La Villa Albertine aux États-Unis, dans la tradition de la Villa Médicis

L’ancienne ministre française de la Culture Aurélie Filippetti (g) avec le philosophe italien Giorgio Agamben lors de sa visite à la Villa Médicis, siège de l'Académie française à Rome, le 11 juillet 2014. (Andreas Solaro/AFP)
L’ancienne ministre française de la Culture Aurélie Filippetti (g) avec le philosophe italien Giorgio Agamben lors de sa visite à la Villa Médicis, siège de l'Académie française à Rome, le 11 juillet 2014. (Andreas Solaro/AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 02 juillet 2021

La Villa Albertine aux États-Unis, dans la tradition de la Villa Médicis

L’ancienne ministre française de la Culture Aurélie Filippetti (g) avec le philosophe italien Giorgio Agamben lors de sa visite à la Villa Médicis, siège de l'Académie française à Rome, le 11 juillet 2014. (Andreas Solaro/AFP)
  • "La Villa Albertine, c'est d'abord le pari de porter le nouvel élan transatlantique jusque dans le domaine de la culture et des idées", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian
  • Plus de trois siècles après la création de l'Académie de France à Rome, devenue depuis la Villa Médicis, la Villa Albertine (référence à l'une des "jeunes filles en fleur" de Proust) va offrir un nouveau havre pour de jeunes artistes

PARIS : La France va inaugurer à l'automne la Villa Albertine, lieu de résidence et de création pour des artistes français aux États-Unis, dans la tradition de la prestigieuse Villa Médicis à Rome.

Avec une innovation majeure : cette nouvelle vitrine de la culture française ne sera plus concentrée en un lieu unique mais déclinée dans dix grandes villes américaines, de la Côte Est à la Californie.

"La Villa Albertine, c'est d'abord le pari de porter le nouvel élan transatlantique jusque dans le domaine de la culture et des idées", a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en dévoilant le projet vendredi au Quai d'Orsay.

"Ce pari audacieux vise à la fois à peser sur la manière dont notre culture est perçue aux Etats-Unis et à apporter aux acteurs culturels français le soutien qu'ils attendent pour explorer les réalités américaines', a-t-il ajouté.

"De plus en plus le public américain se tourne vers d'autres horizons (...) Nous devons lui montrer que la scène culturelle française n'a rien perdu de sa vitalité et qu'elle porte les échos du monde francophone tout entier", a-t-il souligné.

Carrefour du "renouveau transatlantique" porté par le président Joe Biden, la Villa Albertine sera aussi une des "têtes de pont de la nouvelle stratégie d'influence française", a expliqué le chef de la diplomatie française.

Plus de trois siècles après la création de l'Académie de France à Rome, devenue depuis la Villa Médicis, la Villa Albertine (référence à l'une des "jeunes filles en fleur" de Proust) va offrir un nouveau havre pour de jeunes artistes, en prise directe avec la culture américaine et l'ère des "industries créatives".

La France, pionnière en la matière, crée ainsi sa quatrième résidence artistique à l'étranger, après la Villa Médicis en 1666, la Casa Velazquez en 1928 à Madrid et la Villa Kujoyama en 1992 à Kyoto.

La Villa Albertine sera présente dans dix lieux symbolisant la diversité des États-Unis : New York, Washington, Boston, Miami, Atlanta, La Nouvelle Orléans, Chicago, Houston, Los Angeles et San Francisco.

Six premiers résidents, écrivain, auteur de bande dessinée, artiste plasticienne, chanteuse, cinéaste et photographe, seront accueillis à partir de novembre. 

Ils seront 60 à terme, pour des séjours d'un à trois mois, d'un coût moyen de 20.000 euros, soit un budget de 1,2 million par an, cofinancé par du mécénat privé comme la Fodation Bettencourt Schueller et la Fondation Art Explora. 


En Russie, une artiste de 77 ans présente ses pancartes pacifistes en plein conflit en Ukraine

Mme Ossipova est connue depuis plusieurs années comme une farouche opposante à la politique de Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Mme Ossipova est connue depuis plusieurs années comme une farouche opposante à la politique de Vladimir Poutine (Photo, AFP).
Short Url
  • Rares sont les actions de protestation à Saint-Pétersbourg qui se déroulent sans elle
  • Interpellée à plusieurs reprises par la police, elle voit souvent ses pancartes confisquées

SAINT-PETERSBOURG: Elle est surnommée la "conscience de Saint-Pétersbourg" et s'oppose à toute guerre: Elena Ossipova, artiste peintre de 77 ans, a présenté mardi une exposition de ses pancartes pacifistes dans l'ancienne capitale impériale russe, en plein conflit en Ukraine.

Inaugurée dans les locaux de l'antenne locale du parti d'opposition Iabloko en présence d'une trentaine de personnes, l'exposition réunit 15 pancartes créées par Mme Ossipova entre 2014 et 2022.

Parmi elles figure celle intitulée "Les yeux de la conscience": on y voit le visage d'une petite fille aux grands yeux, et une phrase en bas de la pancarte, en russe et en ukrainien, "Maman, j'ai peur de la guerre".

"C'est une exposition anti-guerre, elle est tragique", commente devant son public l'artiste, que son âge oblige à s'asseoir rapidement. "C'est une repentance, même si personne chez nous ne veut se repentir pour l'instant", ajoute-t-elle.

Selon Alexandre Chichlov, responsable de l'antenne locale du parti Iabloko, toutes les œuvres de l'artiste n'ont pas pu être présentées à l'exposition, en raison des lois russes prévoyant de lourdes peines pour ceux qui diffusent de "fausses informations" sur l'armée ou tentent de la "discréditer".

Certaines pancartes "contiennent des mots pour lesquels on pourrait être obligés de payer une amende ou encourir quelque chose de pire", a-t-il expliqué.

Mme Ossipova est connue depuis plusieurs années comme une farouche opposante à la politique de Vladimir Poutine et surtout à toute sorte de conflit armé.

Elle était sortie avec une pancarte pacifiste pour la première fois en 2002, après la prise d'otages du théâtre Doubrovka de Moscou par des combattants tchétchènes.

Depuis, rares sont les actions de protestation à Saint-Pétersbourg qui se déroulent sans elle.

Interpellée à plusieurs reprises par la police, elle voit souvent ses pancartes confisquées.

Pour Sergueï, 40 ans, l'un des premiers visiteurs de l'exposition, "tant qu'il y a des gens comme Elena Ossipova, il y a de l'espoir".


Le mannequin britannique Naomi Campbell aperçu à Abu Dhabi avec sa fille

La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris. (Instagram)
La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris. (Instagram)
Short Url
  • Naomi Campbell a visité la grande mosquée cheikh Zayed avec sa fille d’un an et demi
  • La star des défilés a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris

DUBAÏ: Le mannequin britannique Naomi Campbell a été aperçu à Abu Dhabi en train de visiter la grande mosquée cheikh Zayed cette semaine.

La star des défilés, âgée de 52 ans, a partagé des images d’elle dans ce haut-lieu touristique des Émirats arabes unis, vêtue d’une abaya à imprimé léopard et d’un voile gris.  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Dr Naomi Campbell (@naomi)

Campbell a visité la mosquée avec sa fille. Sur certaines des photos qu’elle a partagées sur Instagram, on peut voir le mannequin debout dans l’une des salles de la mosquée, tenant les mains de sa petite fille.  

«La splendeur de la grande mosquée cheikh Zayed», a-t-elle écrit sur Instagram à ses 14 millions de followers. «Merci pour cette visite à couper le souffle», a-t-elle ajouté, remerciant les organisateurs.  

Depuis qu’elle a annoncé la naissance de sa fille en mai 2021, Naomi Campbell n’a partagé que quelques images de son enfant.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Dana Hassan: art, narration et Beyrouth

L'œuvre de Dana Hassan, bien que centré autour de la figure de Beyrouth, porte en elle un message universel. (Photo fournie)
L'œuvre de Dana Hassan, bien que centré autour de la figure de Beyrouth, porte en elle un message universel. (Photo fournie)
Short Url
  • «J'ai toujours envie de déconstruire l'art»
  • La narration pour Dana Hassan précède la peinture

BEYROUTH: Les œuvres de Dana Hassan intriguent. La narration y précède le visuel. Si Beyrouth est au cœur de son travail, il n'en demeure pas moins qu'il s'en dégage une dimension universelle qui plaît énormément aux quatre coins du monde. Arab News en français a rencontré la créatrice libanaise qui vit actuellement à Chypre.

La centralité de Beyrouth

Le départ forcé de la capitale libanaise durant la guerre civile libanaise a provoqué chez Dana Hassan une déchirure à laquelle elle continue de faire écho dans son œuvre.

Après des études de commerce à l'université américaine de Beyrouth (AUB), elle complète son cursus en suivant un Bachelor of Arts (BA) en illustration et bande dessinée au sein de l'Académie libanaise des beaux-arts (Alba), car elle sent qu’il manque quelque chose dans sa vie. À Alba, ses professeurs sont contents de sa technique, «une technique basée sur l'expérimentation et la remise en question de ce que je perçois comme art. J'ai toujours envie de déconstruire l'art», précise-t-elle.

img 1
Dana Hassan. (Photo fournie)

Cette déconstruction n'est pas le fruit du hasard, mais d'un travail méticuleux. En octobre 2019, elle reçoit les honneurs de la Banque mondiale en étant sélectionnée avec quatorze autres artistes internationaux pour exposer son œuvre If Not Now, When? à Washington. Elle aime questionner les normes. Elle a ainsi demandé que son œuvre soit exposée horizontalement sur une surface plane et non suspendue verticalement. C'est grâce aux concours d’art internationaux que son nom a pu émerger de Washington jusqu'à Nicosie en passant par Londres et Venise.

Le départ forcé de la capitale libanaise durant la guerre civile libanaise a provoqué chez Dana Hassan une déchirure à laquelle elle continue de faire écho dans son œuvre.

La centralité de Beyrouth dans son œuvre s’est accentuée après l'explosion du port le 4 août 2020. «Cette explosion m'a plongée dans mon enfance et dans des blessures que je pensais enfouies à jamais.» Elle écume les rues de Beyrouth afin de mettre en lumière les tissus urbains représentés comme des strates de mémoire. La métaphore de Beyrouth en tant que mère est prégnante notamment dans la pièce Ode to a Mother exposée au Venice International Art Fair en 2020.

img 1
Beyrouth et les strates de mémoire. If Not Now, When? a été exposé au quartier-général de la Banque mondiale à Washington en octobre 2019. (Photo fournie)

La primauté de la narration

La narration est au cœur de son processus artistique. Véritable fil conducteur, elle précède la peinture et indique implicitement un mode d'expression. Lors de l'exposition baptisée «Wall Calls for Peace» au Line Contemporary Art Space à Londres, son œuvre avait pour ambition de montrer une ville qui unit les habitants sous un même toit. 

img 1
Beyrouth et le tissu urbain. Cette œuvre met en lumière tout le travail de terrain entrepris par Dana Hassan. Comme son nom l'indique Under the Same Roof vise à transformer symboliquement la capitale libanaise en un seul bâtiment. (Photo fournie)

Si son œuvre se cristallise autour de Beyrouth, le message qui en découle est universel. Elle en a fait le constat lors de la dernière exposition à laquelle elle a participé, à Nicosie. «Lors de l’exposition baptisée “Under the same roof”, les gens ont su s'identifier à mon œuvre. Ils ont considéré mon œuvre comme étant un reflet de leur propre pays.» Ses sentiments pour la capitale libanaise ont été amplifiés depuis son départ vers l'île d'Aphrodite. Elle se sent parfois comme déracinée. L'art lui permet d'exprimer ce sentiment si amer. «J'ai récemment peint un tableau dont j'ai déchiré la toile que j'ai ensuite tissée au fur et à mesure.»

La narration continue de guider son pinceau. Elle a pour projet ultérieur de participer à une œuvre collective. «Je veux peindre une toile puis passer le relais à d'autres artistes et ainsi de suite jusqu'à ce que l'œuvre devienne la propriété de toute la communauté.» Dana Hassan, une exploratrice de l'art à sa façon!