Pas de vaccin, pas de bureau: la nouvelle règle de Morgan Stanley à New York

Le patron de Morgan Stanley pousse pour la fin du télétravail (Photo, AFP)
Le patron de Morgan Stanley pousse pour la fin du télétravail (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 23 juin 2021

Pas de vaccin, pas de bureau: la nouvelle règle de Morgan Stanley à New York

Le patron de Morgan Stanley pousse pour la fin du télétravail (Photo, AFP)
  • Les employés ont jusqu'au 1er juillet pour dire s'ils sont ou non vaccinés contre la Covid, sans avoir à présenter de preuves
  • De Wall Street à la Silicon Valley, les entreprises américaines sont en pleine réflexion sur les nouvelles conditions de travail

NEW YORK: La banque Morgan Stanley a décidé d'imposer non seulement à ses employés mais aussi à ses sous-traitants, ses clients et ses visiteurs d'être vaccinés contre la Covid-19 s'ils veulent accéder à l'un de ses bureaux à New York. 

Cette nouvelle règle, en vigueur à partir du 12 juillet, a été présentée dans un message interne signé par le responsable des ressources humaines de l'entreprise Mandell Crawley, a indiqué une source proche de la banque d'affaires mercredi.  

Elle s'applique aux bureaux accueillant un nombre important de personnes dans la métropole et ses alentours. 

Certaines divisions ont déjà créé des espaces réservés aux personnes vaccinées, a précisé cette source. Il s'agit désormais de l'étendre à l'ensemble des services. 

Les employés ont jusqu'au 1er juillet pour dire s'ils sont ou non vaccinés contre la Covid, sans avoir à présenter de preuves. 

Pour entrer dans les locaux de la banque, les clients et visiteurs devront, eux, déclarer sur l'honneur qu'ils ont bien reçu le sérum contre la Covid-19. 

Une fois la règle mise en œuvre, toutes les personnes entrant dans les bureaux pourront abandonner le masque et les règles de distanciation physique. 

Les personnes non vaccinées devront rester en télétravail. 

Le patron de la banque américaine James Gorman avait indiqué lors d'une conférence la semaine dernière que 90% des personnels de retour au bureau étaient déjà vaccinés et espérait que ce chiffre grimpe à 98% ou 99%.  

Pour les 1% ou 2% qui ne peuvent pas pour des raisons médicales ou religieuses, « on s'en occupera » quand on arrivera à ce seuil, avait-il alors précisé.  

Un peu de flexibilité 

Selon l'agence fédérale américaine en charge du respect des lois contre la discrimination au travail (EEOC), les employeurs peuvent obliger leurs salariés à se faire vacciner contre la Covid, avec des exceptions pour raisons médicales ou objection religieuse.  

Ils peuvent aussi demander des preuves de vaccination, à condition de garder ces informations médicales confidentielles. 

Goldman Sachs a ainsi demandé à ses employés de faire connaître leur statut vaccinal, sans toutefois leur imposer le sérum. 

Le gestionnaire d'actifs BlackRock a décidé de faire les deux. 

Sans leur demander de preuves mais en comptant sur leur « honnêteté », l'entreprise a demandé aux salariés d'indiquer s'ils étaient ou non vaccinés.  

Suite à une consultation en interne, BlackRock a aussi choisi de n'autoriser que les employés vaccinés à venir au bureau à partir de juillet, selon un mémo envoyé la semaine dernière et consulté par l'AFP. 

De Wall Street à la Silicon Valley, les entreprises américaines sont en pleine réflexion sur les nouvelles conditions de travail. 

Le patron de Morgan Stanley pousse, lui, pour la fin du télétravail.  

« Si vous pouvez aller au restaurant à New York, alors vous pouvez venir au bureau et on vous veut au bureau », avait-il déclaré lors d'une conférence le 14 juin. Il y aura de la flexibilité, a-t-il promis. Pour les familles qui ont encore du mal à faire garder leurs enfants par exemple. 

Mais si début septembre les employés ne sont pas de retour au bureau, « je serai très déçu », a-t-il dit. 

« C'est dans les bureaux que nous faisons notre travail », avait-il aussi souligné. « C'est là que nos stagiaires apprennent. C'est là que nous permettons à nos salariés de grandir. C'est là qu'ils peuvent découvrir tous ces petits signaux qui accompagnent une carrière réussie et ne se transmettent pas via une présentation sur Zoom. »  


L'univers crypto joue sur le terrain des banques, au grand dam des régulateurs             

Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.(AFP).
Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.(AFP).
Short Url
  • En juillet, les procureurs de plusieurs Etats américains avaient déjà demandé à une autre plateforme, BlockFi, de renoncer à son propre compte rémunéré, qui annonce un taux d'intérêt allant jusqu'à 8% par an
  • Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre

NEW YORK: Comptes rémunérés ou prêts, de plus en plus de jeunes sociétés de l'univers des cryptomonnaies proposent des services proches de ceux des banques traditionnelles, une évolution pas du goût des régulateurs, qui veulent reprendre la main sur ce milieu peu régulé.


Début septembre, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a porté sur la place publique ses échanges avec le gendarme américain des marchés, la SEC, qui la menace d'une action en justice si elle ne renonce pas à lancer son offre de compte rémunéré.


Coinbase Lend permettrait à un utilisateur de mettre à disposition ses devises numériques moyennant intérêts, un service déjà proposé par d'autres acteurs "crypto" depuis plusieurs années.


En juillet, les procureurs de plusieurs Etats américains avaient déjà demandé à une autre plateforme, BlockFi, de renoncer à son propre compte rémunéré, qui annonce un taux d'intérêt allant jusqu'à 8% par an, quand la plupart des banques traditionnelles se contentent aujourd'hui de 0,01%.


"La crypto est un nouveau système bancaire parallèle", a déclaré au New York Times la sénatrice Elizabeth Warren. "Elle assure beaucoup des mêmes services, mais sans la protection des consommateurs ou la stabilité financière qui soutiennent le système traditionnel."


"Ils offrent des produits bancaires, mais la loi bancaire américaine ne s'applique pas à Coinbase", explique Dan Awrey, professeur de droit et de régulation financière à l'université Cornell.


Ces plateformes n'ont, en effet, pas le statut de banque ou d'établissement de crédit et ne sont pas rattachées à la Banque centrale américaine (Fed) ou sous la supervision de l'OCC (Office of the Comptroller of the Currency), principal régulateur bancaire.


En revanche, selon lui, les textes qui régissent la SEC s'appliquent bien aux plateformes de cryptomonnaies, ce que soutient le président de l'autorité de régulation, Gary Gensler.


Alors que les élus du Congrès n'en sont encore qu'à rédiger des propositions de lois et que les banquiers centraux s'interrogent, cet ancien banquier d'affaires de Goldman Sachs est à la manoeuvre.


Lors d'une audition devant la commission bancaire du Sénat, mardi, le responsable a dit s'intéresser "particulièrement aux prêts" de cryptomonnaies. "Franchement, pour moi, cela ressemble plus au Far West qu'à autre chose."

« Loi mal taillée »
"Ce n'est qu'une question de temps avant que les questionnaires de la SEC ne parviennent à toutes les sociétés" qui opèrent dans la cryptosphère, reconnaît Antoni Trenchev, co-fondateur de la plateforme Nexo, bien que sa société soit basée en Angleterre.


Nexo propose à ses utilisateurs de les rémunérer jusqu'à 12%, pour prêter leurs devises numériques, mais aussi d'emprunter de l'argent avec comme garantie leurs avoirs en cryptomonnaies.


"Je ne vois pas ça comme une tentative de contrôler notre industrie", dit-il des mises en garde de régulateurs et autorités judiciaires. "C'est simplement un moyen de protéger les consommateurs, ce qui est leur raison d'être."


Pour l'entrepreneur, cela "montre que notre industrie est en train de devenir grand public", et si elle est "davantage régulée, elle pourra croître encore davantage."


Néanmoins, beaucoup regrettent que la SEC se soit, pour l'instant, bornée à refuser la mise sur le marché de certains produits.


"Dans un monde idéal, la SEC produirait des recommandations spécifiques" sur les services financiers offerts par les plateformes crypto, commente Hailey Lennon, avocate du cabinet Anderson Kill et ancienne juriste en charge des questions de régulation chez Coinbase. "Mais elle considère que les règles sont déjà claires."


Si le gendarme des marchés semble bien compétent, les mesures qu'il peut imposer sont limitées, selon Dan Awrey, et ne concernent principalement que la transparence, sur les risques principalement.


Pour Hailey Lennon, les acteurs des cryptomonnaies devraient davantage mettre en avant les risques que prennent leurs utilisateurs.


Mais ces règles ne sont pas adaptées à des épargnants qui voudraient utiliser ces plateformes comme un bon vieux compte épargne, lequel fait l'objet d'une protection des dépôts dans le système bancaire traditionnel, ce qui n'est pas du tout le cas ici, fait valoir l'universitaire.


"Il y a une loi mal taillée qui s'applique sans doute à Coinbase" et aux autres opérateurs de cryptomonnaies, plaide Dan Awrey, "et une loi qui serait tout à fait adaptée (la loi bancaire) mais qui n'est pas applicable".


Beaucoup de plateformes comme Nexo ne sont pas basées aux Etats-Unis et le modèle même des cryptomonnaies, décentralisé, nécessiterait donc une régulation mondiale.


Malgré tout, "le régulateur à suivre, en ce moment, c'est la SEC", souligne Antoni Trenchev. "Parce que si les Etats-Unis adoptent une législation sur les cryptomonnaies, beaucoup d'autres pays suivront."

                


Les banquiers centraux se préparent à ranger leurs lances à incendie

Une photo prise le 15 janvier 2020 montre la façade de l'immeuble de la Banque de France à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Une photo prise le 15 janvier 2020 montre la façade de l'immeuble de la Banque de France à Paris. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Short Url
  • Les braises de la crise fument encore sur l'économie mondiale mais l'heure est au remballage, à petits pas, des énormes soutiens accordés par les banques centrales depuis le début de la pandémie
  • Et les banquiers centraux rivalisent d'expressions pour suggérer que le resserrement sera lent

PARIS : Les braises de la crise fument encore sur l'économie mondiale mais l'heure est au remballage, à petits pas, des énormes soutiens accordés par les banques centrales depuis le début de la pandémie.

"Le retrait des mesures de soutien monétaire et budgétaire est inévitable. La seule question à se poser est celle du calendrier", commente Eva Sun-Wai, co-gérante pour la société d'investissement M&G.

La Fed américaine a évoqué la possibilité de lancer le mouvement d'ici la fin d'année, mais entretient jusqu'ici le suspense sur le calendrier. La BCE a renvoyé à décembre la discussion sur le sien.

Et les banquiers centraux rivalisent d'expressions pour suggérer que le resserrement sera lent. Dernière en date, la patronne de la BCE, Christine Lagarde, a pris des accents thatchériens selon les observateurs pour affirmer début septembre: "the lady is not tapering", soit "la dame ne resserre pas".


Le pétrole oscille toujours au-dessus de $70 le baril après un arrêt de production aux États-Unis

(Photo, Shutterstock)
(Photo, Shutterstock)
Short Url
  • Le Brent a baissé de 54 cents, ou 0,7%, à $74,92 le baril, tandis que le WTI a reculé de 67 cents, ou 0,9%, à $71,94 le baril
  • Une augmentation liée à l'impact des ouragans Nicholas et Ida sur la production offshore américaine

RIYAD : Les prix du pétrole se négocient toujours au-dessus de $70 malgré l’augmentation de la production de l'OPEP+ et celle des exportations du pétrole saoudien, à cause de l'impact des ouragans Nicholas et Ida sur la production offshore américaine.

Le brut de référence Brent a baissé de 54 cents, ou 0,7%, à $74,92 le baril, tandis que le West Texas Intermediate (WTI) a reculé de 67 cents, ou 0,9%, à $71,94 après avoir atteint son plus haut niveau depuis le 2 août, ce mercredi.

Les compagnies énergétiques américaines du Golfe du Mexique ont pu rétablir le service du pipeline et de l'électricité rapidement après le passage de l'ouragan Nicholas au Texas au début de cette semaine, leur permettant de se concentrer sur les efforts pour réparer les dommages causés quelques semaines plus tôt par l'ouragan Ida.

Qatar Petroleum a fixé les prix officiels de vente du brut d'Al-Shaheen, en novembre, au prix le plus bas depuis 5 mois.

Les prix de vente des expéditions de brut qatari qui devraient arriver en novembre prochain avec un coût moyen supplémentaire de $1,53 $ le baril par rapport aux prix de Dubaï.

La Libye

La compagnie pétrolière nationale libyenne (NOC) a déclaré jeudi que les exportations avaient repris à partir de plusieurs terminaux pétroliers dans l'est du pays après que de jeunes manifestants exigeant des emplois ont mis fin aux blocages là-bas.

«On annonce la reprise des opérations d'exportation de pétrole brut dans les ports d'Al-Sidra et de Ras Lanuf après qu'un groupe de jeunes a mis fin à son sit-in à l'intérieur des ports, qui a duré plusieurs jours», a indiqué la compagnie pétrolière nationale libyenne (NOC), dans un communiqué.

Les prix du pétrole russe ESPO au plus haut depuis 21 mois

Un rebond de la demande du pétrole brut en Chine a fait grimper les prix d'une qualité russe appréciée des raffineurs indépendants chinois au plus haut en 21 mois, ont signalé jeudi plusieurs sources commerciales.

La société russe Surgutneftegaz a vendu trois cargaisons de brut ESPO pour le mois de novembre à des couts moyens de $4,10 à $4,20 $ le baril aux cotations de Dubaï, ont indiqué les mêmes sources, les plus élevées depuis janvier 2020.

La Malaisie

Les exportations du pétrole brut phare de la Malaisie, Kimanis, chuteront en octobre et en novembre à la suite d'un problème de production dans un champ pétrolier offshore exploité par la Royal Dutch  Shell, ont déclaré à Reuters trois sources proches du dossier.

La Petroleum Brunei, l'une des parties intéressées, a annulé un appel d'offres pour vendre une cargaison de brut Kimanis qui devait être chargée en début novembre en raison du problème de production dans un champ pétrolier offshore, a souligné l'une des sources à Reuters.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com