Blinken appelle la Chine à la «transparence» sur l'origine de la Covid-19

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. (Photo, AFP)
Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 11 juin 2021

Blinken appelle la Chine à la «transparence» sur l'origine de la Covid-19

  • Blinken a notamment souligné « la nécessité » d'un approfondissement de l'enquête d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine sur l'origine du virus
  • Antony Blinken a aussi appelé Pékin « à cesser sa campagne de pression contre Taïwan » et à « résoudre de manière pacifique » les sujets liés à l'île

WASHINGTON : Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a appelé vendredi la Chine à la « coopération » et à la « transparence » au sujet de l'origine de la Covid-19, alors que Washington tente d'établir si le coronavirus a pu provenir d'un accident de laboratoire chinois.

Dans une conversation téléphonique avec son homologue Yang Jiechi, il a notamment souligné « la nécessité » d'un approfondissement de l'enquête d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine sur l'origine du virus, après les critiques qui ont visé la première mission, d'après un communiqué du département d'Etat américain.

Le président des Etats-Unis Joe Biden a appelé fin mai le renseignement américain, jusqu'ici incapable de trancher entre la thèse d'une origine animale et celle d'une fuite au laboratoire chinois de Wuhan, à « redoubler d'efforts » pour expliquer l'origine de la Covid-19, et à fournir un rapport sous 90 jours.

Antony Blinken a aussi appelé Pékin « à cesser sa campagne de pression contre Taïwan » et à « résoudre de manière pacifique » les sujets liés à l'île.

Il a évoqué la « préoccupation » des Etats-Unis au sujet « du génocide et des crimes contre l'humanité en cours » visant selon le gouvernement américain les musulmans ouïghours du Xinjiang. Mais également au sujet de « la détérioration des normes démocratiques à Hong Kong ».

Il s'agit du premier échange entre les deux hommes depuis leur rencontre extrêmement tendue en mars à Anchorage, en Alaska, au cours de laquelle les deux grandes puissances rivales avaient étalé leurs divergences devant les caméras du monde entier, donnant l'impression d'un fossé impossible à combler.

Et il intervient au moment où Antony Blinken se trouve avec le président américain Joe Biden au Royaume-Uni pour un sommet du G7 réunissant les puissances alliées de Washington.

D'après les compte-rendu américain et chinois, le ton a été une fois de plus à la confrontation.

Le secrétaire d'Etat américain a notamment réclamé une fois de plus « la libération immédiate » des ressortissants occidentaux victimes de « détention arbitraire » en Chine.

Mais les deux hommes ont aussi évoqué les questions sur lesquelles leurs pays ont, selon Washington, des intérêts partagés, comme la Corée du Nord et « la nécessité pour les Etats-Unis et la République populaire de Chine de travailler ensemble à la dénucléarisation de la péninsule coréenne », mais aussi l'Iran, la Birmanie et la crise climatique.

 


Les États-Unis et le Royaume-Uni répondront aux talibans en fonction de leurs «actions et non de leurs paroles»

Des drapeaux talibans dans une rue de Kaboul, en Afghanistan, le 16 septembre 2021. (Photo, Reuters)
Des drapeaux talibans dans une rue de Kaboul, en Afghanistan, le 16 septembre 2021. (Photo, Reuters)
Short Url
  • La moitié de la population d’Afghanistan, soit 18 millions de personnes, ont besoin d’une aide humanitaire
  • Une partie des accords conclus entre les talibans et les États-Unis, qui ont facilité le retrait des forces américaines du pays, prévoyait que les talibans ne permettent plus l’utilisation de leur territoire comme refuge pour les terroristes

LONDRES: Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont voté à l’unanimité pour prolonger la mission d’assistance de l’organisation internationale en Afghanistan, à la suite de la prise de contrôle du pays par les talibans.

Vendredi, lors d’une réunion, les cinq membres permanents et les 10 membres non permanents du Conseil de sécurité ont opté en faveur d’une résolution présentée par la Norvège et l’Estonie pour permettre au mandat de la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan de se poursuivre pendant six mois supplémentaires, jusqu’au 17 mars.

Cette résolution appelle également à la formation d’un «gouvernement inclusif et représentatif», et souligne l’importance de «la participation pleine, égale et significative des femmes» dans l’avenir du pays.

De plus, elle réaffirme l’importance de la lutte contre le terrorisme dans l’Afghanistan dirigé par les talibans, ajoutant que «le territoire afghan ne devrait pas servir à menacer ou attaquer un pays, pour planifier ou financer des actes terroristes, ou pour abriter et former des terroristes, et aucun groupe ou individu afghan ne devrait soutenir des terroristes opérant sur le territoire d’un pays quelconque».

La Manua est le principal facilitateur humanitaire de l’ONU en Afghanistan. Elle coordonne avec d’autres organismes de l’ONU tels que le Programme alimentaire mondial pour acheminemer de l’aide dans le pays, et emploie plus de 1 000 personnes, dont la majorité sont des ressortissants afghans.

Lors d’une conférence de presse précédant la réunion du Conseil de sécurité, l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré: «Nous tiendrons les talibans responsables non pas de ce qu’ils disent ou de ce qu'ils ont inscrit dans ces engagements écrits, mais de leurs actions. La communauté internationale partage cette position à l’unanimité.»

En ce qui concerne la manière dont les États-Unis traiteraient les actions des talibans qu’ils désapprouvent, étant donné qu’ils n’ont plus de troupes dans le pays, l’ambassadrice a ajouté: «Nous continuons à exercer une influence. Nous faisons partie des plus grands contributeurs d’aide humanitaire en Afghanistan, et cela nous donne une influence considérable.»

Selon l’ONU, 18 millions de personnes en Afghanistan ont aujourd’hui besoin d’une aide humanitaire, soit environ la moitié de la population du pays.

Durant la réunion du Conseil de sécurité de vendredi, Mme Thomas-Greenfield a de nouveau réaffirmé les engagements de son pays en faveur des droits de l’homme, en particulier ceux des femmes et des minorités, en Afghanistan.

Selon elle, la prolongation de la mission de la Manua constitue une «étape importante» qui démontre l’engagement du Conseil de sécurité envers le rôle de l’ONU dans le «soutien au peuple afghan».

«En ce qui concerne la lutte contre le terrorisme, nous espérons que les talibans respecteront les engagements qu’ils ont pris à Doha (la capitale du Qatar)», a indiqué Barbara Woodward, représentante permanente de la Grande-Bretagne auprès des Nations unies.

Une partie des accords conclus entre les talibans et les États-Unis, qui ont facilité le retrait des forces américaines du pays, prévoyait que les talibans ne permettent plus l’utilisation de leur territoire comme refuge pour les terroristes.

L’Afghanistan a été envahi par les États-Unis et leurs alliés de l’Otan en 2001 après qu’il a été découvert que le gouvernement taliban abritait des agents d’Al-Qaïda, dont Oussama ben Laden. Ces derniers avaient joué un rôle central dans les attentats meurtriers du 11 septembre 2001, qui ont fait plus de 3 000 morts.

«Nous calibrerons notre approche des talibans en fonction des actions qu’ils entreprennent», a affirmé Mme Woodward, faisant écho aux États-Unis. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Russie: Apple a retiré l'appli de l'opposition après des menaces d'arrestations

Les employés d'Apple ont fait face «à des tactiques de harcèlement et des menaces d'arrestation». (Photo, AFP)
Les employés d'Apple ont fait face «à des tactiques de harcèlement et des menaces d'arrestation». (Photo, AFP)
Short Url
  • L'opposition russe a accusé les géants Google et Apple de "censure" pour avoir cédé à la pression du gouvernement
  • «L'État russe tout entier et même les grandes entreprises de la tech sont contre nous, mais cela ne signifie pas que nous pouvons baisser les bras», a affirmé l'équipe de Navalny

SAN FRANCISCO: Apple a supprimé une application électorale mobile anti-Kremlin par peur des représailles pour ses employés, après avoir reçu des menaces d'arrestation en Russie, où les élections législatives ont commencé vendredi, d'après une source proche du dossier.

L'opposition russe a accusé les géants Google et Apple de "censure" pour avoir cédé à la pression du gouvernement en retirant ce programme créé par le mouvement de l'opposant emprisonné Alexeï Navalny. La décision intervient après des mois de répression qui ont écarté les détracteurs du président Vladimir Poutine du scrutin.

Les employés d'Apple ont fait face "à des tactiques de harcèlement et des menaces d'arrestation", d'après la même source.

Les deux groupes californiens n'ont pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

"L'État russe tout entier et même les grandes entreprises de la tech sont contre nous, mais cela ne signifie pas que nous pouvons baisser les bras", a affirmé sur Telegram la chaîne de l'équipe de Navalny.

Leonid Volkov, responsable exilé de l'opposition, a accusé Apple et Google de "censure" et de "céder au chantage du Kremlin" en supprimant le logiciel de leurs boutiques. "Cette application est illégale dans notre pays", a répliqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Comme presque aucun candidat anti-Poutine n'a été autorisé à se présenter aux législatives, les partisans de M. Navalny ont élaboré une stratégie dite du "vote intelligent" destinée à soutenir le candidat – souvent communiste – le mieux placé pour mettre en difficulté celui du parti au pouvoir, Russie Unie.

L'application permettait de savoir pour quel concurrent voter dans chaque circonscription des législatives mais aussi lors de dizaines d'élections locales et régionales. Par le passé, cette approche avait rencontré un certain succès, notamment à Moscou en 2019.


Première prière du vendredi dans la nouvelle mosquée de Tokyo

Le Centre islamique ouvrira ses portes à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'islam, ainsi qu’à ceux qui ont besoin d'une aide sociale. (Photo ANJ)
Le Centre islamique ouvrira ses portes à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'islam, ainsi qu’à ceux qui ont besoin d'une aide sociale. (Photo ANJ)
Le Centre islamique ouvrira ses portes à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'islam, ainsi qu’à ceux qui ont besoin d'une aide sociale. (Photo ANJ)
Le Centre islamique ouvrira ses portes à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'islam, ainsi qu’à ceux qui ont besoin d'une aide sociale. (Photo ANJ)
Le Centre islamique ouvrira ses portes à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'islam, ainsi qu’à ceux qui ont besoin d'une aide sociale. (Photo ANJ)
Le Centre islamique ouvrira ses portes à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'islam, ainsi qu’à ceux qui ont besoin d'une aide sociale. (Photo ANJ)
Short Url
  • Un imam a dirigé la prière du vendredi pour environ 80 musulmans
  • «C'est une merveilleuse opportunité d'ouvrir un centre islamique à Nishi Kasai pour servir la communauté musulmane», a déclaré l'imam bénévole Abdul Wahid

TOKYO: Des musulmans ont récité les premières prières du vendredi dans une nouvelle mosquée et un centre communautaire établis dans le quartier de Nishi Kasai à Edogawa, l'un des 23 arrondissements de Tokyo.

Au deuxième étage, un imam a dirigé la prière du vendredi pour près de 80 musulmans, tandis que des haut-parleurs transmettaient le son au premier étage du bâtiment, dans une zone aménagée pour les femmes.

«C'est une merveilleuse opportunité d'ouvrir un centre islamique à Nishi Kasai pour servir la communauté musulmane ainsi que nos voisins, la communauté locale, et la société dans son ensemble», a affirmé l'imam bénévole Abdul Wahid à Arab News Japan. «Nous offrons nos services pour servir l'islam, pour enseigner les valeurs et les enseignements islamiques dans cette société et cette communauté.»

Nishi Kasai est à environ quinze minutes en train du centre de Tokyo.

Abdul Wahid a précisé que le centre islamique ouvrirait ses portes à tous ceux qui souhaitaient en savoir plus sur l'islam et à ceux qui ont besoin d'une aide sociale.

Haroon Qureshi, secrétaire général de la Japan Islamic Trust, a indiqué à Arab News Japan que l'établissement était dirigé par la Japan Islamic Trust, une organisation religieuse qui gère neuf mosquées au Japon.

«Nous sommes reconnaissants de la coopération des musulmans locaux au Japon et de nombreux donateurs de plus de soixante-dix pays», a-t-il affirmé.

Abdullah Baba, président du Nishi Kasai Center, a expliqué qu'ils avaient établi leur communauté il y a sept ans alors qu'il y avait 12 à 15 familles, qui sont passées à 80 familles. Le nouveau centre leur apportera une aide importante.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com