Tamer al-Ahmar: un artiste jordanien viscéralement attaché à la culture arabe

«En Jordanie, il y a un stéréotype profondément ancré, et qui se maintient sans doute encore aujourd'hui, selon lequel l'art ne permet pas de gagner son pain», explique Tamer al-Ahmar
«En Jordanie, il y a un stéréotype profondément ancré, et qui se maintient sans doute encore aujourd'hui, selon lequel l'art ne permet pas de gagner son pain», explique Tamer al-Ahmar
Short Url
Publié le Lundi 05 juillet 2021

Tamer al-Ahmar: un artiste jordanien viscéralement attaché à la culture arabe

  • L’artiste jordanien dessine des divas de la musique arabe, comme Oum Kalthoum, Warda, Fayrouz, ou encore Sabah
  • «Je me suis beaucoup interrogé sur le choix de dessiner des artistes féminines. Ce sont des icônes qui ont une influence certaine dans notre vie quotidienne et dans la construction de notre identité culturelle»

PARIS: Depuis Amman, Tamer al-Ahmar rend hommage aux grandes divas de la musique arabe, comme Asmahan, Sabah, Fayrouz, Oum Kalthoum, ou encore Warda. Arab News en français s'est entretenu avec l'artiste digital jordanien en vogue pour mettre en lumière sa démarche.

La vie d'artiste en Jordanie n'est pas la même qu'au Liban ou en Égypte. «En Jordanie, il y a un stéréotype profondément ancré, et qui se maintient sans doute encore aujourd'hui, selon lequel l'art ne permet pas de gagner son pain», explique Tamer al-Ahmar.

asmahan
Depuis Amman, Tamer al-Ahmar rend hommage aux grandes divas de la musique arabe, comme Asmahan, Sabah, Fayrouz, Oum Kalthoum, ou encore Warda. Dessin fourni.

Malgré sa passion pour le dessin dès son plus jeune âge, il n'a pas voulu – eu égard à ce stéréotype – s'impliquer dans l'art. «Je considérais que j'avais certes un talent, mais en aucun cas, je ne prenais cette activité sérieusement. Je n'ai jamais pris de cours ou de formation pour m'améliorer. Mais à force de travailler et d'expérimenter, mon talent a atteint un niveau professionnel», raconte-t-il. 

Tamer al-Ahmar est un artiste parfaitement autodidacte. En 2009, il a découvert l'art digital. «Au départ, je dessinais des personnages et des caricatures de mes amis. J'ai travaillé ensuite dans le secteur des bandes dessinées.»

L'hommage à Asmahan, et à un certain âge d'or culturel

Quatre ans plus tard, sa vie artistique va être bouleversée, lorsqu'il commence à dessiner l'artiste syrienne Asmahan, l’une des plus grandes figures culturelles du Moyen-Orient au XX siècle. «Ça s'est déroulé à une période particulière de ma vie. Je commençais à beaucoup m'intéresser à la culture arabe, que ce soit la musique, le cinéma ou encore l'architecture. Asmahan m'a ensorcelé. Son destin est fascinant, mais tragique.»

asmahan
Les dessins de Tamer al-Ahmar consacrés à Asmahan sont tout autant ensorcelants. Dessin fourni.

Les dessins de Tamer al-Ahmar consacrés à Asmahan sont tout autant ensorcelants. La magie opère. «Je la dessine en me basant sur la perception que je porte à son égard. Je ne reproduis pas une photo originale. C'est comme ça qu’a véritablement débuté ma carrière.»

Chemin faisant, il va dessiner d'autres divas comme Oum Kalthoum, Warda, Fayrouz ou encore Sabah. «Je me suis beaucoup interrogé sur le choix de dessiner des artistes féminines. Ce sont des icônes qui ont une influence certaine dans notre vie quotidienne et dans la construction de notre identité culturelle», explique-t-il.

divas
Chemin faisant, il va dessiner d'autres divas comme Oum Kalthoum, Warda, Fayrouz ou encore Sabah. Dessin fourni.

L'artiste jordanien explique que son succès à l'international, notamment au sein de la diaspora arabe aux États-Unis et en Australie, repose sur deux grands principes. «Les gens apprécient que je montre la culture arabe d'une façon jolie. Mon immense fierté pour cette culture se ressent naturellement dans mon oeuvre.»

Le travail de Tamer al-Ahmar a été reconnu localement et internationalement. En 2018, l'Institut français le charge de dessiner l'affiche du festival du film franco-arabe d’Amman. En 2019, il participe à la prestigieuse Arab Conference de Harvard.

Ses œuvres sont actuellement exposées dans deux galeries à Amman, à la Jacaranda Gallery et à l'Ali & Rama Gallery. Dans la première s’est tenue une exposition en 2019 qui porte le nom d'une chanson d’Oum Kalthoum, Lessa Faker!, qui se traduit par «Te souviens-tu?».

L'œuvre de Tamer al-Ahmar n'est pas seulement nostalgique. Elle est aussi pédagogique. C'est un doux rappel que la culture arabe s'écrit au féminin.

 


Le texte manuscrit du tube «Starman» de David Bowie vendu plus de 200 000 livres

David Bowie à la Film Society of Lincoln Center rend hommage à Susan Sarandon, à New York en 2003 (Photo, Shutterstock).
David Bowie à la Film Society of Lincoln Center rend hommage à Susan Sarandon, à New York en 2003 (Photo, Shutterstock).
Short Url
  • L'acheteur est un collectionneur privé dont l'identité n'a pas été révélée
  • Le texte manuscrit faisait partie d'une vente plus large intitulée «David Bowie et le Glam Rock»

LONDRES: Le texte de "Starman", tube de 1972 de David Bowie, écrit de la main de l'artiste, s'est vendu aux enchères mardi pour la somme de 203 500 livres (près de 227 000 euros), selon la société Omega Auctions, spécialiste des ventes liées au monde de la musique.

La chanson, incluse dans l'album "Ziggy Stardust", succès phénoménal du chanteur britannique, évoque "Starman qui attend dans le ciel" et souhaite rencontrer des humains.

Le texte vendu mardi, initialement mis à prix à 40 000 livres (environ 44 600 euros), est écrit à l'encre bleue sur une feuille à petits carreaux de format A4. On y voit les modifications apportées par Bowie ainsi que des fautes d’orthographes corrigées par le chanteur.

Le document avait été exposé lors d'une rétrospective au Victoria & Albert Museum consacrée en 2013 au chanteur, décédé en janvier 2016 à 69 ans.

L'acheteur est un collectionneur privé dont l'identité n'a pas été révélée.

Le texte manuscrit faisait partie d'une vente plus large intitulée "David Bowie et le Glam Rock", comprenant notamment des affiches et des disques vinyles.


Albert de Monaco rend hommage à sa mère Grace Kelly, «princesse de Hollywood»

Le prince Albert II de Monaco, fils de Grace Kelly, pose avant la projection du film "La Main au collet" (Photo, AFP).
Le prince Albert II de Monaco, fils de Grace Kelly, pose avant la projection du film "La Main au collet" (Photo, AFP).
Short Url
  • Une centaine de spectateurs assistaient à cette séance à laquelle l'actuel souverain de la Principauté avait été invité
  • «Ma mère est ravissante dans ce film»

NICE: Le prince Albert II de Monaco a rendu hommage mardi soir à sa mère Grace Kelly pour le 40e anniversaire de sa disparition en assistant à Nice à la projection de La Main au collet, tourné en 1954 par Alfred Hitchcock.

Ce film (To catch a thief, en anglais), où Grace Kelly tient le rôle titre en compagnie de Cary Grant, est diffusé à la cinémathèque de la ville dans le cadre d’une rétrospective des onze films tournés par la défunte princesse de Monaco.

Une centaine de spectateurs assistaient à cette séance à laquelle l'actuel souverain de la Principauté avait été invité par la ville de Nice.

"Ma mère est ravissante dans ce film, c’est un euphémisme, et puis ce sont des images superbes qui évoquent Monaco et la Côte d’Azur, et c’est aussi une belle histoire", a expliqué après la séance le prince Albert, qui avait lui-même choisi de revoir ce long métrage, en confiant avoir jusqu’à présent "vu davantage de fois Le train sifflera trois fois".

"Le rôle dont elle était la plus fière, c’était peur-être celui qu'elle a interprété dans Une fille de la campagne, où elle était peut-être moins attendue", a indiqué aussi Albert II au public. Ce rôle a valu à Grace Kelly un Oscar à Hollywood.

"Tout le monde connaît la princesse de Monaco par coeur, mais tout le monde ne connaît pas forcément l’actrice, donc j’ai voulu que la cinémathèque de Nice rendît hommage à la princesse d’Hollywood", a indiqué l’écrivain et journaliste Henry-Jean Servat, également adjoint au cinéma à la ville de Nice.

Les onze films où figure Grace Kelly ont été tournés en l’espace de cinq ans, entre 1951 et 1956, avant que cette dernière, devenue princesse de Monaco à la suite de son mariage avec le prince Rainier, n’arrête toute collaboration avec le cinéma.

D’autres propositions de films lui ont été faites après son mariage, notamment de la part d’Alfred Hitchcock pour son thriller Pas de printemps pour Marnie.

"Elle avait envie de cette aventure mais finalement la raison l’a emporté", a expliqué le prince Albert.

La Main au collet a été réalisé en majeure partie sur la Côte d'Azur en 1954. Le bal costumé de la scène finale a été tourné dans les studios de la Victorine, à Nice, qui ont prêté pour l’occasion à la Cinémathèque les fauteuils utilisés par Grace Kelly, Cary Grant et Alfred Hitchcock pendant le tournage.

Le prince Albert s’est prêté au jeu des photographes en posant devant ces pièces présentées dans le hall de la cinémathèque pour l'occasion. Elles sont soigneusement conservées au magasin des accessoires de ces studios de tournage que la ville de Nice, qui les a pris en régie, tente de faire revivre.


Astérix et Obélix, l’Empire du milieu: les irréductibles Gaulois de retour au cinéma début 2023

Le film «Astérix et Obélix : l'empire du Milieu» sortira en salle le 1er février 2023.  (Photo, Pathé Films)
Le film «Astérix et Obélix : l'empire du Milieu» sortira en salle le 1er février 2023. (Photo, Pathé Films)
Short Url
  • Guillaume Canet, le réalisateur des nouvelles aventures d’Astérix et Obélix a dévoilé sur Instagram le 25 septembre le premier teaser de son film, qui sortira le 1er février
  • Le casting comprend une série de stars, notamment le footballeur Zlatan Ibrahimović dans le rôle d’Antivirus

MONTRÉAL: Cela fait dix ans qu’on les attendait! Les deux irréductibles gaulois préférés des Français reviennent sur les écrans pour de nouvelles aventures le 1er février 2023. Il faudra donc patienter encore un peu pour découvrir Astérix et Obélix: l’Empire du milieu, mais Guillaume Canet, le réalisateur de la nouvelle franchise made in France, a dévoilé sur Instagram le 25 septembre le premier teaser de son film. 

Guillaume Canet, qui a déjà sept long-métrages à son actif, se lance dans le projet le plus colossal de sa carrière, avec un budget de 65 millions d'euros, ce qui en fait l’un des films français les plus chers jamais produits. Il jouera lui-même le rôle d’Astérix et a fait appel à un casting XXL pour l’accompagner. Son comparse, Obélix, sera joué par Gilles Lellouche, le redoutable César par Vincent Cassel, et sa Cléopâtre sera l’actrice Marion Cotillard. Le film affiche en outre une pléthore de stars francophones dans des rôles secondaires: les rappeurs OrelSan (Titanix) et Bigflo et Oli (Abdelmalix et Toufix) les youtubeurs McFly et Carlito (Radius et Cubitus), Pierre Richard (Panoramix), Philippe Katerine (Assurancetourix Le Barde), Angèle (Falbala), Jérôme Commandeur (Abraracourcix Le Chef), Audrey Lamy (Bonemine), Jonathan Cohen (Graindemaïs), José Garcia (Biopix) et Gérard Darmon (le narrateur). Le casting prévoit aussi une surprise: le footballeur Zlatan Ibrahimović dans le rôle d’Antivirus