Georges Tomb fait de la musique et du cinéma un parfait accord

Pour Georges Tomb, «un film sans musique est comme un homme sans cœur». Capture d'écran.
Pour Georges Tomb, «un film sans musique est comme un homme sans cœur». Capture d'écran.
Short Url
Publié le Vendredi 16 juillet 2021

Georges Tomb fait de la musique et du cinéma un parfait accord

  • Pour Georges Tomb, «un film sans musique est comme un homme sans cœur»
  • Lorsque le compositeur a appris que le film allait être projeté au Festival de Cannes, il n’a pas caché sa joie

CANNES : Difficile de trouver les mots justes pour décrire ce que l’on ressent lorsque l’on écoute les compositions de Georges Tomb. Chaque note de musique est une invitation à faire le plein d’émotions. Il ne cesse de le répéter: son talent pour la musique est un cadeau du ciel. Un don qu’il a su mettre au service du cinéma. «Un film sans musique», nous dit-il d’ailleurs, «est comme un homme sans cœur».

Arab News en français a rencontré Georges Tomb au Festival de Cannes à l’occasion de l’avant-première du long métrage Enough, Lebanon’s Darkest Hour, dont il a composé la musique. Ce documentaire, qui a reçu tout récemment le prix Movie that Matters Award («l’art cinématographique au service de l’humanité»), a été réalisé par la Libano-Australienne Daizy Gedeon. Il met en lumière, à travers des entretiens exclusifs, les multiples problèmes auxquels le Liban se trouve confronté. Lorsque Georges Tomb a appris que le film allait être projeté au Festival de Cannes et qu’il se rendrait donc dans ce haut lieu du cinéma pour assister à la projection d’Enough, Lebanon’s Darkest Hour, il n’a pas caché sa joie. Il n’en est pourtant pas à son premier festival… Mais le fait d’être invité à Cannes, le plus grand festival international de film, donne toujours un sentiment de fierté. «J’étais très content et honoré lorsque Daizy Gedeon, me l’a annoncé. Le public découvrira les cinquante-quatre musiques que j’ai composées pour ce documentaire», déclare-t-il, enthousiaste.

«Le film est très intéressant: il y a dans cette histoire de l’amour, de la peine, de la tristesse… d’énormes tristesses. Toutes ces émotions sont combinées dans ma musique. Ce n’était pas évident car ce n’est jamais facile pour un compositeur d’écrire une musique sur son pays. C’est donc une expérience à la fois difficile et très belle […], d’autant plus qu’il est rare qu’un documentaire utilise un orchestre de près de cent vingt musiciens qui joue votre musique», nous confie-t-il.

tomb
Âgé tout juste de 28 ans, Georges Tomb a déjà une belle carrière à son actif. Photo fournie.


La musique, une histoire de famille

Âgé tout juste de 28 ans, Georges Tomb a déjà une belle carrière à son actif. Il baigne dans l’univers de la musique depuis qu’il est tout petit. Il a 4 ans à peine lorsqu’il est admis au Conservatoire national de musique de Beyrouth. S’il a eu la chance de naître au sein d’une famille d’artistes – son père, Samir Tomb, est compositeur et pianiste, sa grand-mère et ses tantes chanteuses –, il doit avant tout son succès à son talent ainsi qu’à sa rigueur et à sa persévérance.

À 22 ans, il devient le plus jeune compositeur libanais à entendre son œuvre interprétée par l’Orchestre philarmonique du Liban. Convaincu que la musique n’a pas de frontière, Georges Tomb se rend à Amman, en Jordanie, où il se produit avec l’Orchestre national devant la reine Noor.

Mais, si le talent de Georges pour la musique est incontestable, le cinéma l’attire irrésistiblement: pour lui, l’accord parfait, c’est la musique et le cinéma. Il se rend donc à Vienne pour parfaire ses connaissances, puis à Hollywood, où il travaille avec le célèbre compositeur Conrad Pope, à qui l’on doit entre autres la musique des films Harry PotterGodzilla ou encore Star Wars. Il va au Liban, puis en Italie, où l’Orchestre symphonique de Sanremo et l’Orchestre philarmonique de Rome jouent ses compositions.

En Italie, Georges Tomb fait sensation, au point que Francesco Attardi, figure majeure de la vie musicale italienne, déclare au public: «Si nous devions choisir un successeur d’Ennio Morricone, ce serait Georges Tomb», avant de le baptiser «le jeune Morricone». Il y a là de quoi flatter un artiste, mais le compositeur, déterminé et ambitieux, en veut toujours davantage. «C’est énorme, c’est aussi une grande responsabilité que d’être ainsi surnommé “Morricone”, l’un des plus grands compositeurs de l’histoire; mais je veux me faire mon propre nom. Je continuerai à m’inspirer des grands maîtres, oui, mais je veux inscrire le nom de “Georges Tomb” parmi les compositeurs de musiques de film mondialement connus.»

De grands projets en perspective

Aujourd’hui Georges Tomb travaille sur plusieurs projets. L’un d’eux fait partie «des plus importants de sa carrière», nous confie-t-il. Il est en effet en train de composer la musique d’une importante production de ballet italienne, Pinocchio. Le héros éponyme célébrera dans deux ans son 140e anniversaire. Le compositeur effectuera à cette occasion une tournée internationale. Si, aujourd’hui, Georges Tomb multiplie les projets en Europe, il aimerait travailler sur des projets liés à l’histoire, à la culture et, pourquoi pas, à ses racines orientales. Il affirme d’ailleurs que «le monde arabe commence à soutenir davantage la musique classique. On le voit avec l’Opéra royal de Mascate, à Oman, mais aussi avec des projets qui se développent à Dubaï, au Qatar, ou dans des pays comme le Koweït ou même le Liban, avec son Orchestre philarmonique. Mais il reste beaucoup à faire. Ce n’est pas comme en Europe, où il y a beaucoup de compositeurs et où il est possible de participer tous les jours à un concert classique, à un opéra, à des ballets. Dans le monde arabe, ce n’est pas vraiment le style de musique que les gens écoutent», regrette-t-il.

Georges Tomb entend ainsi démocratiser son art dans le monde arabe. Cela représenterait à ses yeux une belle victoire.

Georges Tomb nous le dit sans prétention: il vise l’Oscar et il est convaincu qu’il l’obtiendra. En attendant – peut-être – son heure de gloire à Cannes, et comme c’est le cas de nombreux compositeurs de film, Georges Tomb reste dans l’ombre. Dans les rues de la ville, nous avons pu le constater, il passe inaperçu. Sur la Croisette, des jeunes s’amassent devant l’hôtel de Georges Tomb. Ils rêvent d’apercevoir non pas ce compositeur au talent immense, mais plutôt l’une de leurs idoles: une icône de l’émission de télé-réalité… les Marseillais, par exemple…


Abdulrazak Gurnah reçoit son prestigieux prix Nobel de littérature à Londres

À Londres, Abdulrazak Gurnah se verra remettre à la mi-journée sa médaille et son diplôme par l'ambassadrice de Suède à sa résidence officielle. (Photo, AFP)
À Londres, Abdulrazak Gurnah se verra remettre à la mi-journée sa médaille et son diplôme par l'ambassadrice de Suède à sa résidence officielle. (Photo, AFP)
Short Url
  • Prix Nobel ou pas, le romancier a assuré qu'il continuerait à parler franchement des questions qui ont façonné son œuvre et sa vision du monde
  • Le jury a salué son récit «empathique et sans compromis des effets du colonialisme et le destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents»

LONDRES : Auréolé du Nobel de littérature, Abdulrazak Gurnah reçoit lundi le plus prestigieux des prix littéraires pour ses récits sur l'immigration et la colonisation, lors d'une cérémonie au Royaume-Uni où le romancier né à Zanzibar vit en exil depuis plus d'un demi-siècle.

Pandémie oblige, les Nobel en sciences et littérature sont remis, sans le faste habituel, dans les pays des lauréats pour la deuxième année consécutive. 

À Londres, Abdulrazak Gurnah se verra remettre à la mi-journée sa médaille et son diplôme par l'ambassadrice de Suède à sa résidence officielle. Le prix est doté de dix millions de couronnes suédoises (presque 1 million d'euros).

Abdulrazak Gurnah, 72 ans, est le premier auteur d'origine africaine à recevoir le prix Nobel de littérature depuis le Sud-Africain J.M. Coetzee en 2003. Il a été consacré pour ses récits sur l'époque coloniale et post-coloniale en Afrique de l'Est et sur les tourments de réfugiés coincés entre deux mondes.

Le jury a salué son récit "empathique et sans compromis des effets du colonialisme et le destin des réfugiés pris entre les cultures et les continents". Il a également loué son "attachement à la vérité et son aversion pour la simplification".

Né en 1948 à Zanzibar - un archipel au large des côtes de l'Afrique de l'Est qui fait aujourd'hui partie de la Tanzanie, Abdulrazak Gurnah s'est réfugié en Angleterre à la fin des années 60, quelques années après l'indépendance de cet ancien protectorat britannique, à un moment où la communauté arabe était persécutée. 

Il a commencé à écrire à 21 ans au Royaume-Uni, pays dont il a acquis la nationalité, inspiré par ses souvenirs et son expérience d'immigré.

"Je veux écrire sur les interactions humaines, ce que les gens traversent quand ils reconstruisent leur vie", avait-il déclaré lors d'une conférence de presse, au lendemain de sa consécration début octobre. 

«Je dis ce que je pense»

Dans une tribune du quotidien britannique The Guardian en 2004, il expliquait être "tombé" dans l'écriture, sans l'avoir prévu. Et il n'a pas vu venir la récompense suprême: "Vous écrivez du mieux que vous pouvez, et vous espérez que ça marche!"

Auteur parfois méconnu avant le Nobel, l'écrivain a publié dix romans, dont trois ont été traduits en français ("Paradis", "Près de la Mer" et "Adieu Zanzibar"), ainsi que plusieurs nouvelles. Il écrit en anglais même si sa langue d'origine est avant tout le swahili.

Il vit aujourd'hui à Brighton, dans le sud-est de l'Angleterre, et a enseigné la littérature à l'Université du Kent jusqu'à sa retraite. 

Prix Nobel ou pas, le romancier a assuré qu'il continuerait à parler franchement des questions qui ont façonné son œuvre et sa vision du monde. "C'est ma manière de parler", a-t-il dit, "je ne joue pas un rôle, je dis ce que je pense".

Il fustige ainsi la ligne dure des gouvernements européens sur l'immigration en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient, la considérant cruelle et illogique.

Son dernier livre, "Afterlives", suit un petit garçon volé à ses parents par les troupes coloniales allemandes et qui revient dans son village pour retrouver ses parents disparus et sa soeur.

2021 a été une année faste pour la littérature africaine, avec trois grands prix - le Nobel, le Booker Prize et le Goncourt - remportés par des écrivains africains.


GP d'Arabie saoudite: Hamilton, vainqueur, et Verstappen à égalité avant la finale

(Photo, AFP)Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule. (Photo, AFP)
(Photo, AFP)Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule. (Photo, AFP)
Short Url
  • Aussi incroyable que le scénario de ce GP fou (avec trois départs, deux drapeaux rouges et un nouvel accrochage entre Verstappen et Hamilton), les deux hommes ont chacun 369,5 points à leur compteur après 21 courses
  • Le plus rapide de la finale à venir sera donc sacré

DJEDDAH: Le scénario est à peine croyable: le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), vainqueur d'un Grand Prix d'Arabie saoudite de F1 dingue dimanche, et le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) aborderont avec le même nombre de points la dernière course de la saison à Abou Dhabi dimanche prochain ! 

Le 22e et dernier GP de la saison sera donc décisif. L'enjeu: un premier titre mondial pour le Néerlandais de 24 ans, un huitième pour le Britannique de 36 ans, ce qui serait un record. 

Le plus rapide de la finale à venir sera sacré, sauf... s'ils terminaient encore égalité de points (ce qui est peu probable mais possible). Dans ce cas, Verstappen serait titré au bénéfice de ses 9 victoires, contre 8 pour son rival. 

La dernière fois que l'ultime GP a été décisif, c'était en 2016 et l'Allemand Nico Rosberg avait été sacré devant Hamilton, son équipier chez Mercedes. 

Ponctuée par les accidents, les accrochages et deux drapeaux rouges, la course a vu deux rivaux à l'attaque, des manoeuvres litigieuses de Verstappen en défendant contre Hamilton et, finalement, un accrochage dont les commissaires sportifs ont estimé le Néerlandais responsable, le pénalisant de 10 secondes après le GP, mais sans conséquence au général. 

La manche saoudienne (la première dans l'histoire de la F1), courue de nuit sur le circuit urbain de Djeddah, aurait pu tourner tout autrement: Verstappen pouvait être sacré s'il portait de 8 à 26 longueurs au moins son avance en tête du championnat.  

Au contraire, une victoire assortie du point du meilleur tour pouvait permettre au Britannique de Mercedes d'égaliser au classement si Verstappen finissait deuxième. 

Incroyable mais vrai, c'est ce deuxième scénario qui s'est produit, pour offrir un combat à suspense -- et à couteaux tirés -- jusqu'au bout. 

Risque de sanction pour Verstappen 

Le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) complète le podium d'un GP aux innombrables rebondissements (trois départs, deux drapeaux rouges et un nouvel accrochage entre Verstappen et Hamilton que les commissaires doivent étudier après la course, avec le risque d'une sanction pour le premier). 

Bottas n'a terminé qu'avec un dixième d'avance sur le Français Esteban Ocon (Alpine), 4e. 

L'Australien Daniel Ricciardo (McLaren) complète le Top 5, suivi par le Français Pierre Gasly (AlphaTauri), le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari), l'Espagnol Carlos Sainz Jr (Ferrari), l'Italien Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo) et le Britannique Lando Norris (McLaren), qui ferme le Top 10.  

On déplore pas moins de cinq abandons (Sebastian Vettel, Sergio Pérez, George Russell, Mick Schumacher et Nikita Mazepin) suite à des sorties de piste et des accrochages. 


F1: La course du Grand Prix d'Arabie saoudite à Djeddah heure par heure

Les yeux du monde du sport se tournent vers Djeddah (Photo, AN)
Les yeux du monde du sport se tournent vers Djeddah (Photo, AN)
Short Url
  • Le septuple champion du monde Lewis Hamilton démarre la course en pole position après la séance de qualification de samedi
  • Le prince héritier Mohammed bin Salman a fait le tour de la voie des stands avant la cérémonie de l'hymne national et le départ de la course

DJEDDAH: Les yeux du monde du sport se tournent vers Djeddah dimanche alors que le premier Grand Prix d'Arabie saoudite entre en action sous les lumières le long de la côte de la corniche de Djeddah. 

Le septuple champion du monde Lewis Hamilton démarre la course en pole position après la séance de qualification de samedi, tandis que son rival pour le titre de champion du monde, Max Verstappen, commence en troisième. 

Le Néerlandais détient un avantage de huit points sur la légende britannique au classement du championnat et pourrait potentiellement sceller le titre en Arabie saoudite si Hamilton fait une mauvaise course. 

Suivez la course ici tout au long de la soirée. (Heure d’Arabie saoudite) 

22:41 -  Lewis Hamilton remporte le Grand Prix d'Arabie saoudite de Formule 1 et revient à égalité au championnat avec son rival néerlandais Max Verstappen avant la dernière course de la saison à Abou Dhabi dimanche prochain.

22:20 - Les deux à l'avant - Verstappen et Hamilton - courent toujours sur la piste mais le Britannique a heurté le dos du pilote Red Bull, et Verstappen avait reçu l'ordre de rendre la position à Hamilton avant la collision.

21:55 - Alors que nous repartons, nous nous retrouvons avec un autre drapeau jaune et une voiture de sécurité après que le pilote japonais Yuki Tsunoda ait heurté le mur...

21:40 - Après quelques allers-retours entre le directeur de course et les équipes, ils ont accepté l'ordre d'Esteban Ocon, Lewis Hamilton et Max Verstappen au redémarrage...

21:20 - Et c'est un autre drapeau rouge, car plusieurs voitures sont impliquées dans un accident au redémarrage...

21h15 - Et en raison de l'endommagement du mur de pneus, le drapeau rouge est sorti, ce qui signifie que Verstappen qui n'était pas aux stands a pris la tête de la course et repartira à 21h15 heure locale en tête du peloton.  

20h50 - Et nous avons un drapeau jaune sur le parcours, Mick Schumacher a heurté un mur. Et dit à l'équipe à la radio qu'il va bien... 

20h35 - ALLEZ ! C'est un bon début pour Lewis Hamitlon car Verstappen n'avait pas l'air d'avoir le rythme sur la ligne, mais il revient... et vite ! 

20h25 - Le prince héritier Mohammed ben Salmane a fait le tour de la voie des stands avant la cérémonie de l'hymne national et le départ de la course. 

20:10 - Avec des inquiétudes du jour au lendemain concernant la boîte de vitesses de Max Verstappen, le directeur de l'équipe Red Bull, Christian Horner, a déclaré à Sky Sports: « Il a réussi tous les tests que nous ferions normalement, nous devons donc croire en nos mesures et nos outils. Nous avons de quoi faire, Max a très bien piloté, juste dommage de ne pas le convertir en pôle, mais il y a beaucoup de course à faire." 

19h50 - Un bon moment sur la piste, alors que les pilotes et les équipes observent une minute de silence pour honorer le regretté Frank Williams, fondateur et ancien patron de l'écurie Williams et qui avait une longue association avec le sport automobile saoudien.

19h30 - À seulement une heure de la course, les fans de F1 du monde entier se sont rendus sur le circuit de la corniche de Djeddah au bord de la mer Rouge pour le premier Grand Prix du Royaume. En savoir plus sur les fans ci-dessous...