Tamer al-Ahmar: un artiste jordanien viscéralement attaché à la culture arabe

«En Jordanie, il y a un stéréotype profondément ancré, et qui se maintient sans doute encore aujourd'hui, selon lequel l'art ne permet pas de gagner son pain», explique Tamer al-Ahmar
«En Jordanie, il y a un stéréotype profondément ancré, et qui se maintient sans doute encore aujourd'hui, selon lequel l'art ne permet pas de gagner son pain», explique Tamer al-Ahmar
Short Url
Publié le Lundi 05 juillet 2021

Tamer al-Ahmar: un artiste jordanien viscéralement attaché à la culture arabe

  • L’artiste jordanien dessine des divas de la musique arabe, comme Oum Kalthoum, Warda, Fayrouz, ou encore Sabah
  • «Je me suis beaucoup interrogé sur le choix de dessiner des artistes féminines. Ce sont des icônes qui ont une influence certaine dans notre vie quotidienne et dans la construction de notre identité culturelle»

PARIS: Depuis Amman, Tamer al-Ahmar rend hommage aux grandes divas de la musique arabe, comme Asmahan, Sabah, Fayrouz, Oum Kalthoum, ou encore Warda. Arab News en français s'est entretenu avec l'artiste digital jordanien en vogue pour mettre en lumière sa démarche.

La vie d'artiste en Jordanie n'est pas la même qu'au Liban ou en Égypte. «En Jordanie, il y a un stéréotype profondément ancré, et qui se maintient sans doute encore aujourd'hui, selon lequel l'art ne permet pas de gagner son pain», explique Tamer al-Ahmar.

asmahan
Depuis Amman, Tamer al-Ahmar rend hommage aux grandes divas de la musique arabe, comme Asmahan, Sabah, Fayrouz, Oum Kalthoum, ou encore Warda. Dessin fourni.

Malgré sa passion pour le dessin dès son plus jeune âge, il n'a pas voulu – eu égard à ce stéréotype – s'impliquer dans l'art. «Je considérais que j'avais certes un talent, mais en aucun cas, je ne prenais cette activité sérieusement. Je n'ai jamais pris de cours ou de formation pour m'améliorer. Mais à force de travailler et d'expérimenter, mon talent a atteint un niveau professionnel», raconte-t-il. 

Tamer al-Ahmar est un artiste parfaitement autodidacte. En 2009, il a découvert l'art digital. «Au départ, je dessinais des personnages et des caricatures de mes amis. J'ai travaillé ensuite dans le secteur des bandes dessinées.»

L'hommage à Asmahan, et à un certain âge d'or culturel

Quatre ans plus tard, sa vie artistique va être bouleversée, lorsqu'il commence à dessiner l'artiste syrienne Asmahan, l’une des plus grandes figures culturelles du Moyen-Orient au XX siècle. «Ça s'est déroulé à une période particulière de ma vie. Je commençais à beaucoup m'intéresser à la culture arabe, que ce soit la musique, le cinéma ou encore l'architecture. Asmahan m'a ensorcelé. Son destin est fascinant, mais tragique.»

asmahan
Les dessins de Tamer al-Ahmar consacrés à Asmahan sont tout autant ensorcelants. Dessin fourni.

Les dessins de Tamer al-Ahmar consacrés à Asmahan sont tout autant ensorcelants. La magie opère. «Je la dessine en me basant sur la perception que je porte à son égard. Je ne reproduis pas une photo originale. C'est comme ça qu’a véritablement débuté ma carrière.»

Chemin faisant, il va dessiner d'autres divas comme Oum Kalthoum, Warda, Fayrouz ou encore Sabah. «Je me suis beaucoup interrogé sur le choix de dessiner des artistes féminines. Ce sont des icônes qui ont une influence certaine dans notre vie quotidienne et dans la construction de notre identité culturelle», explique-t-il.

divas
Chemin faisant, il va dessiner d'autres divas comme Oum Kalthoum, Warda, Fayrouz ou encore Sabah. Dessin fourni.

L'artiste jordanien explique que son succès à l'international, notamment au sein de la diaspora arabe aux États-Unis et en Australie, repose sur deux grands principes. «Les gens apprécient que je montre la culture arabe d'une façon jolie. Mon immense fierté pour cette culture se ressent naturellement dans mon oeuvre.»

Le travail de Tamer al-Ahmar a été reconnu localement et internationalement. En 2018, l'Institut français le charge de dessiner l'affiche du festival du film franco-arabe d’Amman. En 2019, il participe à la prestigieuse Arab Conference de Harvard.

Ses œuvres sont actuellement exposées dans deux galeries à Amman, à la Jacaranda Gallery et à l'Ali & Rama Gallery. Dans la première s’est tenue une exposition en 2019 qui porte le nom d'une chanson d’Oum Kalthoum, Lessa Faker!, qui se traduit par «Te souviens-tu?».

L'œuvre de Tamer al-Ahmar n'est pas seulement nostalgique. Elle est aussi pédagogique. C'est un doux rappel que la culture arabe s'écrit au féminin.

 


Longue attente pour les fans francophones de Marie Kondo

Marie Kondo arrive pour la 91e cérémonie annuelle des Oscars au Dolby Theatre à Hollywood, Californie, le 24 février 2019. (Fichier, AFP)
Marie Kondo arrive pour la 91e cérémonie annuelle des Oscars au Dolby Theatre à Hollywood, Californie, le 24 février 2019. (Fichier, AFP)
Short Url
  • «Kurashi: la joie est un art de vivre» doit être publié, par les éditions First, en octobre, soit 11 mois après l'édition anglaise.
  • La consultante japonaise y expose sa méthode «révolutionnaire» pour ranger son intérieur «une bonne fois pour toutes», en ne conservant que ce qui «vous met en joie»

PARIS: Les fans francophones de la "reine du rangement", la Japonaise Marie Kondo, devront patienter jusqu'à l'automne pour lire le nouveau livre où elle explique son changement de philosophie, a annoncé l'éditeur jeudi dans un communiqué.

"Kurashi: la joie est un art de vivre" doit être publié, par les éditions First, en octobre, soit 11 mois après l'édition anglaise.

Le livre est paru aux États-Unis en novembre et suscite un certain engouement depuis que le quotidien Washington Post a expliqué, dans un article du 26 janvier, que "La vie de Marie Kondo est plus désordonnée aujourd'hui, et ça lui va comme ça".

Des journalistes du monde entier ont relevé qu'après avoir conçu sa méthode infaillible de rangement, la Japonaise avait eu trois enfants. Ces articles ont assuré une publicité internationale à ce nouvel ouvrage qui avait suscité peu d'intérêt médiatique lors de sa sortie en novembre.

Marie Kondo a accédé à une notoriété planétaire à 35 ans grâce à la série Netflix "L'Art du rangement avec Marie Kondo" (2019).

Son livre "La Magie du rangement", publié en français aux éditions First en 2015, a été un best-seller dès sa sortie, et a bénéficié d'un regain d'intérêt avec cette série.

La consultante japonaise y expose sa méthode "révolutionnaire" pour ranger son intérieur "une bonne fois pour toutes", en ne conservant que ce qui "vous met en joie".

"Kurashi" n'est plus tourné vers le rangement des objets, mais vers le mode de vie. "Le nouvel opus de la papesse du rangement vous invite à vous projeter dans votre vie idéale, du moment où vous vous réveillez jusqu'à la fin de la journée", expliquent les éditions First dans leur présentation.

Interrogée par l'AFP sur les raisons de ce délai dans la traduction d'un livre surtout fait de photos (200 illustrations sur 224 pages), la maison d'édition n'a pas commenté.


Astérix et Obélix, meilleur démarrage d'un film français depuis 15 ans

Le film «Astérix et Obélix: L'Empire du milieu». (Photo, Instagram, @guillaumecanetofficiel)
Le film «Astérix et Obélix: L'Empire du milieu». (Photo, Instagram, @guillaumecanetofficiel)
Short Url
  • Les plus célèbres des Gaulois ont légèrement devancé les chiffres de «La Ch'tite famille» de Dany Boon, qui avait fait 451 530 entrées pour son premier jour en 2018
  • C'est le septième meilleur démarrage de tous les temps pour un film français

PARIS: Le film "Astérix et Obélix: L'Empire du milieu" a réalisé le meilleur démarrage d'un film français depuis 15 ans, avec 466 703 entrées vendues en France mercredi, malgré les dures critiques.

Les plus célèbres des Gaulois ont légèrement devancé les chiffres de "La Ch'tite famille" de Dany Boon, qui avait fait 451 530 entrées pour son premier jour en 2018, selon les chiffres de CBO Box Office.

C'est le septième meilleur démarrage de tous les temps pour un film français. Il n'a toutefois pas pu dépasser le succès d'un autre film de Dany Boon, "Bienvenue chez les Ch'tis", sorti en 2008 (558 359 entrées).

Le réalisateur de cette superproduction, Guillaume Canet, qui joue aussi le rôle d'Astérix, a posté sur Instagram une capture d'écran qui indiquait cette information avec le mot "Merci".


Cyclisme: le Saudi Tour, parenthèse enchantée du peloton

Le peloton roule lors de la troisième étape du Saudi Tour, de la gare d'Alula Al-Manshiyah à Abu Rakah, le 1er février 2023. (Photo Thomas SAMSON / AFP)
Le peloton roule lors de la troisième étape du Saudi Tour, de la gare d'Alula Al-Manshiyah à Abu Rakah, le 1er février 2023. (Photo Thomas SAMSON / AFP)
Short Url
  • Disputée sur cinq étapes au nord-ouest de l'Arabie saoudite, dans une région grande comme la Belgique mais peuplée de seulement 40.000 habitants, la course propose des paysages grandioses et plonge les coureurs plusieurs années en arrière
  • Dans ce cadre exotique, on retrouve tout de même quelques repères, comme la présence de la «voix du Tour de France» , puisque la course est organisée, comme la Grande Boucle, par Amaury Sport Organisation (ASO)

AL-ULA: Cadre sublime, soleil éclatant, hébergements de luxe, beaucoup de moyens et peu de pression: le Saudi Tour offre au peloton une parenthèse enchantée et une expérience hors du temps au milieu d'une saison de bruit et de fureur.

"Organiser une course de vélo dans le désert est un concept en soi", expose le Néo-Zélandais Jack Bauer qui vit, à 37 ans, une première "expérience unique" dans ce décor de sable et de roche sur des routes se faufilant dans des canyons à couper le souffle.

Disputée sur cinq étapes au nord-ouest de l'Arabie saoudite, dans une région grande comme la Belgique mais peuplée de seulement 40.000 habitants, la course propose des paysages grandioses et plonge les coureurs plusieurs années en arrière, dans une atmosphère à la bonne franquette, loin de la pression infernale des courses européennes.

Ici on s'habille, comme dans le temps, au "cul du camion" et on installe des chaises pliantes sous un palmier pour coller son dossard. Et écouter, assis à même le trottoir ou adossé contre le mur de la mosquée, le briefing des directeurs sportifs, avant un dernier arrêt aux toilettes dans des containers posés sur le parking.

"Je n'avais pas connu ça depuis mes années en Continental (3e division) avec des simples voitures au lieu d'un bus d'équipe, sans WC et avec les chaises de camping. C'est super sympa de faire une ou deux courses par an comme ça, sans le stress des épreuves en Europe. Attention ce ne sont pas des vacances mais c'est une sacrée expérience", souligne l'Autrichien Felix Grossschartner, un des nouveaux lieutenants de Tadej Pogacar chez UAE.

Tempête de sable

Au départ, l'ambiance est très détendue, au point de voir des coureurs venir enfoncer, à quelques minutes du gong, une dosette de café dans la machine à expresso de l'espace VIP, au milieu de quelques dignitaires saoudiens en tenue traditionnelle.

A l'arrivée, le podium est dressé dans des endroits sublimes, en haut d'un rocher ouvert à tous les vents ou en plein désert, où le vainqueur rejoint la remise des prix en baroudant dans le sable, vélo sur l'épaule. Une expédition "presque plus dure que l'étape", se marre, en exagérant fortement, l'Italien Jonathan Milan, arrivé premier mardi.

"C'est vraiment une course atypique, très dépaysante. Mais, même si ce n'est pas l'objectif de l'année, on est aussi là pour la performance", insiste le coureur français de la Cofidis, Axel Mariault.

De fait, la course est exigeante. Il n'y a certes pas de grandes superstars en lice mais sept équipes du World Tour qui se tirent la bourre et font souffrir le martyre aux formations plus modestes comme l'équipe nationale saoudienne, qui peine tous les soirs à arriver dans les délais.

Le principal ennemi est le vent qui balaye la plaine et les plateaux en hauteur. "On a même eu une tempête de sable", rapporte Jack Bauer.

Attention aux dromadaires

Les ânes qui traversent à tout bout de champ constituent également un danger et les nombreux policiers postés le long du parcours sont là d'abord pour éviter que les dromadaires barrent la route du peloton.

Dans ce cadre exotique, on retrouve tout de même quelques repères, comme la présence de la "voix du Tour de France", puisque la course est organisée, comme la Grande Boucle, par Amaury Sport Organisation (ASO).

Mais le contraste reste saisissant entre ce cyclisme "près de chez soi" et les moyens déployés par l'Arabie saoudite pour accueillir l'événement, qui participe à sa stratégie de promotion par le sport, souvent critiquée par l'Occident.

Ainsi, Jack Bauer ne s'est toujours pas complètement remis de la cérémonie d'ouverture proposant un spectacle de trapézistes vertigineux et un insensé show de drones en plein désert. "On aurait dit les JO. Je ne peux même pas imaginer combien ça a coûté", souffle le coureur, logé comme tous le monde dans un lodge de luxe allant jusqu'à 1.000 euros la nuit, aux frais du pays hôte.

"Si les équipes devaient payer, ça leur coûterait la moitié du budget de l'année", plaisante le Tchèque Zdenek Stybar qui constate que "les Saoudiens ont de l'argent à investir et veulent vraiment promouvoir le cyclisme dans leur pays".