Exposition en Suisse en hommage à l'architecte irako-britannique Zaha Hadid

L'architecte irakienne Zaha Hadid dans son bureau de Londres, Royaume-Uni, vers 1985. (GettyImages)
L'architecte irakienne Zaha Hadid dans son bureau de Londres, Royaume-Uni, vers 1985. (GettyImages)
Short Url
Publié le Vendredi 04 juin 2021

Exposition en Suisse en hommage à l'architecte irako-britannique Zaha Hadid

  • Cinq ans après la mort de l'architecte irako-britannique, l’exposition intitulée «Zaha Hadid: Abstracting the Landscape», est une célébration de son génie
  • Zaha Hadid est devenue la «reine de la courbe» en raison de son approche peu conventionnelle consistant à concevoir des bâtiments imposants et spacieux à l’aspect futuriste

DUBAΪ: Lorsque l'architecte pionnière irako-britannique Zaha Hadid décède subitement il y a cinq ans à l'âge de 65 ans, d'innombrables hommages sincères affluent sur les réseaux sociaux. Mais une image se démarque de manière poignante, nous rappelant à quel point elle était accomplie grâce à son œuvre audacieuse: dans ce dessin, Zaha Hadid porte un manteau volumineux recouvert d'un collage de ses bâtiments incurvés emblématiques. Avec un sourire doux et la tête inclinée, elle embrasse presque ses créations, une main sur son cœur, comme s'il s'agissait de ses enfants. Chacun incarnait un objectif et un caractère distincts, prêts à affronter le monde.

Zaha Hadid est devenue la «reine de la courbe» en raison de son approche peu conventionnelle consistant à concevoir des bâtiments imposants et spacieux à l’aspect futuriste. Elle a exploré des formes flottantes, nerveuses et angulaires ou oniriques qui semblaient défier la gravité. «Le monde n'est pas un rectangle», disait-elle.

L'architecte britannique vétéran sir Peter Cook a dit un jour à propos de Zaha Hadid: «Je pense qu'elle a beaucoup apporté à l'architecture. Elle a conçu des formes que nous n'aurions jamais imaginées.» Au cours de sa carrière de plusieurs décennies, elle a créé des projets multifonctionnels dans le monde entier, du pont cheikh Zayed d'Abou Dhabi au centre Heydar-Aliyev de Bakou, en passant par le spacieux musée Maxxi de Rome et l'opulent opéra de Guangzhou en Chine.

zaha
Mathias Rastorfer et Zaha Hadid. (Fourni)

Derrière cette personnalité confiante et mondialement connue, se cache une innovatrice éternellement curieuse dont la réputation a été mal interprétée par les critiques.

«On m'a demandé tellement de fois comment je pouvais travailler avec elle alors qu'elle était si agressive. En vingt-cinq ans, elle n'a jamais été agressive avec moi», déclare à Arab News Mathias Rastorfer, PDG suisse de la galerie Gmurzynska basée à Zurich et ami de longue date de Zaha Hadid. «Zaha était une personne très sensible – très délicate à l'intérieur et très dure à l'extérieur. Si vous étiez une personne qui lui faisait perdre son temps, elle devenait agressive parce que son temps était une denrée précieuse. C'est devenu une technique pour elle de repousser les gens qui ne faisaient que profiter de sa renommée.»

Afin de célébrer le cinquième anniversaire du décès de Zaha Hadid, la galerie Gmurzynska accueille une exposition intitulée «Zaha Hadid: Abstracting the Landscape», qui se déroule jusqu'au 31 juillet. Elle explore une sélection polyvalente et rarement vue de ses œuvres, remontant au début de sa carrière dans les années 1980.

zaha
Table Mesa. (Fourni)

«Nous voulions montrer qu'on ne peut pas mettre Zaha dans une seule boîte. Elle a fait de l'architecture, des objets et du design», explique Mathias Rastorfer. L’exposition comprend un double bougeoir en résine, un tapis en textile touffeté à la main, un jeu d'échecs «Field of Towers» et un bureau de réception en fibre de verre blanc, fabriqué en 2021 par la société éponyme.

Un certain nombre d'esquisses et de toiles originales de l’architecte sont également incluses, nous permettant de comprendre son processus de réflexion pour les projets qu'elle avait en tête pour diverses villes et de mettre en valeur son côté artistique. «Zaha était une artiste, même si elle le niait», confie M. Rastorfer.

L'exposition montre également comment Zaha Hadid a été profondément influencée par l'art du début du XXe siècle, notamment l'avant-garde russe qui a donné naissance au suprématisme, un mouvement artistique axé sur la géométrie. L’autre influence majeure fut l'Allemand Kurt Schwitters, un dadaïste. En effet, l'un des derniers projets de Mme Hadid avant sa mort est inspiré par une œuvre de Schwitters, Merzbau, une installation massive ressemblant à un collage d'objets trouvés qui a été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale.

«Quand on pense à l'avant-garde russe, c'est le seul mouvement artistique du début du XXe siècle dans lequel les hommes et les femmes étaient littéralement égaux», explique Mathias Rastorfer. «Vous aviez Varvara Stepanova et Lyubov Popova côte à côte avec Kazimir Malevich et El Lissitzky. C'est certainement une chose qui l'a fascinée. Le suprématisme, dans son concept, est un espace illimité car il flotte dans le cosmos. Ainsi, vous connectez la terre au cosmos et vous la reliez à un ensemble illimité de possibilités – vous n'êtes pas lié par des spécifications. Le suprématisme lui a permis d'accéder à cet ensemble au potentiel illimité sans être restreint par les moyens traditionnels.»

zaha hadid
Tapis touffeté à la main Cellular – avec console Liquid Glacial

Mathias Rastorfer considère les bâtiments de Zaha Hadid comme des sculptures cinétiques. «Dans un sens, c’est en mouvement», dit-il. «Le suprématisme est bidimensionnel et statique, mais l'idée est en mouvement et je pense que c'est ce qu'elle voulait faire en architecture.» Et c'est ce qu'elle a fait, même si certains ont qualifié son travail de peu pratique ou de trop coûteux. Plusieurs projets importants de l’architecte ont été annulés. Alors, d'où vient cette volonté intérieure de continuer?

«Toute personne créative qui a un coup de génie sait que sa vision est imparable. Parce qu'une fois que vous l’arrêtez, elle meurt», explique Mathias Rastorfer.

Il suggère également que son enfance, nourrie par ses parents avant-gardistes et amateurs d'art à Bagdad, où elle est née en 1950, a joué un rôle énorme.

En 1980, elle ouvre son cabinet londonien Zaha Hadid Architects, qui emploie actuellement des centaines de personnes. En tant que femme dans un domaine dominé par les hommes, elle a brisé de nombreux préjugés, devenant la première femme à remporter le prestigieux prix Pritzker et la médaille d'or royale pour l'architecture.

Comme Zaha Hadid l'a admis, être une femme – en particulier une femme arabe – en Occident, comportait de nombreux défis.

zaha
1986 croquis pour Office Building West Berlin. (Fourni)

«Vous n’imaginez pas l'énorme résistance à laquelle j'ai été confrontée simplement parce que je suis arabe, et femme de surcroît. C'est une épée à double tranchant. Au moment où ma féminité est acceptée, l'arabité semble devenir un problème», a-t-elle déclaré au Guardian en 2012. «J'ai franchi l’obstacle, mais ça a été un très long combat. Cela m'a rendue plus dure et plus précise – et peut-être que cela se reflète dans mon travail.»

Elle n’appréciait pas particulièrement pour autant d'être qualifiée de «femme architecte», selon Mathias Rastorfer. «Pour elle, cela n'avait pas d'importance», souligne-t-il. «Que vous soyez homme ou femme n’avait aucune importance, quoi qu’il en soit, vous étiez architecte.»

Et, comme cette exposition le montre clairement, Zaha Hadid excellait dans ce domaine. À mesure que le nombre de ses créations internationales augmentait, sa renommée croissait également, ce qui lui a valu le titre de «starchitecte».

«Quand vous pensez au terme “top model” des années 1980, il y avait cinq mannequins», explique M. Rastorfer. «Zaha fait partie des “starchitectes”, aux côtés de Norman Foster, Frank Gehry, Richard Meier… Au cours de sa vie, les architectes sont devenus des superstars et je pense qu'elle en est en partie la raison.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A la fashion week de Milan, Kim Kardashian collabore avec Dolce & Gabbana

Les créateurs de mode italiens Domenico Dolce (à droite) et Stefano Gabbana reconnaissent les applaudissements de la personnalité médiatique américaine Kim Kardashian à la fin de la présentation de la collection de mode féminine printemps-été 2023 de Dolce & Gabbana, le 24 septembre 2022, dans le cadre de la Semaine de la mode à Milan. (AFP).
Les créateurs de mode italiens Domenico Dolce (à droite) et Stefano Gabbana reconnaissent les applaudissements de la personnalité médiatique américaine Kim Kardashian à la fin de la présentation de la collection de mode féminine printemps-été 2023 de Dolce & Gabbana, le 24 septembre 2022, dans le cadre de la Semaine de la mode à Milan. (AFP).
Short Url
  • Un rendez-vous attendu par les fans qui étaient nombreux à se presser devant le Métropol, le quartier général de la maison italienne, dans l’espoir de voir la star Kim Kardashian
  • Les mannequins ont défilé sur une musique rythmée pour dévoiler la collection intitulée «Ciao Kim», dont les pièces ont été choisies par la star de la téléréalité dans les archives de la maison des années 1987 à 2007

MILAN : Le quatrième jour de la Fashion week milanaise a été marqué par la présentation de la collection de Dolce & Gabbana conçue en collaboration avec Kim Kardashian.

Un rendez-vous attendu par les fans qui étaient nombreux à se presser devant le Métropol, le quartier général de la maison italienne, dans l’espoir de voir la star.

L'évènement avait été annoncé à grand renfort de campagne publicitaire et de posts sur les réseaux sociaux.

En toile de fond de tout le défilé, la projection d’un film en noir et blanc de Kim, blonde platine, qui déguste un plat de pâtes au restaurant.

Le tout au ralenti et entrecoupé de gestes anodins comme s’essuyer la bouche ou se servir un bout de pain qui, exécutés par l’américaine, composent une fascinante performance.

Les mannequins ont défilé sur une musique rythmée pour dévoiler la collection intitulée "Ciao Kim", dont les pièces ont été choisies par la star de la téléréalité dans les archives de la maison des années 1987 à 2007.

Elles comprennent donc des rééditions ou des pièces historiques telles que des combinaisons intégrales et des robes ultra-moulantes, des corsets et de la lingerie transparente ou en dentelles, mais aussi des looks plus streetwear, jeans tailles basses et crop tops.

Dans la salle, Kris Jenner, la mère de Kim, sa fille North et l’une de ses sœurs étaient au premier rang pour applaudir la reine des réseaux sociaux venue saluer d'une révérence en fin de défilé, en compagnie des deux créateurs, Domenico Dolce et Stefano Gabbana.


Pharoah Sanders, grand prêtre du jazz mystique, mort à 81 ans

 La légende du jazz Pharoah Sanders est décédé samedi, selon son label. (Photo: Getty Images)
 La légende du jazz Pharoah Sanders est décédé samedi, selon son label. (Photo: Getty Images)
Short Url
  • «Nous sommes anéantis d'annoncer que Pharoah Sanders s'est éteint», a indiqué le label Luaka Bop dans un communiqué.
  • Il avait exploré le saxophone jusqu'aux confins de son timbre, puisant dans les traditions orientales, indiennes et africaines pour transformer sa musique en expérience mystique

PARIS : Pharoah Sanders, l'une des figures les plus créatives du jazz, qui avait embrassé l'influence des musiques africaine et indienne, est mort samedi. Il avait 81 ans.

Son label Luaka Bop a indiqué dans un communiqué qu'il s'était "éteint paisiblement" à Los Angeles, entouré de sa famille et de ses proches.

Il avait exploré le saxophone jusqu'aux confins de son timbre, puisant dans les traditions orientales, indiennes et africaines pour transformer sa musique en expérience mystique.

Avec ses saxophones qu'il malmenait, usant des embouchures par centaines à force de les ronger, criant dans le pavillon de ses instruments ou les faisant vibrer sous la puissance de son souffle continu, il a élargi encore davantage les horizons du free jazz, mouvement né à la fin des années 1950 qui a libéré les improvisations des contraintes harmoniques.

Pharoah Sanders est considéré comme l'un des héritiers du grand John Coltrane, mort prématurément en 1967, et dont il avait signé quelques solos agressifs dans le dernier album "Live in Japan", sorti de manière posthume en 1973.

Mais Sanders, qui jouait également de l'alto et du saxophone soprano, ne faisait pas l'unanimité et n'a jamais atteint la popularité de Coltrane ou d'Ornette Coleman, qui voyait pourtant en lui "probablement le meilleur joueur de saxophone ténor au monde".

Le son qu'il produisait, évoluant entre stridence et volupté, l'a consacré comme l'un des maîtres du jazz spirituel. Ce courant, au sortir des sixties, voulait rassembler les sociétés divisées par les tensions raciales, sociales et politiques sur une terre sonore où l'on prêcherait paix et bonheur pour tous dans un joyeux syncrétisme religieux.

Son emblématique "The Creator has a master plan", morceau de près de 33 minutes tiré de son album "Karma" (1969), en est devenu l'un des hymnes: on l'y entend -- et on l'y voit, les yeux quasiment révulsés -- entrer dans une transe où il semble exorciser ses démons avant d'atteindre une forme d'extase.

Farrell "Pharoah" Sanders est né le 13 octobre 1940 à Little Rock (Arkansas) dans une famille modeste baptiste. Il joue de la clarinette dans l'orchestre de son école réservée aux Noirs puis fréquente les boîtes blues de la ville, accompagnant des virtuoses de passage comme Junior Parker. En 1959, il déménage à Oakland (Californie), où il rejoint différents groupes de rhythm and blues sous le nom de Little Rock.

Voyage spirituel

Il croise John Coltrane, son idole, qui joue en ville avec le quintet de Miles Davis. Il a alors une idée fixe, rejoindre New York, où il arrive en 1961. Il y vend son sang pour survivre, dort dans le métro jusqu'à sa rencontre avec Sun Ra, mystérieux pianiste et compositeur de jazz, passionné par l'égyptologie et les ovnis.

Sun Ra et Coltrane l'intègrent à leur groupe et il prend un nouveau nom, Pharoah. Après la mort de Coltrane, Pharoah Sanders continuera d'enregistrer en leader.

"Mon son est grave: beaucoup parmi les jeunes ont un son éclatant mais, moi, j'aime qu'il soit grave avec plus de rondeur, de profondeur et de ressenti", décrit-il en 1996 dans un entretien avec le San Francisco Chronicle.

Sanders, reconnaissable entre tous avec sa longue barbiche devenue blanche et son fez, fait une brève incursion dans la pop en 1971 avec son album "Thembi", en hommage à sa femme.

Mais c'est surtout en dehors des Etats-Unis qu'il trouve son inspiration. En 1969, il s'inspire du mysticisme africain, en particulier du soufisme, dans "Jewels of Thought". Des années plus tard, il collabore dans "The Trance of Seven colors" avec Mahmoud Guinia, musicien marocain maître de la musique gnawa. En 1996, son album "Message from Home" explore la musique traditionnelle ghanéenne.

Il s'intéresse également aux musiciens indiens comme Bismillah Khan qui fit connaître le shana, sorte de hautbois joué dans les processions indiennes, et Ravi Shankar, qui popularisa le sitar.

"Je veux emmener les gens en voyage spirituel; je veux les bousculer, les stimuler. Puis les ramener sur terre, sereins", disait-il.


Décès de l'actrice américaine Louise Fletcher

L'actrice Louise Fletcher assiste à la première réception de la saison 2 de "Shameless" de Showtime à Haus Los Angeles le 5 janvier 2012 à Los Angeles, Californie. David Livingston/Getty Images/AFP (Photo de David Livingston / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / Getty Images via AFP)
L'actrice Louise Fletcher assiste à la première réception de la saison 2 de "Shameless" de Showtime à Haus Los Angeles le 5 janvier 2012 à Los Angeles, Californie. David Livingston/Getty Images/AFP (Photo de David Livingston / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / Getty Images via AFP)
Short Url
  • Née le 22 juillet 1934 à Birmingham, en Alabama (États-Unis), Louise Fletcher avait utilisé la langue des signes pour remercier ses parents tous deux sourds en recevant son Oscar
  • Son rôle le plus marquant a été celui de l'infirmière Mildred Ratched dans «Vol au-dessus d'un nid de coucou», dont le personnage principal était interprété par Jack Nicholson

WASHINGTON: L'actrice américaine Louise Fletcher, Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans le film "Vol au-dessus d'un nid de coucou" de Milos Forman (1975), est décédée en France à l'âge de 88 ans, ont rapporté vendredi des médias américains.

Louise Fletcher, qui avait deux fils, est décédée chez elle, à Montdurausse dans le Sud de la France, selon Variety et Deadline, citant des sources dans son entourage.

Née le 22 juillet 1934 à Birmingham, en Alabama (États-Unis), Louise Fletcher avait utilisé la langue des signes pour remercier ses parents tous deux sourds en recevant son Oscar.

Son rôle le plus marquant a été celui de l'infirmière Mildred Ratched dans "Vol au-dessus d'un nid de coucou", dont le personnage principal était interprété par Jack Nicholson et qui lui a également valu le Golden Globe et le BAFTA de la meilleure actrice.

Elle a ensuie joué dans des films comme "The Player" de Robert Altman ou "L'Exorciste 2".

Mais Fletcher était aussi une figure de la télévision américaine, tournant dans des séries comme "Les Incorruptibles" ou "Star Trek: Deep Space Nine".

Elle est nommée aux Emmy Awards pour ses rôles dans les séries télévisées "Picket Fences" (1996) et "Joan de Arcadia" (2004).

Louise Fletcher avait encore joué dans deux épisodes du show de Netflix "Girlboss" en 2017, selon IMDb.com.