Mojeb al-Zahrani, directeur général de l'IMA, un passionné de la France

Mojeb al-Zahrani a notamment créé au sein de l’IMA une collection de livres qui porte sur des personnalités françaises et arabes, intitulée «Cent et un livres». Photo Daria Riachi
Mojeb al-Zahrani a notamment créé au sein de l’IMA une collection de livres qui porte sur des personnalités françaises et arabes, intitulée «Cent et un livres». Photo Daria Riachi
Short Url
Publié le Mercredi 23 juin 2021

Mojeb al-Zahrani, directeur général de l'IMA, un passionné de la France

  • Mojeb al-Zahrani a notamment créé au sein de l’IMA une collection de livres qui porte sur des personnalités françaises et arabes, intitulée «Cent et un livres»
  • «La présence culturelle arabe fait intimement partie de ce que l’on pourrait appeler la “scène culturelle française”», explique-t-il

PARIS: Mojeb al-Zahrani a la passion de la France. Né dans un petit village des montagnes du sud-ouest de l’Arabie saoudite, il débarque à Paris en 1980, à l’âge de 23 ans, après avoir obtenu sa licence à l’université de Riyad. S’il ne connaît alors pas un mot de français, ou seulement «bonjour» et «au revoir», il a dans ses bagages une connaissance intime des grands auteurs – traduits en arabe –, de l’histoire et du patrimoine artistique français. Il se lance dans la rédaction d’une thèse, soutenue à la Sorbonne, consacrée à l’image de l’Occident dans le roman arabe contemporain. En 1989, son doctorat en poche, Mojeb al-Zahrani retourne à Riyad pour y enseigner la littérature comparée, l’esthétique et la critique modernes. Son ambition est d’apporter à son université «une approche différente» grâce à ce regard francophone.

En 2016, il est appelé par le Conseil des ambassadeurs arabes à Paris pour occuper la fonction de directeur général de l’Institut du monde arabe, sous la présidence de Jack Lang. Il retrouve alors la France avec beaucoup de bonheur.

À l’institut, il lance – ou relance, plutôt – la chaire de l’IMA, développant deux grands axes: des rencontres-débats organisées chaque mois avec de grands intellectuels, à Paris ou dans d’autres villes françaises, ainsi que dans les capitales arabes, et la création d’une collection de livres qui porte sur des personnalités françaises et arabes intitulée «Cent et un livres», en partenariat avec le Prix du roi Faisal. Autant de ponts et passerelles entre les deux cultures, qui visent à briser les stéréotypes, «ces images simplistes qui empêchent de penser».

En 2019, Mojeb al-Zahrani est reconduit pour un deuxième – et «dernier» mandat, affirme celui dont le désir est de retourner mourir dans le village de son enfance, au plus près des arbres et de la terre.

Par une belle matinée du mois de juin, alors que le soleil se reflète sur la Seine en contrebas, il reçoit Arab News en français dans son bureau du 8e étage pour discuter littérature, art et francophonie.

Mojeb al-Zahrani, qui êtes-vous?

 

J’ai commencé ma vie comme paysan, dans un petit village oublié parmi les grandes montagnes du sud-ouest de l’Arabie. Puis, par hasard, je suis allé à Riyad pour y effectuer mes études universitaires et, par hasard de nouveau, je suis venu en France, où je suis maintenant, comme directeur général. Et j’ai aujourd’hui envie de retourner dans mon petit village.

Je suis un grand amateur d’arbres et j’aime la terre. Je souhaite finir ma vie de la même façon qu’elle a commencé. Entre-temps, j’ai travaillé plus qu’un quart de siècle comme professeur. J’ai assisté à des centaines, pour ne pas dire des milliers de conférences, des pays du Golfe au Maroc en passant par la France. J’ai écrit sept livres, participé à deux grandes encyclopédies en Arabie saoudite, l’une sur la littérature – en dix volumes – et, en ce qui concerne la seconde, qui est en quelque sorte notre encyclopédie Universalis, j’étais responsable des domaines culturels.

L’Arabie saoudite est un pays anglophone. Comment se fait-il que vous soyez francophone?

 

Pourquoi ai-je choisi la France? C’est justement en recherchant la différence. Quand on était à l’université, on lisait beaucoup [...]. Les grands auteurs de la littérature française étaient traduits en arabe. C’est cette passion française qui m’a poussé à choisir la France comme destination pour mes études, et je dois dire que j’ai eu de la chance de choisir ce chemin différent, parce que c’est ce choix qui m’a amené, à la fin de ma carrière, ici, à Paris, une ville que j’aime beaucoup.

Quel est le plus grand défi auquel vous êtes confronté en tant que directeur général de l’IMA?

 

C’est peut-être le défi que toutes les grandes structures culturelles affrontent partout dans le monde: le manque d’argent. Nous sommes une structure caritative qui dépend de ce qu’on lui donne. Le ministère des Affaires étrangères français est généreux avec nous, mais, malgré tout, il nous manque de l’argent. C’est pour cela que, de temps à autre, nous faisons appel aux gens généreux et conscients des pays arabes.

Vous avez écrit un livre consacré à l’image de l’Occident dans le roman arabe: quelle est aujourd’hui l’image de la France en Arabie saoudite?

 

Étudier et parler de l’image des autres est un travail qui doit être mené avec beaucoup de sérieux et d’honnêteté. La France est tellement riche, et chaque région a son identité, son image propre. Et puis, la France de la mode et de la littérature n’est pas la France des délinquants ou la France raciste. C’est ce genre d’images riches, dialogiques, qu’on doit véhiculer. Elles nous aident à mieux nous connaître et mieux échanger, à tous les niveaux et dans tous les domaines.

À quel point la culture française est-elle importante pour l’Arabie saoudite?

La culture française est devenue importante à partir de l’expédition de Napoléon Bonaparte en Égypte, avant même que l’Arabie saoudite moderne n’existe – ni l’Égypte, ni la Syrie, ni l’Algérie modernes. Cette expédition n’était pas une conquête militaire dans le sens classique du terme, puisqu’elle comptait plus de cinq cent quarante savants, qui furent choisis et amenés par Napoléon Bonaparte dans le but d’étudier l’Égypte, de propager et de diffuser un grand nombre d’idées modernes et modernistes à cette époque.

Beaucoup d’historiens, de critiques littéraires et de sociologues considèrent ce moment historique comme la renaissance de la culture arabe moderne. [...] D’ailleurs, jusqu’aux années 1960, les grands intellectuels arabes étaient francophones.

La culture française est présente, attractive et appréciée dans le monde arabe, pas seulement dans les pays francophones, mais aussi dans les pays du Golfe.

Et, à l’inverse, dans quelle mesure la culture, l'art et la littérature arabes sont-ils connus en France?

 

Je pense que la culture arabe fait partie intégrante de la culture française. En effet, il y a l’histoire officielle, mais il y a aussi ce que le grand philosophe allemand Hegel appelait «les ruses de l’histoire». Il y a des centaines de milliers, puis des millions de gens qui sont venus en France, à cause de la colonisation ou grâce à elle, d’Égypte et de Palestine au début et dans une moindre mesure, puis d’Afrique du Nord. Ils sont venus porteurs de leur langue, de leurs croyances, de leurs héritages, de leur culture, de leur littérature...

Au début des années 1980, quand j’étais étudiant ici, à Paris, il y avait seulement quelques noms d’origine arabo-musulmane dans les médias français. Aujourd’hui, il y en a des milliers, dans tous les domaines, du sport à la littérature, en passant par la chanson, les arts. C’est pour cela que la présence culturelle arabe fait intimement partie de ce que l’on pourrait appeler la «scène culturelle française».

Que peut-on dire de la connaissance de la culture saoudienne en France?

 

L’Arabie saoudite est un pays anglophone. Pour autant, des écrivains saoudiens ont été traduits et ont également reçu des prix littéraires, à l’exemple de Raja Alem, Abdallah Thabet ou Mohammed Hasan Alwan. Le chemin est ouvert. Seulement, il ne faut pas s’attendre à ce que la culture saoudienne, dans le sens large du terme, soit présente en France comme la culture marocaine, algérienne, syrienne ou libanaise: nous sommes un pays anglophone, et nous sommes rentrés sur la scène culturelle arabe à partir des années 1950 grâce à la découverte du pétrole. Auparavant, les conditions de vie n’étaient vraiment pas faciles là-bas.

Vous avez été professeur de faculté en Arabie saoudite jusqu'à une période récente. Que diriez-vous de la jeunesse saoudienne d’aujourd'hui par rapport à l'époque où vous étiez à l’université?

 

Je fais partie de ce que l’on appelle les «intellectuels critiques», «modernistes», «laïcs» même, cela depuis mes années universitaires, avant même de venir en France.

Nous étions toujours en train d’écrire pour développer la condition des femmes, pour changer un peu la société, pour s’ouvrir encore plus au monde extérieur. [...]

Quand je reviens maintenant dans mon petit village et que je vois des jeunes étudiantes qui conduisent leur voiture, souriantes, avec leurs beaux visages, je me dis que le but de toute notre vie culturelle était de réaliser quelque chose comme ça. Et maintenant, heureusement, il y existe un grand esprit d’ouverture pour le cinéma, pour les arts en général, comme c’était auparavant. En effet, je fais partie d’une génération qui admirait Oum Kalthoum, Fayruz, Sabah, Warda al-Jazaira et les plus illustres chanteuses et chanteurs arabes à la télévision saoudienne, en noir et blanc. Il y avait aussi, quand j’étais jeune, deux grandes chanteuses saoudiennes de La Mecque.

Avec votre fonction et votre culture, vous êtes un modèle pour les jeunes générations arabes en général et pour les jeunes Saoudiens en particulier. Quel message avez-vous pour eux?

 

Je vais recourir à cette métaphore paysanne et rurale: «On récolte toujours ce que l’on sème.» Ainsi, je souhaite que l’on travaille encore plus pour diversifier la culture et les arts [...] et que la jeune génération d’Arabie saoudite et d’ailleurs soit à la hauteur de cette responsabilité, dans un monde moderne qui change et évolue à chaque instant.


700 000 spectateurs pour Villeurbanne 2022, capitale française de la culture

La course du « Bull Machin » de la compagnie Royal de Luxe, à Villeurbanne (Photo, Twitter).
La course du « Bull Machin » de la compagnie Royal de Luxe, à Villeurbanne (Photo, Twitter).
Short Url
  • Pour clore «Villeurbanne 2022», un spectacle créé par les Allumeurs de Rêves sera diffusé en boucle chaque soir sur la façade de l'Hôtel de ville du 16 décembre au 1er janvier
  • Baptisé «Vitale», ce spectacle de 20 minutes, composé d'animations et illustrations 2D et 3D, rendra hommage aux grands moments de «Villeurbanne 2022»

VILLEURBANNE: Quelque 700 000 personnes ont assisté aux 660 événements organisés jusqu'à présent dans le cadre de "Villeurbanne 2022, capitale française de la culture", a annoncé mardi la mairie, se félicitant de ce bilan à quelques semaines de l'expiration des festivités liées à ce label, attribué pour la première fois l'an dernier dans l'Hexagone.

"Cela représente 4,5 fois la population de la ville. C'est assez spectaculaire", a vanté l'adjoint à la Culture Stéphane Frioux lors d'une conférence de presse, évoquant un "succès" en termes de diversité des publics touchés avec ce projet axé sur "la gratuité et l'accessibilité".

Le maire socialiste Cédric Van Styvendael a fait état d'un "pari réussi", se réjouissant notamment du festival Réel, organisé par et pour les jeunes, dans cette ville de la métropole lyonnaise où 50% de la population a moins de 30 ans.

Alors que le site d'informations lyonnais Médiacités évoquait mardi un "dérapage budgétaire" dans un article intitulé "Villeurbanne 2022 : le +quoi qu’il en coûte+" culturel de Cédric Van Styvendael", l'élu a reconnu que le budget initial, de 10 millions d'euros, avait été dépassé.

Il "s'approche des 13,5 millions d'euros", a-t-il dit. "Cette évolution du budget n'est pas liée à une non-maîtrise de nos budgets. Ce qu'on avait prévu a bien été réalisé, quasiment dans les prix", s'est-il défendu, "mais il y a eu beaucoup plus" d'évènements que prévu initialement, dont les trois jours de spectacles de la compagnie Royal de Luxe.

"J'ai une haute conscience de la question des finances publiques", a insisté M. Van Styvendael, en évoquant "une année exceptionnelle" avec "700 événements".

La manifestation a reçu le soutien de l'Etat et de la Caisse des Dépôts (1 million d'euros), de mécènes (1,6 million), de la métropole de Lyon (0,3 million), mais pas de la région Auvergne-Rhône-Alpes présidée par Laurent Wauquiez (LR).

Pour clore "Villeurbanne 2022", un spectacle créé par les Allumeurs de Rêves sera diffusé en boucle chaque soir sur la façade de l'Hôtel de ville du 16 décembre au 1er janvier, de 18H00 à 21H00.

Baptisé "Vitale", ce spectacle de 20 minutes, composé d'animations et illustrations 2D et 3D, rendra hommage aux grands moments de "Villeurbanne 2022", autour de thématiques fortes comme la jeunesse ou l'environnement.

Le spectacle sera d'ailleurs sobre en énergie, représentant pour l'intégralité des dates une consommation en électricité de "320 euros", a expliqué Barbara Coudène, des Allumeurs de Rêves.

Le label Capitale française de la culture, dont le premier avait été attribué à Villeurbanne pour 2022, doit être décerné tous les deux ans à une commune de taille moyenne. La prochaine ville lauréate sera annoncée en décembre par la ministre de la Culture.


Du «tchaï» à la baguette de pain, l'Unesco désigne ses lauréats du patrimoine immatériel

Le logo de l'Unesco est vu au siège de l'Unesco à Paris, le 12 novembre 2021 (Photo, AFP).
Le logo de l'Unesco est vu au siège de l'Unesco à Paris, le 12 novembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Présidé par le Maroc, le Comité du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco examinera de lundi à samedi 56 demandes d’inscription, dont quatre nécessitant une sauvegarde urgente
  • Les résultats seront publiés sur les comptes Twitter de l'Unesco à partir de mardi après-midi

RABAT: La baguette française, le raï algérien, la "slivo" serbe ou encore la harissa tunisienne: l'Unesco examine à partir de lundi à Rabat les candidatures d’inscription aux listes du patrimoine immatériel de l'humanité.

Présidé par le Maroc, le Comité du patrimoine culturel immatériel de l'Unesco examinera de lundi à samedi 56 demandes d’inscription, dont quatre nécessitant une sauvegarde urgente, comme l'art de la poterie au peuple Cham au Vietnam, a précisé l'organisation.

C'est la première fois qu'il se retrouve en présentiel après deux sessions annuelles successives (2020 et 2021) tenues en ligne en raison de la pandémie de Covid-19.

Les résultats seront publiés sur les comptes Twitter de l'Unesco à partir de mardi après-midi.

Parmi les dossiers les plus en vue: la baguette de pain (France), le chant populaire raï (Algérie), les fêtes foraines (France et Belgique), la culture du "tchaï/thé" (Azerbaïdjan et la Turquie), les techniques traditionnelles de transformation du thé (Chine), le rubab, luth d'Asie centrale (Iran/Tadjikistan/Afghanistan), ou encore le savoir-faire et les pratiques culinaires autour de la harissa, le condiment traditionnel tunisien.

Afin d'éviter les controverses, l’Unesco honore avant tout des traditions, des pratiques et des savoir-faire à sauvegarder.

Aussi elle ne reconnaîtra pas que la baguette de pain appartient au patrimoine mondial immatériel mais que "les savoir-faire artisanaux et la culture de la baguette" en font partie.

Quant au raï algérien, il ne sera pas intégré sur la liste comme musique mais en tant que tradition entourant ce genre musical.

"C'est du patrimoine vivant. La grande différence entre cette liste du patrimoine immatériel et la liste du patrimoine (matériel) mondial, c’est qu’ici ce sont des communautés qui sont représentées et qui sont les protagonistes de cette sauvegarde", a expliqué à l'AFP Ernesto Ottone, sous-directeur général pour la culture de l'Unesco.

Ainsi un patrimoine immatériel peut-être partagé entre plusieurs pays, comme en 2020 l’inscription du couscous avait été le résultat d’une candidature conjointe de quatre pays d’Afrique du Nord: l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie.

L'ambassadeur du Maroc auprès de l'Unesco, Samir Addahre, a regretté de "ne pas avoir pu présenter un dossier commun" avec l' Algérie pour le raï, en raison de la rupture des relations diplomatiques entre les deux voisins, mais il a dit espérer d'autres candidatures communes "quand les circonstances s'amélioreront un jour".

Adoptée en octobre 2003 et ratifiée par 180 pays, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel promeut la sauvegarde des connaissances et savoir-faire nécessaires à l’artisanat traditionnel.

Outil de la diplomatie culturelle, elle récompense également des "pratiques culturelles transmises de génération en génération, comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, rituels et événements festifs ou encore les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers".

La liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité compte aujourd'hui 530 éléments inscrits, dont 72 nécessite une sauvegarde urgente.


«Neymar haters»: quand la fracture politique au Brésil déborde sur la Coupe du monde

Les fans du Brésil réagissent en regardant la diffusion en direct du match de football du groupe G de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Brésil et la Suisse, au FIFA Fan Fest sur la plage de Copacabana, Rio de Janeiro, au Brésil, le 28 novembre 2022 (Photo, AFP).
Les fans du Brésil réagissent en regardant la diffusion en direct du match de football du groupe G de la Coupe du monde Qatar 2022 entre le Brésil et la Suisse, au FIFA Fan Fest sur la plage de Copacabana, Rio de Janeiro, au Brésil, le 28 novembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Brésil a souvent souffert sans Neymar, subissant notamment l'humiliante élimination 7-1 par l'Allemagne, sur son propre sol
  • À Copacabana, Charleo Luis, partisan de Lula, aimerait simplement que la politique et le football soient séparés

RIO DE JANEIRO: En temps normal, la blessure du joueur vedette d'une équipe de football est une terrible nouvelle pour tous ses supporteurs. Mais lors du match contre la Suisse lundi, certains Brésiliens ont eu du mal à regretter l'absence de leur icône Neymar, qui avait promis de dédier son premier but en Coupe du monde au président sortant d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Tout en regardant le match dans un bar bondé du centre de Rio de Janeiro, où les supporteurs parés de jaune et de vert attendent nerveusement ce qui s'avérera être le seul but de la rencontre (marqué à la 83e minute par Casemiro et synonyme de qualification pour le Brésil), Henrique Melo, un étudiant en droit de 23 ans, explique son dilemme.

"En tant que joueur, Neymar est incroyable. C'est un artiste. En tant que personne, il laisse beaucoup à désirer. Pas seulement à cause de ses opinions politiques, mais en raison de qui il est. Au lieu de mener un style de vie bling-bling, il pourrait investir dans l'éducation, les projets sociaux, donner l'exemple aux enfants", estime le jeune homme.

En tant qu'amateur de football, il aurait désespérément voulu que Neymar se remette de la blessure à la cheville qui l'a mis sur la touche jeudi lors du match contre la Serbie (remporté 2-0 par le Brésil), au cours duquel il a brillé sans toutefois inscrire de but.

"Il manque à l'équipe", constate Melo et arborant fièrement le maillot de la nation férue de football. En même temps, le fait que le footballeur le plus cher du monde n'ait pas encore marqué dans le tournoi "est le meilleur résultat que le Brésil ait eu en Coupe du monde", car "tous les supporteurs de Bolsonaro l'auraient célébré", plaisante ce fervent partisan du président élu de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.

«Génial de le voir échouer!»

Sur la célèbre plage de Copacabana à Rio, où une foule immense suit le match sur un écran géant, Tainara Santana, vendeuse de 29 ans, ressent le même dilemme. "J'aime le football, donc je veux que (Neymar) joue parce qu'il est bon. Mais je ne peux pas dire que je suis triste qu'il n'ait pas marqué. C'est génial de voir Neymar échouer", lâche-t-elle dans un rire.

Avec ses millions de followers sur les réseaux sociaux, Neymar est l'une des plus grandes célébrités du sport mondial. Mais sa magie a parfois été ternie.

Sur le terrain, les critiques accusent l'attaquant du Paris Saint-Germain, âgé de 30 ans, de jouer la comédie et de ne pas être à la hauteur quand il le faut. En dehors du terrain, Neymar a été accusé de faire la fête de façon éhontée, de frauder le fisc et de se comporter comme un enfant gâté.

"C'est un crétin", lâche Tainara Santana. "Pas seulement pour ses opinions politiques, mais pour son machisme, son ego, son manque total d'humilité".

La quête par le Brésil de sa sixième Coupe du monde, ce qui serait un record, arrive quelques semaines après une élection présidentielle hyper-polarisée dans le pays. Neymar a pris parti pour Bolsonaro au détriment de Lula, s'attirant un torrent d'injures d'une armée de "haters" en ligne. 

Une autre légende du football brésilien, le double champion du monde Ronaldo, a pris la défense de son collègue.  Au sein de l'équipe du Brésil, Casemiro et Raphinha ont également soutenu Neymar, affirmant qu'il ne méritait pas toute cette opprobre en ligne.

Le Brésil a souvent souffert sans Neymar, subissant notamment l'humiliante élimination 7-1 par l'Allemagne, sur son propre sol, en demi-finale de la Coupe du monde 2014 alors que son attaquant vedette était blessé au dos.

À Copacabana, Charleo Luis, partisan de Lula, aimerait simplement que la politique et le football soient séparés.

Ceux qui détestent Neymar "sont des idiots qui ne connaissent rien au football", affirme ce vendeur de rue de 24 ans. "Qui se soucie de savoir s'il soutient Bolsonaro ? C'est un grand joueur. Je suis un grand fan, je l'adore. Je l'encourage à se rétablir." La Coupe du monde, ajoute-t-il, "est l'occasion pour nous d'applaudir comme une grande famille."