Afghanistan: les signes d'inquiétude se multiplient face à l'avancée des talibans

Plusieurs districts de provinces voisines de Kaboul sont tombés aux mains des talibans, faisant craindre qu'ils n'attaquent prochainement la capitale ou son aéroport (Photo, AFP).
Plusieurs districts de provinces voisines de Kaboul sont tombés aux mains des talibans, faisant craindre qu'ils n'attaquent prochainement la capitale ou son aéroport (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 11 juillet 2021

Afghanistan: les signes d'inquiétude se multiplient face à l'avancée des talibans

  • Les talibans se sont emparés ces deux derniers mois de larges portions de territoire, lors d'une offensive tous azimuts lancée début mai
  • Privées du crucial soutien aérien américain, les forces afghanes n'ont offert qu'une faible résistance et ne contrôlent plus essentiellement que les axes principaux et les capitales provinciales

KABOUL: Un système de défense capable d'intercepter roquettes et missiles a été déployé à l'aéroport de Kaboul, voie de sortie des ressortissants étrangers d'Afghanistan, nouveau signe d'inquiétude face à l'avancée inexorable des talibans, que traduit également l'évacuation par l'Inde du personnel indien d'un consulat.

Les talibans se sont emparés ces deux derniers mois de larges portions de territoire, lors d'une offensive tous azimuts lancée début mai à la faveur du début du retrait définitif des troupes étrangères d'Afghanistan.

Privées du crucial soutien aérien américain, les forces afghanes n'ont offert qu'une faible résistance et ne contrôlent plus essentiellement que les axes principaux et les capitales provinciales, dont plusieurs sont encerclées par les insurgés.

Plusieurs districts de provinces voisines de Kaboul sont tombés aux mains des talibans, faisant craindre qu'ils n'attaquent prochainement la capitale ou son aéroport.

« Le système de défense aérienne nouvellement installé est opérationnel à Kaboul depuis 02H00 ce dimanche matin » (21H30 GMT samedi), a indiqué le ministère afghan de l'Intérieur, sans autre détails sur ce système qui « s'est avéré utile à travers le monde pour repousser les attaques de missiles et de roquettes ».

Son porte-parole, Tariq Arian, a simplement précisé qu'il avait été installé sur l'aéroport de Kaboul pour protéger les installations aéroportuaires.

Ce système de défense « nous a été donné par nos amis étrangers » qui pour l'heure « le font fonctionner pendant que nous acquérons les connaissances pour l'utiliser », a déclaré Ajmal Omar Shinwari, porte-parole des forces afghanes de sécurité, sans nommer le pays concerné.

Au cours de ses 20 ans de présence en Afghanistan, l'armée américaine a déployé sur ses bases plusieurs systèmes C-RAM (Contre-Roquettes, Artillerie et Mortiers), capables de détecter et détruire les projectiles les visant, ainsi que de donner l'alerte. Ce type de système était notamment déployé sur l'immense base de Bagram, à 50 km au nord de Kaboul, restituée début juillet aux forces afghanes.

Diplomates évacués

Les talibans ont déjà utilisé des roquettes et mortiers contre les forces gouvernementales ou étrangères et leurs rivaux du groupe Etat islamique (EI) ont mené une attaque de ce type contre Kaboul en 2020.

« Les talibans n'ont pas de moyens structurés, mais ont démontré qu'ils pouvaient tirer des roquettes modifiées depuis des véhicules et créer la panique, particulièrement s'ils visent un aéroport », a expliqué une source sécuritaire étrangère.

La Turquie s'est engagée à assurer la sécurité de l'aéroport de Kaboul quand les troupes américaines et de l'Otan auront quitté le pays d'ici le 31 août. Le président Recep Tayyip Erdogan a indiqué vendredi qu'Ankara et Washington s'étaient mis d'accord sur les « modalités ».

Inquiète des combats proches de Kandahar, l'Inde a annoncé avoir évacué le personnel indien de son consulat dans la grande ville du sud de l'Afghanistan.

La province de Kandahar, berceau et bastion historique des talibans, a été le théâtre d'intenses combats récemment. Les insurgés se sont emparés début juillet du district-clé de Panjwai, à une quinzaine de km de la ville de Kandahar et vendredi, ils ont attaqué une prison des faubourgs de la capitale provinciale avant d'être repoussés.

« Le consulat général d'Inde n'a pas été fermé. Toutefois, en raison d'intenses combats près de la ville de Kandahar, son personnel indien en a été retiré pour le moment », a fait savoir le ministère indien des Affaires extérieures, évoquant « une mesure purement temporaire, jusqu'à ce que la situation se stabilise » et indiquant que « le consulat continue de fonctionner grâce à son personnel local ».

Selon une source sécuritaire à Kaboul, une cinquantaine d'employés indiens du consulat, dont six diplomates, ont été évacués, mais leur destination - Kaboul ou New Delhi - n'était pas connue.

En raison des combats dans le nord de l'Afghanistan, la Russie a récemment fermé son consulat à Mazar-i-Sharif, capitale de la province de Balkh et un des principaux centres urbains afghans, proche de la frontière avec l'Ouzbékistan.

Pékin a conseillé à ses ressortissants de quitter le pays et a évacué 210 d'entre eux début juillet.

De son côté, le ministère afghan des Réfugiés a appelé l'Europe à ne plus expulser de migrants afghans ces trois prochains mois en raison de « l'escalade de la violence » et de la propagation de la Covid-19.

Dimanche, le porte-parole des forces afghanes de sécurité a tenté de rassurer, démentant que les talibans contrôlent 85% du territoire afghan, comme ils l'affirment, une assertion impossible à vérifier de façon indépendante.

« Ce n'est pas vrai. Les combats se poursuivent dans la plupart des zones » que les talibans disent contrôler, a affirmé Shinwari tout en appelant les jeunes à rejoindre l'armée, indiquant que « le gouvernement avait facilité le processus de recrutement ».

Une déclaration qui intervient sur fond de mobilisation de milices par le gouvernement et les chefs de guerre antitalibans, suscitant l'inquiétude d'une nouvelle guerre civile.

Interrogé samedi, Mansoor Ahmad Khan, ambassadeur à Kaboul du Pakistan, pays longtemps accusé de soutenir les talibans, a mis en garde contre le déploiement de ces milices, susceptible selon lui d'aggraver la situation en Afghanistan et de donner de l'espace à Al-Qaïda ou à l'EI.


Ukraine: Trois morts dans des bombardements russes à Kramatorsk et Zaporijjia

Une Ukrainienne est assise dans son appartement partiellement détruit par un missile Smerch non explosé après une frappe nocturne à la périphérie de Kramatorsk (Photo, AFP).
Une Ukrainienne est assise dans son appartement partiellement détruit par un missile Smerch non explosé après une frappe nocturne à la périphérie de Kramatorsk (Photo, AFP).
Short Url
  • «Les bombardements ont endommagé au moins 20 bâtiments et un incendie s'est déclaré»
  • Les livraisons de pétrole russe à la République tchèque ont repris après une suspension de huit jours

KIEV: Au moins trois personnes ont été tuées et 15 autres blessées vendredi dans des bombardements russes sur les villes ukrainiennes de Kramatorsk, dans l'Est, et de Zaporijjia, dans le Sud, ont annoncé les autorités locales.

"Une nouvelle attaque sur Kramatorsk - selon de premières informations, nous avons deux civils morts et 13 blessés avec certitude", a dit sur Facebook Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk.

"Les bombardements ont endommagé au moins 20 bâtiments et un incendie s'est déclaré", a-t-il ajouté, appelant une nouvelle fois la population locale à évacuer.


L'OMS rebaptise les variants de la variole du singe

Un pharmacien administre une dose d'Imvanex, un vaccin pour se protéger du virus (Photo, AFP).
Un pharmacien administre une dose d'Imvanex, un vaccin pour se protéger du virus (Photo, AFP).
Short Url
  • Le nom de la maladie est l'héritage des conditions de découverte de la maladie
  • Une trentaine de scientifiques, pour beaucoup originaires d'Afrique, ont rédigé une tribune pour demander à changer ces noms

GENÈVE: L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi avoir rebaptisé les variants de la variole du singe, en remplaçant par des chiffres romains les noms de régions africaines, jugés stigmatisants.

Ces nouveaux noms de variants permettent de prendre acte de la réalité actuelle de la maladie. Alors que celle-ci s'est longtemps limitée à une dizaine de pays africains, la grande majorité des nouveaux cas ont été détectés cette année ailleurs dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Europe et au Brésil.

Dans un communiqué, l'OMS indique par ailleurs mener un large processus consultatif en ligne pour changer le nom de la maladie, également jugé trompeur et discriminatoire, puisque le virus n'est pas lié uniquement aux singes, mais a été mis en évidence chez de nombreux animaux et en particulier chez les rongeurs.

Pour ce qui est des variants, aussi appelés clades, ils étaient nommés jusqu'à présent d'après des régions ou des pays d'Afrique, avec la souche d'Afrique de l'Ouest et de celle du Bassin du Congo (Afrique centrale), la seconde étant bien plus meurtrière que sa cousine.

Début juin, une trentaine de scientifiques, pour beaucoup originaires d'Afrique, ont ainsi rédigé une tribune pour demander à changer ces noms, jugeant urgent de mettre en place "une nomenclature qui ne soit ni discriminatoire ni stigmatisante".

Ils ont été entendus par l'OMS qui a réuni le 8 août des virologues et experts en santé publique afin de parvenir à un consensus sur une nouvelle terminologie.


Centrafrique: «De plus en plus de voix s’élèvent» pour modifier la Constitution, affirme Touadéra

Un partisan du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra se tient devant une pancarte en faveur d'un référendum constitutionnel (Photo, AFP).
Un partisan du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra se tient devant une pancarte en faveur d'un référendum constitutionnel (Photo, AFP).
Short Url
  • Début juillet, déjà, des centaines de manifestants avaient exigé une nouvelle Constitution
  • Le 6 août, plus d'un millier de manifestants s'étaient rassemblés à Bangui

LIBREVILLE, Gabon: Le chef de l'État centrafricain Faustin-Archange Touadéra a affirmé vendredi que "de plus en plus de voix s'élèvent" pour modifier la Constitution, ce qui lui permettrait de briguer un troisième mandat présidentiel.

"De plus en plus de voix s'élèvent pour exiger une modification de la Constitution", a écrit le président centrafricain sur sa page Facebook, la veille de la fête de l'Indépendance.

Il a évoqué notamment les "aspirations profondes du peuple manifestées à travers des pétitions et marches de soutien à la réforme constitutionnelle".

"Je vous ai écoutés. Je prends acte de vos sollicitations pressantes qui me sont parvenues de partout réclamant une nouvelle Constitution", a poursuivi M. Touadéra, élu en 2016 à la tête de la Centrafrique et réélu en 2020.

Le 6 août, plus d'un millier de manifestants s'étaient rassemblés à Bangui, la capitale centrafricaine, pour demander la tenue d'un référendum pour modifier la Constitution, adoptée en 2016 et qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Début juillet, déjà, des centaines de manifestants avaient exigé une nouvelle Constitution.

Le Mouvement Cœurs Unis (MCU) de M. Touadéra avait tenté en mars, lors d'un "dialogue républicain" excluant la rébellion et boycotté par l'essentiel de l'opposition, d'introduire un amendement faisant sauter le verrou du plafond de deux mandats et permettant ainsi au président d'en briguer un troisième en 2025.

Le MCU y a finalement renoncé face au tollé provoqué dans la société civile et à la réprobation de la communauté internationale.

Les promoteurs de la réforme constitutionnelle pressent M. Touadéra de la faire adopter par référendum.

M. Touadéra avait été réélu fin décembre 2020 avec 53,16% des suffrages à l'issue d'un scrutin controversé, moins d'un électeur sur trois ayant eu la possibilité d'aller voter en raison de l'insécurité dans un pays en proie à une guerre civile meurtrière depuis 2013.

Lors du scrutin, des groupes armés qui contrôlaient alors deux tiers du pays avaient lancé une offensive pour le renverser, mais le chef de l'État a appelé Moscou à la rescousse. Des centaines de paramilitaires russes ont débarqué en renfort de centaines d'autres déjà présents depuis 2018, et aidé l'armée à repousser les rebelles.