont soumises à des coupures d'électricité que des responsables et des médias locaux attribuent dimanche à la conjonction d'une sécheresse et d'une forte demande de courant pour des activités énergivores de minage informatique. 

Depuis samedi, plusieurs quartiers de Téhéran ont été affectés par des délestages de plus de deux heures, ont constaté des correspondants. 

Selon des médias d'Etat, ces délestages ont aussi touché les provinces d'Alborz et de Khorassan-é Razavi (Nord) ainsi que des grandes villes comme Ispahan (Centre) ou Chiraz (Sud), perturbant l'activité économique.  

Dans certaines provinces, comme à Téhéran, la compagnie de distribution d'électricité locale a annoncé un programme de coupures par quartiers pendant la journée. 

Le réseau est surchargé sous l'effet de la sécheresse (qui fait baisser le niveau des lacs de retenue alimentant les nombreux barrages hydroélectriques du pays), mais aussi par une « hausse des températures (au-dessus des normes saisonnières) et un nouveau phénomène: le minage de cryptomonnaies », écrit l'agence Isna en citant le directeur de la compagnie nationale d'électricité, Hassan Motévalizadeh. 

Les délestages ne sont pas rares en Iran, pays aride, lors des pics de chaleur des mois d'été. Mais ils surviennent plus tôt cette année. 

Selon un récent rapport gouvernemental, les Iraniens pourraient se voir imposer des restrictions d'eau dans les mois qui viennent pour cause de faibles précipitations au cours des derniers mois. 

Depuis plusieurs mois, des responsables iraniens accusent des centres de minage pirate de profiter du bas prix de l'électricité en Iran et de tirer trop fort sur le réseau pour alimenter la puissance de calcul informatique nécessaire au minage de cryptomonnaies comme le bitcoin. 

Selon certaines estimations, la République islamique représenterait entre 5 et 10% du minage de bitcoin à l'échelle mondiale. 

A Téhéran, les coupures de samedi ont été fatales pour »deux des meilleurs » joueurs d'échecs iraniens qui disputaient en ligne un championnat asiatique au siège de la fédération iranienne, selon l'agence officielle Irna. 

Ils « sont rentrés à leur hôtel en pleurant », écrit Isna en citant le chef de la fédération, Mohsen Samizadeh. 

Selon la télévision d'Etat, des générateurs de secours ont été installés au siège de la fédération en vue des matchs de dimanche dans lesquels sont engagés plusieurs autres joueurs iraniens. 


Algérie: la justice annule des poursuites contre une figure du Hirak

Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Karim Tabbou, l'une des figures les plus en vue sinon la plus connue du « Hirak », à sa sortie de prison le 2 juillet 2020, à l'extérieur de la prison de Kolea près de la ville de Tipasa. (Photo, AFP)
Short Url
  • Karim Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour «atteinte à la sûreté nationale»
  • «Cette décision mérite d'être saluée», a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme

ALGER: Un tribunal algérien a annulé lundi une condamnation à un an de prison avec sursis à l'encontre de Karim Tabbou, figure du mouvement pro-démocratie Hirak, faisant valoir qu'il avait déjà été jugé par une autre Cour pour la même accusation.

"La Cour de Tipaza (ouest d'Alger) a décidé l'extinction des poursuites contre Karim Tabbou", car l'affaire a déjà été jugée pour le même chef d'accusation "d'atteinte à la sûreté nationale" par la Cour d'Alger, a indiqué le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

"Cette décision mérite d'être saluée", a réagi Said Salhi vice-président de la ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).

M. Tabbou avait été condamné en première instance le 7 décembre 2020 à un an de prison avec sursis pour "atteinte à la sûreté nationale". Lors du procès en appel le 27 septembre devant la Cour de Tipaza, le procureur avait requis trois ans de prison ferme.

Mais les avocats de M. Tabbou ont dénoncé une "violation de la loi", arguant que leur client avait été condamné à la même peine et pour le même chef d'inculpation lors d'un précédent procès et ne pouvait donc pas, selon la loi algérienne, être jugé de nouveau sous la même accusation.

M. Tabbou, 47 ans, avait en effet été condamné en appel par la Cour d'Alger le 24 mars 2020 à un an de prison ferme pour le même chef d'"atteinte à la sûreté nationale", en raison d'une vidéo publiée sur la page Facebook de son parti dans laquelle il critiquait l'ingérence de l'armée dans les affaires politiques, peine qu'il a déjà purgée. 

Chef d'un petit parti d'opposition non agréé par les autorités, l'Union démocratique et sociale (UDS), il est l'un des visages les plus populaires du Hirak, mouvement antisystème inédit né en février 2019.

Par ailleurs, Karim Tabbou a été placé le 29 avril sous contrôle judiciaire à la suite d'une altercation avec Bouzid Lazhari, le président du Conseil National des droits de l'Homme (CNDH), un organisme officiel. L'affaire n'a pas encore été jugée.

Plus de 200 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie en lien avec la contestation et/ou les libertés individuelles. Des poursuites fondées, pour beaucoup, sur des publications sur Facebook critiquant les autorités, d'après le CNLD.


Incendie à Djebel Ali à Dubaï, rapidement maîtrisé

Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali. (Twitter: @DXBMediaOffice)
Short Url
  • Aucune victime n’a été signalée
  • Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination des déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali

DUBAÏ: Les équipes de la défense civile de Dubaï ont maîtrisé un incendie qui s’est déclaré dans un site d’élimination de déchets pétroliers dans la zone industrielle de Djebel Ali, située loin des usines de la zone, a indiqué le bureau des médias de Dubaï.

Sur le site, une forte fumée due à la combustion de déchets pétroliers a été observée dans une partie déserte de la zone industrielle.

Aucune victime n’a été signalée.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï accueille 23 000 visiteurs en une journée

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. (AN, Farah Heiba)
Short Url
  • Le nombre total de visites du pavillon saoudien est à plus de 200 000
  • Le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati

DUBAÏ: Le pavillon saoudien à l’Expo 2020 de Dubaï a accueilli 23 000 visiteurs en une journée, ce qui porte le nombre total de visites à plus de 200 000, a rapporté l’agence de presse saoudienne officielle SPA.

Le commissaire général du pavillon saoudien, l’ingénieur Hussein Hanbaza, a remarqué que le pavillon a attiré l’attention des visiteurs grâce à ses sections et activités qui reflètent la richesse humanitaire ainsi que les composantes civiles et de développement du Royaume. 

Le pavillon propose aux visiteurs un contenu diversifié reposant sur quatre piliers principaux: la nature, le patrimoine, la biocommunauté et les opportunités économiques que le pays offre au monde. Des spectacles de folklore populaire ont également eu lieu dans le deuxième plus grand pavillon du site de l’exposition.

Par ailleurs, le Dr Khaled ben Hussein al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, a visité les pavillons saoudien et émirati. Il a été reçu par l’ambassadeur saoudien aux Émirats arabes unis, Turki ben Abdallah al-Dakhil, et le chef du pavillon saoudien, M. Hanbaza.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com