La dramaturge Sara Shaarawi parle de son «drame sur la vengeance» intitulé «Niqabi Ninja»

La pièce « Niqabi Ninja » est née d'un monologue que Shaarawi a composé en 2013, lorsqu'on lui a demandé d'écrire une pièce sur les femmes au cours de la révolution égyptienne de 2011 (Photo, fournie).
La pièce « Niqabi Ninja » est née d'un monologue que Shaarawi a composé en 2013, lorsqu'on lui a demandé d'écrire une pièce sur les femmes au cours de la révolution égyptienne de 2011 (Photo, fournie).
Short Url
Publié le Dimanche 11 juillet 2021

La dramaturge Sara Shaarawi parle de son «drame sur la vengeance» intitulé «Niqabi Ninja»

  • Cette fantaisie relate l'histoire d'une femme super-héros ; elle a été écrite en réponse aux agressions sexuelles commises par la foule au Caire
  • «Niqabi Ninja» raconte l'histoire de Hana, une illustratrice qui réalise une bande dessinée relatant toutes les expériences terrifiantes qu'elle a vécues

AMSTERDAM: « Il ne faut pas s'attendre à une histoire réjouissante ». Par ses mots la scénariste Sara Shaarawi, née au Caire et basée en Écosse, revient sur « Niqabi Ninja », sa pièce à deux personnages présentée à Londres dans le cadre du festival Shubbak - une célébration des arts et de la culture contemporains du monde arabe – et présentée par la suite dans cinq villes d'Écosse. « Il s'agit d'un drame sur la vengeance ».

La pièce « Niqabi Ninja » est née d'un monologue que Shaarawi a composé en 2013, lorsqu'on lui a demandé d'écrire une pièce sur les femmes au cours de la révolution égyptienne de 2011. Mme Shaarawi raconte qu'elle s'est d'abord montrée « méfiante, surtout parce que je ne faisais pas partie de ces femmes ». C'est vrai qu'elle était au Caire au moment de la révolution, mais « je n'étais pas en première ligne ».

« Je n’exploite pas le traumatisme des gens pour culpabiliser l’audience - ce genre de théâtre ne m'intéresse pas du tout », souligne-t-elle. « Je ne voulais pas non plus incarner le regard que porte l'Occident sur les personnes issues du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord - ces rôles très étriqués de réfugié, de révolté ou de terroriste - je ne voulais pas me couler dans cette catégorie ».

La scénariste de « Niqabi Ninja », Sara Shaarawi. (Beth Chalmers)

Cependant, ce sont les agressions sexuelles sur la place Tahrir et ses environs, lors du soulèvement et des manifestations qui ont suivi, qui l'ont incitée à écrire une pièce « sur une jeune femme qui passe en revue tous les événements qui ont marqué sa vie: les regards insistants, les cris, l'humiliation, le rabaissement et la sexualisation. En effet, les agressions sexuelles ont incité cette femme à acheter un niqab (ou voile en français), pour prendre sa revanche ».

Le monologue ayant rencontré un écho favorable, on a encouragé Mme Shaarawi à l'adapter en une pièce d'une heure. C'est à partir de là que la pièce a pris sa forme actuelle.

L'une des planches réalisées par l’artiste Gehan Mounir pour la pièce. (Fourni)

« J'ai écrit le monologue dans un moment de colère », explique Mme Shaarawi.

« Je me suis rendue compte par la suite que ce qui m'intéressait, et ce que je cherchais surtout à faire, c'était de montrer comment nous avons normalisé certains comportements, comme les commentaires que l'on fait sur le corps d'une personne qu'on ne connaît pas... ces comportements jugés inoffensifs parce qu'ils ne vous blessent pas physiquement, ces comportements qui nous ont amenés à dire : ‘Les garçons seront des garçons. Voilà!’. Or, en normalisant tous ces comportements, les agressions sexuelles commises par la foule à Tahrir devinrent  inévitables. Il faut s'attendre à ces agissements lorsque les agresseurs s'en tirent à bon compte et pensent que tout est permis. Voilà ce que la pièce aborde réellement ».

« Niqabi Ninja » raconte l'histoire de Hana, une illustratrice qui réalise une bande dessinée relatant toutes les expériences terrifiantes qu'elle a vécues, lorsque les hommes la transformaient en objet ou la sexualisaient, en particulier dans les espaces publics. Elle discute avec le personnage principal de sa BD, qui n'est rien d'autre que son ombre, son double fantasmatique extrêmement violent, qui la pousse à agir, selon Shaarawi. Ce personnage dit tout ce qu'elle refuse de dire. C'est un super-héros narcissique. C'est une femme obsédée par son apparence, par les armes qu'elle va posséder et par ce qu'elle va faire subir aux hommes - leur fracasser la tête, entre autres. C'est un personnage particulièrement sinistre. Mais au final, ce n'est qu'un fantasme. La pièce porte sur son parcours pour devenir ce super-héros justicier qu'elle a créé dans sa tête. Ainsi, elle finit par se transformer en Ninja Niqabi ».  La scénariste s'arrête là. « Spoiler, désolée ».

La « scène » où se déroule la pièce « Niqabi Ninja » n'est autre que les rues de la ville. Muni d'un lecteur MP3 et d'un casque, le public emprunte un itinéraire établi tout en écoutant la pièce enregistrée. Celle-ci est interprétée par Rebecca Banatvala et Juliana Yazbeck, sur un fond sonore signé par la compositrice et oudiste égyptienne BalQeis. Ce parcours est agrémenté d'illustrations tirées de la bande dessinée de Hana, créée par l'artiste égyptienne Gehan Mounir.

Comme le précise Shaarawi, « Niqabi Ninja » est loin d'être une histoire joyeuse. Cependant, elle recèle une part d'humour, un humour très noir. En outre, Shaarawi tient à préciser qu'il s'agit d'une fantaisie, et non d'une tentative de trouver une solution concrète aux problèmes qu'elle aborde.

Rebecca Banatvala enregistre son rôle dans la pièce « Niqabi Ninja ». (Fourni)

Pourtant, même si la pièce a été écrite en fonction d'un moment très particulier de l'histoire de l'Égypte, il est clair qu'elle a trouvé un écho favorable auprès des femmes non arabes. Contrairement à tous les écrivains, Shaarawi ne se réjouit pas de voir que son œuvre touche une corde sensible auprès de tant de personnes.

« Ce sujet continue de faire débat chaque année, de manière urgente et pertinente. Il ne s'arrête jamais », dit-elle. « À chaque présentation, en Écosse comme à Londres, les femmes viennent me parler pour me remercier. Peu importe d'où elles viennent, elles s'y identifient. C'est un problème universel. Les thèmes qu'il aborde sont d'actualité, et c’est vraiment triste à mon avis ».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Tour d’horizon du festival Rush 2021 de Riyad

Photo de Huda Bashatah/Arab News.
Photo de Huda Bashatah/Arab News.
Short Url
  • Les visiteurs sont notamment invités à incarner, en se déguisant, leurs personnages de jeux vidéo ou de dessins animés préférés
  • Cet événement particulièrement divertissant, organisé dans le cadre de la Riyadh Season de 2021, dure cinq jours et prendra fin le 26 octobre

RIYAD: Le spectacle inaugural grandiose du jeu et de l’e-sport d’Arabie saoudite – le festival Rush – se tient en ce moment à Riyad. Cet événement particulièrement divertissant, organisé dans le cadre de la Riyadh Season de 2021, dure cinq jours et prendra fin le 26 octobre.

Profiter des jeux vidéo

photo
Photo de Huda Bashatah/Arab News.

Les amateurs de jeux vidéo peuvent participer à plus de dix-huit tournois différents qui réjouiront notamment les amateurs de Tekken 7, Peggy, Overwatch, FIFA 2022 ou Call of Duty.

Se déguiser

photo
Photo de Huda Bashatah/Arab News.

Les visiteurs sont également invités à incarner, en se déguisant, leurs personnages de jeux vidéo ou de dessins animés préférés. Les fans de l’univers fictif qui se sont inscrits au concours de cosplay concourront pour le «meilleur costume» et le vainqueur remportera la coquette somme de 18 662 dollars, soit un peu plus de 16 000 euros.

Acheter des souvenirs

photo
Photo de Huda Bashatah/Arab News.

Vous pouvez acheter des souvenirs pour vos proches ou pour vous-même dans les nombreuses boutiques éphémères qui se trouvent à l’intérieur du site.

Consommer des produits locaux

photo
Photo de Huda Bashatah/Arab News.

Et, si vous avez faim, beaucoup de restaurants et de cafés sont à votre disposition, notamment des restaurants locaux comme Ahl al-Deera.

Écouter de la musique

photo
Photo de Huda Bashatah/Arab News.

Vous pouvez également assister en direct aux performances de plusieurs DJ d’Arabie saoudite, parmi lesquels DJ Vegas, DJ Bassel et DJ Memo Max, qui assureront l’ambiance tout au long du festival.

Découvrir les dernières technologies

photo
Photo de Huda Bashatah/Arab News.

Explorez les dernières technologies des jeux vidéo grâce à des simulations de réalité virtuelle hyperréalistes ainsi que des applications sur téléphone portable, entre mille autres choses.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Quatre films arabes sont candidats aux Oscars de 2022

C’est la deuxième fois qu’Héliopolis est choisi pour représenter l’Algérie lors de la prestigieuse cérémonie des Oscars. (Photo fournie)
C’est la deuxième fois qu’Héliopolis est choisi pour représenter l’Algérie lors de la prestigieuse cérémonie des Oscars. (Photo fournie)
Short Url
  • Faire partie des cinq films en lice pour la phase finale et être en compétition aux côtés des meilleures productions du monde relève véritablement de l’exploit
  • Quinze films seront sélectionnés le 21 décembre et les cinq finalistes seront annoncés le 8 février 2022

DUBAÏ: L’une des catégories les plus convoitées des Oscars est sans aucun doute celle du meilleur long métrage international. Faire partie des cinq films en lice pour la phase finale et être en compétition aux côtés des meilleures productions du monde relève véritablement de l’exploit. Le pays doit d’abord soumettre le long métrage qu’il a retenu, puis le comité de la cérémonie des Oscars définit la sélection officielle.

Jusqu’à présent, quatre pays arabes ont choisi les films qui seront en lice à l’occasion de la 94e cérémonie des Oscars, qui se tiendra le 27 mars 2022.

Il s’agit de Haut et fort, du réalisateur marocain Nabil Ayouch, de The Stranger, du réalisateur palestinien Ameer Fakher Eldin, de Papillon d’or d’Abdelhamid Bouchnak, et d’Héliopolis, du réalisateur algérien Djaffar Gacem.

film
Photo extraite du film Haut et fort, du cinéaste marocain Nabil Ayouch. (Photo fournie)

Quinze films seront sélectionnés le 21 décembre prochain et les cinq finalistes seront annoncés le 8 février 2022.

The Gravedigger's Wife La Fille du fossoyeur»), film de l’auteur-réalisateur finlandais d’origine somalienne Khadar Ayderus Ahmed, est le choix officiel de la Somalie. Il fait partie des nombreux films africains sélectionnés et raconte l’histoire d’un fossoyeur qui essaie de trouver un moyen pour payer les frais de traitement de sa femme malade. C’est le premier film somalien présenté aux Oscars.

film
Photo extraite du film The Gravedigger’s Wife, de l’auteur-réalisateur finlandais d’origine somalienne Khadar Ayderus Ahmed. (Photo fournie)

En ce qui concerne les sélections arabes, Haut et fort de Nabil Ayouch a été présenté en première mondiale au mois de juillet dernier. Ce film, inspiré par l’enfance du réalisateur, constitue la première production intégralement marocaine en lice pour la Palme d’or du Festival de Cannes.

Le premier long métrage de M. Eldin, The Stranger, retrace l’histoire d’un médecin sans diplôme qui rencontre un homme blessé pendant la guerre civile syrienne. Il a remporté le prix Edipo Re pour l’inclusion de la Mostra de Venise cette année.

Papillon d’or est le troisième long métrage du cinéaste tunisien Abdelhamid Bouchnak.

Quant à Héliopolis de M. Gacem, il a été sélectionné par l’Algérie pour la deuxième fois, après avoir vu sa candidature retirée l’année dernière en raison de la pandémie de Covid-19. Le film se fonde sur les faits réels du 8 mai 1945, lorsque les forces coloniales françaises ont attaqué des milliers d’Algériens dans la ville de Guelma, qui avait pour nom «Héliopolis» dans l’Antiquité. Si Héliopolis était sélectionné, il s’agirait de la première qualification de l’Algérie depuis le film Z de Costa-Gavras, sorti en 1970, qui se trouve également être le premier film arabe à avoir remporté un Oscar.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Hala Ghatasheh: l’architecture comme moyen de communication

L'hybridité est au cœur de la vision de Hala Ghatasheh. (Fournie)
L'hybridité est au cœur de la vision de Hala Ghatasheh. (Fournie)
Short Url
  • L’objectif de cette créatrice est de rendre l’architecture plus engageante en recourant à de technologies immersives
  • Hala Ghatasheh a récemment travaillé dans la conception de la scénographie de deux pavillons de l’Exposition 2020 de Dubaï

PARIS: Le royaume de Jordanie regorge de jeunes talents singuliers et créatifs. C’est pourquoi l’entreprise sociale Empowering through a lancé au mois d’août dernier la plate-forme Design in Jordan, qui met en lumière des designers à succès. Si les profils de ces créateurs sont très variés, l’un d’eux se révèle particulièrement polyvalent: celui de Hala Ghatasheh, qui a récemment travaillé dans la conception de la scénographie de deux pavillons de l’Exposition 2020 de Dubaï. Arab news en français s’est entretenu avec elle.

photo
Portrait de Hala Ghatasheh. (Fournie)

Media architect

Hala Ghatasheh est une media architect. Il n’y a pas d’équivalent de ce terme en français. Pour mieux comprendre les spécificités de cette spécialisation, il faut se rendre outre-Rhin, et plus précisément à l’université du Bauhaus de Weimar, d’où Hala est sortie diplômée. C’est là qu’elle a découvert cet univers si particulier. Sa scolarité, effectuée à l’université germano-jordanienne (GJU) d’Amman, en Jordanie, comprenait une année d’échange scolaire en Allemagne, ce qui lui a permis de ne pas se sentir trop dépaysée en Allemagne. 

Qu’est-ce donc que la media architecture? «C’est une intégration des médias et de la technologie au sein de l’architecture – autrement dit, le fait d’utiliser l’architecture comme un moyen de communication, y compris par le biais de projections visuelles, afin de raconter à chaque fois une histoire», explique Hala Ghatasheh.

C’est ainsi qu’elle a commencé à expérimenter et à opérer une sorte de mélange entre le monde physique et le monde digital. Son objectif est de rendre l’architecture plus engageante en recourant à de technologies immersives. Ainsi, Hala Ghatasheh aime se mettre en scène dans le cadre de performances artistiques réalisées en direct à l’occasion desquelles elle met en place tout un environnement audiovisuel. Chaque performance est donc unique, surtout quand elle est basée sur l’improvisation. «Je ne suis pas musicienne, mais j’adore la musique. Plutôt que de jouer des notes, je joue avec le visuel que je crée. Je projette ce que je ressens. C’est un moyen d’expression très libre», nous confie celle qui a notamment collaboré, au mois de février 2020 à Cologne, au spectacle de la danseuse Margherita Dello Sbarba; elle était chargée du visuel et des projections en direct.

Cette architecte et artiste est toujours en quête d’expérimentation pour développer son approche interdisciplinaire. Ce qui compte pour elle, c’est de fusionner les arts. Elle a ainsi exposé à la Amman Design Week 2017 une collection de bijoux d’un genre bien particulier: Conceptual Jewerly Design est une série de pièces métalliques imprimées en 3D qui se caractérisent par une grande complexité géométrique et qui constituent le fruit de ses études sur le corps féminin. Ces pièces font immerger la forme naturelle du corps tout en se fondant en lui.

photo
Expérimentation et fusion. (Fournie)

Abstraction géométrique

Au sein de cette collection, la Jordanie occupe une place à part. Une pièce intitulée Iris Black Lamp a particulièrement retenu l’attention. L’iris noir est la fleur nationale de Jordanie et l’un des emblèmes de ce royaume. Hala Ghatasheh a donc voulu célébrer la beauté de son pays en utilisant une forme qui découle d’une abstraction géométrique de l’iris noir. «Je trouve généralement de l’inspiration dans mon environnement proche, que ce soit la nature ou le paysage urbain. Dans mon travail, j’aime revenir, à chaque fois, à l’architecture. J’ai pris l’iris comme une fleur, pas seulement pour sa forme, mais aussi pour ses fonctions, notamment la floraison. L’installation s’ouvre et créée dès lors différentes atmosphères.» 

photo
Iris Black Lamp. (Fournie)

Hala Ghatasheh utilise ainsi l’architecture pour mettre en scène et raconter une histoire. Elle a travaillé au sein de l’agence Facts and Fiction dans la mise en place de la scénographie des Pavillons de la Belgique et de la Jordanie de l’Exposition universelle 2020 de Dubaï. «Le visiteur est le personnage central. Nous avons conçu à son intention différentes expériences et, pour chacune d’entre elles, le visiteur doit entreprendre un voyage et écrire sa propre histoire. C’est un espace sensoriel dans lequel le visiteur interagit avec son environnement et y contribue, tout en faisant appel à ses sens. Cela permet à chaque visiteur de s’approprier sa propre expérience et de se créer ses propres souvenirs.» 

photo
Visiteurs au Pavillon belge. (Fournie)

La vision architecturale de Hala Ghatasheh continue à se développer, y compris en Jordanie. L’artiste a ainsi été l’architecte de la maison de vacances jordanienne, caractérisée par son osmose avec l’environnement grâce à «une composition minimale de pierres jordaniennes locales, d'acier, de lumière et de nature».

photo
Simplicité et harmonie. (Fournie)

Son potentiel est énorme, ce qui explique le fait qu’elle ait été sélectionnée dans le programme Future Females du prestigieux Arts Directors Clubs, qui s’est déroulé au mois de septembre 2021 à Hambourg. Ce programme a pour objectif de guider les femmes qui seront les futurs leaders du secteur créatif, un domaine où les femmes sont vraiment sous-représentées dans les postes de direction. Que ce soit en Allemagne ou en Jordanie, Hala Ghatasheh continue à écrire sa propre histoire, celle d’une femme qui amenée à devenir un chef de file et un modèle à suivre.