Présidentielle en Iran: l’ultraconservateur Raïssi vainqueur

Le religieux ultraconservateur iranien et candidat à la présidentielle Ebrahim Raisi vote lors de l'élection présidentielle, dans la capitale Téhéran, le 18 juin 2021. (Atta Kenare/AFP)
Le religieux ultraconservateur iranien et candidat à la présidentielle Ebrahim Raisi vote lors de l'élection présidentielle, dans la capitale Téhéran, le 18 juin 2021. (Atta Kenare/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 20 juin 2021

Présidentielle en Iran: l’ultraconservateur Raïssi vainqueur

Le religieux ultraconservateur iranien et candidat à la présidentielle Ebrahim Raisi vote lors de l'élection présidentielle, dans la capitale Téhéran, le 18 juin 2021. (Atta Kenare/AFP)
  • Chef de l'Autorité judiciaire, M. Raïssi, 60 ans, faisait figure d'archi-favori, faute de concurrence réelle après la disqualification de ses principaux adversaires
  • Réélu en 2017 au premier tour face à M. Raïssi qui avait alors obtenu 38% des voix, le président Hassan Rohani, un modéré qui quittera le pouvoir en août, finit son second mandat à un niveau d'impopularité rarement atteint

TÉHÉRAN : L'ultraconservateur Ebrahim Raïssi a remporté la présidentielle iranienne à en juger par les messages de félicitations qu'il a reçus samedi de ses concurrents et l'annonce par le président sortant d'un vainqueur à l'issue du premier tour de la veille.

Il a obtenu 61,95% des voix, selon les résultats officiels définitifs, qui donnent la participation à 48,8%.

Dans les urnes, M. Raïssi a devancé Mohsen Rezaï, ancien commandant en chef des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne, arrivé deuxième avec 11,79% des voix, devant l'ex-président de la Banque centrale Abdolnasser Hemmati (8,39%) et le député Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi (3,45%).

"Je félicite le peuple pour son choix (...) On sait qui a eu suffisamment de voix lors de cette élection et qui est élu aujourd'hui par le peuple", a déclaré dans un discours télévisé le président sortant Hassan Rohani, sans donner le nom de son successeur.

Dans des messages sur Instragram, sur Twitter ou relayés par les médias iraniens, le député Amirhossein Ghazizadeh-Hachémi, l'ex-commandant en chef des Gardiens de la Révolution Mohsen Rézaï et l'ancien président de la Banque centrale Abdolnasser Hemmati, concurrents de M. Raïssi, ont reconnu à leur manière sa victoire.

Selon les médias d'État, le dépouillement est encore en cours en début de matinée. Les chiffres de la participation et les résultats définitifs sont attendus avant midi (07H30 GMT).

Les données officielles pourraient faire mentir les rares sondages disponibles qui donnaient avant le scrutin une abstention record, de l'ordre de 60%.

Les opérations de vote ont été étendues considérablement, jusqu'à 2H00 du matin samedi (21H30 GMT vendredi) pour permettre une participation maximale dans de bonnes conditions compte tenu de la pandémie de Covid-19 qui a fait officiellement près de 83 000 morts sur une population de 83 millions d'habitants.

"Privations"

Chef de l'Autorité judiciaire, M. Raïssi, 60 ans, faisait figure d'archi-favori, faute de concurrence réelle après la disqualification de ses principaux adversaires.

La campagne électorale a été fade, sur fond de ras-le-bol général face à la crise, dans un pays riche en hydrocarbures mais soumis à des sanctions américaines.

Se présentant comme le champion de la lutte anticorruption et le défenseur des classes populaires au pouvoir d'achat miné par l'inflation, M. Raïssi est le seul des quatre candidats à avoir véritablement fait campagne.

"J'espère qu'il saura (épargner à la population) les privations", a confié vendredi une de ses électrices à Téhéran.

Réélu en 2017 au premier tour face à M. Raïssi qui avait alors obtenu 38% des voix, le président Hassan Rohani, un modéré qui quittera le pouvoir en août, finit son second mandat à un niveau d'impopularité rarement atteint.

A Téhéran, il n'est pas compliqué de trouver des abstentionnistes accusant le gouvernement de n'avoir "rien fait" pour le pays ou ne voyant pas l'intérêt de participer à une élection courue d'avance, voire selon eux "organisée" pour permettre à M. Raïssi de gagner.

Face à des appels au boycottage lancés par l'opposition en exil, et par quelques dissidents en Iran, le guide suprême Ali Khamenei a multiplié les appels à participer en masse au scrutin.

Sans appeler à l'abstention, l'ancien président Mahmoud Ahmadinejad, populiste qui avait vu sa candidature invalidée en mai, a dénoncé une élection organisée "contre les intérêts du pays" et annoncé sa décision, à titre personnel, de ne pas participer à "ce péché".

Répression

Le président a des prérogatives limitées en Iran, où l'essentiel du pouvoir est aux mains du guide suprême.

Le bilan de M. Rohani est entaché par l'échec de sa politique d'ouverture après le retrait des Etats-Unis, en 2018, de l'accord sur le nucléaire iranien conclu avec les grandes puissances.

Ce retrait et le rétablissement de sanctions américaines punitives qui a suivi ont plongé le pays dans une violente récession en privant notamment le gouvernement de ses recettes pétrolières à l'exportation.

En décembre et janvier 2017-2018 et en novembre 2019, deux vagues de contestation ont été violemment réprimées.

Sur la question du nécessaire redressement de l'économie, les quatre candidats à la présidentielle s'accordent pour dire que la solution passe par la levée des sanctions américaines, objet de négociations pour sauver l'accord de Vienne en y réintégrant les États-Unis.

Pour l'opposition en exil et des défenseurs des droits humains, M. Raïssi est l'incarnation de la répression et son nom associé aux exécutions massives de détenus de gauche en 1988, drame dans lequel l'intéressé nie toute participation.

Il figure sur la liste noire des responsables iraniens sanctionnés par Washington pour "complicité de graves violations des droits humains".

 


Le nouveau gouvernement libanais augmente le prix des carburants et signe un accord d'audit

La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
La police anti-émeute libanaise monte la garde devant le bâtiment de la banque centrale, où des manifestants anti-gouvernementaux protestent contre le gouverneur de la banque centrale libanaise Riad Salameh et l'aggravation de la crise financière, à Beyrouth. (Photo, AP)
Short Url
  • L'audit est une condition essentielle pour que le Liban obtienne de l'aide étrangère
  • Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat

BEYROUTH: Le nouveau gouvernement libanais a augmenté vendredi le prix des carburants, réduisant ainsi une subvention que le Premier ministre, Najib Mikati, a qualifié d’inabordable alors qu'il élabore des plans pour faire face à un effondrement financier dévastateur.

Le gouvernement a également signé un nouveau contrat avec le cabinet-conseil en restructuration Alvarez & Marsal (A&M) pour effectuer un audit juricomptable de la Banque centrale, une étape souhaitée par les donateurs qui veulent voir Beyrouth adopter des réformes pour débloquer l'aide dont elle a grandement besoin.

Le gouvernement Mikati, qui a pris ses fonctions il y a une semaine, a promis des mesures pour faire face à la crise, notamment des pourparlers avec le Fonds monétaire international (FMI) et un début de réformes.

Le porte-parole du FMI, Gerry Rice, a déclaré jeudi qu'il y avait eu des appels de courtoisie avec des membres du nouveau gouvernement et que le Fonds était prêt à s'engager dans la période à venir. Les pourparlers entre le gouvernement précédent et le FMI l'année dernière avaient échoué.

La Banque mondiale affirme que l'effondrement économique du Liban est l'un des pires jamais enregistrés.

La monnaie a perdu plus de 90% de sa valeur depuis 2019, plongeant plus des trois quarts de la population dans la pauvreté. Le système bancaire est paralysé, et une grave pénurie des devises a entraîné des carences dans les importations vitales, notamment de carburants.

Le Liban a réduit le prix des carburants en fournissant des dollars à des taux de change subventionnés bien inférieurs au prix de la livre sur le marché parallèle, dans le but déclaré de protéger les personnes touchées par l'effondrement.

Les critiques affirment que ce système a donné lieu à la contrebande et à la thésaurisation, contribuant à des pénuries qui ont paralysé la vie normale et engendré un marché noir où l'essence a été vendue à des prix prohibitifs.

Les prix des carburants publiés vendredi ont consisté en une augmentation du prix de l'essence de plus de 37% avec effet immédiat.

«C'est l'avant-dernière étape de la levée de la subvention», a déclaré Georges Braks, membre du syndicat des propriétaires de stations-service, qui s'attend à ce que cette subvention soit supprimée d'ici la fin du mois de septembre. 

Il a précisé que les nouveaux prix sont basés sur un taux de change d'environ 12 000 livres libanaises pour un dollar, contre un taux de 8 000 livres par dollar fixé par le gouvernement précédent le mois dernier. Le nouveau taux reste néanmoins inférieur au taux du marché parallèle, où les dollars étaient échangés vendredi à 14 600 livres libanaises.

La Banque centrale a déclaré le mois dernier qu'elle n’était plus en mesure de fournir des dollars pour les carburants à des taux fortement subventionnés.

Cette décision signifie que les importateurs s'approvisionneront toujours en dollars auprès de la Banque centrale plutôt que sur le marché et qu'une subvention sera ainsi toujours appliquée, a déclaré Mike Azar, conseiller financier principal basé à Beyrouth.

Alors qu’elle s'échangeait autour de 19 000 pour un dollar, la livre libanaise s’est renforcée ces derniers jours. En effet, l’entrée en fonction de Mikati a mis fin à une année de conflits politiques sur les sièges gouvernementaux qui a mené le pays à la dérive.

Le FMI a recommandé au Liban d'unifier les taux de change multiples, ainsi que d'entreprendre d’autres mesures, notamment l'audit de la Banque centrale.

Le ministre des Finances, Youssef Khalil, ancien haut responsable de la Banque centrale, a signé le contrat avec A&M, qui, selon le ministère, présenterait un rapport initial douze semaines après le début des travaux par son équipe.

A&M s'est retiré de l'audit en novembre dernier, affirmant n’avoir pas reçu les informations requises. Le ministère des Finances a déclaré en avril que la Banque centrale avait accepté de remettre les documents requis.

Le Parlement a ensuite accepté en décembre de lever le secret bancaire pendant un an, au milieu de nombreuses tractations entre les responsables libanais, notamment le ministère des Finances et la Banque centrale, sur la possibilité de divulguer certaines informations.

Les pourparlers du Liban avec le FMI l'année dernière ont échoué en grande partie en raison d'un différend sur l'ampleur des pertes dans le système financier. Un plan élaboré par le gouvernement précédent indiquait que celles-ci s'élevaient à quelque 90 milliards de dollars, un chiffre approuvé par le FMI mais rejeté par les banques libanaises et la classe politique.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre israélien des AE se rendra au Bahreïn pour la première fois

Il y a un an, les Émirats arabes unis sont devenus le premier pays du Golfe à établir des relations officielles avec Israël et le troisième pays arabe à le faire après l’Égypte et la Jordanie. Bahreïn a signé le même jour, puis c’était au tour du Soudan et du Maroc de conclure les accords d’Abraham négociés par les États-Unis. (Photo, AFP)
Il y a un an, les Émirats arabes unis sont devenus le premier pays du Golfe à établir des relations officielles avec Israël et le troisième pays arabe à le faire après l’Égypte et la Jordanie. Bahreïn a signé le même jour, puis c’était au tour du Soudan et du Maroc de conclure les accords d’Abraham négociés par les États-Unis. (Photo, AFP)
Short Url
  • Yair Lapid a annoncé cette visite lors d’une téléconférence avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et des responsables de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc
  • «Le club des accords d’Abraham est ouvert aux nouveaux membres», a lancé M. Lapid

JÉRUSALEM: Le ministre israélien des Affaires étrangères a indiqué vendredi qu’il se rendrait au Bahreïn à la fin du mois, ce qui constituerait la première visite d’un ministre israélien dans ce pays du Golfe à la suite d’un accord diplomatique conclu l’année dernière.

Yair Lapid a annoncé cette visite lors d’une téléconférence avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et des responsables de Bahreïn, des Émirats arabes unis et du Maroc, qui ont conclu l’année dernière des accords de normalisation des relations avec Israël sous l’égide des États-Unis.

Les responsables ont salué les accords dits d’Abraham, qui ont conduit à l’ouverture d’ambassades, au lancement de vols directs et à de nombreux accords visant à stimuler les liens économiques. Ils espèrent que les nouvelles relations seront approfondies et que d’autres pays suivront cet exemple.

«Le club des accords d’Abraham est ouvert aux nouveaux membres», a lancé M. Lapid, avant d’annoncer qu’il envisageait de se rendre au Bahreïn vers la fin du mois. Il s’est déjà rendu aux Émirats arabes unis en juin et au Maroc en août.

L’administration Biden, quant à elle, a salué les accords négociés par l’administration de l’ancien président Donald Trump et s’est engagée à se baser sur eux.

Pour les Palestiniens, cependant, ces accords constituent une trahison de leur cause nationale, car ils ont contribué à éroder un consensus arabe de longue date selon lequel la reconnaissance d’Israël devrait dépendre des progrès vers la création d’un État palestinien.

M. Blinken, qui a organisé la vidéoconférence, a déclaré: «Nous devons tous nous appuyer sur ces relations et sur la normalisation croissante pour apporter des améliorations tangibles à la vie des Palestiniens et pour progresser vers l’objectif de longue date consistant à instaurer une paix négociée entre Israéliens et Palestiniens.»

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a qualifié les accords d’«événement historique qui mérite d’être commémoré», mais a affirmé que la réactivation du processus de paix avec les Palestiniens était «fondamentale».

Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif ben Rashid Alzayani, estime qu’il faut s’employer à mettre en évidence les avantages de la coopération.

«Nous devons démontrer ce qu’une paix, une interdépendance et une prospérité régionales authentiques peuvent signifier dans la pratique pour la vie quotidienne de tous les peuples du Moyen-Orient», a-t-il déclaré.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministère saoudien de la Défense organise son premier forum de communication stratégique

Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Le ministère considère la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance.
Short Url
  • L’événement s’inscrit dans le cadre du projet du ministère visant à développer ses moyens de communication internes et externes, afin de répondre aux exigences des pratiques médiatiques modernes
  • «Avec les progrès rapides de la technologie, il est indispensable que toutes les organisations, et pas seulement le ministère de la Défense, pensent à la communication avec le public», a souligné le ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécu

RIYAD: Jeudi, le ministère saoudien de la Défense a organisé son premier forum de communication stratégique  à Riyad. L’objectif était d’impliquer le personnel de communication du ministère du Royaume dans son modèle opérationnel ciblé, afin de réaliser les objectifs de son programme de transformation.

L’événement, qui a été organisé sous le patronage de Khaled al-Biyari, ministre adjoint de la Défense pour les affaires exécutives, s’inscrivait également dans le cadre du projet du ministère visant à développer ses moyens de communication internes et externes, afin de répondre aux exigences pratiques médiatiques modernes.

Le forum a proposé de nombreux ateliers, présentés par l’Institut Prince Ahmed ben Salmane des médias appliqué. Ils ont porté sur la création de contenu créatif, la production de vidéos pour les réseaux sociaux et la gestion d’événements. Parmi les participants figuraient des responsables et des spécialistes de la communication des forces armées saoudiennes, des forces conjointes, et des membres du département des services de santé de l’armée.

Lors du forum, M. Al-Biyari a affirmé que le ministère considérait la communication stratégique comme une approche cruciale pour atteindre l’excellence en matière de performance. «Ajouter une valeur stratégique à la communication élève nos pratiques médiatiques à un niveau plus avancé en termes diffusion des messages clés», a-t-il expliqué. «Avec les progrès rapides de la technologie, il est indispensable que toutes les organisations, et pas seulement le ministère de la Défense, pensent à la communication avec le public.»

Ahmed Ali Assiri, vice-ministre des Affaires stratégiques et intervenant principal lors de l’événement, a déclaré qu’il était impératif que tous les employés reçoivent des informations actualisées, précises et régulières, afin de garantir la qualité et l’efficacité des opérations.

Il a ajouté que la communication stratégique était essentielle pour envoyer des bons messages sur le travail du ministère. Enfin, Abdelrahmane al-Sultan, directeur général de la communication stratégique et des médias du ministère, a présenté son département, sa structure organisationnelle et la stratégie adoptée pour son modèle opérationnel.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com