Euro: des supporters des Bleus «dépités» face aux déplacements compliqués

Les supporters Français les plus passionnés souhaitent absolument soutenir leur équipe où qu’elle dispute les matchs de la phase finale de la compétition (Photo, AFP).
Les supporters Français les plus passionnés souhaitent absolument soutenir leur équipe où qu’elle dispute les matchs de la phase finale de la compétition (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 26 juin 2021

Euro: des supporters des Bleus «dépités» face aux déplacements compliqués

  • Sur les 1 400 billets alloués au contingent tricolore, «on sait que pas mal essaient d'en revendre car le prix du billet d'avion a explosé, les compagnies aériennes se gavent»
  • Complexité supplémentaire, l'UEFA a décidé d'annuler les billets «follow my team» qui garantissaient aux supporters de suivre leur sélection jusqu'au dernier match disputé

BUCAREST: A Bucarest, le virage de la National Arena réservé aux supporters français risque de « sonner un peu creux » lors du 8e de finale contre la Suisse, lundi. « Dépités » face à la complexité du déplacement, certains ont renoncé au voyage et s'inquiètent pour la suite.

Sur les 1 400 billets alloués au contingent tricolore, « on sait que pas mal essaient d'en revendre car le prix du billet d'avion a explosé, les compagnies aériennes se gavent », décrit Kin-Wai Yuen du groupe des « Irrésistibles Français », qui suit l'Euro des Bleus en voiture. 

« Depuis hier, on a eu au minimum une quinzaine de personnes qui nous ont dit ‘on abandonne’, et on a plus de 30 billets sur les bras », confirme Fabian Tosolini, autre membre actif des « IF » confronté à des supporters « dépités ».

Contrairement aux Gallois empêchés d'aller à Bakou, aux Tchèques ou Croates incapables d'entrer au Royaume-Uni ou aux Ukrainiens qui n'ont pas pu aller à Amsterdam durant le premier tour, « les Français s'en sont bien sortis avec Munich et Budapest », relève Evain, coordinateur du réseau Football Supporters Europe (FSE). 

Mais les choses se corsent pour les matches à élimination directe des Bleus, attendus à Saint-Pétersbourg en quart de finale puis à Londres en demie et en finale en cas de qualification, reconnaît-il.

Pour le match à Bucarest, « c'est encore relativement facile de se procurer des billets, mais ça va être très compliqué voire impossible de s'y rendre », faute de vols suffisants ou à cause du prix exorbitant. Contre la Suisse, et contrairement aux matches précédents où les supporters français se sont fait remarquer, « ça va peut-être sonner un peu creux », reconnaît Kin-Wai Yuen.

Quarantaine obligatoire

Si les destinations en phase de groupes étaient connues à l'avance, ce n'était pas le cas pour le deuxième tour du tournoi hébergé dans onze villes d'Europe. C'est le résultat du dernier match contre le Portugal (2-2), mercredi, qui a déterminé le parcours des Bleus.

Complexité supplémentaire, l'UEFA a décidé d'annuler les billets « follow my team » (« suivre mon équipe », NDLR) qui garantissaient aux supporters de suivre leur sélection jusqu'au dernier match disputé. En cas de qualification lundi, les fans devront planifier leur voyage au dernier moment.

« Je pense qu'on laissera la voiture aux portes de Bucarest et qu'on prendra un aller retour Bucarest/Saint-Pétersbourg. Pour l'instant, c'est 400 euros, c'est pas donné... », avance Kin-Wai Yuen, sans vouloir toutefois trop « se projeter sur la suite car c'est un peu flou ».

Suivre les champions du monde en Russie soulève deux problèmes : il faut un « motif impérieux » pour s'y rendre au départ de la France, d'après Fabian Tosolini, et se soumettre à une quarantaine au retour.

Samedi, la deuxième ville de Russie a enregistré le bilan quotidien de décès dus au coronavirus le plus élevé dans le pays depuis le début de la pandémie, avec 107 décès au cours des 24 dernières heures.

Paris vient d'ajouter la Russie dans sa « liste rouge » en raison de la circulation inquiétante des variants du coronavirus.

Ça signifie « qu'après Saint-Pétersbourg, on ne peut pas faire Londres. Quand est-ce qu'on organise une compétition où les supporters peuvent venir ? Ça devient invivable », soupire Fabian Tosolini.

Londres, l'inconnue

« Sans être trop confiant, on peut imaginer que la France soit dans le dernier carré, mais aujourd'hui on est dans l'incapacité de dire si on ira ou pas. Et pourtant Londres avec l'Eurostar, c'est la porte d'à côté », dit-il. « Ça amène une incertitude et c'est dommage parce qu'on a une belle équipe de France qui mérite d'avoir des supporters à ses côtés. »

Les autorités britanniques ont autorisé récemment la présence de plus de 60 000 spectateurs à Wembley pour les demi-finales et la finale, contre 40 000 initialement prévus, mais sans l'accompagner d'un assouplissement des restrictions de circulation pour ceux venus du continent.

Pour l'heure, seuls les résidents britanniques pourraient avoir l'opportunité d'applaudir leur équipe de cœur, qu'ils soient allemands, belges, italiens ou français. Mais là encore, tous ne sont pas logés à la même enseigne, selon Ronan Evain.

« La DFB (fédération allemande de football, NDLR) a une politique pro-active pour commercialiser des billets aux Allemands vivant en Angleterre », mais il n'est pas certain que la Fédération française déploie autant d'efforts, dit le responsable du FSE. 

Avec la FFF, « c'est souvent le service minimum pour l'accompagnement des supporters ». « Ils ont capitalisé sur l'image positive des supporters français, il faut qu'ils prennent leurs responsabilités », conclut-il.


Covid: le spectre d'une neuvième vague avant Noël en France

Une femme reçoit une injection de vaccin Covid-19 dans une pharmacie à Paris, le 19 octobre 2022. (AFP).
Une femme reçoit une injection de vaccin Covid-19 dans une pharmacie à Paris, le 19 octobre 2022. (AFP).
Short Url
  • Pour certains experts, pas de doute: «Une neuvième vague est en train de se former en France et plus généralement en Europe, en Asie du sud-est, et en Amérique du Nord»
  • Une vague «mue en France par le sous-variant BQ.1.1 d'Omicron, responsable de l'augmentation récente des contaminations mais aussi des hospitalisations»

PARIS : L'épidémie de Covid-19, qui a connu en France une brève accalmie après une vague au début de l'automne, est en train de repartir avec une remontée des cas et des hospitalisations à la faveur de la baisse des températures et d'un nouveau variant, relançant les craintes pour les plus à risque.

Vendredi, 48 629 nouveaux cas ont été enregistrés dans l'Hexagone, contre 33 177 nouveaux cas le vendredi précédent, soit une hausse de 46%.


Mondial: Benzema «n'occupe pas l'esprit» de Deschamps

Le vainqueur du Ballon d'Or s'est blessé à la cuisse gauche à l'entraînement le 19 novembre 2022, ce qui a porté un coup fatal aux espoirs de la France de conserver le trophée au Qatar. (AFP).
Le vainqueur du Ballon d'Or s'est blessé à la cuisse gauche à l'entraînement le 19 novembre 2022, ce qui a porté un coup fatal aux espoirs de la France de conserver le trophée au Qatar. (AFP).
Short Url
  • Forfait pour la Coupe du monde après une blessure au Qatar contractée à la veille du match d'ouverture, Benzema est arrivé mardi matin vers 09h20 (06h20 à Paris) à La Réunion
  • La présence du joueur à la Réunion affaiblit l'hypothèse d'un retour à l'entraînement du Real Madrid dès jeudi, avancée lundi par quelques médias espagnols, qui spéculaient sur un retour possible de Benzema en équipe de France pendant le Mondial

DOHA : La situation de Karim Benzema, forfait pour le Mondial et arrivé mardi sur l'île de La Réunion, ne fait pas partie "des choses qui occupent mon esprit", a balayé le sélectionneur Didier Deschamps, préférant s'"occuper des 24 joueurs qui sont là" avec l'équipe de France.

La présence du joueur à la Réunion affaiblit l'hypothèse d'un retour à l'entraînement du Real Madrid dès jeudi, avancée lundi par quelques médias espagnols, qui spéculaient sur un retour possible de Benzema en équipe de France pendant le Mondial.

''
Le footballeur français Karim Benzema (C) arrive à l'aéroport Roland-Garros de La Réunion, à Sainte-Marie, le 29 novembre 2022. (AFP). 

Forfait pour la Coupe du monde après une blessure au Qatar contractée à la veille du match d'ouverture, Benzema est arrivé mardi matin vers 09h20 (06h20 à Paris) à La Réunion, selon un correspondant de l'AFP.

Le Ballon d'Or 2022, en visite privée, doit séjourner une semaine dans l'océan Indien, a-t-on appris auprès d'un proche du joueur. Il est arrivé à l'aéroport international Roland-Garros à Sainte-Marie sans faire de déclaration. En tenue décontractée et casquette rouge, il s'est directement engouffré dans un SUV.

Interrogé sur le cas du Madrilène, toujours présent administrativement dans la liste officielle des Bleus à la Coupe du monde, Didier Deschamps a évacué la question. "Vous cherchez des trucs là...", a-t-il répondu en conférence de presse avant Tunisie-France, mercredi en clôture du premier tour. "Ce ne sont pas des choses qui occupent mon esprit, je ne sais pas qui dit quoi, où, comment".

"J'ai échangé avec Karim après son départ, vous savez sa situation et le délai pour qu'il se rétablisse. Je m'occupe des 24 joueurs qui sont là. Je vous laisse ça si vous voulez en parler, débattre, imaginer. Je ne vais pas commenter des trucs qui ne concernent pas notre quotidien", a-t-il ajouté.


A Roquefort, un fromage ancestral dans l'oeil de l'agro-industrie

Christian Cros se promène avec son troupeau de brebis qui produisent du lait pour la fabrication du Roquefort, à Saint-Rome-de-Cernon, dans le sud de la France, le 16 novembre 2022. (Photo de Charly TRIBALLEAU / AFP)
Christian Cros se promène avec son troupeau de brebis qui produisent du lait pour la fabrication du Roquefort, à Saint-Rome-de-Cernon, dans le sud de la France, le 16 novembre 2022. (Photo de Charly TRIBALLEAU / AFP)
Short Url
  • Au milieu de ses brebis, Christian Cros ne décolère pas face à ce qu'il décrit comme «l'érosion» d'un savoir-faire de plusieurs siècles.
  • Derrière lui, une immense inscription «Société tu m'auras pas» est peinte sur le mur de son bâtiment agricole, allusion à une chanson de Renaud et à Société des caves, filiale de Lactalis, principal industriel de la filière

ROQUEFORT-SUR-SOULZON: La production du roquefort, fromage emblématique affiné dans de mythiques caves du sud de l'Aveyron, est dominée par l'industrie agroalimentaire, mainmise que certains voient comme une menace pour une AOP bientôt centenaire mais ne comptant plus que de rares fabricants indépendants.

Au milieu de ses brebis, Christian Cros ne décolère pas face à ce qu'il décrit comme "l'érosion" d'un savoir-faire de plusieurs siècles.

"Quand j'avais une dizaine d'années, il y avait 4.000 fermes, aujourd'hui c'est 1.300!", dénonce cet éleveur de 56 ans installé à Saint-Rome-de-Cernon, près de Roquefort-sur- Soulzon, où sont affinées les tomes du premier fromage à avoir obtenu l'appellation d'origine contrôlée (AOP), en 1925.

Derrière lui, une immense inscription "Société tu m'auras pas" est peinte sur le mur de son bâtiment agricole, allusion à une chanson de Renaud et à Société des caves, filiale de Lactalis, principal industriel de la filière.

Fort d'un cheptel de 380 bêtes, Christian Cros représente la Confédération paysanne au sein de la Confédération générale de Roquefort (CGR), où siègent les producteurs de lait et les sept fabricants, trois industriels et quatre indépendants.

Il dénonce une "baisse du prix du lait" et du nombre de producteurs "depuis que Lactalis a acheté Société des caves en 1992".

Effritement de la consommation

Le secrétaire général de la CGR Sébastien Vignette parle plutôt d'"effritement de la consommation depuis plusieurs années", de 1% par an, diminution comparable à celle des fermes dédiées au roquefort.

Quant à la multinationale laitière, qui déclare produire "52% des 15.885 tonnes du volume total du roquefort", elle précise avoir "sensiblement revalorisé" le prix du lait en octobre.

Le groupe aux 22 milliards d'euros de chiffre d'affaires, dont 120 millions issus du roquefort, estime en outre générer 5.000 emplois directs et indirects dans la région.

Un poids gigantesque, particulièrement à Roquefort-sur-Soulzon où Lactalis possède 80% du bâti et du foncier, dont la majorité des caves, grandes grottes naturelles où les tomes sont alignées sur des travées de bois pour un affinage unique.

Hugues Meaudre, directeur général de la division Lactalis AOP et terroir, affirme à l'AFP que le groupe joue "le rôle de locomotive pour tirer cette AOP".

"La filière est dans une posture légèrement négative. Notre premier axe de travail c'est de stabiliser ses volumes et, une fois stabilisés, il faudra repartir dans la croissance", explique-t-il.

Mais pour Véronique Richez-Lerouge, présidente-fondatrice de l'association Fromage de terroirs, la présence de tels acteurs dans une filière aussi typique est "toxique".

"Les fromages industriels représentent 90% du plateau de fromage français. Ils ont de quoi s'exprimer. Pourquoi viennent-ils dans les AOP? C'est pour l'image", estime-t-elle.

Hugues Meaudre préfère évoquer "l'amour du produit des actionnaires de Lactalis".

"Dans les AOP, un segment haut de gamme comparable à celui de la haute couture, on devrait limiter la présence des multinationales pour permettre à une filière d'éclore de manière harmonieuse", rétorque Mme Richez-Lerouge.

Haute couture ou industrie

Pour Vincent Combes, patron de la maison Combes qui fabrique manuellement 180 tonnes par an de roquefort Vieux Berger, "l'avantage c'est que chacun a sa place, son marché, sa qualité".

"On respecte le cahier des charges, mais on se donne d'autres contraintes pour avoir un produit d'excellence", souligne ce maître-artisan fromager, plus petit fabricant de l'AOP.

Mais selon Christian Cros, avec Société des caves, que sa famille fournit depuis trois générations, l'écueil se situe au niveau du prix du lait et de la proportion transformée.

"Le roquefort est très bien payé. Mais on demande à l'industriel qu'il nous transforme au moins 50% de la production en roquefort, et c'est à peine 10%", déplore ce paysan qui vend son lait à un prix moyen de 1,17€ le litre.

"Dans le bassin de Roquefort, on collecte 117 millions de litres de lait de brebis, un tiers de ce lait est consacré au roquefort", assure de son côté Hugues Meaudre, les deux autres tiers servant à la "diversification", autrement dit des fromages de brebis industriels.

Sébastien Vignette se réjouit toutefois d'un collectif qui "vit bien" et où tous les acteurs, industriels comme petits producteurs, travaillent sur "Roquefort Demain", un "vaste projet d'aménagement touristique" censé voir le jour en 2025, pour le centenaire de l'AOP.