La théorie du «s'il était vivant» tourmente les Libanais et les Levantins en général

Hariri a été tué le 14 février 2005 dans une explosion à Beyrouth. (Photo, AFP)
Hariri a été tué le 14 février 2005 dans une explosion à Beyrouth. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 22 juin 2021

La théorie du «s'il était vivant» tourmente les Libanais et les Levantins en général

  • «S'il était vivant» est le titre d'une théorie qui fleurit aujourd'hui au Liban
  • Le sentiment que n'importe quelle époque dans le Levant arabe est meilleure que le présent prévaut, et plus l'époque est éloignée du présent, plus elle est considérée positivement

«Si Rafic Hariri était vivant, nous ne souffririons pas comme nous le faisons aujourd'hui». Cette phrase, reprise récemment par plusieurs citoyens libanais, a également été publiée sous forme d'articles, et elle a trouvé sa place dans les interventions et déclarations politiques. «S'il était vivant» est le titre d'une théorie qui fleurit aujourd'hui au Liban.

Certains le disent en référence à l'imam Musa al-Sadr. Certains veulent dire Kamal Joumblatt ou Bashir Gemayel. Un troisième groupe remonte plus loin, faisant référence à Camille Chamoun, Fouad Chehab ou Raymond Edde. Si seulement ils étaient vivants!

Peu de vérité se mêle à beaucoup d'illusion pour façonner les vertus attribuées à ces derniers politiciens. Cependant, le facteur sous-jacent le plus important derrière le choix des gens, ou le choix de la majorité, est l'identité sectaire ou régionale de leur homme de choix, et dans de rares cas, des tendances idéologiques et politiques se croisent avec ces identités.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les nouvelles mesures restrictives ont un goût amer pour les cafetiers et restaurateurs

Ces nouvelles mesures les contraignent à baisser le rideau avant 21h. (Photo, Le Matin)
Ces nouvelles mesures les contraignent à baisser le rideau avant 21h. (Photo, Le Matin)
Short Url
  • Les professionnels du secteur refusent de payer pour l’inconscience et le relâchement des citoyens
  • Ceux-ci ont vu leur moral plonger en flèche, en attendant que le chiffre d’affaires suive la même trajectoire

Le ras-le-bol se fait sentir chez les restaurateurs, cafetiers et autres professionnels. Les nouvelles mesures de restriction qui les contraignent à baisser le rideau avant 21h n’ont pas été de leur goût. Loin s’en faut même, si l’on se réfère aux propos du coordinateur national de l'Association des patrons de cafés et restaurants du Maroc, Ahmed Bouferkane.

Comme on s’y attendait, le durcissement des mesures restrictives n’a pas fait beaucoup d’heureux et encore moins parmi les propriétaires des cafés et restaurants. À l’annonce d’un couvre-feu ramené à 21h, ceux-ci ont vu leur moral plonger en flèche, en attendant que le chiffre d’affaires suive la même trajectoire.

«Bien que nous soyons tout aussi préoccupés par la situation épidémiologique dans le pays, nous déplorons cette nouvelle décision dont nous sommes, encore une fois, les principales victimes», a déclaré au ‘’Matin’’ le coordinateur national de l'Association des patrons de cafés et restaurants du Maroc, Ahmed Bouferkane.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Au-delà de l'épreuve

Un infirmier algérien attend d'administrer une dose de vaccin COVID-19 à des personnes sur un site de vaccination devant la mosquée El-Kebir à Alger, la capitale, le 9 juillet 2021. (Photo, AFP)
Un infirmier algérien attend d'administrer une dose de vaccin COVID-19 à des personnes sur un site de vaccination devant la mosquée El-Kebir à Alger, la capitale, le 9 juillet 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • En Algérie, chaque jour, la Covid emporte  des  vies, dégarnissant  tragiquement  nos entourages
  • Le confinement reste, cependant, une souffrance : en plus d’entraver la personne dans ses mouvements, il l’afflige d’un sentiment d’impuissance et d’inutilité et, souvent, le sanctionne économiquement

Le pays n’a pas pu  répondre  aux  besoins  en  oxygène  créés par la soudaine explosion épidémique du variant Delta. 
Chaque  jour, il  emporte  des  vies, dégarnissant  tragiquement  nos entourages. Certes, selon le lieu, les gens se contraignent inégalement aux précautions sanitaires. Mais la vie sociale est globalement réduite à son minimum : les courses, quelques appels téléphoniques et une quête partagée d’informations sur le thème du Covid, de ses dégâts et de la situation épidémique. 
Au travail, pour ceux qui opèrent dans des secteurs encore en activité, l’inquiétude chaque jour plus intense et la prudence tout de même inhabituelle alourdissent une atmosphère d’enterrement. À peine quelques parenthèses distraites avant de revenir à la morne réalité.
Ceux qui étaient en vacances sont, pour la plupart, rentrés. Le confinement est plus supportable chez soi, quand il prend des allures de vie pantouflarde. On a l’illusion de l’avoir choisi. Le confinement reste, cependant, une souffrance : en plus d’entraver la personne dans ses mouvements, il l’afflige d’un sentiment d’impuissance et d’inutilité et, souvent, le sanctionne économiquement. 

 

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.


Les faux jetons

La police tunisienne monte la garde devant le parlement à Tunis le 27 juillet 2021. (Photo, AFP)
La police tunisienne monte la garde devant le parlement à Tunis le 27 juillet 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Quand la rue s’est soulevée contre le système en place exigeant le départ de cette classe politique pour laquelle le mensonge l’emporte sur la vérité, ils ont crié au coup d'Etat
  • Depuis, des campagnes de dénigrement contre le Chef de l’État sont menées à tour de bras avec l’aide des chaînes télé satellitaires connues pour leur animosité à l’égard de la Tunisie

En dix ans de règne des islamistes et de certains de leurs alliés camarades de la lutte contre Ben Ali, la Tunisie a été prise d’un vertige destructeur. Ils ont tout détruit : le travail, les finances, l’économie, le service public, l’école, l’université, la justice… Et quand la rue s’est soulevée contre le système en place exigeant le départ de cette classe politique pour laquelle le mensonge l’emporte sur la vérité, qui alterne machinations et complots pour berner les foules et salir le Parlement, ils ont crié au coup d’État. Depuis, des campagnes de dénigrement contre le Chef de l’État, qui a eu le courage de donner un coup de pied dans la fourmilière pour faire bouger les lignes, sont menées à tour de bras avec l’aide des chaînes télé satellitaires connues pour leur animosité à l’égard de la Tunisie. L’objectif étant de nuire à l’image d’un président devenu depuis le 25 juillet symbole d’espoir pour les Tunisiens. Alors que Saïed, qui a été poussé par une irrépressible envie d’agir par devoir politique, économique et moral, ne cesse de multiplier les efforts auprès des acteurs économiques nationaux pour faire baisser les prix et améliorer le pouvoir d’achat des Tunisiens, et de continuer à mener un combat ardu contre la pandémie et de déployer tous les efforts pour renflouer les caisses de l’État dont ils ont raclé les fonds, ils ne trouvent pas mieux que de caricaturer la démocratie tunisienne dans le vil objectif de dissuader l’aide internationale et d’accélérer le déclin du pays et de le faire basculer dans le chaos et la misère.

Lire la suite

NDLR: Mosaïque est une revue de presse qui offre au lecteur un aperçu sélectif et rapide des sujets phares abordés par des quotidiens et médias de renommée dans le monde arabe. Arab news en français se contente d’une publication très sommaire, revoyant le lecteur directement vers le lien de l’article original. L’opinion exprimée dans cette page est propre à l’auteur et ne reflète pas nécessairement celle d’Arab News en français.