Menart Fair expose l'art moderne et contemporain de la région Mena à Paris

Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Photo Hakima Bedouani
Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Photo Hakima Bedouani
Short Url
Publié le Vendredi 28 mai 2021

Menart Fair expose l'art moderne et contemporain de la région Mena à Paris

  • Après le succès de Beirut Art Fair, au Liban, Laure d’Hauteville, associée à Paul de Rosen, lance Menart Fair Paris, un événement qui met à l’honneur plus de 70 artistes de la région Mena
  • Menart Fair organisée à la fois en présentiel et en ligne, expose des œuvres singulières, originales et diverses dans la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr

PARIS : Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris.

Après dix ans de succès de Beirut Art Fair, au Liban, Laure d’Hauteville, associée à Paul de Rosen, lance Menart Fair Paris, un événement qui met à l’honneur plus de 70 artistes venus de 14 pays: Maroc, Algérie, Tunisie, Syrie, Liban, Palestine, Israël, Jordanie, Irak, Iran, Arabie saoudite, Qatar, Émirats arabes unis et Yémen. Ils seront représentés par 22 galeries d’art françaises ou du monde arabe.

menart
Menart Fair, la première foire internationale d’art moderne et contemporain de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (Mena), se tient du 27 au 30 mai à l’hôtel particulier de la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Photo Hakima Bedouani

 

Des scènes artistiques méconnues de l’Occident

Laure d’Hauteville explique à Arab News en français que l’événement fait suite à la dernière édition de Beirut Art Fair, qui s’est déroulée fin septembre 2019. Pour elle, il était impossible de l’organiser dans un pays dévasté par une grave crise économique et l’explosion du 4 août, qui a détruit une grande partie du centre-ville. «Je ne voulais pas que Beirut Art Fair meure. En raison de la situation au Liban, nous avons décidé d’aller à la rencontre du public en organisant une foire dédiée à la région Mena à Paris. En Europe, on connaît très mal les pays arabes. Souvent, on les associe au terrorisme, aux attentats et aux explosions, on ne parle que de politique», confie la fondatrice de Menart Fair. «On parle beaucoup moins de la création artistique. Pourtant, les artistes de cette région ont un talent inouï, leur créativité est très forte.»

Les artistes de cette région ont un talent inouï, leur créativité est très forte.

Laure d’Hauteville

Française qui vit dans le monde arabe depuis plus de trente ans, Laure d’Hauteville connaît parfaitement la scène artistique du monde arabe, en particulier celle des pays du Levant, mais également les spécialistes de l’art en France. Passionnée par sa culture et son histoire, elle souhaite servir de médiatrice auprès des publics français et européens, pour expliquer le contexte historique de la scène artistique arabe. Elle estime que le public français doit comprendre que l’art moderne a évolué différemment dans le monde arabe. «Dans l’Hexagone, l’art moderne s’est développé entre 1845 et 1860, alors que dans le monde arabe, il a débuté plus tard, dans les années 1950 à 1980. Il existe un décalage temporel, car nous n’avons simplement pas la même histoire», explique-t-elle. «Menart Fair souhaite témoigner du dynamisme et de l’effervescence culturelle de la région Mena. Menart Fair deviendra “une bombe d’art”», se réjouit Laure d’Hauteville.

Une effervescence culturelle dans la région Mena

Des œuvres singulières, originales et diverses sont exposées dans la maison de ventes Cornette de Saint-Cyr, un lieu à taille humaine, propice aux échanges entre professionnels de l’art et un public enthousiaste à l’idée de retrouver des sorties culturelles. Ce lieu intimiste permet en effet d’être proche des œuvres, et invite à la découverte des différents arts représentés: peintures, sculptures, dessins, ou encore vidéos. 

menart
Ce lieu intimiste permet en effet d’être proche des œuvres, et invite à la découverte des différents arts représentés: peintures, sculptures, dessins, ou encore vidéos. Photo Hakima Bedouani

Pour Johanna Chevalier, directrice artistique de Menart Fair, la petite foire composée de 22 galeries permettra aux visiteurs de prendre le temps d’observer les différentes œuvres. «ll est important de conceptualiser, de restituer les artistes dans le temps pour dépasser une simple lecture esthétique. Pour répondre à ces attentes, les galeries sélectionnées proposent des choix éclectiques», souligne-t-elle. «Menart Fair témoigne de la richesse de l’inspiration des artistes, et fait découvrir la diversité des cultures de cette région très riche ethniquement, que le public français et européen ne connaît pas. Notre prochaine édition devrait se dérouler à Bruxelles. De futures éditions sont prévues à Paris et dans d’autres villes européennes.»

«Menart Fair témoigne de la richesse de l’inspiration des artistes, et fait découvrir la diversité des cultures de cette région très riche ethniquement, que le public français et européen ne connaît pas.»

Johanna Chevalier

Des choix éclectiques

Selon les organisateurs, «cette première foire, organisée en présentiel et en ligne, expose des scènes artistiques parfois méconnues de collectionneurs et d’amateurs européens», et a pour objectif de «susciter un dialogue entre les différentes cultures de ces régions, aussi riches que distinctes les unes des autres».

David Daoud, artiste peintre et sculpteur franco-libanais, formé à l’École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris, notamment par le célèbre sculpteur Charles Auffret, représenté par la galerie Cheriff Tabet, expose un travail intemporel, qui parle d’exodes et de voyages. «Ce sont des œuvres qui nous interrogent avec des symboles allégoriques ou mythologiques.» Il précise qu’elles sont conçues avec des tonalités chaudes et froides. «Je créé en fonction de mon état d’âme du moment, de mon énergie et de mes sensations, avec des légendes humaines, avec les couleurs chaudes. Je donne un cœur à la toile.»

david daoud
David Daoud, artiste peintre et sculpteur franco-libanais, formé à l’École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris, notamment par le célèbre sculpteur Charles Auffret, représenté par la galerie Cheriff Tabet, expose un travail intemporel, qui parle d’exodes et de voyages. Photo Hakima Bedouani.

Mark Hachem, galeriste libanais, présent à Beyrouth, Paris et New York, présente des artistes égyptiens, libanais, irakiens et syriens. Il considère la nouvelle formule de Menart Fair «très intéressante pour attirer l’attention vers cette partie du monde». «L’idée de faire partie de cette exposition à Paris est extraordinaire, parce qu’actuellement, la scène artistique libanaise souffre en raison de problèmes politiques. C’est une chance, pour nous artistes, de pouvoir présenter leurs œuvres à Paris dans un contexte de découverte de la scène artistique moyen-orientale. Ce n’est pas si fréquent dans la capitale française», assure-t-il.

marc
Mark Hachem, galeriste libanais, présent à Beyrouth, Paris et New York, présente des artistes égyptiens, libanais, irakiens et syriens. Photo Hakima Bedouani

Mark Hachem a fait le choix d’exposer Hamed Abdalla (1917-1985), un artiste égyptien engagé, considéré par ses pairs comme précurseur de l’art moderne de la région. Issu d’un milieu modeste, dans l’Égypte des années 1950, Hamed Abdalla propose une expression artistique honnête et authentique de son pays.

«Ses œuvres mettent en scène des fellahins (“paysansʺ), des gens modestes», explique Mark Hachem. Hamed Abdalla est le premier à avoir utilisé l’alphabet arabe sous une forme anthropomorphique, une technique qui consiste à donner une forme à la calligraphie. Car, ajoute-t-il, «le mot n’est pas seulement une expression qu’on lit, on peut aussi l’observer et ressentir des émotions, avant même de lire et comprendre son sens». Il se réjouit que les grands collectionneurs s’intéressent à Hamed Abdalla. «Certains d’entre eux s’arrachent ses œuvres lors de ventes aux enchères aujourd’hui devenues rares.»   

 


Cannes: «Tori et Lokita», plaidoyer des frères Dardenne pour les mineurs étrangers

L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants»
  • «Tori et Lokita» se distingue grâce à ses deux acteurs principaux

CANNES: Déjà auréolés de deux Palmes d'Or, les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne tentent un triplé inédit avec "Tori et Lokita", un drame en forme de plaidoyer pour les enfants exilés, présenté mardi, dans la pure tradition de ces pilliers du cinéma social.

Humiliations, exploitation sexuelle et professionnelle : Tori et Lokita, un enfant hébergé dans un foyer et une adolescente, inséparables depuis leur rencontre sur les routes de l'exil, tentent de survivre dans un environnement qui ne veut pas d'eux.

Pour envoyer de l'argent à leur famille et payer leur dette aux passeurs, ils doivent vendre de la drogue pour un restaurateur italien, qui les tient sous sa coupe. Leur espoir ? Que Lokita obtienne des papiers et puisse leur offrir une vie meilleure, avant que l'on ne découvre leur secret: ils ne sont pas frère et soeur.

"Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants, ces adolescents qui sont des êtres fragiles dans nos sociétés", a expliqué à l'AFP Jean-Pierre Dardenne, pour la neuvième fois en compétition avec son frère Luc.

"La réponse à cette cruauté, à cette violence dans le film, c'est leur amitié (...) L'amitié est ce qui vous sauve, ce qui vous permet de survivre et de rire (...) C'est ce qui les maintient en vie", poursuit-il. "Pas une déclaration politique", selon ses réalisateurs, le film, dans un style épuré, est un appel pour une meilleure prise en charge de ces jeunes exilés, livrés à eux-mêmes.

"Notre cinéma, c'est quand même de regarder comment va le monde. Il nous a semblé que la fragilité de ces enfants, de leur situation, qu'à travers leur histoire, c'était une façon de regarder le monde d'aujourd'hui", ajoute le réalisateur, titulaire comme son frère d'une Palme d'Or pour Rosetta, en 1999, et pour L'Enfant (2005).

Allant à l'essentiel, d'une structure linéaire, "Tori et Lokita" se distingue grâce à ses deux acteurs principaux : Joely Mbundu (Lokita) et Pablo Schils (Tori), tous deux non professionnels. "Moi, je n’ai pas considéré ça comme du travail, plutôt comme un jeu, parce que je me suis bien amusé. Franchement, ils se sont adaptés par rapport à mon âge", a confié Pablo Schils.


Pour l'Ukrainien Loznitsa, le boycott systématique des artistes russes est «grotesque»

Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes
  • Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes

CANNES: Le cinéaste ukrainien Sergei Loznitsa, venu présenter mardi sur la Croisette son nouveau film, a manifesté son opposition au boycott des artistes russes en raison de leur nationalité, malgré la "dévastatrice" invasion russe en Ukraine, lors d'un entretien à l'AFP.

L'habitué de Cannes avec des films comme "Maïdan", sur la révolution ukrainienne, ou "Donbass", se démarque de nombre de ses compatriotes. Il a été écarté de l'Académie cinématographique d'Ukraine en mars pour avoir refusé de mettre tous les artistes russes dans le même panier.

Décider qui sont les bons et les mauvais est "grotesque", a affirmé le réalisateur, venu présenter "The Natural History of Destruction, un documentaire sur la destruction des villes allemandes par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Cette attitude est inhumaine". "Comment définissez-vous le concept de russe? Etes-vous Russe en raison de votre passeport, de votre citoyenneté? De votre ethnie? C'est une pente glissante", a-t-il lancé.

"Je suis fermement convaincu qu'on doit juger les gens sur leurs déclarations, leurs actions individuelles et non en fonction de leurs passeports. Chaque cas individuel doit être jugé sur ses propres mérites".

Certaines voix se sont élevées contre la présence du Russe Kirill Serebrennikov, en compétition au 75e Festival de Cannes, avec son film "La femme de Tchaikovski". En rupture avec le régime, le réalisateur et metteur en scène de théâtre vit désormais à Berlin où il s'est installé depuis l'invasion russe en Ukraine.

Même s'il a condamné la guerre, certaines personnalités ukrainiennes du 7e art lui reprochent d'avoir accepté des financements de l'oligarque russe Roman Abramovitch.

"On me pose la question du rôle d'Abramovitch qui détient un des fonds qui a financé mon film. Abramovitch, c'est quelqu'un qui a beaucoup aidé les projets d'art contemporain, les ONG (...) et c'est quelqu'un qui a été dans les négociations entre l'Ukraine et la Russie", a-t-il expliqué récemment à l'AFP.

A la suite de l'invasion russe en Ukraine, le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes qui défendent la ligne du Kremlin au sujet de l'Ukraine.

Mais, son délégué général Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes: "il y a des Russes artistes, journalistes, qui ont quitté la Russie. Kirill Serebrennikov est un homme qui a considéré que s'il ne quittait pas la Russie, il se rendait complice de cette guerre".


Sky News Arabia lance une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe

(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • SNABusiness.com couvrira l’actualité et les analyses économiques et des affaires
  • SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public

 

ABU DHABI: Sky News Arabia a lancé une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe, SNABusiness.com, qui propose des flashs infos, des analyses économiques et des reportages approfondis.

Le lancement de cette plate-forme répond à «la demande des consommateurs en matière de renseignements et d’informations économiques objectifs et concrets», selon un communiqué publié par la société.

Youssef Tsouri, directeur de l’information de Sky News Arabia, explique à Arab News que la nouvelle plate-forme avait été créée en réponse à «l’appétit croissant pour l’actualité des affaires».

«Au cours des dernières années, nous avons constaté une augmentation considérable du nombre de visiteurs de la section actualités des affaires de notre site principal, notamment au sein de la jeune génération arabe, qui est investie dans son avenir et recherche donc des informations plus approfondies et plus pertinentes», dit-il.

«C’est dans cet esprit que nous avons lancé la plate-forme d’actualités des affaires afin de fournir une couverture plus approfondie en vue d’offrir à la fois aux chefs d’entreprise et au grand public une valeur ajoutée dans le paysage économique actuel», ajoute-t-il. 

La publication numérique couvrira tous les sujets relatifs aux affaires et à l’économie dans tous les secteurs, y compris les technologies financières, l’énergie et le pétrole, le tourisme, l’immobilier et l’agriculture, entre autres.

SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public, précise M. Tsouri.

Le site comprendra des contenus divers, notamment des rapports, des vidéos et des interviews exclusives. SNABusiness.com vise à présenter des données complexes d’une manière facile à comprendre grâce à des graphiques, des infographies et des vidéos numériques.

«Grâce à sa population jeune et technophile, le monde arabe possède l’une des économies numériques les plus avancées au niveau mondial, de nombreux pays du Moyen-Orient étant les premiers à adopter des technologies numériques de pointe», observe M. Tsouri.

«Le site d’actualités des affaires et ses réseaux sociaux sont complétés par les secteurs d’activité et les programmes sur notre canal linéaire.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com