Entre mes mains: «À Dubaï, nous sommes loin des stéréotypes que les gens imaginent parfois»

«Lorsqu’il a fallu choisir un objet qui représente mon lien aux Émirats arabes unis, j’ai immédiatement pensé à la nourriture.  J’ai découvert le sirop de datte en goûtant les luqaimat, des pâtisseries arabes dont je raffole, et depuis je l’utilise dans de nombreuses recettes.»
«Lorsqu’il a fallu choisir un objet qui représente mon lien aux Émirats arabes unis, j’ai immédiatement pensé à la nourriture. J’ai découvert le sirop de datte en goûtant les luqaimat, des pâtisseries arabes dont je raffole, et depuis je l’utilise dans de nombreuses recettes.»
Short Url
Publié le Vendredi 04 juin 2021

Entre mes mains: «À Dubaï, nous sommes loin des stéréotypes que les gens imaginent parfois»

  • Originaire de Tahiti, Marie-Dominique Dupuy vit à Dubaï depuis 2012, après Londres et Paris. Loin de la douceur tropicale, elle travaille dans l’univers exigeant et très masculin du contrôle aérien
  • Marie-Dominique Dupuy: «J’ai été attirée par des lieux qui me permettaient de voyager facilement, de rencontrer des personnes de tous horizons. Dubaï était donc une continuité de Londres, avec le soleil en plus!»

Marie-Dominique Dupuy: sirop de dattes, Tahiti & aviation

Ses longs cheveux noirs de jais rappellent les vahinés de Tahiti, dont elle est originaire, et qu’elle a quittée à l’âge de 18 ans. Après Paris et Londres, Marie-Dominique Dupuy vit à Dubaï depuis 2012. Loin de la douceur tropicale, elle travaille dans l’univers exigeant et très masculin du contrôle aérien. Nous avons parlé cultures, sécurité aérienne, vision de la femme, mais avant cela, je lui avais demandé d’apporter un objet qui représente son lien à Dubaï...

Que tenez-vous entre les mains?

Une bouteille de sirop de dattes. Lorsqu’il a fallu choisir un objet qui représente mon lien aux Émirats arabes unis, j’ai immédiatement pensé à la nourriture, parce que c’est l’un des biais qui permet d’aller à la rencontre d’une culture. J’ai découvert le sirop de datte en goûtant les luqaimat, des pâtisseries arabes dont je raffole, et depuis je l’utilise dans de nombreuses recettes.  

Je déduis, à votre intonation gourmande, que la nourriture est importante pour vous. Quel plat symboliserait le mieux votre enfance?

Ce serait un plat chinois fait par ma grand-mère, souvenir des moments que je passais chez elle pendant les vacances. Je suis née et j’ai grandi à Tahiti, en Polynésie française. Il y a une communauté chinoise installée sur place depuis trois générations, communauté à laquelle appartient ma famille maternelle. La culture chinoise fait donc partie de mon histoire.

Pour beaucoup, la Polynésie incarne l’image d’un lieu paradisiaque. On doit vous poser assez souvent cette question: pourquoi en êtes-vous partie? 

Pour aller faire mes études supérieures en France, avec l’idée, à l’époque, de rentrer une fois le diplôme en poche. Mais les choses se passent rarement comme prévu! Après mon Bac+5, j’ai effectué une thèse à Londres; l’aspect cosmopolite de cette ville m’a plu, et j’y suis restée un moment. Entre-temps, j’ai rencontré celui qui est devenu mon mari. Lorsqu’il a reçu une proposition de travail en Arabie saoudite, nous l’avons acceptée, parce que j’avais aussi une piste professionnelle sur place, mais finalement cela n’a pas pu se faire. Nous nous sommes donc remis à chercher du travail, et nous en avons trouvé à Dubaï.

À Londres, on me demandait souvent pourquoi j’étais partie de Tahiti, surtout lorsque l’on abordait le sujet de la météo londonienne, je répondais que je n’étais pas à Londres pour la météo! Le travail que j’ai choisi d’exercer n’existe pas à Tahiti, il n’y a pas cette complexité dans le secteur aérien, qui pourrait justifier des méthodes aussi sophistiquées que celles que nous mettons en place à Dubaï. J’ai donc naturellement travaillé dans des villes qui me permettaient de relever ce défi professionnel et intellectuel. J’ai aussi été attirée par des lieux qui me permettaient de voyager facilement, de rencontrer des personnes de différents horizons. Dubaï était donc, dans ce sens, une continuité de Londres, avec le soleil en plus

Vous travaillez pour une entreprise publique qui gère le contrôle aérien. Quels sont les enjeux et les défis d’une telle fonction?

Je suis spécialisée dans le management du trafic aérien, en particulier pour ce qui concerne les questions sécuritaires. Lorsque l’on parle de sécurité aérienne, le grand public pense immédiatement aux accidents, mais ce n’est que la toute petite partie émergée de l’iceberg.

Je travaille à la sécurité, et non pas à la sûreté. La sûreté est un terme employé quand il y a une intention de nuire (dans le cas d’attaques terroristes par exemple), tandis que lorsque l’on parle de sécurité, il n’y a pas forcément d’intention malveillante. Il s’agit surtout de prévention. Pour le dire de façon plus simple, la fonction du contrôle aérien consiste à s’assurer que tous les avions arrivent à destination sans qu’il y ait collision. Notre département sécurité travaille à l’analyse des procédures, à l’élaboration d’outils et de formations qui permettront au système de fonctionner correctement. Une partie de ma mission consiste à récolter les informations sur les incidents, à repérer les manquements aux procédures. Ensuite, je fais des statistiques pour analyser tout cela. En matière de sécurité, trois paramètres doivent être analysés: le facteur l’humain, l’aspect technique, et les procédures. Ces trois éléments sont difficiles à chiffrer et à départager: on peut se trouver face à un système extrêmement performant, mais si la procédure est mal écrite, ce ne sera pas utilisable. Le fait de repérer ces incidents nous permet de mesurer le niveau de sécurité, et de prendre des décisions pour améliorer le fonctionnement du système, bien avant la survenue d’un potentiel accident.

En 2020, il n’y a quasiment pas eu de vols, donc pas d’accidents… En quoi consistait votre mission?

Nous avons profité de cette stagnation des vols pour mettre en place de nouvelles procédures et pour améliorer celles existantes.

Ce domaine semble particulièrement masculin, est-il compliqué d’y exercer en tant que femme?

C’est en effet un milieu très masculin, ce qui ne me pose pas de problème. J’observe très peu de machisme. En Polynésie, par exemple, il n’y a pas de sexisme au travail, contrairement à ce que j’ai pu observer en France: toutes les femmes travaillent, beaucoup d’entre elles ont un meilleur salaire que les hommes; cela est probablement dû au fait que la Polynésie soit une société matriarcale.

En ayant grandi dans cette société très égalitaire, quel regard posez-vous sur la place de la femme aux Émirats arabes unis?

A Dubai, nous sommes loin des stéréotypes que les gens imaginent parfois. Dans mon environnement professionnel, il y a des femmes qui travaillent dans tous les secteurs, comme à la police des aéroports. Certaines de mes collègues émiriennes évoluent dans un environnement encore plus masculin que le mien (celles qui sont par exemple dans le département support technique), ce sont des femmes fortes et affirmées!

Qu’avez-vous eu dans votre enfance que vos filles ne pourront pas avoir ici, à Dubaï?

Le rapport à la nature: elle est présente partout.

Et si je vous pose la question inverse: qu’ont-elles eu ici que vous n’avez pas pu avoir à Tahiti?

On dit souvent que les enfants à Dubaï grandissent dans une bulle; je crois que c’était aussi mon cas. Jusqu’à mon arrivée en France, j’étais naïve et ignorante de ce qui se passait ailleurs. Je pense que mes filles seront plus mûres plus tôt: elles se rendront compte assez vite qu’elles vivent dans un pays arabe – avec ce que cela signifie en terme géopolitique –, qu’elles sont françaises dans un pays d’accueil, qu’elles évoluent dans un milieu favorisé. Tout cela va forcément susciter des réflexions. Elles sont de plus en contact avec de nombreuses nationalités, ce qui est un extraordinaire atout. Elles sont ce que les Anglo-saxons nomment des third culture kids, c’est-à-dire des enfants qui ont été éduqués dans une culture différente de celle de leurs parents. C’est à nous, en tant que parents, de faire en sorte que cela demeure un avantage, parce que cela peut aussi devenir négatif si elles ne parviennent pas à s’approprier une identité culturelle. Mais c’est une richesse que je n’ai pas eue en vivant à Tahiti. Et bien sûr, il y a le sirop de dattes!


Des auteurs se retirent des prix littéraires PEN America pour protester contre la position de l’organisation sur Gaza

Dans une lettre ouverte adressée au conseil d'administration cette semaine, les écrivains ont demandé la démission de la directrice générale de l'organisation, Suzanne Nossel, de sa présidente, Jennifer Finney Boylan, ainsi que de l'ensemble du comité exécutif. (PEN America)
Dans une lettre ouverte adressée au conseil d'administration cette semaine, les écrivains ont demandé la démission de la directrice générale de l'organisation, Suzanne Nossel, de sa présidente, Jennifer Finney Boylan, ainsi que de l'ensemble du comité exécutif. (PEN America)
Short Url
  • Une trentaine d’écrivains ont signé une lettre ouverte qui critique l'organisation en raison de son «échec à dénoncer le génocide du peuple palestinien»
  • Ils appellent la directrice générale, Suzanne Nossel, la présidente, Jennifer Finney Boylan, et l'ensemble du comité exécutif à démissionner

DUBAÏ: Trente auteurs et traducteurs ont signé une lettre ouverte à PEN America dans laquelle ils ont décliné l’invitation ou retiré leurs œuvres de la course aux prix littéraires 2024 de l'organisation en signe de protestation contre son «échec à dénoncer le génocide du peuple palestinien et à défendre nos confrères écrivains à Gaza». 

Dans cette missive adressée au conseil d'administration cette semaine, les signataires «rejettent fermement PEN America pour son incapacité à dénoncer le génocide à Gaza» et réclament la démission de la directrice générale de l'organisation, Suzanne Nossel, de sa présidente, Jennifer Finney Boylan, et de l'ensemble du comité exécutif. 

Parmi les signataires figurent la cofondatrice du festival PEN World Voices, Esther Allen, ainsi que Joseph Earl Thomas, Kelly X. Hui, Nick Mandernach, Alejandro Varela, Maya Binyam et Julia Sanches. 

Allen a annoncé au cours de ce mois avoir décliné le prix PEN/Ralph Manheim de traduction. Dans un message publié sur X le 5 avril, elle a expliqué l’avoir fait en solidarité avec plus de 1 300 écrivains qui avaient critiqué PEN America pour son silence «sur le meurtre génocidaire des Palestiniens» et «en célébration, en mémoire et en deuil de tous les Palestiniens à jamais réduits au silence par les forces israéliennes soutenues par les États-Unis». 

De même, Binyam a récemment retiré son premier roman, Le Bourreau, de la course aux prix PEN/Jean Stein et PEN/Hemingway. 

Dans un courriel adressé à PEN America dont elle a publié une copie sur X le 11 avril, elle a expliqué qu'elle considérait comme «honteux que cette reconnaissance [de son travail] puisse exister sous la bannière de PEN America, dont la direction a été ferme dans son rejet du génocide en cours et de la lutte historique pour la libération de la Palestine». 

Dans leur lettre ouverte cette semaine, les signataires ont affirmé: «Les écrivains ont la responsabilité d’assumer leur rôle de gardiens attentifs de l'histoire pour mieux servir nos communautés». 

Ils ont ajouté qu'ils étaient «solidaires d'une Palestine libre» et qu’ils refusaient d'être «honorés par une organisation qui agit comme une façade culturelle pour l'impérialisme américain» ou «de participer à des célébrations qui serviront à occulter la complicité de PEN dans la normalisation du génocide». 

En réponse, PEN America a déclaré: «Les mots ont de l'importance et cette lettre mérite une attention particulière pour son langage et ses affirmations alarmantes.» 

«La guerre actuelle à Gaza est horrible. Mais nous ne pouvons pas accepter que la réponse à ses dilemmes déchirants et à ses conséquences réside dans la fermeture du dialogue et la suppression des points de vue.» 

«Nous respectons tous les écrivains pour avoir agi en leur âme et conscience et nous continuerons à défendre leur liberté d'expression.» 

Les prix seront remis lors d'une cérémonie qui se tiendra le 29 avril à Manhattan. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunnel et mur de fortification mis au jour par des archéologues à Djeddah

La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
Short Url
  • Découvertes liées à l’expansion des défenses de la ville aux XVIIIe et XIXe siècles
  • Découverte de nouvelles preuves de peuplement humain dans la grotte Umm Jirsan à Médine

RIYADH : Une série de découvertes archéologiques à Djeddah et à Médine ont été révélées jeudi par le Programme historique de Djeddah et la Commission saoudienne du patrimoine.

La Commission a annoncé la découverte de nouvelles preuves de l'existence d'un établissement humain dans la grotte d'Umm Jirsan, située dans le Harrat Khaybar de Médine, et les vestiges d'un ancien tunnel souterrain et d'un mur fortifié, qui entouraient autrefois la ville, ont été annoncés par le programme dans le cadre de la phase inaugurale du projet d'archéologie de Médine.

Situées dans le secteur nord de la ville historique de Djeddah, à côté de la place Al-Kidwa et à proximité de la place Al-Bayaa, ces structures historiques datent de plusieurs siècles.

Selon certaines estimations, Djeddah est devenue une ville fortifiée à la fin du Xe siècle ou au début du XIe siècle, mais les analyses en laboratoire suggèrent que les nouvelles découvertes appartiennent à une phase ultérieure de la fortification, probablement construite au cours des XVIIIe et XIXe siècles.

La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)

Des fouilles archéologiques ont révélé qu'au milieu du 19e siècle, le tunnel était devenu inutilisable et a été rapidement rempli de sable. Cependant, le mur est resté debout jusqu'en 1947, et certaines parties du mur de soutènement du tunnel sont restées intactes jusqu'à une hauteur de trois mètres.

Des céramiques européennes importées datant du 19e siècle ont également été trouvées, soulignant les liens commerciaux historiques de Jeddah. En outre, un fragment de poterie datant du 9e siècle a été découvert sur la place Al-Kidwa.

Ces découvertes font partie d'un ensemble plus large de découvertes archéologiques annoncées par le programme Historic Jeddah comme résultats de la première phase de son projet d'archéologie - un effort de collaboration qui implique des équipes nationales spécialisées, des experts saoudiens de la Commission du patrimoine et des archéologues étrangers.

Leur expertise combinée a révélé un trésor de 25 000 artefacts répartis sur quatre sites, ce qui constitue une avancée significative dans la compréhension de l'évolution culturelle de la Jeddah historique.

À Médine, la Commission du patrimoine a annoncé la découverte de nouvelles preuves d'un établissement humain dans la grotte d'Umm Jirsan à la suite de recherches menées par ses archéologues en coopération avec l'Université du roi Saud, l'Institut Max Planck d'Allemagne et le Service géologique d'Arabie saoudite, dans le cadre du Projet vert de la péninsule arabique, qui se concentre sur la recherche pluridisciplinaire sur le terrain.

Il s'agit de la première étude du Royaume portant sur la recherche archéologique à l'intérieur des grottes. Elle a donné lieu à des études archéologiques et à des fouilles dans plusieurs parties de la grotte, révélant des preuves remontant à la période néolithique.

L'élément de preuve le plus ancien remonte à 7 000 à 10 000 ans, ce qui englobe les périodes de l'âge du cuivre et de l'âge du bronze.

L'étude de la grotte a montré qu'elle a été utilisée par des groupes pastoraux.

La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)
La découverte de nouvelles preuves d’un établissement humain dans la grotte Umm Jirsan, située à Harrat Khaybar à Médine, a été annoncée par la Commission du patrimoine saoudien. (SPA)

Les objets découverts comprennent du bois, du tissu et quelques outils en pierre, ainsi que des façades d'art rupestre représentant des scènes de pâturage de chèvres, de moutons, de vaches et de chiens, ainsi que des activités de chasse avec différents types d'animaux sauvages.

La commission a noté que les découvertes scientifiques constituent la preuve d'un établissement humain dans la grotte, et qu'un grand nombre d'ossements d'animaux, y compris ceux d'hyènes rayées, de chameaux, de chevaux, de cerfs, de caribous, de chèvres, de vaches et d'ânes sauvages et domestiques, ont également été identifiés.

L'analyse des squelettes humains à l'aide d'isotopes radioactifs a révélé que les anciens hommes avaient un régime alimentaire essentiellement carnivore, mais qu'au fil du temps, des plantes ont été introduites, ce qui suggère l'émergence de l'agriculture.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 

 

 

 

 

 

 


Cinéma: «Frères», Mathieu Kassovitz et Yvan Attal en enfants sauvages

L'acteur et réalisateur français Yvan Attal pose en marge de la 8e édition du Festival Cinéma et musique de film à La Baule, dans l'ouest de la France, le 30 juin 2022. (Photo de Loic VENANCE / AFP)
L'acteur et réalisateur français Yvan Attal pose en marge de la 8e édition du Festival Cinéma et musique de film à La Baule, dans l'ouest de la France, le 30 juin 2022. (Photo de Loic VENANCE / AFP)
Short Url
  • Le scénario est inspiré de la vie de Michel de Robert de Lafregeyre et de son frère Patrice, qui grandirent dans un bois
  • Le film, deuxième long métrage d'Olivier Casas, revient, par allers-retours entre passé et présent, sur ces sept années de «liberté extrême»

BORDEAUX: Une mère absente, une forêt, la survie et une fraternité salvatrice: dans "Frères", film inspiré d'une histoire vraie en salles mercredi, Yvan Attal et Mathieu Kassovitz jouent deux frangins unis par le secret d'une enfance passée dans un bois de Charente-Maritime.

Le scénario est inspiré de la vie de Michel de Robert de Lafregeyre et de son frère Patrice, qui grandirent dans un bois situé près du quartier de pêcheurs de Châtelaillon-Plage, au sud de La Rochelle, de 1949 à 1956.

Le film, deuxième long métrage d'Olivier Casas, revient, par allers-retours entre passé et présent, sur ces sept années de "liberté extrême" durant lesquelles les enfants, âgés de 5 et 6 ans au début, ont vécu dans une cabane construite au milieu des arbres, se nourrissant de baies, de poissons et de lièvres.

Il s'agit d'une "histoire d'amour entre deux frères" plutôt que d'une "histoire de survie", a nuancé le réalisateur lors d'une avant-première à Bordeaux.

Les deux frères, que leur mère n'est jamais venue récupérer à la colonie de vacances où ils avaient passé l'été 1949, se sont retrouvés livrés à eux-mêmes dans la nature, s'adaptant au froid et au manque de nourriture grâce à leur ingéniosité.

Finalement récupérés par leur mère en 1956, ils vécurent ensuite chez un couple de précepteurs parisiens, avant d'être séparés puis envoyé en pension dans le Nord-Pas-de-Calais pour l'un, scolarisé dans un lycée parisien auprès de sa mère pour l'autre.

Michel de Robert de Lafregeyre, aujourd'hui âgé de 78 ans et incarné par Yvan Attal, a étudié l'architecture et en a fait son métier. Son frère Patrice, joué par Mathieu Kassovitz, devenu directeur d'une clinique en Alsace, s'est suicidé en 1993, à l'âge de 48 ans.

C'est après sa mort que Michel de Robert de Lafregeyre a raconté leur histoire, jusque-là gardée secrète, à ses proches.

Il y a neuf ans, il a répondu aux questions de son ami Olivier Casas, qui a voulu en faire un film. L'ancien architecte, qui ne pensait pas que sa vie se retrouverait ainsi "sur la place publique", a accepté. En hommage à son frère.