L’ombre grandissante des talibans risque de chasser les jeunes d’Afghanistan

Mahnoosh Amiri lors d'une visite au Simple Cafe dans les quartiers chics de Kaboul, en Afghanistan, le 10 juillet 2021. (Photo de Sayed Salahuddin)
Mahnoosh Amiri lors d'une visite au Simple Cafe dans les quartiers chics de Kaboul, en Afghanistan, le 10 juillet 2021. (Photo de Sayed Salahuddin)
Short Url
Publié le Mercredi 14 juillet 2021

L’ombre grandissante des talibans risque de chasser les jeunes d’Afghanistan

  • Beaucoup d’afghans craignent que les libertés en général ne soient «compromises» au moment où les talibans gagnent du terrain et les forces dirigées par les États-Unis quittent l'Afghanistan
  • Il n'est toujours pas facile d'être une femme quand les mariages forcés, la violence domestique et la mortalité maternelle sont monnaie courante, en particulier dans les zones rurales

KABOUL : Dans le sous-sol à peine éclairé d'un café chic de Kaboul, un groupe de jeunes hommes et femmes bien habillés éclatent de rire et fument des chichas autour d'un repas de pain et de kebab (viande grillée), tandis qu'une musique forte joue en arrière-plan.

Leur soirée s’est interrompue par une panne de courant, un problème récurrent dans la capitale afghane, avant que le propriétaire du café ne démarre le générateur et que la musique ne reprenne.

photo
Feraidoon Hasas, gérant d'un café à Kaboul, regarde un jeune homme jouer de la guitare au restaurant, fréquenté principalement par de jeunes Afghans instruits, le 10 juillet 2021. (Photo par Sayed Salahuddin)

Plusieurs jeunes affirment que rencontrer régulièrement leurs amis fait partie de leur routine, mais ils craignent que «les libertés dont ils jouissent actuellement soient compromises», au moment où les talibans gagnent du terrain et les forces de l'OTAN, dirigées par les États-Unis, quittent l'Afghanistan après près de 20 ans d'occupation.

«Le retour des talibans signerait la fin de notre liberté», confie à Arab News Chaïma Rezayi, une étudiante de 22 ans qui fait partie des convives au restaurant «Simple Café».

photo
De jeunes hommes jouent au billard à Kaboul, la capitale afghane, le 10 juillet 2021. (Photo de Sayed Salahuddin)

Rezayi révèle que de nombreux professionnels modernes réfléchissent sur le danger du progrès rapide des talibans pendant qu'elle cherchait à «s'installer ailleurs» si les talibans s’emparent du pouvoir.

«Lorsqu’ ils ne nous laisseront pas jouir de nos droits, je devrais peut-être quitter ce pays», a-t-elle clarifié.

Rezayi fait partie de la jeune génération afghane très instruite qui a grandi sous la protection de l'armée américaine. Une génération qui a parcouru le monde, obtenu des maîtrises dans des universités renommées et nourrit l’ambition «d’une vie meilleure et libre au sein de cette société conservatrice».

Presque tous les convives au café confient avoir entendu des «histoires de leurs parents et de leurs proches» sur le régime «répressif» des talibans et ses politiques dures envers les femmes, quand il a dirigé l'Afghanistan pendant cinq ans jusqu'à ce qu'il soit renversé par Washington à la fin de 2001.

Depuis, les femmes afghanes ont de nouveau le droit à l'éducation, au vote et au travail hors de chez elles. Pourtant, il n'est toujours pas facile d'être une femme quand les mariages forcés, la violence domestique et la mortalité maternelle sont monnaie courante, en particulier dans les zones rurales.

Cependant, l'accès à la vie publique s'est amélioré, notamment à Kaboul, où des milliers de femmes travaillent. Plus du quart du Parlement est aujourd’hui composé de femmes.

Mais les craintes grandissent quant à la dégradation potentielle des droits durement acquis à mesure que les talibans envahissent plusieurs régions du nord et du nord-est de l'Afghanistan, le bastion de l'alliance anti-Talibans à la fin des années 1990.

photo
Mina Rezayee, (à droite), propriétaire du Simple Cafe, un restaurant bien connu à Kaboul, avec un ami, le 10 juillet 2021. (Photo AN de Sayed Salahuddin)

La semaine dernière, le ministre d'État à la Gestion des catastrophes et aux Affaires humanitaires, Ghoulam Bahauddin Jailani, a signalé que «plus de 32 400 familles ont été contraintes de quitter leur domicile dans diverses régions, en raison des violences survenues au cours du dernier mois et demi».

«Nous avons fourni une aide à certaines d'entre elles, mais elles auront besoin d'aide pour longtemps», a-t-il expliqué aux journalistes.

Selon le ministère gouvernemental des Réfugiés et des Rapatriements, plus de 5 600 familles afghanes ont fui vers les régions voisines au cours des quinze derniers jours. Les talibans ont pris le contrôle de 85% du territoire et assurent à la communauté internationale que «les citoyens seront en sécurité sous leur autorité».

«L'Émirat islamique n'est contre personne et veut traiter tout le monde avec respect», a précisé à Arab News Zabihoullah Moujahid, un porte-parole des talibans.

Il a ajouté que «les jeunes de Kaboul qui craignent une prise de contrôle des talibans ont subi un lavage de cerveau de la part de la propagande», réitérant que les droits de tous les Afghans, en particulier les jeunes, «seront préservés en vertu des lois islamiques».

«La jeune génération est notre atout et nous la considérons comme notre avenir. Ces jeunes sont talentueux, ont acquis une connaissance à jour du monde, ils ne rencontreront aucun problème d'aucune sorte», insiste Moujahid.

Cependant, les résidents de Kaboul ne sont pas du tout convaincus de ces promesses.

«Si la situation change conduisant au retour des talibans, les gens instruits de ma génération vont certainement quitter le pays, a déclaré l'étudiante universitaire Mahnoush Amiri à Arab News. Elle ajoute que son père, un conseiller russe, est plus inquiet pour son avenir.

«Mon père souhaite que mes deux sœurs, mes deux frères et moi partions maintenant, avant que ça ne devienne difficile», dit-elle avant de continuer son repas au Simple Café, très prisé des jeunes Afghans.

photo
Amiri a déclaré qu'elle s'inquiétait pour l'avenir et cherchait à quitter l'Afghanistan si les talibans revenaient au pouvoir. (Une photo de Sayed Salahuddin)

Le restaurant Simple Café est situé dans le quartier chic de Kaboul, Karte Char, également connu sous le nom de la «petite Europe» de l'Afghanistan en raison de ses habitants aisés et de son décor.

Mina Rezayi, 32 ans, qui a fondé le café il y a quatre ans, déplore que la lenteur des activités commerciales. Ceci est en partie dû à la pandémie du coronavirus à l’origine de la Covid-19, à l'insécurité croissante à travers le pays, au départ des troupes étrangères et aux spéculations sur le retour des talibans.

Mina, diplômée en économie, a vécu en tant que réfugiée en Iran pendant quelques années et «bien qu'elle réalise à quel point il serait difficile d’immigrer et d'abandonner l'entreprise», elle n'a pas exclu la possibilité d’immigrer à nouveau.

«Si je ne peux pas étudier, travailler et être ici dans mon café, alors cet endroit serait une prison pour moi. Quitter son pays n'est pas une décision facile, et j'ai des souvenirs et des expériences amers de la migration, mais nous n'aurons pas d'autre option», a-t-elle dévoilé à Arab News.

Bien avant que le président américain Joe Biden n'annonce le départ des forces étrangères en avril, des dizaines de milliers d'Afghans avaient fui vers l'Europe, l'Australie, la Turquie et les États-Unis à la recherche d'un avenir meilleur, poussés par une montée de la violence.

Même si Washington affirme depuis des années qu'elle compte retirer ses troupes, l'annonce sans engagement préalable de Biden a surpris de nombreux Afghans, surtout parce qu'un accord de paix entre les talibans et le gouvernement de Kaboul n'avait pas encore été signé, malgré les pourparlers intra-afghans en cours à Doha, au Qatar.

Les soldats afghans se sont rendus en masse depuis le début du retrait des troupes étrangères le 1er mai, remettant armes et véhicules blindés aux talibans, tandis que les insurgés consolident leurs positions près des capitales provinciales, dont Kaboul.

Une récente évaluation du renseignement américain estime que Kaboul pourrait tomber aux mains des talibans dans les six mois après le départ des troupes du pays.

Ces avertissements ont entraîné une flambée des prix des passeports et des visas vers certains pays, alors que les Afghans les plus riches se précipitent pour quitter l’Afghanistan.

Fatema Saadat, 30 ans, qui dirige une entreprise de nettoyage privée au personnel entièrement féminin, a affirmé que le retour des talibans «signifie que l'Afghanistan deviendrait une cage où nous ne pouvons ni respirer ni travailler».

«Vivre dans de telles conditions serait insupportable; Je partirai aussi», affirme-t-elle.

La jeune mannequin Nigara Sadaat, couronnée Miss Afghanistan en 2020, a souligné qu'une hausse de la violence a déjà eu un impact sur l'industrie de la mode et du mannequinat. Elle se dit «personnellement inquiète» de l'avenir des «artistes» une fois que les talibans prendront le relais.

Les opinions de Fatema et Nigara contrastent fortement avec les sentiments exprimés par les femmes des zones les plus reculées de l'Afghanistan.

Souvent rejetées comme «un petit sous-ensemble privilégié» de la population afghane de plus de 36 millions d'habitants, une étude du 6 juillet réalisée le réseau d'analystes d’Afghanistan a révélé que les femmes rurales sont davantage préoccupées par la paix durable, la stabilité politique et la réduction de la violence en Afghanistan.

Au milieu des gains territoriaux rapides des talibans ces dernières semaines, Haroun Rahimi, professeur à l'Université américaine d'Afghanistan, indique que des centaines de personnes ont lancé le Mouvement des jeunes afghans pour la paix dans le but d’exprimer leurs craintes face à la «perte de liberté».

«Les femmes en particulier ont peur de ne pouvoir aller à l'école ou travailler. Cette peur se manifeste sous différentes formes : certaines se sentent impuissantes, elles sont désespérées, elles ne veulent rien faire, elles veulent juste quitter le pays», a déclaré Rahimi, à Arab News.

D'autres semblent plus optimistes.

Feraidoun Hasas, un gérant de Turk Cafe âgé de 23 ans, soutient que son entreprise «sera peut-être fermée sous le régime des talibans», mais il prie pour le rétablissement de la paix. Car il se souvient encore comment son père «louait la capacité des talibans à mettre en œuvre l'état de droit et à éradiquer la corruption dans une grande mesure».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Répression des manifestations en Iran: l'Allemagne « convoque » l'ambassadeur iranien

Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Les manifestations ont commencé en Iran le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict
Short Url
  • Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion"
  • Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation en Iran

BERLIN: Le gouvernement allemand a convoqué lundi après-midi l'ambassadeur iranien à Berlin pour une "discussion" sur la répression du mouvement de protestation en Iran contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des moeurs.

"Nous avons convoqué l'ambassadeur iranien, et la discussion aura lieu cet après-midi", a déclaré Christian Wagner, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière.

"Nous étudions formellement toutes les options", en réaction à cette répression, a-t-il ajouté.

Les manifestations ont commencé le 16 septembre, date du décès de Mahsa Amini arrêtée trois jours auparavant à Téhéran pour "port inapproprié de vêtements" dans la République islamique où le code vestimentaire pour les femmes est strict, en particulier le port du voile islamique.

Le mouvement de contestation s'est depuis propagé dans plusieurs villes du pays, où les manifestants ont crié des slogans hostiles au pouvoir, selon les médias locaux.

Les autorités répriment lourdement ces protestations : selon un bilan officiel incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées en dix jours de protestations.

Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état d'au moins 57 manifestants tués.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes européennes ce week-end, dont Paris et Londres, en solidarité au mouvement de contestation.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a de son côté dénoncé dimanche un usage "généralisé et disproportionné de la force" contre les manifestants.


L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste «très favorable à l'Europe»

La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
La dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste), Giorgia Meloni, arrive pour prononcer un discours au siège de campagne de son parti, le 26 septembre 2022, à Rome (Photo, AFP).
Short Url
  • Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes
  • Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni

BERLIN: L'Allemagne attend de l'Italie qu'elle reste "très favorable à l'Europe" malgré la victoire du parti post-fasciste de Giorgia Meloni aux législatives, a indiqué lundi un porte-parole du gouvernement.

"L'Italie est un pays très favorable à l'Europe, avec des citoyennes et des citoyens très favorables à l'Europe, et nous partons du principe que cela ne changera pas", a déclaré Wolfgang Büchner lors d'une conférence de presse régulière.

Un porte-parole du ministère des Finances a lui indiqué que Berlin continuait d'attendre de Rome le respect des règles budgétaires européennes.

Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a lui salué la première place du parti de Mme Meloni.

"Nous jubilons avec l'Italie! Félicitations à toute l'alliance" qui devrait prendre les commandes de l'Italie, a ainsi écrit sur Twitter Beatrix von Storch, vice-présidente du groupe AfD au Bundestag.

Une période d'incertitude s'ouvrait lundi en Italie et dans l'Union européenne au lendemain de la victoire aux législatives de Giorgia Meloni, aux commandes d'une coalition réunissant droite et extrême droite qui devra affronter des défis considérables.

Forts de la majorité absolue au Parlement, la dirigeante de Fratelli d'Italia (post-fasciste) avec ses alliés Matteo Salvini de la Ligue (anti-immigration) et Silvio Berlusconi de Forza Italia (droite) vont tenter dans les prochains jours de former un gouvernement.


Hong Kong: un cardinal jugé pour un fonds d'aide aux manifestants pro-démocratie

Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Le cardinal Joseph Zen, l'un des plus hauts clercs catholiques d'Asie, arrive devant un tribunal pour son procès à Hong Kong le 26 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour «collusion avec des forces étrangères»
  • Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie

HONG KONG: Le procès du cardinal Joseph Zen, 90 ans, et de cinq militants pro-démocratie, tous accusés d'avoir géré un fonds d'aide aux manifestants antigouvernementaux, s'est ouvert lundi devant un tribunal de Hong Kong.

Le cardinal Zen, un des plus hauts prélats catholiques d'Asie, avait été arrêté en mai pour "collusion avec des forces étrangères", ce qui avait soulevé l'indignation internationale.

Il n'a toutefois, à ce stade, pas été inculpé pour cette infraction qui lui ferait encourir la prison à vie, selon la loi de sécurité nationale imposée par Pékin en 2020.

Avec ses coaccusés, parmi lesquels la chanteuse Denise Ho et l'avocate Margaret Ng, il n'est pour l'instant jugé que pour défaut d'enregistrement du fonds en tant que société.

Tous quatre encourent une amende de 10.000 dollars de Hong Kong (1.300 euros) et ont plaidé non-coupable.

Le fonds "612 Humanitarian Relief Fund", aujourd'hui dissous, était destiné à financer une partie des frais judiciaires et médicaux des personnes arrêtées lors des gigantesques manifestations pro-démocratie de 2019.

Ce mouvement avait été suivi d'une sévère reprise en main par Pékin à Hong Kong. La plupart des personnalités pro-démocratie de la ville sont désormais en prison ou ont fui à l'étranger, et des dizaines d'associations ont fermé leurs portes.

Le Vatican a réagi prudemment à l'arrestation de Mgr Zen, se contentant de dire qu'il "suivait de très près l'évolution de la situation".

L'affaire tombe à un moment délicat pour l'Eglise catholique, qui cherche à renouveler à la fin de l'année un accord qui permet à Pékin de nommer des évêques en Chine avec l'approbation du pape.

Mgr Zen se montre critique à l'égard de cet accord qu'il juge néfaste pour l'Eglise clandestine chinoise, qui refuse de se soumettre aux exigences des autorités.

L'un des plus hauts prélats catholiques à avoir critiqué l'attitude du Vatican à l'égard de Mgr Zen est le cardinal allemand Gerhard Mueller.

"Nous l'avons abandonné", a-t-il déclaré au journal italien Il Messaggero début septembre, se disant déçu qu'un récent consistoire - une réunion de cardinaux à Rome - ne se soit pas prononcé en faveur de Mgr Zen.

"Je ne voudrais pas que le silence du consistoire sur Mgr Zen révèle le fait que ce cardinal sera sacrifié sur l'autel de la raison, pour défendre et appliquer l'accord diplomatique avec Pékin. Je sens venir ce risque, et je ressens de la douleur", a-t-il déploré.