Le groupe propriétaire de l'aéroport de Sydney reçoit une offre de 14 milliards d'euros

Cette photo  montre des panneaux relatifs au nouveau coronavirus COVID-19 affichés à l'entrée de la zone des départs de l'aéroport international de Sydney (photo d'archives) (AFP)
Cette photo montre des panneaux relatifs au nouveau coronavirus COVID-19 affichés à l'entrée de la zone des départs de l'aéroport international de Sydney (photo d'archives) (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 05 juillet 2021

Le groupe propriétaire de l'aéroport de Sydney reçoit une offre de 14 milliards d'euros

  • «Le prix indicatif est en dessous de ce qui était la valeur du titre Sydney Airport avant la pandémie»
  • La Sydney Aviation Alliance a confirmé avoir fait cette offre, disant représenter plus de six millions de membres des fonds de pension

SYDNEY :Le groupe propriétaire de l'aéroport de Sydney a reçu une offre de reprise de 14 milliards d'euros de la part d'un consortium d'investisseurs australiens, ce qui a dopé le cours de son action dans les échanges lundi.

Cette alliance se faisant appeler Sydney Aviation Alliance, qui regroupe des fonds de pension australiens et des investisseurs du secteur des infrastructures, propose 8,25 AUD (5,2 euros) par action de Sydney Airport, soit un total de 22,3 milliards de dollars australiens (14 milliards d'euros).

Cette proposition a été "faite dans le contexte de la pandémie mondiale qui a profondément touché le secteur aérien et le cours de l'action de Sydney Airport", a indiqué le conseil d'administration de l'aéroport dans un communiqué à la Bourse.

"Le prix indicatif est en dessous de ce qui était la valeur du titre Sydney Airport avant la pandémie."

La Sydney Aviation Alliance a confirmé avoir fait cette offre, disant représenter plus de six millions de membres des fonds de pension.

Elle explique que cette offre confortera le fait que le premier aéroport du pays appartienne à des capitaux australiens. Elle ajoute qu'elle est "dans l'intérêt à long terme du public et des voyageurs".

L'action de Sydney Airport a bondi lundi de près de 34% à 7,78 AUD à la suite de cette offre, qui est actuellement étudiée par le conseil d'administration du groupe.

 


Suisse : l'inflation bondit à 3,4% en juin face à la hausse des produits pétroliers

Office fédéral de la statistique (OFS). (Photo: Wikimedia Commons)
Office fédéral de la statistique (OFS). (Photo: Wikimedia Commons)
Short Url
  • Les prix des produits importés ont bondi de 8,5% en rythme annuel durant le mois écoulé, les produits pétroliers bondissant de 48,4%, indique l'OFS dans un communiqué
  • Les prix des produits fabriqués en Suisse ont, eux, augmenté de 1,7%. Ce bond de l'inflation en juin se situe dans le haut de la fourchette des prévisions des économistes interrogés par l'agence suisse AWP

ZURICH : L'inflation en Suisse a encore accéléré en juin pour bondir à 3,4% sur un an, contre 2,9% en mai, sous l'effet de la hausse des produits pétroliers, annonce lundi l'office fédéral de la statistique (OFS).

Les prix des produits importés ont bondi de 8,5% en rythme annuel durant le mois écoulé, les produits pétroliers bondissant de 48,4%, indique l'OFS dans un communiqué.

Les prix des produits fabriqués en Suisse ont, eux, augmenté de 1,7%. Ce bond de l'inflation en juin se situe dans le haut de la fourchette des prévisions des économistes interrogés par l'agence suisse AWP. Leurs estimations se situaient entre 2,8% et 3,5%.

D'un mois sur l'autre, l'inflation en Suisse a augmenté de 0,5% par rapport au mois de mai, en raison de la hausse des  carburants, du mazout ainsi que de certains légumes, détaille l'OFS. L'indice des prix à la consommation est remonté à 104,5 points.

L'inflation en Suisse est moins forte que dans d'autres pays. Par comparaison, la hausse des prix dans la zone euro s'est chiffrée à 8,6% sur un an en juin, selon Eurostat, l'office européen de la statistique.

Alors qu'elle s'était limitée à 0,6% en 2021, l'inflation en Suisse a accéléré mois après mois et franchi la barre des 2% en février, dépassant pour la première fois l'objectif de la banque centrale suisse. Après avoir grimpé à 2,4% en mars, elle est monté à 2,5% en avril et 2,9% en mai.

Mi-juin, la banque centrale suisse a surpris en donnant un tour de vis inattendu à sa politique monétaire pour tenter de contrer l'inflation.

Bien que son taux directeur reste en terrain négatif, elle l'a remonté d'un demi-point à -0,25% avec pour objectif d'empêcher l'inflation de s'installer. Pour 2022, elle a relevé sa prévision d'inflation à 2,8%, contre 2,1% attendu auparavant.

Le ministère de l'Économie a lui aussi remonté son estimation mi-juin, tablant pour sa part sur une inflation de 2,5% en 2022, contre 1,9% estimée précédemment.

Dans son rapport annuel, la Banque des règlements internationaux (BRI), une institution considérée comme la banque centrale des banques centrales, a appelé à ne pas laisser l'inflation s'enraciner.

Cette institution basée en Suisse, à Bâle, a mis en garde contre le risque de stagflation qui plane au-dessus de l'économie mondiale, estimant que les banques centrales doivent agir de manière décisive" et "sans tarder".


Entreprises en difficulté: le plan d'accompagnement de sortie de crise prolongé

Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire arrive pour un déjeuner de travail avec le président français et le Premier ministre australien au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 1er juillet 2022. (AFP).
Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire arrive pour un déjeuner de travail avec le président français et le Premier ministre australien au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 1er juillet 2022. (AFP).
Short Url
  • Ce plan d'accompagnement prévoit un accompagnement au niveau local des entreprises en situation de fragilité financière pour les aider dans leurs échanges avec leurs créanciers
  • Outre ce dispositif, les entreprises peuvent avoir accès à un «PGE Résilience», lancé après le déclenchement de la guerre en Ukraine et accessible jusqu'à la fin de l'année

PARIS : Le plan d'accompagnement lancé à la mi-2021 pour aider les entreprises en difficulté durant la sortie de crise sanitaire sera prolongé, a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lundi.

"Nous maintiendrons la mission de M. (Gérard) Pfauwadel qui est chargé d'accompagner les entrepreneurs", en particulier ceux qui n'arrivent pas à rembourser leur prêt garanti par l'Etat (PGE) souscrit pendant la crise sanitaire, a affirmé M. Le Maire sur France Inter.

Ce plan d'accompagnement, qui devait s'arrêter fin juin, prévoit un accompagnement au niveau local des entreprises en situation de fragilité financière pour les aider dans leurs échanges avec leurs créanciers pour obtenir un aménagement du remboursement de leurs prêts ou de leurs impôts et cotisations.

Outre ce dispositif, les entreprises peuvent avoir accès à un "PGE Résilience", lancé après le déclenchement de la guerre en Ukraine et accessible jusqu'à la fin de l'année. Il leur permet d'emprunter jusqu'à 15% de leur chiffre d'affaires.


JPMorgan: Le prix du baril de pétrole pourrait atteindre 380 dollars

Short Url
  • Les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe
  • Si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril

RIYAD: Dans un contexte de tensions géopolitiques persistantes et d'une flambée des prix de l'énergie, les cours mondiaux du pétrole pourraient atteindre 380 dollars le baril si les restrictions américaines et européennes obligent la Russie à réduire sa production de brut en guise de représailles, rapporte Bloomberg en citant des analystes de JPMorgan Chase & Co.

C'est après l'invasion de l'Ukraine par la Russie que les alliés occidentaux, dirigés par les États-Unis, ont imposé de nombreuses sanctions et élaboré un mécanisme complexe pour plafonner le prix du pétrole russe.

Selon les analystes de JPMorgan, dont Natasha Kaneva, la Russie bénéficie en ce moment d'une position financière solide et peut se permettre de réduire sa production quotidienne de brut de 5 millions de barils.

La réduction de la production de brut russe pourrait avoir des conséquences désastreuses sur le monde entier. Une réduction de 3 millions de barils ferait par exemple grimper le prix du brut à 190 dollars à Londres. Dans le pire des scénarios, si la production est réduite de 5 millions de barils, le prix pourrait atteindre 380 dollars le baril, expliquent les analystes.

«Le risque le plus évident et le plus probable d'un plafonnement des prix serait la décision de la Russie de riposter en réduisant ses exportations afin de porter un coup dur à l'Occident.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com