Biden promet d'être «très clair» avec Poutine sur ses désaccords

L'exécutif américain a précisé que la rencontre comprendrait une session de travail et une session en format plus réduit, sans autre précision sur ce dernier. (Photo, AFP)
L'exécutif américain a précisé que la rencontre comprendrait une session de travail et une session en format plus réduit, sans autre précision sur ce dernier. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 14 juin 2021

Biden promet d'être «très clair» avec Poutine sur ses désaccords

  • «N'ayez aucun doute sur le fait que je serai très direct concernant nos sujets de préoccupations et je dirai clairement ce que je pense de la manière dont la rencontre s'est déroulée»
  • De son côté, le Kremlin a indiqué samedi que M. Poutine s'exprimerait lui aussi à l'issue des discussions

NEWQUAY : Joe Biden a promis dimanche qu'il se montrerait "très clair" avec Vladimir Poutine sur ses désaccords lors de leur première rencontre, reconnaissant que les relations américano-russes se trouvent actuellement "au plus bas".

À l'issue de ce sommet prévu à Genève, le président américain s'exprimera, seul, lors d'une conférence de presse au lieu de partager la tribune avec son homologue russe comme Donald Trump l'avait fait en 2018.

"Il ne s'agit pas d'un concours pour savoir qui est le meilleur lors d'une conférence de presse pour essayer d'embarrasser l'autre, il s'agit d'indiquer de manière très claire quelles sont les conditions à remplir pour obtenir une meilleure relation avec la Russie. Nous ne cherchons pas le conflit", a déclaré M. Biden à la presse à Newquay (Angleterre) à l'issue du sommet du G7.

"N'ayez aucun doute sur le fait que je serai très direct concernant nos sujets de préoccupations et je dirai clairement ce que je pense de la manière dont la rencontre s'est déroulée", a-t-il ajouté.

L'exécutif américain a précisé que la rencontre comprendrait une session de travail et une session en format plus réduit, sans autre précision sur ce dernier.

De son côté, le Kremlin a indiqué samedi que M. Poutine s'exprimerait lui aussi à l'issue des discussions. Son porte-parole, Dmitri Peskov, a souligné que le président américain semblait préférer ce format, relevant qu'il n'avait pas participé à une conférence de presse commune lors du sommet du G7.

Ukraine, Bélarus, sort de l'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny, cyberattaques : les discussions s'annoncent âpres et difficiles. La Maison Blanche martèle depuis plusieurs semaines qu'elle a comme objectif de rendre les relations entre les deux pays plus "stables et prévisibles".

La conférence de presse commune qui avait suivie la rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine à Helsinki en juillet 2018 est encore dans tous les esprits à Washington.

Dans un étrange exercice, qui avait suscité un tollé jusque dans son camp, le président républicain avait semblé accorder plus de valeur aux propos de l'ancien homme fort du KGB qu'aux conclusions unanimes des agences de renseignement américaines sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

Lors d'un entretien à la chaîne américaine NBC News vendredi, le président russe a estimé que les relations avec les États-Unis "se sont détériorées au plus haut point au cours des années récentes", mais a dit s'attendre à pouvoir travailler avec Joe Biden.

Interrogé sur l'épithète de "tueur" choisie par Joe Biden pour le qualifier à la lumière d'une série d'assassinats dont celui de l'opposant russe Boris Nemtsov, le maître du Kremlin a eu un petit rire: "Au cours de mon mandat, je me suis habitué à des attaques sous tous les angles et de toutes parts sous toutes sortes de prétextes et de raisons, et de différents calibres et violence, et rien de toute cela ne me surprend".


Impossible pour Kiev de négocier avec Moscou après les «référendums» d'annexion, dit Zelensky à l'ONU

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • A la tribune de l'ONU, le président ukrainien a dénoncé «une farce» avec des résultats «pipés d'avance»
  • Un dialogue sera nécessaire pour mettre fin à la guerre en Ukraine mais il suppose un «rééquilibrage» des forces en faveur de Kiev

KIEV: Kiev ne peut pas mener de pourparlers avec Moscou après l'organisation de "référendums" d'annexion dans quatre régions ukrainiennes, dont trois ont déjà annoncé mardi soir que le "oui" au rattachement à la Russie l'avait emporté, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'ONU.

"La reconnaissance par la Russie des +pseudo-référendums+ comme +normaux+, la mise en œuvre du (même) scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe", a dit M. Zelensky dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.


Deux explosions sous-marines enregistrées avant les fuites de Nord Stream

Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Un homme travaillant sur le chantier de construction de la zone d'atterrissage du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, dans le nord-est de l'Allemagne, le 26 mars 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre
  • Les fuites inexpliquées sont le résultat d'«une attaque terroriste planifiée» par Moscou «contre l'Union européenne»

STOCKHOLM: Deux explosions sous-marines "très probablement dues à des détonations" ont été enregistrées à proximité des sites des fuites des gazoducs Nord Stream 1 et 2 peu avant leur détection, a annoncé mardi un institut sismique suédois.

Une première "émission massive d'énergie" d'une magnitude de 1,9 a été enregistrée dans la nuit de dimanche à lundi à 02H03 (00H03 GMT) au sud-est de l'île danoise de Bornholm, puis une autre de magnitude 2,3 à 19H04 (17H04 GMT) lundi soir au nord-est de l'île, a expliqué à l'AFP Peter Schmidt, du Réseau national sismique suédois.

"Nous l'interprétons comme provenant avec la plus grande probabilité d'une forme de détonation", a-t-il dit.

L'institut indépendant de séismologie norvégien (Norsar) a confirmé dans la foulée avoir lui aussi enregistré "une petite explosion" tôt lundi matin et une autre "plus puissante" lundi soir, qu'il suspecte d'être délibérées.

"C'est une explosion d'importance. Il est tentant de penser que c'était le fait de quelqu'un qui savait ce qu'il faisait", a déclaré à l'AFP sa directrice, Anne Strømmen Lycke.

"Avec des émissions d'énergie aussi importantes, il n'y a pas grand chose d'autre qu'une explosion qui peut l'avoir provoqué", a souligné de son côté M. Schmidt.

Les secousses ont été "très soudaines", note le sismologue de l'université suédoise d'Uppsala.

Les trois grandes fuites identifiées depuis lundi au large de l'île danoise de Bornholm sont visibles à la surface avec des bouillonnements allant de 200 mètres jusqu'à 1 kilomètre de diamètre, selon des images de l'armée danoise.

Les fuites inexpliquées sont le résultat d'"une attaque terroriste planifiée" par Moscou "contre l'Union européenne", a affirmé mardi l'Ukraine, alors que les soupçons de sabotage se multiplient.

Le Kremlin s'est dit "extrêmement préoccupé" par les fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, estimant qu'il ne fallait exclure "aucune" hypothèse, y compris celle d'un sabotage.


Gibraltar vend le yacht d'un oligarque russe pour 37,5 millions de dollars

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais (Photo, AFP).
Short Url
  • Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque
  • Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht

GIBRALTAR: Le yacht de l'oligarque russe Dimitri Pumpianski, visé par des sanctions occidentales, a été vendu pour 37,5 millions de dollars par Gibraltar, où il avait été saisi en mars, a annoncé mardi l'autorité judiciaire maritime de cette enclave britannique.

Cette autorité, appellée Admiralty Marshal, a précisé dans un communiqué qu'elle ne révèlerait pas le nom de l'acheteur.

Le produit de la vente aux enchères permettra aux autorités de Gibraltar d'indemniser les créanciers de l'oligarque.

Au total, 63 offres de rachat avaient été reçues lors de la vente aux enchères du yacht.

Ce bateau, baptisé Axioma, est un luxueux yacht de 72 mètres battant pavillon maltais.

Il avait été saisi en mars par les autorités de ce petit territoire britannique situé à l'extrême sud de l'Espagne après une plainte déposée par la banque américaine JP Morgan.

Cette banque avait accordé en décembre un prêt de 20,5 millions d'euros à une société enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, dont l'actionnaire était une société chypriote, elle-même propriété de Dimitri Pumpianski.

JP Morgan considérait que le placement de l'oligarque sur la liste des personnalités russes visées par des sanctions britanniques constituait une entorse à cet accord de prêt. Les sanctions entraînent notamment un gel des actifs des hommes d'affaires visés, mettant en péril le remboursement des créances.

La banque avait donc fait appel aux autorités de Gibraltar pour qu'elles saisissent le yacht, qui avait été enregistré comme l'une des garanties du prêt.

Patron du géant des pipelines TMK, Dimitri Pumpianski est également visé par les sanctions de l'UE prises depuis l'invasion russe de l'Ukraine.

Plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Italie et la France, ont saisi des yachts appartenant aux Russes les plus fortunés dans le cadre des sanctions européennes prévoyant le gel de tous leurs avoirs dans l'UE.