Abstention: La distanciation politique

L’abstention, parce qu’elle est trop massive pour relever d’un simple désintérêt pour la chose publique, vient de rappeler combien la revendication populaire de rupture est restée vive et partagée. (Photo, AFP)
L’abstention, parce qu’elle est trop massive pour relever d’un simple désintérêt pour la chose publique, vient de rappeler combien la revendication populaire de rupture est restée vive et partagée. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 16 juin 2021

Abstention: La distanciation politique

  • Pendant la période préélectorale, le pouvoir a tenté de se rassurer en médiatisant un engouement de chapelles pour les candidatures
  • Dans sa grande majorité, le peuple s’est détaché du fonctionnement institutionnel

Si l’on juge par les premiers éléments de résultat des élections législatives, le régime s’est reconstitué. Il s’est même conforté, puisque les formations d’opposition traditionnelle disposant d’un minimum de substance politique ont déserté l’hémicycle pour cause de boycott. 

Certes, dans le contexte national, le Parlement n’a aucune influence sur la politique publique, le fonctionnement électoral étant conçu pour fournir au régime une majorité d’élus qui lui sont organiquement liés. Cela pour solder la question de la responsabilité du boycott et de l’abstention dans la victoire annoncée du couple malfaisant FLN-RND et de leurs alliés accessoires. La participation n’aurait rien changé au score dans sa configuration générale ; elle aurait juste apporté une caution à une nouvelle étape de la restauration systémique.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


La BAD mobilise plus de 114 millions d’euros en faveur du Maroc pour soutenir l'agriculture

(Photo, Le Matin)
(Photo, Le Matin)
Short Url
  • Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement a approuvé, mercredi à Abidjan, un prêt de plus de 114 millions d’euros en faveur du Maroc
  • L’engagement de la Banque africaine de développement au Maroc, depuis un demi-siècle, s’élève à plus de dix milliards d’euros

Afin de renforcer la résilience climatique de l’agriculture marocaine, en particulier pour les petits producteurs, le programme soutiendra une utilisation plus efficiente des ressources en eau avec une meilleure valorisation de l’eau d’irrigation et introduira de nouvelles techniques de conversion du sol.

Il permettra également de renforcer les capacités des acteurs, notamment les associations des usagers des eaux agricoles et les coopératives agricoles, indique la banquedans un communiqué.

« Une agriculture plus durable, plus résiliente et plus inclusive, c’est notre priorité avec cette opération, qui soutient la nouvelle vision stratégique du secteur agricole « Génération Green 2020-2030 », a affirmé Mohamed El Azizi, directeur général de la Banque africaine de développement pour l’Afrique du Nord. «Notre appui consolide les précédentes réalisations qui, sur plus d’une décennie, ont permis de passer d’une logique de production à une logique de transformation avec une plus grande valeur ajoutée, au bénéfice des populations rurales», ajoute-t-il. 

 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Indéfendable !

(Photo, La Presse)
(Photo, La Presse)
Short Url
  • Le modèle tunisien en politique liée à l’infrastructure impose toujours l’idée conservatrice selon laquelle l’évolution et les innovations se trouvent affectées par des considérations contre nature
  • Depuis longtemps, rares sont les responsables qui ont osé remettre les problèmes de l’infrastructure au centre des priorités et des débats

On ne sait pas ce qu’il convient d’imaginer pour ceux qui se permettent encore et toujours de faire un mauvais usage des valeurs du travail. Des fonctions qu’ils assument et des missions dont ils assurent la responsabilité. A un certain moment, on avait espéré que les défaillances et les manquements pouvaient peut-être  servir à l’émergence d’idées et contribuer au jaillissement du sens de la responsabilité et du devoir. Qu’ils permettent aux dirigeants de connaître réellement la réalité de la Tunisie et des Tunisiens. Mais en vain.

On peut longuement discourir sur l’état actuel de l’infrastructure en Tunisie. On évoquera comme d’habitude le manque de moyens et d’encadrement nécessaires. Il reste que tous les arguments évoqués pour justifier les manquements sont indéfendables, car les projets et les stratégies bien élaborés, charpentés autour de données et de réformes portées par de grandes idées, qui tardent encore à voir le jour, mais qui auraient dû nous épargner des images et des séquences devenues habituelles chaque année, notamment lors des fortes précipitations en automne.

Le modèle tunisien en politique liée à l’infrastructure impose toujours  l’idée conservatrice selon laquelle l’évolution et les innovations se trouvent affectées par des considérations contre nature. Depuis longtemps, rares sont les responsables qui ont osé remettre les problèmes de l’infrastructure au centre des priorités et des débats.

 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


La grande hypocrisie !

« L’Algérie n’est pas à vendre », pancarte antifrançaise lors d’une manifestation à Alger, le 9 avril 2021. (Photo, AFP)
« L’Algérie n’est pas à vendre », pancarte antifrançaise lors d’une manifestation à Alger, le 9 avril 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Dans une démarche aussi démagogique qu’opportuniste, des ministres somment leurs administrations de communiquer exclusivement dans la langue arabe»
  • «Doit-on souligner ici que la langue arabe n’est pas en cause qui, faut-il le rappeler, est figée et enfermée dans un moule idéologique sacré lequel, au final, la dessert et surtout paralyse ses locuteurs»

“Les langues sont comme  des fenêtres, plus il y en a, mieux la maison est aérée”, résumait un écrivain algérien en réponse au repli sur soi que certains courants d’opinion tentent d’imposer à la société.  La  crise  diplomatique algéro-française était une occasion pour ces partisans de l’enfermement de repartir à la guerre contre la langue française.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.