Les chrétiens-démocrates dessinent l'Allemagne de l'après-Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel arrive à une réunion de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et de l'Union chrétienne-sociale bavaroise (CSU) à la veille du dévoilement de leur programme électoral à Berlin le 20 juin 2021. (Photo, AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel arrive à une réunion de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et de l'Union chrétienne-sociale bavaroise (CSU) à la veille du dévoilement de leur programme électoral à Berlin le 20 juin 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 21 juin 2021

Les chrétiens-démocrates dessinent l'Allemagne de l'après-Merkel

  • Grands favoris des prochaines élections, les conservateurs allemands dévoilent lundi leur programme, axé sur la promesse de ne pas augmenter les impôts malgré le coût de l'épidémie
  • Bien qu'impopulaire, le président de la CDU Armin Laschet a en particulier bénéficié des boulettes commises par les Verts, ses adversaires les plus dangereux

BERLIN: Grands favoris des prochaines élections qui marqueront la fin de l'ère Merkel, les conservateurs allemands dévoilent lundi leur programme, axé sur la promesse de ne pas augmenter les impôts malgré le coût de l'épidémie.

Après s'être livrés une lutte sans merci pour mener le camp conservateur de la chancelière au scrutin législatif du 26 septembre, Armin Laschet, le candidat finalement choisi, et Markus Söder, son populaire rival bavarois, présenteront ensemble le programme lundi lors d'une conférence de presse.

Le programme a été adopté dans ses grandes lignes dès dimanche dans le huis clos de la direction de l'union conservatrice CDU-CSU.

Le temps pressait: les chrétiens-démocrates sont les derniers à abattre leurs cartes et dévoiler ce qu'ils comptent faire s'ils restent aux commandes de l'Allemagne, après déjà 16 ans de règne d'Angela Merkel.

Boulettes vertes

L'affaire paraît plutôt bien engagée: après plusieurs mois de baisse, qui les ont vu un temps devancés par les écologistes, les chrétiens-démocrates sont de nouveau solidement installés en tête des intentions de vote, avec environ 30%, selon les sondages.

"Nous voulons le meilleur résultat possible", a proclamé dimanche soir Armin Laschet, perçu comme un modéré adepte de la continuité avec Angela Merkel. 

"Je serais satisfait avec un score de 32, 33 ou 35%", a-t-il ajouté, soit autour du résultat du précédent scrutin de 2017 (32,9%), considéré à l'époque comme décevant.

Bien qu'impopulaire, M. Laschet, président de la CDU et dirigeant de la région la plus peuplée, la Rhénanie du nord-Westphalie, a en particulier bénéficié des boulettes commises par les Verts, ses adversaires les plus dangereux.

Les "Grünen" et leur candidate, Annalena Baerbock, sont en nette perte de vitesse à 20%, contre plus de 25% il y a quelques semaines.

Diverses bourdes ainsi qu'un impopulaire plaidoyer en faveur d'une hausse du prix de l'essence - dans un pays où l'automobile est reine - ou de restrictions sur les vols aériens bon marché ont coûté en popularité aux écologistes.

"Avec les Verts nous aurions de grandes incertitudes dans le pays, une politique idéologique et de nombreuses interdictions", a martelé dimanche Markus Söder.

Néanmoins, la droite allemande ne veut pas aller trop loin dans ses critiques contre les Verts qui, au vu des sondages, pourraient être partenaires de la future coalition gouvernementale, peut-être élargie aux Libéraux allemands du FDP.

Candidat roué, M. Laschet peut désormais compter sur un camp qui semble parvenu à étouffer ses querelles d'ego. Un camp bien décidé à profiter d'un climat de reprise post-pandémie pour rester au pouvoir quatre ans de plus.

Les principales mesures du programme ont fuité au cours du week-end.

Ainsi malgré un niveau de dette record lié à la pandémie, les conservateurs s'opposent à toute hausse d'impôt. Elles "seraient le mauvais signal en ce moment, du poison pour la reprise", s'est justifié M. Laschet. Dans le même temps, des baisses d'impôts généralisées ne pourront être accordées, a-t-il prévenu.

«Catastrophe humaine»

Les conservateurs restent aussi attachés au retour du mécanisme de frein à l'endettement, suspendu durant la pandémie. Inscrit dans la Loi fondamentale allemande, il proscrit de s'endetter à plus de 0,35% du PIB par an.

La recette pour concilier absence de pression fiscale renforcée et baisse du déficit reste à ce stade assez floue, d'autant que les conservateurs écartent tout recul supplémentaire de l'âge de la retraite, déjà à 67 ans.

Le chemin que les conservateurs comptent emprunter pour que l'Allemagne tienne ses engagements climatiques reste lui aussi à tracer.

"Quiconque lit les propositions (des conservateurs évoqués dans la presse allemande, ndlr) sur la politique climatique ne réalise pas immédiatement qu'il s'agit de la lutte contre une catastrophe humaine", persifle le quotidien berlinois Tagesspiegel.

Les conservateurs reprennent à leur compte dans leur programme l'objectif national de l'Allemagne, récemment rappelée à l'ordre par la Cour de justice de l'Union européenne, d'une neutralité carbone en 2045, avec une réduction de 65% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport à 1990.


Ukraine: Poutine promet de continuer à détruire les infrastructures énergétiques

Vladimir Poutine a promis jeudi de poursuivre les frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes (Photo, AFP)
Vladimir Poutine a promis jeudi de poursuivre les frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes (Photo, AFP)
Short Url
  • De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé les forces russes de miner et piéger intensément les territoires qu'ils abandonnent lors de leurs retraits
  • L'armée ukrainienne s'est rapprochée ces dernières semaines de la Crimée grâce à une contre-offensive victorieuse qui lui a permis de reprendre le 11 novembre la ville stratégique de Kherson, dans le sud du pays

KIEV: Vladimir Poutine a promis jeudi de poursuivre les frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes, une réplique selon lui à des attaques de Kiev notamment en Crimée, péninsule annexée dont Moscou a admis la vulnérabilité.

De son côté, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé les forces russes de miner et piéger intensément les territoires qu'ils abandonnent lors de leurs retraits, assurant que "le terrorisme des mines figurera parmi les accusations portées contre la Russie".

"Les terroristes essaient délibérément de laisser derrière eux autant de pièges mortels que possible", a-t-il déclaré dans son adresse quotidienne sur internet. "Mines terrestres enfouies, fils-pièges, bâtiments, voitures et infrastructures minés... Il s'agit de plus de 170.000 kilomètres carrés de territoire dangereux", a estimé M. Zelensky.

Remettant des médailles à des soldats et à d'autres personnalités jeudi au Kremlin, Vladimir Poutine a pour sa part balayé les critiques occidentales des frappes russes qui ont laissé ces dernières semaines des millions d'Ukrainiens sans courant, voire sans eau et sans chauffage, en pleines températures hivernales.

"Oui, nous le faisons, mais qui a commencé ?", a lancé M. Poutine, présentant ces bombardements comme une réplique à l'explosion ayant endommagé début octobre le pont de Crimée construit par la Russie et à d'autres attaques imputées à Kiev.

Il a aussi reproché à Kiev d'avoir "fait sauter les lignes électriques de la centrale nucléaire de Koursk", une région russe frontalière de l'Ukraine, et de "ne pas approvisionner en eau" le bastion séparatiste prorusse de Donetsk, dans l'Est du pays.

"De notre côté, dès que nous nous mettons à faire quelque chose en réponse, le bruit, la clameur, le crépitement se répandent dans tout l'univers", a ironisé M. Poutine. "Cela nous ne gênera pas pour remplir nos missions de combat", a-t-il dit.

"Des risques" en Crimée 

Plus tôt jeudi, le Kremlin avait reconnu être vulnérable à des attaques ukrainiennes en Crimée, péninsule annexée en 2014, après plusieurs attaques attribuées à l'Ukraine loin du front.

Jeudi, un drone a été abattu par la flotte russe à Sébastopol en Crimée, ont indiqué les autorités locales, signe des risques qui continuent de peser sur la péninsule annexée que Kiev a juré de reprendre.

Ces attaques, associées à une série de revers russes en Ukraine, semblent témoigner du fait que, neuf mois après le début de l'offensive, la Russie peine à consolider non seulement ses positions mais aussi à protéger ses bases-arrières.

La flotte russe de la mer Noire, basée dans le port de Sébastopol, a été touchée fin octobre par ce que les autorités ont qualifié d'attaque "massive" de drones, qui avait endommagé au moins un navire.

Et début octobre, le pont reliant la péninsule à la Russie a été partiellement détruit par une explosion que Moscou a attribuée aux forces ukrainiennes.

 "Espions" arrêtés 

Avec des lignes de front qui risquent de se figer avec l'hiver, les Ukrainiens se tournent de plus en plus vers les drones pour frapper les bases russes situées à l'arrière, loin du front, tandis que les Russes bombardent les infrastructures énergétiques ukrainiennes, quitte à plonger les civils dans le froid.

Selon l'opérateur ukrainien Ukrenergo, le système électrique était encore victime jeudi d'un "déficit significatif" après les dernières frappes russes lundi.

Signe des tensions en Crimée, les services de sécurité russes (FSB) ont annoncé jeudi l'arrestation de deux habitants de Sébastopol soupçonnés d'avoir transmis à l'Ukraine des informations sur des cibles militaires.

L'armée ukrainienne s'est rapprochée ces dernières semaines de la Crimée grâce à une contre-offensive victorieuse qui lui a permis de reprendre le 11 novembre la ville stratégique de Kherson, dans le sud du pays.

Dans cette zone, où le gros des forces des deux camps est séparé par le fleuve Dniepr, la situation reste tendue, avec des frappes russes régulières sur Kherson.

Oleksiï Kovbassiouk, un habitant de la région rencontré par l'AFP, traverse le fleuve malgré les risques et les températures glaciales pour aider les habitants coincés sur la rive gauche, occupée par les Russes, à fuir.

"J'ai déjà eu deux impacts de balles dans mon bateau", dit-il.

En marge du dossier ukrainien, Moscou et Washington ont procédé jeudi à un important échange de prisonniers à l'aéroport d'Abou Dhabi, aux Emirats Arabes Unis.

La Russie a récupéré le marchand d'armes Viktor Bout, détenu depuis plus de dix ans aux Etats-Unis, tandis que la basketteuse américaine Brittney Griner, emprisonnée depuis plusieurs mois en Russie pour trafic de cannabis, retourne aux Etats-Unis.


«Nous pouvons le refaire»: Biden promet à nouveau d'interdire les fusils d'assaut

Des images de victimes de violence armée lors de la 10e veillée nationale annuelle pour toutes les victimes de violence armée à l'église épiscopale Saint-Marc à Washington (Photo, AFP).
Des images de victimes de violence armée lors de la 10e veillée nationale annuelle pour toutes les victimes de violence armée à l'église épiscopale Saint-Marc à Washington (Photo, AFP).
Short Url
  • Joe Biden a promis une nouvelle fois mercredi d'interdire les fusils d'assaut, dans un discours au ton grave
  • 26 personnes, dont 20 enfants âgés d'entre 6 et 7 ans, ont été tuées par un tireur armé d'un fusil d'assaut en 2012

WASHINGTON: "Nous pouvons le refaire": Joe Biden a promis une nouvelle fois mercredi d'interdire les fusils d'assaut, dans un discours au ton grave, à l'occasion d'une cérémonie commémorant notamment la tuerie, il y a dix ans, dans l'école de Sandy Hook.

Rappelant que les Etats-Unis avaient interdit entre 1994 et 2004 les armes semi-automatiques, le président américain a dit: "Cela a fonctionné", "un nombre significatif de vies ont été sauvées."

"Nous pouvons le refaire", a dit le démocrate de 80 ans, dans une allocution empreinte de tristesse.

Il participait à la dixième "Veillée nationale annuelle pour toutes les victimes de la violence par armes à feu", dans l'église épiscopale St Mark à Washington.

Rappelant qu'il avait lui aussi connu des deuils - la mort de sa première épouse et de leur fille encore bébé en décembre 1972, puis le décès de son fils aîné Beau Biden en mai 2015 - Joe Biden a décrit, comme il l'a déjà fait, la sensation d'un "trou noir qui s'ouvre dans votre poitrine et qui vous aspire".

Après avoir dit son admiration pour les parents et amis de victimes, ainsi que les rescapés qui l'entouraient, il a invité l'assistance à observer un moment de silence.

L'actualité américaine est scandée par des attaques à l'arme à feu qui n'épargnent aucune activité de la vie quotidienne, allant des écoles aux lieux de culte en passant par les supermarchés, mais dont seules les plus meurtrières ou les plus haineuses font encore la une.

Selon le site Gun Violence Archive, plus de 600 fusillades de masse (au moins quatre personnes tuées ou blessées), ont eu lieu aux Etats-Unis depuis le début de l'année en cours.

Joe Biden a passé par décret des mesures de régulation à la marge. Mais la majorité des parlementaires républicains et le puissant lobby des armes, la NRA, s'opposent à toute législation réellement contraignante, faisant valoir que ce serait contraire à la Constitution.

26 personnes, dont 20 enfants âgés d'entre 6 et 7 ans, ont été tuées par un tireur armé d'un fusil d'assaut en 2012 dans l'école élémentaire de Sandy Hook à Newtown (Connecticut, nord-est).


Des militants écologistes s'introduisent sur des pistes des aéroports de Berlin et Munich

Des militants écologistes se sont introduits jeudi matin sur le tarmac des aéroports de Berlin et de Munich, sans causer de retard ou d'annulation de vol (Photo, AFP).
Des militants écologistes se sont introduits jeudi matin sur le tarmac des aéroports de Berlin et de Munich, sans causer de retard ou d'annulation de vol (Photo, AFP).
Short Url
  • Il s'agit de la dernière action coup de poing en date pour ces activistes climatiques, à l'origine de plusieurs opérations de désobéissance civile dans des musées ou sur des routes
  • L'aéroport BER de Berlin, le troisième du pays, a déjà été pris pour cible par les militants

BERLIN: Des militants écologistes se sont introduits jeudi matin sur le tarmac des aéroports de Berlin et de Munich, sans causer de retard ou d'annulation de vol, pour protester contre la politique climatique du gouvernement allemand.

"Des militants (...) se sont collés à la piste de l'aéroport de Munich (...) et se sont rendus à l'aéroport de Berlin", s'est félicité jeudi dans un communiqué le collectif "Letzte Generation" (Dernière génération).

Il s'agit de la dernière action coup de poing en date pour ces activistes climatiques, à l'origine de plusieurs opérations de désobéissance civile dans des musées ou sur des routes.

A Munich, deuxième aéroport du pays après Francfort, la piste nord a été "bloquée trois quarts d'heure" par "quatre personnes qui se sont collées" au tarmac, a confirmé un représentant à l'AFP.

Aucun vol n'a toutefois été annulé, car les avions prévus ont pu partir de la "piste sud", a-t-il ajouté. Les manifestants ont été "décollés" par la police, avant d'être placés en garde à vue.

A Berlin, "plusieurs personnes" se sont introduites sur une piste, a indiqué un porte-parole. Cela n'a "pas eu de conséquence sur le trafic".

Les militants de "Letzte Generation" visent l'aviation, "un secteur fortement subventionné, coresponsable de la catastrophe climatique", ont-ils indiqué.

Cette action a provoqué l'indignation de plusieurs responsables politiques, au sein même du gouvernement où les écologistes occupent des postes clés.

"Avec leurs agissements criminels, les activistes (...) mettent en péril le consensus social. Une démocratie prend ses décisions sur la base d'une majorité et ne recule pas face à la pression", a réagi jeudi le ministre des Transports, Volker Wissing.

L'aéroport BER de Berlin, le troisième du pays, a déjà été pris pour cible par les militants. Fin novembre, ils avaient bloqué une piste en se collant les mains sur l'asphalte.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a lui aussi critiqué ces actions, appelant les écologistes à utiliser "d'autres modes" de contestation.

Fin octobre, le blocage d'une route par des militants, accusés d'avoir retardé l'arrivée des secours après un accident de la route ayant causé la mort d'une cycliste, a provoqué une vive polémique en Allemagne.