Covid: Les experts inquiets suite aux inflammations cardiaques chez les jeunes vaccinés

Cette réunion du Comité consultatif sur les vaccinations (ACIP) des CDC devait initialement se tenir vendredi dernier, mais avait dû être repoussée du fait de la proclamation éclair d'un jour férié aux États-Unis. (Photo, AFP)
Cette réunion du Comité consultatif sur les vaccinations (ACIP) des CDC devait initialement se tenir vendredi dernier, mais avait dû être repoussée du fait de la proclamation éclair d'un jour férié aux États-Unis. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 23 juin 2021

Covid: Les experts inquiets suite aux inflammations cardiaques chez les jeunes vaccinés

  • De tels cas ont d'abord été signalés en Israël, où la vaccination a été plus rapide que dans la majorité des pays
  • Quelques cas ont également été détectés en France

WASHINGTON: Des experts américains doivent se réunir mercredi aux États-Unis pour examiner quelque 300 cas d'inflammations au niveau du cœur déclenchées après l'injection de certains vaccins contre la Covid-19, notamment chez des adolescents ou de jeunes adultes.

Ces cas ont été observés après les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna, qui ont en commun de reposer sur la technologie de l'ARN messager.

Suite aux inquiétudes suscitées par ces données, les experts indépendants sont convoqués par les Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays, pour passer en revue ces cas de myocardites et de péricardites, respectivement une inflammation du muscle cardiaque ou de la membrane qui entoure le cœur.

"Ces cas sont rares, et la vaste majorité (d'entre eux) ont été résolus grâce à du repos et des soins", avait rassuré jeudi Rochelle Walensky, la directrice des CDC. 

Cette réunion du Comité consultatif sur les vaccinations (ACIP) des CDC devait initialement se tenir vendredi dernier, mais avait dû être repoussée du fait de la proclamation éclair d'un jour férié aux États-Unis. 

"Les CDC présenteront le détail de plus de 300 cas confirmés de myocardites et péricardites communiqués aux CDC et à la FDA (l'Agence américaine des médicaments, NDLR), parmi les plus de 20 millions d'adolescents et de jeunes adultes vaccinés aux États-Unis", avait expliqué Mme Walensky. 

"Ces derniers mois, nous avons demandé aux praticiens d'être à l'affût et de signaler les cas de patients avec des symptômes de myocardite et de péricardite suivant la vaccination", avait-elle ajouté. 

Les CDC "ont obtenu les rapports médicaux détaillés pour confirmer les diagnostics (...) afin d'assurer en temps réel que nos vaccins soient sûrs", avait-elle enfin assuré, en disant attendre "avec impatience cette importante discussion".

Majorité d'hommes

De tels cas ont d'abord été signalés en Israël, où la vaccination a été plus rapide que dans la majorité des pays. Le ministère de la Santé israélien a soulevé fin mai "un possible lien" entre le vaccin Pfizer et des cas de myocardite chez de jeunes hommes, tout en précisant que 95% étaient bénins.

Quelques cas ont également été détectés en France. 

Aux États-Unis, lors d'une réunion d'un comité de l'Agence des médicaments il y a deux semaines, les informations d'un système public permettant à tout un chacun de signaler des symptômes graves après une vaccination ont été analysées.

Selon ces données non confirmées, quelque 530 cas de myocardites ou péricardites ont été rentrés après l'administration d'une seconde dose de vaccin de Pfizer ou Moderna. Plus de la moitié était des personnes entre 12 et 24 ans, en majorité des hommes. Le symptôme le plus couramment signalé était une douleur à la poitrine.

"Les cas rapportés excèdent le nombre de cas attendu" en temps normal, a déclaré lors de cette présentation le Dr Tom Shimabukuro, responsable des CDC, mais ces données demandent à être vérifiées.

Balance bénéfice/risque

"Je suis inquiet, mais je soulignerais qu'un lien de cause à effet n'a pas encore été établi", a déclaré  Lorry Rubin, directeur du département d'infectiologie pédiatrique au Cohen Children's Medical Center, à New York. 

"Dans notre hôpital, nous avons vu des cas de garçons adolescents se présentant avec une douleur à la poitrine un jour ou deux après leur seconde dose de vaccin à ARN messager", a-t-il témoigné.

Mais ces cas étaient "relativement légers", et la plupart ont été soignés grâce à des anti-inflammatoires.

Et même si le lien entre vaccination et myocardite est avéré, les bénéfices de ces vaccins pourraient toujours l'emporter sur les risques encourus, estime-t-il. 

Bien que les adolescents et jeunes adultes aient moins de risque de développer des cas graves de la Covid-19, plus de 2 600 personnes entre 0 et 29 ans en sont mortes aux États-Unis, selon les données des autorités sanitaires.

Certains enfants ont par ailleurs "été assez malades" et subissent "des effets à long terme" à cause de la maladie, a ajouté Lee Savio Beers, présidente de l'American Academy of Pediatrics. "Vous pouvez aussi avoir des problèmes cardiaques assez sérieux résultant d'une infection à la Covid-19", a-t-elle ajouté.

"Je conseille clairement toujours le vaccin pour les adolescents", a déclaré la spécialiste, en ne disant pas s'attendre à un changement dans les recommandations d'utilisation des vaccins.

Aux États-Unis, le vaccin de Pfizer est autorisé dès 12 ans, et celui de Moderna à partir de 18 ans pour le moment.


Etats-Unis: l'UE doit réagir face aux «distorsions» de concurrence

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'adresse à la presse avant une réunion avec le Premier ministre irlandais à Dublin le 1er décembre 2022 (Photo, AFP).
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'adresse à la presse avant une réunion avec le Premier ministre irlandais à Dublin le 1er décembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'UE dénonce des aides exceptionnelles contraires aux règles du commerce international
  • Face à la compétition mondiale dans les technologies vertes, «l'Europe est en position de force, si nous nous battons à armes égales»

BRUXELLES: L'UE doit prendre des mesures de "rééquilibrage" pour aplanir les "distorsions" de concurrence causées par les subventions américaines massives du grand plan climat de Joe Biden, a estimé dimanche la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Tout en "travaillant avec les Etats-Unis pour résoudre les aspects les plus problématiques" du plan, "nous devons ajuster nos propres règles pour faciliter les investissements publics dans la transition (environnementale) et nous devons réévaluer le besoin de financements européens" communs, a-t-elle indiqué dans un discours au Collège de l'Europe à Bruges (Belgique).

L'"Inflation Reduction Act" (IRA) adopté cet été par Washington prévoit 370 milliards de dollars d'investissements en faveur de la lutte contre le changement climatique, destinés à financer la construction d'usines, d'éoliennes et de panneaux solaires, ou encore des primes pour l'achat de véhicules électriques à condition qu'ils sortent d'une usine nord-américaine.

L'UE dénonce des aides exceptionnelles contraires aux règles du commerce international, susceptibles de saper la compétitivité des entreprises européennes déjà pénalisées par la flambée des prix énergétiques.

L'UE "doit simplifier et adapter" ses règles très strictes régissant les aides publiques accordées par ses Etats membres, afin d'offrir aux gouvernements "une souplesse accrue" et de proposer aux entreprises "un cadre plus prévisible et compréhensible", a souligné Mme von der Leyen.

Alors que le plan américain couvre l'ensemble des chaînes de production des secteurs stratégiques, "ce n'est pas toujours le cas des aides d'Etat dans l'UE", plutôt focalisées sur les laboratoires et l'innovation, a observé la cheffe de l'exécutif européen.

Face à la compétition mondiale dans les technologies vertes, "l'Europe est en position de force, si nous nous battons à armes égales", a-t-elle fait valoir.

Mais se reposer uniquement sur les aides des Etats membres, aux marges de manoeuvres budgétaires très diverses, risquerait d'alimenter des distorsions au sein même du marché unique, a prévenu Mme von der Leyen, plaidant aussi pour "une  réponse commune" avec des financements renforcés au niveau de l'UE.

A court terme, Bruxelles s'efforce de muscler le plan d'investissements RePowerEU, qui vise à rendre l'UE moins dépendante de ses importations d'hydrocarbures et à endiguer la flambée des prix de l'énergie, notamment en dopant ses infrastructures d'énergies décarbonnées.

Mais "la nouvelle politique industrielle affirmée de nos concurrents exige une réponse structurelle" à moyen terme, a relevé Ursula von der Leyen, qui plaide depuis septembre pour la création d'un "Fonds de souveraineté" européen.

En matière d'environnement, les Etats-Unis parient plutôt sur les subventions incitatives tandis que l'UE mise sur l'imposition de standards et de normes, mais ils partageant les mêmes objectifs climatiques et les mêmes inquiétudes face à la montée de la Chine dans des secteurs stratégiques comme les batteries ou les "matériaux critiques", a noté la présidente de la Commission.

"Une guerre commerciale coûteuse n'est pas dans notre intérêt, ni dans l'intérêt des Américains, et cela nuirait également à l'innovation mondiale", a-t-elle averti.


Allemagne: inquiétudes à propos de l'achat prévu de F-35

Le chancelier allemand Olaf Scholz passe devant un avion de combat Lockheed Martin F-35 à Schoenefeld, près de Berlin, dans l'est de l'Allemagne, le 22 juin 2022 (Photo, AFP).
Le chancelier allemand Olaf Scholz passe devant un avion de combat Lockheed Martin F-35 à Schoenefeld, près de Berlin, dans l'est de l'Allemagne, le 22 juin 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Berlin avait annoncé en mars l'achat de 35 exemplaires de cet avion fabriqué par Lockheed Martin, aux côtés de 15 Eurofighter
  • Les coûts de ces avions doivent être financés à partir d'une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d'euros annoncée pour moderniser son armée par l'Allemagne

BERLIN: Le ministère allemand de la Défense a soulevé des inquiétudes concernant l'achat prévu de chasseurs américains F-35 dans le cadre de la modernisation de son armée, selon un document dont l'AFP a pris connaissance.

Berlin avait annoncé en mars l'achat de 35 exemplaires de cet avion fabriqué par Lockheed Martin, aux côtés de 15 Eurofighter, pour remplacer une partie de sa flotte vieillissante de chasseurs Tornado.

Un choix lié à la guerre en Ukraine, avait alors expliqué Berlin en disant continuer à miser à plus long terme sur l'avion de combat européen (SCAF).

Mais le ministère de la Défense soulève des inquiétudes liées à des "délais et coûts additionnels" éventuels pour cette commande de près de dix milliards d'euros, selon un courrier classifié adressé à la commission parlementaire du budget.

Les facteurs de risque tiennent au travail de mise à niveau des terrains d'aviation nécessaire pour accueillir les F-35 ainsi qu'aux exigences de sécurité et aux problèmes éventuels pour l'approbation des opérations de vol en Allemagne, selon ce courrier.

Un porte-parole du ministère de la Défense a assuré qu'il y aurait "une coopération étroite" avec le Parlement et une "clarification" de ces questions.

Une rencontre d'urgence est prévue lundi au ministère de la Défense, avec la participation de membres de la commission du budget appartenant aux trois partis de la coalition gouvernementale, ont indiqué à l'AFP des sources parlementaires.

La commission doit en principe approuver le 14 décembre une première tranche de financements pour le projet.

Le document, dont l'AFP a pris connaissance, a été préparé pour la commission par le ministère des Finances en se fondant sur des évaluations du ministère de la Défense.

Selon ce document, il existe des doutes sur la capacité d'achever d'ici 2026 et le début de la livraison des chasseurs les travaux nécessaires sur la base aérienne de Buechel censée les accueillir.

Le calendrier actuel est "extrêmement ambitieux", explique-t-il. En outre, les exigences de sécurité imposées par les Etats-Unis sont complexes, ce qui pourrait ajouter des délais et des coûts supplémentaires, ajoute le document.

Il existe également un risque que les approbations des opérations de vol des F-35 en Allemagne ne puissent être obtenues dans les temps faute de disposer des documents nécessaires, estime-t-il encore. Cela signifierait que les vols pourraient n'être opérés qu'avec des restrictions.

Le document cite d'autres facteurs qui pourraient provoquer des coûts supplémentaires, comme l'inflation, les fluctuations des taux de change entre le dollar et l'euro ou la hausse des coûts de production.

Les coûts de ces avions doivent être financés à partir d'une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d'euros annoncée pour moderniser son armée par l'Allemagne fin février après l'invasion russe en Ukraine.

La question du remplacement des Tornado, datant des années 1980 et 1990, occupe depuis longtemps le monde politique allemand. Le pays dispose d'une flotte de 93 exemplaires, pour certains vétustes.

Le chancelier Olaf Scholz a déclaré la semaine dernière vouloir finaliser d'ici la fin de l'année en cours le contrat pour les F-35, considéré comme l'avion de chasse actuellement le plus performant.


Première année difficile pour Olaf Scholz en Allemagne

Le chancelier allemand Olaf Scholz à la chancellerie de Berlin, le 14 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le chancelier allemand Olaf Scholz à la chancellerie de Berlin, le 14 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le chancelier social-démocrate a été élu par les députés allemands le 8 décembre 2021, fermant ainsi les 16 ans de l'ère Angela Merkel
  • Dans un contexte de pénurie d'énergie orchestrée par la Russie après l'invasion de l'Ukraine, Scholz a tordu le bras aux écologistes

BERLIN: En tout juste un an de pouvoir en Allemagne, Olaf Scholz a résisté au choc de la guerre en Ukraine qui a bouleversé la première économie européenne. Mais sa popularité décline et il peine à s'imposer au plan international.

Le chancelier social-démocrate a été élu par les députés allemands le 8 décembre 2021, fermant ainsi les 16 ans de l'ère Angela Merkel.

Le bilan dans l'opinion nationale douze mois plus tard sonne comme une sanction. 64% des Allemands se disent insatisfaits du gouvernement de coalition qu'il conduit avec les écologistes et les Libéraux (contre 36% il y a un an), 58% sont mécontents d'Olaf Scholz (contre 22%), selon un sondage Insa publié dimanche dans le quotidien Bild.

En cas d'élections aujourd'hui la coalition serait loin d'obtenir une majorité.

Néanmoins, "compte tenu des événements dramatiques survenus cette année, il s'en sort très bien", estime Nils Diederich, professeur à l'Université libre de Berlin.

A peine arrivé en fonction, son programme gouvernemental qui prônait rigueur budgétaire et politique climatique ambitieuse a été chamboulé par l'invasion russe et ses conséquences: arrivée des réfugiés, pénurie d'énergie, inflation.

Son discours au Bundestag, le 27 février, trois jours après le début de l'offensive de Poutine, dans lequel il annonçait une nette augmentation des dépenses militaires allemandes, a fait entrer le pays dans une nouvelle ère.

Un tournant

En outre, "le gouvernement de Scholz est formé de trois partis aux objectifs très différents. Cela ne lui facilite pas la tâche", constate Ursula Münch, directrice de l’Académie pour l'éducation politique à Tutzing.

"Gouverner est devenu d'autant plus difficile que le système politique est davantage fragmenté que sous la chrétienne-démocrate Angela Merkel", relève Mme Münch.

Malgré tout, le gouvernement Scholz est parvenu à mettre en oeuvre certains points du programme qu'il s'était fixé, telle que la hausse du salaire minimum horaire à 12 euros, contre 9,6 euros auparavant, et la réforme de l'indemnisation-chômage. Deux thèmes chers aux sociaux-démocrates.

En revanche, la politique climatique, grand objectif des Verts, est pour l'instant mise en veilleuse.

Dans un contexte de pénurie d'énergie orchestrée par la Russie après l'invasion de l'Ukraine, Scholz a tordu le bras aux écologistes, viscéralement opposés à l'atome, en prolongeant le fonctionnement des trois dernières centrales nucléaires allemandes.

Et si le retour à la rigueur budgétaire défendue par l'autre partenaire de la coalition, le FDP, est prévu l'an prochain, c'est en réalité grâce à un numéro d'équilibriste, avec la multiplication de fonds spéciaux, non comptabilisés dans le budget officiel.

«Pas l'Obama de l'Allemagne»

Sur la scène internationale, l'ancien ministre des Finances de Merkel prend encore ses marques.

"C'est difficile de succéder à un leader qui a été en place pendant 16 ans", relève Rachel Rizzo, experte du centre européen du think tank américain the Atlantic Council.

En outre, Scholz a fait campagne aux élections en  s'inscrivant dans la lignée de la chancelière. "Il ne voulait pas paraître comme un candidat de la transformation, ce n'était pas l'Obama de l'Allemagne", constate Mme Rizzo.

A l'échelle européenne, "on a du mal à le saisir politiquement", juge Eric Maurice du bureau de Bruxelles de la fondation Robert Schuman.

Fin août, Scholz avait plaidé pour un élargissement de l'UE et la fin du droit de veto qui rime avec paralysie des institutions, lors d'un discours à Prague, sorte de réponse à celui d'Emmanuel Macron tenu cinq ans plus tôt à la Sorbonne. Mais selon M. Maurice, "on n'y voit pas une vision englobante sur l'avenir de l'Europe".

En outre, le plan national de 200 milliards d’euros d'aides face à la hausse des prix de l'énergie présenté par Olaf Scholz fin septembre, est mal passé auprès de nombre de pays de l'Union, qui n'ont pas les mêmes moyens que l'Allemagne et craignent une distorsion de la concurrence.

Les désaccords entre Paris et Berlin ont également récemment été étalés au grand jour, le président français Emmanuel Macron envoyant cette pique au chancelier: "ce n'est pas bon, ni pour l'Allemagne, ni pour l'Europe qu'elle s'isole".