En Californie, des chauffeurs Uber se sentent moins indépendants que jamais

Archives AFP
Archives AFP
Short Url
Publié le Dimanche 25 juillet 2021

En Californie, des chauffeurs Uber se sentent moins indépendants que jamais

  • Nombre de chauffeurs font part de leur amertume et de leur colère, car ils ont l'impression d'avoir les inconvénients de l'indépendance, sans les avantages
  • «Je veux les infos sur mes clients et pouvoir les contacter», peste ainsi Mae Cee, qui conduit à temps partiel pour Uber et milite au sein de la RDU (Rideshare Drivers United), une association de chauffeurs

SAN FRANCISCO : "Travailleur indépendant? Mais bien sûr! C'est des conneries", s'exclame Mae Cee, chauffeur Uber. Contractuels ou employés? Le statut des conducteurs de la plateforme est un débat aux enjeux majeurs que ni lois ni votes ne parviennent à trancher.

Officiellement, Uber a gagné la partie lors d'un référendum en novembre dernier en Californie, l'Etat américain où est né le service de réservation de voitures avec chauffeur (VTC). Les électeurs y ont voté à 58,6% en faveur de sa proposition de loi qui entérine le statut de contractuels des conducteurs. Mais à l'usage, nombre d'entre eux font part de leur amertume et de leur colère, car ils ont l'impression d'avoir les inconvénients de l'indépendance, sans les avantages.

"Je veux les infos sur mes clients et pouvoir les contacter", peste ainsi Mae Cee, qui conduit à temps partiel pour Uber et milite au sein de la RDU (Rideshare Drivers United), une association de chauffeurs.

Les conducteurs achètent leur voiture, choisissent quand ils veulent travailler, et combien de temps. Mais tout le reste est orchestré par une application savamment dosée en carottes et coups de bâton, pour les inciter à accepter le plus de courses possibles, y compris les moins rentables. La société ne veut cependant pas les reconnaître comme employés, un statut qui leur donnerait certains droits et avantages sociaux, comme des allocations chômage ou d'éventuelles négociations collectives.

Avec son concurrent américain Lyft et des services de livraison, Uber a dépensé plus de 200 millions de dollars pour promouvoir la "Proposition 22". Elle remplace de facto une loi californienne qui les forçait à requalifier les chauffeurs en employés.

«Soyez votre propre chef»

Mais de nombreux chauffeurs reprochent à l'entreprise d'avoir accordé des avantages, puis de les avoir abolis ou vidés de leur substance après l'adoption de la proposition 22. Pendant la campagne, "nous avions plus d'indépendance, plus de contrôle sur nos affaires et des revenus plus élevés", résume Nathan, un conducteur à temps partiel de San Diego.

La possibilité de fixer leur tarif, grâce à un "multiplicateur" du prix de la course en cas d'affluence, n'est plus disponible, par exemple. Alors même qu'Uber disait: "Soyez votre propre chef! Pouvoir fixer ses propres prix, c'est la preuve que vous êtes bien un indépendant", se souvient Nathan.

Les chauffeurs disposaient aussi de plus d'informations sur chaque course avant d'accepter un passager, notamment sa destination. Désormais, ces infos déterminantes sont conditionnées à un nombre minimum de courses (cinq sur dix) acceptées à l'aveugle. La transparence et le contrôle des prix, "c'était tout ce que je voulais en tant que chauffeur", raconte Nathan. "Cela m'avait convaincu de promouvoir la Proposition 22".

Selon la firme, ces mesures avaient fait baisser la qualité du service. "Elles ont conduit un tiers des chauffeurs à refuser plus de 80% des courses, rendant Uber très peu fiable" en Californie, a souligné un porte-parole. "Avec la reprise en sortie de pandémie, nous voulions nous assurer que les passagers aient une voiture quand ils en ont besoin et que tous les chauffeurs aient plus de trajets en moyenne", a-t-il continué.

«Contents»

La Proposition 22 se veut un compromis : les conducteurs sont indépendants mais bénéficient de certaines protections sociales, dont un revenu minimum pour le temps passé en course. Des associations dénoncent des calculs qui ne prennent pas en compte le temps passé à attendre les passagers (ou les livraisons). Elles affirment aussi que l'écrasante majorité des chauffeurs ne seront en réalité pas éligibles aux cotisations à une assurance santé.

Selon une étude commanditée par Uber en mars-avril dernier, 82% des chauffeurs interrogés se disent cependant "contents" que la Proposition 22 soit entrée en vigueur. Mais la plateforme doit, depuis le printemps, distribuer des bonus pour faire revenir ses conducteurs, qui tardent à reprendre le volant. En cause, les inquiétudes liées au Covid, les aides de l'Etat aux chômeurs, mais pas seulement.

"Les gens ont fait des formations, ou ils ont trouvé d'autres boulots", pense Mae Cee. "La pandémie nous a aidés à réaliser que nous étions accros à l'appli, piégés dans une relation abusive avec Uber". La RDU cherche à mobiliser ses membres contre le modèle de la Proposition 22, qu'Uber espère répandre au-delà de la Californie. L'entreprise, durement affectée par la pandémie malgré l'accent mis sur les livraisons, n'a encore jamais réussi à dégager de bénéfices.


L'inflation aux États-Unis, aussi une séquelle des généreux plans de relance

Le bâtiment de la Réserve fédérale est vu à Washington, DC, le 22 octobre 2021. (AFP)
Le bâtiment de la Réserve fédérale est vu à Washington, DC, le 22 octobre 2021. (AFP)
Short Url
  • Aux États-Unis, l'inflation a atteint 7% en 2021, un rythme que le pays n'avait pas connu depuis près de 40 ans
  • L'opposition républicaine accuse Joe Biden d'avoir provoqué une telle envolée des prix avec des plans de relance et des dépenses trop larges. Elle dénonce désormais la «Bidenflation»

WASHINGTON: Joe Biden pointe du doigt les difficultés mondiales d'approvisionnement pour expliquer la forte inflation aux États-Unis, mais les milliers de milliards de dollars injectés dans l'économie expliquent aussi que les prix y aient grimpé plus qu'ailleurs.


"L'inflation est entièrement due à la chaîne d'approvisionnement", a affirmé le président américain mercredi, lors de sa conférence de presse.


Les usines ont été désorganisées partout dans le monde par la Covid-19, qui a fait dérailler le transport, provoquant pénuries et retards faisant grimper les prix. 


Aux États-Unis, l'inflation a atteint 7% en 2021, un rythme que le pays n'avait pas connu depuis près de 40 ans.


L'opposition républicaine accuse Joe Biden d'avoir provoqué une telle envolée des prix avec des plans de relance et des dépenses trop larges. Elle dénonce désormais la "Bidenflation".


"Pour trouver les racines de l'inflation actuelle, il faudrait revenir en arrière", a ainsi déploré Stephanie Bice, élue républicaine à la Chambre des représentants, mercredi lors d'une table ronde sur le sujet.


"L'année dernière, la surabondance de dollars fédéraux qui a été injectée dans notre économie a alimenté la flambée des prix", a-t-elle assuré.


En ligne de mire, le plan d'urgence de 1 900 milliards de dollars que le président démocrate Joe Biden avait fait adopter en mars 2021, juste après son arrivée à la Maison Blanche. Les républicains s'y étaient alors fermement opposés.


Pour l'administration démocrate, ces dépenses ont cependant évité à la première économie du monde de sombrer, et ont permis de limiter les inégalités.


Sa secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a ainsi, jeudi sur la chaîne CNBC, évoqué "toutes les mauvaises choses (...) qui auraient pu se produire sans les interventions que nous avons faites avec le plan de relance américain", comme "un taux de chômage élevé" durable ou l'aggravation de la "pauvreté chez les enfants".


Elle a aussi jugé possible de ramener l'inflation autour de 2% d'ici fin 2022.


Les compagnies aériennes américaines entrevoient l'éclaircie, mais après Omicron

American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise. (Photo, AFP)
American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise. (Photo, AFP)
Short Url
  • American Airlines s'attend ainsi à ce que son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 20% à 22% au premier trimestre par rapport à la même période en 2019
  • Les voyages touristiques aux États-Unis et vers des pays proches comme le Mexique devraient bientôt revenir à leur niveau d'avant la crise sanitaire

 NEW YORK : Le trafic aérien n'est pas encore revenu à son niveau d'avant la pandémie aux États-Unis, Omicron ayant frappé un nouveau coup, mais les compagnies américaines parient qu'après la vague du nouveau variant, les passagers remonteront en masse dans les avions.

American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont toutes prévenu que le nouveau variant de la Covid-19, particulièrement contagieux mais a priori moins sévère, allaient repousser de un à deux mois la reprise.

Les compagnies ont fait face à quelques journées très compliquées en fin d'année dernière: avec la multiplication des congés maladies parmi les employés et les intempéries, près de 32 000 vols ont été annulés aux États-Unis entre la veille de Noël et le 11 janvier. 

Les opérations se sont depuis stabilisées mais les réservations ont piqué du nez pour le début de l'année. 

American Airlines s'attend ainsi à ce que son chiffre d'affaires s'affiche en baisse de 20% à 22% au premier trimestre par rapport à la même période en 2019, avant que la pandémie ne fasse chuter le trafic aérien. Cette baisse est supérieure au repli des revenus observé au quatrième trimestre (-17%).

"Les réservations se redressent rapidement après avoir chuté début décembre", a toutefois souligné jeudi Robert Isom, qui prendra la direction de l'entreprise début avril, lors d'une conférence téléphonique.

Les voyages touristiques aux États-Unis et vers des pays proches comme le Mexique devraient bientôt revenir à leur niveau d'avant la crise sanitaire liée à la Covid-19, a-t-il assuré. 

Les vols long-courriers et les voyages d'affaires sont encore un peu à la traîne. 

Mais le trafic à l'international "devrait reprendre au fur et à mesure que les restrictions tombent", a avancé M. Isom. Et l'objectif pour la compagnie est de redevenir rentable cette année "même sans le retour complet des voyages d'affaires."

Delta s'attend pour sa part à un impact d'Omicron sur la demande jusque fin février mais se montre confiant pour le printemps et surtout la saison cruciale des vacances d'été.

Omicron "va marquer un tournant pour la Covid-19, qui passera d'une pandémie à un virus saisonnier ordinaire et gérable", a affirmé son patron, Ed Bastien, à l'occasion de la publication des résultats vendredi.

Pour Amesh Adalja, spécialiste des maladies infectieuses au Centre pour la sécurité sanitaire - Johns Hopkins, le nouveau variant a effectivement changé la donne en infectant un très grand nombre de personnes. 

Au dernier moment

Il deviendra "difficile d'éviter" d'attraper la Covid mais, pour les personnes vaccinées, les symptômes seront modérés, avance-t-il auprès de l'AFP. Cela "modifie la façon d'appréhender la vie quotidienne et de mesurer les risques."

D'autres experts sont plus prudents. 

Mark Kline, médecin en chef dans un hôpital pédiatrique à Nouvelle-Orléans estime ainsi qu'un prochain variant "pourrait être aussi sévère, voire plus, que Delta" et que "trop peu de gens sont encore vaccinés complètement". 

Certains acteurs du secteur aérien restent sur leurs gardes. 

United Airlines, tout en maintenant certains objectifs financiers pour 2023, va ainsi augmenter un peu plus lentement que prévu ses capacités en 2022. 

Dans tous les cas, les compagnies "ne freinent pas leurs dépenses d'investissement", remarque Peter McNally de la société d'investissement Third Bridge. 

"Il devient juste plus compliqué de parvenir rapidement à la rentabilité", souligne-t-il. "Et de planifier les programmes de vols dans la mesure où les gens réservent de plus en plus au dernier moment."

Après une année 2020 catastrophique pour l'ensemble du secteur aérien, American Airlines et United ont encore perdu de l'argent en 2021, environ 2 milliards de dollars chacun.

Delta est parvenu à tirer son épingle du jeu en dégageant un bénéfice net de 280 millions de dollars. 

En plus des soubresauts liés à la pandémie, les compagnies ont dû faire face à la hausse des coûts salariaux et du carburant.

Elles ont aussi dû gérer ces derniers jours le déploiement de nouvelles bandes de fréquence 5G par les opérateurs de téléphonie mobile AT&T et Verizon, qui pouvaient potentiellement causer des interférences avec des instruments de bord importants pour les avions en cas de mauvais temps.

Les opérateurs ayant accepté in extremis de ne pas activer certaines tours à proximité des aéroports, "on ne devrait pas voir de perturbations significatives", a affirmé le patron d'American Airlines.  


Le prince héritier saoudien lance Boutique Group, une enseigne destinée à exploiter les palais historiques du Royaume

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.
Short Url
  • La première phase du projet portera sur l’aménagement de trois palais historiques, en coopération avec le secteur privé
  • Boutique Group fera fusionner la culture et le patrimoine du Royaume avec le confort moderne pour offrir à ses clients une qualité d'accueil exceptionnelle

RIYAD: Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, et le président du Fonds d'investissement public (PIF) ont annoncé le lancement de Boutique Group, une nouvelle enseigne hôtelière qui gérera et aménagera une série de palais historiques et culturels emblématiques d'Arabie saoudite en hôtels-boutiques de grand luxe, selon un communiqué. 

La société fera revivre le riche patrimoine et la culture de l'Arabie saoudite pour créer une qualité d’hospitalité nouvelle et unique, a-t-il ajouté. 

La première phase du projet portera sur l’aménagement de trois palais historiques, en coopération avec le secteur privé, dont le palais Al-Hamra qui offrira 77 entités, dont 33 suites et 44 villas luxueuses à Djeddah. 

En 1971, le roi Faisal ben Abdelaziz avait ordonné de consacrer le palais Al-Hamra à l'accueil des plus importantes personnalités internationales. 

1
Le palais Al-Hamra 

Le palais de Touwaiq proposera 96 entités, dont 40 suites et 56 villas de luxe. Quant au palais Rouge, il proposera 71 entités, dont 46 suites de luxe et 25 chambres d'hôtes de luxe. Le palais de Touwaiq et le palais Rouge sont tous deux situés à Riyad. 

Le palais Rouge est considéré comme le premier bâtiment en béton armé construit dans la ville de Riyad en 1944. Celui de Touwaiq, construit en 1980,  est l'un des monuments historiques et culturels les plus importants de la ville de Riyad. 

Boutique Group fera fusionner la culture et le patrimoine du Royaume avec le confort moderne, en vue d’offrir à ses clients une qualité d'accueil exceptionnelle et un service unique. Il permettra de développer le secteur saoudien de l'hôtellerie de grand luxe en contribuant au développement de l'économie locale. La société proposera également de nombreuses possibilités haut de gamme allant de la restauration au bien-être, en passant par des services particuliers pour chacun de ses hôtes. 

Le palais Rouge 
Le palais Rouge 

Dans un commentaire sur le nouveau groupe, Yassir al-Rumayyan, gouverneur du PIF, a déclaré dans le communiqué que «le lancement de Boutique Group souligne la mission du PIF de donner libre champ aux capacités des secteurs prometteurs en Arabie saoudite pouvant contribuer à la diversification de l'économie et contribuer à la croissance du PIB non pétrolier». 

«Le groupe optimisera les offres touristiques déjà uniques du Royaume, renforçant la position de l'Arabie saoudite comme destination touristique, culturelle régionale et internationale de premier plan, et contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030», a-t-il ajouté. 

 Vue générale du palais Al-Hamra 
 Vue générale du palais Al-Hamra 
Le palais de Touwaiq 
Le palais de Touwaiq 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com