Une nouvelle espèce d'homme préhistorique découverte en Chine

Le crâne est a priori celui d'un homme d'une cinquantaine d'années, appartenant à une population de chasseurs-cueilleurs. (Photo, AFP)
Le crâne est a priori celui d'un homme d'une cinquantaine d'années, appartenant à une population de chasseurs-cueilleurs. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 26 juin 2021

Une nouvelle espèce d'homme préhistorique découverte en Chine

  • Le genre Homo regroupe de nombreuses espèces éteintes, dont l'homme de Néandertal, ainsi que la nôtre, Homo sapiens
  • La nouvelle espèce a été baptisée Homo longi, ce qui signifie littéralement «homme dragon», un dérivé du nom de la province où il a été retrouvé.

WASHINGTON : L'homme de Néandertal ne serait finalement pas le plus proche cousin de l'homme moderne. Des scientifiques ayant analysé un fossile de crâne retrouvé en Chine affirment que celui-ci appartient à une nouvelle espèce d'homme préhistorique, moins éloignée de nous que les Néandertaliens.

Le crâne d'Harbin est particulièrement bien conservé: il constitue le fossile le mieux préservé de cette période (Pléistocène moyen), selon les chercheurs qui ont publié leurs travaux vendredi dans la revue The Innovation. Il date d'il y a environ 146 000 ans.

"Selon nos analyses, le groupe d'Harbin est lié de façon plus proche à Homo sapiens que les Néandertaliens ne le sont", a déclaré Chris Stringer, paléoanthropologue au musée d'histoire naturelle de Londres et l'un des co-auteurs de l'étude. "C'est-à-dire qu'Harbin partageait un ancêtre commun plus récent avec nous que les Néandertaliens."

Le genre Homo regroupe de nombreuses espèces éteintes, dont l'homme de Néandertal, ainsi que la nôtre, Homo sapiens -- la seule peuplant aujourd'hui la Terre.

La nouvelle espèce a été baptisée Homo longi, ce qui signifie littéralement "homme dragon", un dérivé du nom de la province où il a été retrouvé.

Le crâne aurait été découvert en 1933 par un homme travaillant pour les Japonais, qui occupaient à l'époque cette région, à l'occasion de la construction d'un pont près de la ville de Harbin, dans le nord-est de la Chine.

Réalisant la valeur de sa trouvaille et ne voulant pas qu'elle tombe entre les mains des Japonais, l'homme a décidé de "cacher le crâne dans un puits pendant très longtemps", a expliqué Xijun Ni, l'un des auteurs principaux de l'étude.

Apprenant des décennies plus tard son secret, les descendants de cet homme ont finalement fait don du crâne à la Hebei GEO University en 2018.

Grand et robuste

Le crâne est a priori celui d'un homme d'une cinquantaine d'années, appartenant à une population de chasseurs-cueilleurs.

Ses arcades sourcilières sont très grandes, tout comme son nez, ses orbites presque carrées et sa mâchoire supérieure. Mais il présente des pommettes délicates et plates.

"La combinaison d'une voûte crânienne archaïque mais volumineuse, et d'un visage large mais similaire à Homo sapiens, est frappante", décrit l'étude. Cet ossement "diffère de toutes les autres espèces Homo".

Ces humains préhistoriques étaient vraisemblablement grands et robustes.

"D'après les températures hivernales à Harbin aujourd'hui, on peut penser qu'ils faisaient face à un froid plus intense encore que les Néandertaliens", dit Chris Stringer. "Cela a probablement requis des adaptations à la fois physiques et culturelles, mais nous ne pouvons pas en dire plus pour l'instant car nous n'avons pas de matériel archéologique associé" à ce reste d'Homo longi.

Les chercheurs ont étudié la morphologie du crâne en isolant quelque 600 traits caractéristiques, qu'ils ont ensuite comparés à l'aide d'un puissant ordinateur à ceux d'autres ossements, afin de construire une sorte d'immense arbre généalogique.

Selon eux, d'autres spécimens retrouvés en Asie (Dali, Jinniushan, Hualongdong, Xiahe) appartiennent également à cette nouvelle espèce.

«Troisième lignée»

Il y a plus de 100 000 ans, plusieurs espèces humaines cohabitaient sur Terre à travers l'Europe, l'Afrique et l'Asie, dont Homo sapiens et les hommes de Néandertal.

Cette découverte "établit une troisième lignée humaine dans l'est de l'Asie" aux côtés de ces deux dernières "et montre l'importance de cette région pour l'évolution humaine", a insisté Chris Stringer.

Une des questions restant à élucider est de savoir si cette lignée est liée aux Dénisoviens, une autre espèce ayant évolué à cette période, découverte récemment grâce à des analyses ADN.

"Je pense qu'il est bien possible que ce crâne (d'Harbin) soit un crâne dénisovien (...) mais il va encore falloir beaucoup de travail pour le prouver", a déclaré le paléoanthropologue.

Les "hommes dragons" ont par ailleurs peut-être pu rencontrer Homo sapiens, estime-t-il.

"Si le groupe d'Harbin forme un seul et unique groupe avec les Dénisoviens, alors nous savons qu'ils se sont effectivement reproduit avec les hommes de Néandertal et notre propre espèce", a souligné le chercheur.


Répression des manifestations en Iran: l'Allemagne « convoque » l'ambassadeur iranien

Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Short Url
  • Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion"
  • Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation en Iran

BERLIN: Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion" sur la répression du mouvement de protestation en Iran contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs.

"Nous avons convoqué l'ambassadeur iranien, et la discussion aura lieu cet après-midi", a déclaré Christian Wagner, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière.

"Nous étudions formellement toutes les options", en réaction à cette répression, a-t-il ajouté.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict, en particulier le port du voile islamique.

Le mouvement de contestation s'est depuis propagé dans plusieurs villes du pays, où les manifestants ont crié des slogans hostiles au pouvoir, selon les médias locaux.

Les autorités répriment lourdement ces protestations : selon un bilan officiel incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en dix jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état d'au moins 57 manifestants tués.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a de son côté dénoncé dimanche un usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants.


L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste «très favorable à l'Europe»

La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
Short Url
  • Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes
  • Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni

BERLIN: L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste "très favorable à l'Europe" malgré la victoire du parti post-fasciste de Giorgia Meloni aux législatives, a indiqué lundi un porte-parole du gouvernement.

"L'Italie est un pays très favorable à l'Europe, avec des citoyennes et des citoyens très favorables à l'Europe, et nous partons du principe que cela ne changera pas", a déclaré Wolfgang Büchner lors d'une conférence de presse régulière.

Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes.

Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni.

"Nous jubilons avec l'Italie! Félicitations à toute l'alliance" qui devrait prendre les commandes de l'Italie, a ainsi écrit sur Twitter Beatrix von Storch, vice-présidente du groupe AfD au Bundestag.

Une période d'incertitude s'ouvrait lundi en Italie et dans l'Union européenne au lendemain de la victoire aux législatives de Giorgia Meloni, aux commandes d'une coalition réunissant droite et extrême droite qui devra affronter des défis considérables.

Forts de la majorité absolue au Parlement, la dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste) avec ses alliés Matteo Salvini de la Ligue (anti-immigration) et Silvio Berlusconi de Forza Italia (droite) vont tenter dans les prochains jours de former un gouvernement.


Hong Kong: un cardinal jugé pour un fonds d'aide aux manifestants pro-démocratie

Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour «collusion avec des forces étrangères»
  • Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie

HONG KONG: Le procès du cardinal Joseph Zen, 90 ans, et de cinq militants pro-démocratie, tous accusés d'avoir géré un fonds d'aide aux manifestants antigouvernementaux, s'est ouvert lundi devant un tribunal de Hong Kong.

Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour "collusion avec des forces étrangères", ce qui avait soulevé l'indignation internationale.

Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie, selon la loi de sécurité nationale imposée par Pékin en 2020.

Avec ses coaccusés, parmi lesquels la chanteuse Denise Ho et l'avocate Margaret Ng, il n'est pour l'instant jugé que pour défaut d'enregistrement du fonds en tant que société.

Tous quatre encourent une amende de 10.000 dollars de Hong Kong (1.300 euros) et ont plaidé non-coupable.

Le fonds "612 Humanitarian Relief Fund", aujourd'hui dissous, était destiné à financer une partie des frais judiciaires et médicaux des personnes arrêtées lors des gigantesques manifestations pro-démocratie de 2019.

Ce mouvement avait été suivi d'une sévère reprise en main par Pékin à Hong Kong. La plupart des personnalités pro-démocratie de la ville sont désormais en prison ou ont fui à l'étranger, et des dizaines d'associations ont fermé leurs portes.

Le Vatican a réagi prudemment à l'arrestation de Mgr Zen, se contentant de dire qu'il "suivait de très près l'évolution de la situation".

L'affaire tombe à un moment délicat pour l'Eglise catholique, qui cherche à renouveler à la fin de l'année un accord qui permet à Pékin de nommer des évêques en Chine avec l'approbation du pape.

Mgr Zen se montre critique à l'égard de cet accord qu'il juge néfaste pour l'Eglise clandestine chinoise, qui refuse de se soumettre aux exigences des autorités.

L'un des plus hauts prélats catholiques à avoir critiqué l'attitude du Vatican à l'égard de Mgr Zen est le cardinal allemand Gerhard Mueller.

"Nous l'avons abandonné", a-t-il déclaré au journal italien Il Messaggero début septembre, se disant déçu qu'un récent consistoire - une réunion de cardinaux à Rome - ne se soit pas prononcé en faveur de Mgr Zen.

"Je ne voudrais pas que le silence du consistoire sur Mgr Zen révèle le fait que ce cardinal sera sacrifié sur l'autel de la raison, pour défendre et appliquer l'accord diplomatique avec Pékin. Je sens venir ce risque, et je ressens de la douleur", a-t-il déploré.