150 migrants tentent d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla

Les frontières de Ceuta et Melilla sont les seules frontières terrestres entre l'Afrique et l'Union Européenne. (Photo, AFP)
Les frontières de Ceuta et Melilla sont les seules frontières terrestres entre l'Afrique et l'Union Européenne. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 15 juin 2021

150 migrants tentent d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla

  • Ces migrants provenaient «pour la plupart» d'Afrique subsaharienne «même s'il y avait également des Maghrébins»
  • «En raison de la violence des migrants qui avaient des bâtons et ont jeté des pierres, neuf agents de la Garde civile ont été blessés»

MADRID: Quelque 150 migrants ont essayé en vain mardi matin d'entrer dans l'enclave espagnole de Melilla depuis le Maroc voisin, une tentative lors de laquelle neuf membres des forces de l'ordre ont été légèrement blessés, ont annoncé les autorités locales.

Cette tentative d'entrée en longeant un quai du port marquant la frontière, qui s'est produite à 5h15, et à laquelle a participé un "groupe de 150 personnes" a échoué, "personne n'étant entré à Melilla", a indiqué la préfecture de l'enclave.

"En raison de la violence des migrants qui avaient des bâtons et ont jeté des pierres, neuf agents de la Garde civile ont été blessés. Il s'agit a priori de blessures légères", a-t-elle poursuivi.

Ces migrants provenaient "pour la plupart" d'Afrique subsaharienne "même s'il y avait également des Maghrébins", a encore précisé la préfecture de l'enclave où les migrants tentent généralement d'entrer en franchissant la clôture de plusieurs mètres qui la sépare du Maroc.

Mi-mai, Ceuta, l'autre enclave espagnole située sur la côte nord du Maroc, avait connu une vague migratoire inédite de près de 10.000 personnes, dont de nombreux mineurs, à la faveur d'un relâchement des contrôles par les autorités marocaines.

Ces arrivées spectaculaires s'étaient produites dans un contexte de crise diplomatique majeure entre l'Espagne et le Maroc, fâché depuis l'accueil en Espagne, pour y être soigné, du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, ennemi juré de Rabat. Ce dernier est depuis rentré en Algérie.

Les frontières de Ceuta et Melilla sont les seules frontières terrestres entre l'Afrique et l'Union Européenne.


Après Chypre, le pape attendu à Athènes, à la rencontre des orthodoxes grecs

Après Chypre, le pape François vient samedi matin à Athènes à la rencontre des chrétiens orthodoxes de Grèce, une première en deux décennies dans la capitale grecque placée sous haute sécurité en raison du climat antipapiste qui y règne traditionnellement. (Photo, AFP)
Après Chypre, le pape François vient samedi matin à Athènes à la rencontre des chrétiens orthodoxes de Grèce, une première en deux décennies dans la capitale grecque placée sous haute sécurité en raison du climat antipapiste qui y règne traditionnellement. (Photo, AFP)
Short Url
  • Si le souverain pontife s'est rendu sur l'île grecque de Lesbos en 2016, c'est la première visite d'un pape à Athènes en vingt ans
  • Dans une vidéo publiée peu avant son départ de Rome, le pape s'est présenté en "pélerin" à la rencontre de «tous, pas seulement les catholiques»

ATHENES : Après Chypre, le pape François vient samedi matin à Athènes à la rencontre des chrétiens orthodoxes de Grèce, une première en deux décennies dans la capitale grecque placée sous haute sécurité en raison du climat antipapiste qui y règne traditionnellement.

L'avion du pape s'est envolé de l'aéroport de Larnaca, après une visite de deux jours à Chypre où il a fustigé avec force "le mur de la haine" dressé contre les migrants.

François est attendu à l'aéroport d'Athènes vers 11H00 (09H00 GMT) et doit prononcer trois discours devant les autorités civiles et religieuses.

A Athènes, il vient "étancher sa soif aux sources de la fraternité" et renforcer ses liens avec ses "frères de foi", les chrétiens orthodoxes, séparés de l'Eglise catholique depuis le schisme de 1054 entre Rome et Constantinople.

Si le souverain pontife s'est rendu sur l'île grecque de Lesbos en 2016, c'est la première visite d'un pape à Athènes en vingt ans, depuis le déplacement de Jean Paul II en mai 2001.

Dans une vidéo publiée peu avant son départ de Rome, le pape s'est présenté en "pélerin" à la rencontre de "tous, pas seulement les catholiques", une minorité d'1,2% dans un pays à grande majorité de religion orthodoxe, non séparée de l'Etat.

Il s'entretiendra samedi avec la présidente de la République hellénique Katerina Sakellaropoulou et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, ainsi qu'avec l'archevêque de l'Eglise orthodoxe de Grèce Hiéronyme II, avant de rencontrer la communauté catholique, pour laquelle "la présence du Saint-Père en Grèce est un encouragement", selon Markos Foscolos, théologien et prêtre sur l'île de Tinos.

«Aux sources de l'humanité»

Son séjour de deux jours et demi en Grèce sera également marqué dimanche par une nouvelle visite éclair à Lesbos, emblématique de la crise migratoire, où il a dit qu'il irait "aux sources de l'humanité" plaider pour l'accueil et "l'intégration" des réfugiés.

Vendredi à Chypre, le pape François a appelé à "ouvrir les yeux" devant l'"esclavage" et la "torture", que subissent les migrants dans les camps. Cinquante migrants, dont 10 en situation irrégulière détenus, seront transférés à Rome, selon Nicosie.

Une quarantaine d'ONG de défense des migrants ont demandé à le rencontrer, l'exhortant à intervenir pour que cessent les refoulements présumés d'exilés aux frontières gréco-turques.

Le "père spirituel" est attendu avec impatience à Lesbos, où une trentaine de nouveaux demandeurs d'asile ont accosté mercredi.

"Nous l'attendons les bras ouverts", a déclaré Berthe, une Camerounaise qui attend du pape "qu'il prie pour nous en raison des insécurités que nous avons vécues et qu'il nous aide à surmonter cela dans la foi".

Au cours de sa "brève" visite du camp de Mavrovouni, "il est clairement intéressé par les réfugiés" dont il rencontrera deux familles "choisies au hasard", a précisé vendredi sur la chaîne de télévision grecque ERT Dimitris Vafeas, directeur adjoint du camp.

Quelque 900 policiers doivent être déployés le temps de son déplacement sur l'île grecque et aux alentours du camp érigé à la hâte après l'incendie de septembre 2020 qui a détruit la structure de Moria, que le pape avait visité il y a cinq ans.

Haute sécurité

Drones, véhicules blindés, routes coupées: la capitale sera également placée sous haute sécurité jusqu'au départ du souverain pontife lundi en fin de matinée, en prévision d'éventuelles manifestations antipapistes.

Même si le climat est meilleur qu'en 2001, lors de la première visite d'un pape en Grèce, il y a, à l'intérieur du synode grec, "quelques fanatiques anticatholiques réputés", a dit à l'AFP Pierre Salembier, supérieur de la communauté jésuite en Grèce. Le plus célèbre étant le métropolitain Séraphim du Pirée, qui a qualifié la visite du pape François d'"immorale", selon l'Union des journalistes orthodoxes.

Jusqu'à 2.000 policiers sont prévus à Athènes en prévision des protestations de fondamentalistes orthodoxes. "Ils seront peu nombreux mais bruyants", prévient le théologien Petros Panagiotopoulos, professeur à l'université Artistote de Thessalonique.

Il y a 20 ans, Jean Paul II avait demandé "pardon" pour les péchés des catholiques contre les orthodoxes, en référence au sac de Constantinople de 1204. 

Malgré cette repentance, l'archevêque catholique d'Athènes Théodore Kodidis s'attend aussi à ce que "des personnes ou des groupes protestent et reviennent sur le poids de l'histoire". Mais il ne juge pas "leur influence significative" et voit dans cette rencontre avec l'Eglise orthodoxe "un signe d'espérance et de progrès".

Si la visite du pape a été qualifiée de "significative" de source gouvernementale, beaucoup de Grecs ne sont "pas intéressés par cet événement", selon Mgr Kodidis. Car "ici c'est un pays orthodoxe, le pape reste une figure lointaine".


Des leaders de partis souverainistes débattent à Varsovie de leur alliance au sein de l'UE

Une quinzaine de partis souverainistes d'extrême droite et conservateurs, dont le Rassemblement national de Marine Le Pen et le parti polonais Droit et Justice (PiS), signataires en juillet d'une déclaration commune en vue d'une alliance, se réunissent samedi à Varsovie pour débattre de leur vision de l'UE. (Photo, AFP)
Une quinzaine de partis souverainistes d'extrême droite et conservateurs, dont le Rassemblement national de Marine Le Pen et le parti polonais Droit et Justice (PiS), signataires en juillet d'une déclaration commune en vue d'une alliance, se réunissent samedi à Varsovie pour débattre de leur vision de l'UE. (Photo, AFP)
Short Url
  • Mme Le Pen a indiqué aux journalistes que ces formations politiques participent à cette réunion dont l’objectif est de créer «ce grand groupe» au Parlement européen
  • La liste complète des participants n'a pas pourtant été diffusée vendredi par les organisateurs

VARSOVIE: Une quinzaine de partis souverainistes d'extrême droite et conservateurs, dont le Rassemblement national de Marine Le Pen et le parti polonais Droit et Justice (PiS), signataires en juillet d'une déclaration commune en vue d'une alliance, se réunissent samedi à Varsovie pour débattre de leur vision de l'UE.

Mme Le Pen a indiqué aux journalistes que ces formations politiques participent à cette réunion dont l’objectif est de créer "ce grand groupe" au Parlement européen où elles sont actuellement scindées en deux groupes distincts.

"On peut envisager avec optimisme dans les mois qui viennent le débouché si vous voulez de cette force politique" qui, si elle voit le jour, "sera la deuxième force au sein du parlement européen", a déclaré la candidate à l'élection présidentielle en France en avril prochain.

Outre Marine Le Pen et le chef de la Ligue italienne Matteo Salvini (absent toutefois à Varsovie), figuraient parmi les signataires de la déclaration de juillet le Premier ministre et patron du Fidesz hongrois Viktor Orban, le chef du PiS Jaroslaw Kaczynski, le président de Vox en Espagne Santiago Abascal, et la cheffe de Fratelli d'Italia, Giorgia Meloni, attendus à Varsovie.

La liste complète des participants n'a pas pourtant été diffusée vendredi par les organisateurs.

Au Parlement européen, le RN et la Ligue appartiennent au groupe Identité et Démocratie (ID), tandis que Droit et Justice, Vox et Fratelli d'Italia sont dans le groupe des Conservateurs et réformistes européens (CRE). Le Fidesz, qui a divorcé en mars du groupe du Parti populaire européen (PPE), est lui à la recherche d'autres partenaires.

"C’est un travail de longue haleine de réussir à réunir l’ensemble des mouvements politiques. Ca prend du temps", a reconnu Mme Le Pen, pour qui la rencontre de Varsovie sera une "étape importante".

Les partis signataires de la déclaration en juillet ont insisté la nécessité d'une "réforme profonde" de l'UE, craignant la "création d'un super-État européen".

«Tournant historique»

Selon Ewa Marciniak, politologue de l'Académie polonaise des sciences, les participants tâcheront de "minimiser les différences entre eux", notamment leurs positions parfois divergentes face à Moscou, à l'avortement, au mouvement LGBT, ou leurs affiliations historiques, insistant sur "la volonté commune de retrouver les racines de l’UE, la pensée des pères fondateurs de l’UE".

Des experts polonais évoquent le contexte actuel de la rencontre, avec la création d'une nouvelle coalition gouvernementale en Allemagne, et la signature par Paris et Rome, la semaine dernière, d'un traité de coopération renforcée pour consolider une relation éprouvée ces dernières années, avec pour toile de fond la transition qui s'opère en Europe avec le départ d'Angela Merkel.

"Un des éléments du nouvel accord de coalition en Allemagne évoque la fédéralisation de l’UE", à l'opposé des souhaits des leaders souverainistes, rappelle Ewa Marciniak.

Vendredi, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a considéré qu'il s'agit en ce moment d'un "tournant dans l'histoire de l'Europe, de l'Union européenne, des États membres souverains de l'UE".

"Soit (...) ensemble nous mettrons un barrage à l'usurpation qui concentre le pouvoir entre les mains des élites européennes (...), soit nous serons confrontés à l’extension des compétences (des institutions européennes, ndlr) et à la contraction de ce qu’est l'une des les meilleures inventions de l'humanité, c'est-à-dire des États souverains", a-t-il estimé lors d'une réunion d'experts.

De son côté, Katalin Novak, ministre hongroise de la Famille, a assuré que "l'objectif de Fidesz est de faire en sorte que les personnes nationalistes, pro-liberté, anti-immigration et respectueuses des valeurs familiales traditionnelles soient représentées aussi fortement que possible dans le processus décisionnel européen".

En octobre, Mme Le Pen a déjà rencontré MM. Morawiecki et Orban, pour dénoncer "l'asservissement" de l'UE et la "submersion migratoire".

La Pologne et la Hongrie sont menacées par un mécanisme de l'UE permettant de suspendre le versement de fonds européens en cas de violation des principes de l'Etat de droit, en raison de leurs démêlés récurrents avec Bruxelles sur le respect des valeurs jugées fondamentales au sein de l'Union européenne.


Au Royaume-Uni, les «Christmas parties» mettent le gouvernement dans l'embarras

Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination. Il a aussi à nouveau imposé le port du masque dans les transports et les magasins. (Photo, AFP)
Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination. Il a aussi à nouveau imposé le port du masque dans les transports et les magasins. (Photo, AFP)
Short Url
  • Pourtant prompt à instaurer de nouvelles restrictions sanitaires aux frontières, le Premier ministre Boris Johnson a enjoint les Britanniques à «continuer comme avant»
  • Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination

LONDRES: Avec le variant Omicron, faut-il maintenir les "Christmas party" au travail ? Le sujet embarrasse le gouvernement britannique, critiqué pour ses directives confuses alors qu'il a organisé une fête pour ses salariés en 2020 quand c'était interdit.

Pourtant prompt à instaurer de nouvelles restrictions sanitaires aux frontières, le Premier ministre Boris Johnson a enjoint les Britanniques à "continuer comme avant" et à ne pas changer leurs plans pour Noël.

"Nous ne voulons pas que les gens aient l'impression qu'ils doivent commencer à annuler des choses", comme les festivités au bureau, a déclaré M. Johnson jeudi, après avoir reçu sa dose de rappel du vaccin contre le Covid-19.

"Il n'y a rien dans les règles qui empêche quiconque d'organiser des fêtes de Noël", a insisté son porte-parole, alors que chacun commençait à s'interroger sur le bien-fondé de la tenue des "Christmas party" au travail, tradition bien anglaise. Des membres de son gouvernement étaient moins affirmatifs.

Figurant parmi les pays les plus touchés par la pandémie avec 145 000 morts, le Royaume-Uni a pour l'instant détecté une quarantaine de cas liés au variant Omicron.

Face à la nouvelle menace, le gouvernement conservateur a élargi sa campagne de vaccination. Il a aussi à nouveau imposé le port du masque dans les transports et les magasins. Sans pour autant limiter les fêtes en intérieur.

«Confus» et «incohérent»

Certains pubs, qui réalisent une grosse partie de leur chiffre d'affaires à Noël car ils accueillent de nombreuses fêtes d'entreprise, enregistrent cependant déjà des annulations.

Le patron de la chaine Young's, Patrick Dardis, accuse les "messages confus et incohérents du gouvernement" qui se sont ajoutés aux craintes qu'une fête de Noël au travail ne prive plus tard les salariés de retrouvailles en famille.

On a conseillé "aux gens d'éviter les interactions sociales", puis "une heure plus tard", le ministre de la Santé Sajid David "disait le contraire", s'insurge-t-il.

Le Premier ministre a lui défendu "une approche équilibrée et proportionnée du risque". "Noël cette année sera considérablement meilleur que Noël l'année dernière", a-t-il affirmé.

Ces critiques interviennent alors que Boris Johnson se trouve accusé d'avoir tenu deux fêtes "arrosées" en décembre 2020 à Downing Street, alors qu'il était pourtant interdit de se retrouver à l'intérieur.

Selon le Daily Mail, 40 à 50 personnes se sont retrouvées "les unes sur les autres" pour une fête de Noël et un pot de départ, où le Premier ministre a donné un discours.

Interrogé par le dirigeant de l'opposition travailliste Keir Starmer au Parlement, Boris Johnson n'a pas nié ces fêtes mais assuré que "toutes les recommandations y avaient été suivies". 

"Le Premier ministre prend les Britanniques pour des imbéciles", a protesté Keir Starmer. Le chef au Parlement du Parti national écossais, Ian Blackford, a accusé Boris Johnson d'avoir "une règle pour lui et une règle pour tous les autres".

M. Johnson a confirmé qu'une fête de Noël se tiendrait cette année à Downing street.

Un responsable du ministère de l'Economie George Freeman a en revanche assuré sur Times Radio que son ministère "ne ferait pas une grande fête".

Il appartient à chaque entreprise de "juger ce qu'il est approprié de faire", a-t-il dit sur la BBC, appelant au bon sens de chacun.

"Quatre ou cinq employés qui travaillent ensemble tous les jours et se réunissent pour boire un verre ne représentent pas un grand risque", a-t-il estimé, contrairement aux "larges fêtes" de "centaines de personnes" organisées par certaines firmes, pas forcément "bien raisonnables, compte tenu de la situation".